BOGART HUMPHREY (1899-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un aventurier sentimental

Profitant du passage au cinéma parlant qui valut à plusieurs acteurs de théâtre, familiers de la diction, d'être engagés à Hollywood, Humphrey Bogart part pour la Californie où la Fox lui fait tourner cinq films (dont un avec John Ford). Le fils de grand bourgeois est déjà le mauvais garçon patibulaire, à la démarche nerveuse et au débit de mitraillette, mais il n'impressionne guère et revient à Broadway. En 1934, c'est encore un rôle de truand qui lui échoit dans la pièce de Robert Sherwood, La Forêt pétrifiée où il occupe la scène longtemps et de manière électrisante. La pièce remporte un immense succès. La Warner Bros. en achète les droits d'adaptation et demande à Leslie Howard, créateur du rôle principal, de le reprendre dans la version filmée (The Petrified Forest, Archie Mayo, 1936). Celui-ci n'accepte qu'à une condition : qu'Humphrey Bogart y reprenne également son rôle de Duke Mantee. La réalisation est assez terne, mais les partenaires (Leslie Howard, Bette Davis) sont éclatants et Bogart, excellent, y gagne un contrat à long terme avec la Warner, qui restera jusqu'au début des années 1950 son studio principal. Malheureusement, c'est sans montrer beaucoup d'imagination qu'on lui confie des rôles de malfrats, même si certains films ne sont pas sans qualité (Rue sans issue [Dead End], William Wyler, 1937 ; Les Anges aux figures sales [Angels with Dirty Faces], Michael Curtiz, 1938).

C'est essentiellement grâce à trois refus de George Raft, star du studio spécialisé dans l'emploi de « dur », qu'Humphrey Bogart va accéder au mythe, dans un Hollywood que la guerre a privé de nombreuses vedettes masculines : La Grande Évasion (High Sierra, Raoul Walsh, 1941), Le Faucon maltais (The Maltese Falcon, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

The African Queen, de John Huston

The African Queen, de John Huston
Crédits : Horizon Pictures and Romulus Films Ltd./ Collection privée

photographie

Casablanca, M. Curtiz

Casablanca, M. Curtiz
Crédits : Picture Post/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Lauren Bacall

Lauren Bacall
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du cinéma, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, membre du comité de rédaction de la revue Positif

Classification

Autres références

«  BOGART HUMPHREY (1899-1957)  » est également traité dans :

BACALL LAUREN (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'un couple »  : […] Betty Bacal n'a que dix-huit ans lorsque Hawks l'engage et la forme durant de nombreux mois, changeant jusqu'à son nom en Lauren Bacall, avant de la faire jouer dans Le Port de l'angoisse ( To Have and Have Not , 1944). Hawks avait beaucoup transformé, avec la collaboration de William Faulkner et de Jules Furthman, le roman d'Ernest Hemingway, conservant ce qui correspond au premier quart du fi […] Lire la suite

CASABLANCA, film de Michael Curtiz

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un film prototype »  : […] Avec Casablanca , il s'agissait surtout pour les studios de la Warner Bros de faire une réplique du mélodrame à succès Algiers (1938) de John Cromwell, qui avait permis de renflouer les fonds du studio concurrent, les Artistes Associés. Les droits de la pièce initiale, Everybody Comes to Rick's, sont rachetés pour la modique somme de 20 000 dollars. Soucieuse d'accélérer le processus, la product […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Welles et Bogart »  : […] Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation . En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité fabuleuse du citoyen Kane ne réunit que des bribes, des cendres, le bric-à-brac hétéroclite d […] Lire la suite

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une morale ambiguë »  : […] À la fin d'une histoire policière est expliqué le crime, c'est-à-dire un aspect de la nature humaine. Dans les serials du cinéma muet, tout était simple : les bons d'un côté, les méchants de l'autre. Mais, avec l'avènement du film noir, la présence simultanée du Bien et du Mal en une même personne constitue le thème central du film. « Vous croyez que le bien c'est la lumière et que l'ombre c'est […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Comment se fabrique une étoile »  : […] La vedette d'un film est l'interprète suffisamment connu(e) pour que le public dise en parlant de lui (ou d'elle) : « Un film de X...  » Cette coutume, sur laquelle J. G. Auriol s'interrogeait déjà en 1946, fait moins du film « l'œuvre » de l'interprète que son domaine, sa propriété (et sa vitrine) : c'est lui, ou elle, qu'on va voir dans son film. Tous les films d'une star forment, aux yeux de so […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian VIVIANI, « BOGART HUMPHREY - (1899-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/humphrey-bogart/