HYDROZOAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Position systématique

Hertwig (1879) classait les Cnidaires d'après la position des organes génitaux et distinguait les « Ectocarpen » à produits sexuels ectodermiques et les « Entocarpen » dont les produits sexuels étaient d'origine endodermique, mais, quelques années plus tard, Lendenfeld (1884) et Claus (1892) basèrent leur classification sur l'anatomie des Cnidaires, distinguant les Polypomedusae ayant la forme de méduses et les Anthozoaires ne montrant que des formes polypes.

Une étude plus attentive de l'anatomie interne ajouta aux critères distingués par les anciens auteurs d'autres critères se rapportant en particulier à la structure du tube digestif et on opposa, chez les Cnidaires, deux super-classes : les Hydrozoaires et les Anthozoaires. Les Hydrozoaires ont une bouche saillante communicant directement avec la cavité gastrique endodermique, dont la partie stomacale n'est pas cloisonnée ; les organes génitaux sont situés sous l'ectoderme. Les Anthozoaires ont une bouche conduisant dans un pharynx ectodermique invaginé ; le reste du tube digestif est d'origine endodermique avec cavité stomacale cloisonnée ; les organes génitaux sont situés sous l'endoderme.

Par ailleurs, de nombreux biologistes ont séparé des Hydrozoaires certaines formes méduses et en ont fait une troisième super-classe : celle des Scyphozoaires ou Acalèphes qui s'intercale entre les Hydrozoaires et les Anthozoaires. Chez les Scyphozoaires existe, outre la reproduction sexuée qui se fait par l'intermédiaire de la méduse, une reproduction asexuée par un stade polype spécial, le scyphistome.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Hydre

Hydre
Crédits : K. Taylor/ Nature Picture Library

photographie

Gymnoblastides

Gymnoblastides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Méduse de Bougainvillea ramosa : développement

Méduse de Bougainvillea ramosa : développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Halammohydria vermiformis

Halammohydria vermiformis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Montpellier

Classification


Autres références

«  HYDROZOAIRES  » est également traité dans :

CNIDAIRES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 1 281 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Développement »  : […] Les Cnidaires fréquentent exclusivement les milieux aquatiques, mer ou eau douce. Ils peuvent être fixés ou libres ; la forme fixée constitue le polype, la forme libre est la méduse . La reproduction asexuée s'effectue par bourgeons se développant sur le polype ou par fragmentation du polype. La reproduction sexuée comporte des gamètes mâles et femelles. La segmentation de l'œuf est holoblastiqu […] Lire la suite

HYDRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 1 833 mots
  •  • 2 médias

Pour les zoologistes, les hydres ne sont nullement des bêtes fabuleuses, mais bien au contraire de minuscules et inoffensifs animaux d'eau douce, au corps en forme de poche allongée, muni d'un seul orifice entouré de fines tentacules. Le terme d'hydre a été créé par Linné (1735) pour désigner de petits polypes solitaires dulçaquicoles capables de bourgeonner activement. Les hydres appartiennent […] Lire la suite

SIPHONOPHORES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 965 mots
  •  • 3 médias

Les Siphonophores sont des animaux transparents et gélatineux, semblables à des méduses et qui mènent une vie exclusivement planctonique. Ils sont plus abondants dans les mers chaudes et fréquentent peu les eaux littorales. En réalité, ces organismes sont des Cnidaires coloniaux. La structure de leurs colonies est complexe parce que constituée d'individus hautement modifiés et spécialisés. Les Si […] Lire la suite

TEISSIER GEORGES (1900-1972)

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 791 mots

Zoologiste et biologiste né à Paris. Admis à l'École normale supérieure et à l'École polytechnique (1919), Georges Teissier choisit la première. Agrégé de sciences naturelles (1923), docteur ès sciences (1931), il fut successivement agrégé préparateur à l'École normale supérieure (1924-1928), chef de travaux, maître de conférences, professeur à la faculté des sciences de Paris. Il était aussi dire […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, Odette TUZET, « HYDROZOAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrozoaires/