HYDRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Position systématique

La nature animale des hydres (et aussi de tous les autres Cnidaires) n'a été clairement établie que dans la première moitié du xviiie siècle. Tantôt considérées comme « herbes marines à fructifications inconnues » (Tournefort), tantôt comme intermédiaires entre végétaux et animaux ou « zoophytes » (Aristote, Pline), elles ont été classées pour la première fois dans le règne animal par Peysonnel (1725), en raison de l'odeur de corne brûlée qu'elles dégagent lorsqu'on les calcine !

On doit à un remarquable mémoire de Trembley (1744) la reconnaissance définitive de leur nature animale, en dépit de toutes leurs apparences végétales (couleur verte de certaines espèces, rapidité de la régénération et du bourgeonnement, possibilité de réaliser des greffes, etc.). L'observation par Trembley de la nutrition de l'hydre par capture de petites proies fut un argument décisif. Trembley, heureusement, ne connaissait pas de plantes carnivores !

Souvent regroupées au sein de la classe des Hydraires avec les Leptolides (ou Hydraires sensu stricto), dont elles possèdent l'organisation anatomique, elles sont toutefois isolées dans un ordre distinct en raison de leurs nombreux caractères particuliers : écologie dulcicole, vie solitaire, absence de périderme, modalités de leur reproduction sexuée...

Les hydres renferment un petit nombre d'espèces à large répartition géographique. On leur adjoint quelques espèces marines ou d'eaux saumâtres à structure très régressée (Protohydra leuckarti de la Baltique et de la mer du Nord).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Hydre

Hydre
Crédits : K. Taylor/ Nature Picture Library

photographie

Hydre verte

Hydre verte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de biologie marine à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  HYDRES  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 440 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déterminisme de la gamétogenèse »  : […] Quel est le déterminisme de l'état sexuel, c'est-à-dire de l'état physiologique dans lequel doit se trouver un organisme pour que ses cellules germinales, ségrégées tôt ou tard des autres lignées cellulaires, se différencient en subissant la gamétogenèse ? La question se pose d'une part pour les animaux chez lesquels le cycle biologique comporte les deux modes de reproduction, agame et sexuée ; […] Lire la suite

HYDROZOAIRES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 2 248 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Classe des Hydraires ou Hydroïdes »  : […] Les Hydraires ou Hydroïdes comprennent soit des formes polypes qui vivent solitaires ou qui donnent des colonies par bourgeonnement, soit des espèces avec alternance de formes polypes fixés et de méduses libres et sexuées. Cette classe a été divisée en trois ordres : Hydrides, Actinulides et Leptolides. – Ordre des Hydrides : ce sont des polypes solitaires ; leur type est l'hydre verte, étudiée d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves TURQUIER, « HYDRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hydres/