HUMANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge de l'humanisme

Deux historiens de la Renaissance, André Chastel et M. P. Gilmore, en donnant pour titres à l'un de leurs ouvrages L'Âge de l'humanisme (1963) pour le premier, Le Monde de l'humanisme (The World of Humanism, 1952), pour le second, veulent tout d'abord situer le phénomène de l'humanisme dans un système de coordonnées spatio-temporelles, encore que les coupures historiques ne soient pas très nettement tranchées chez le premier, et que les frontières géographiques – même précisées par celles de la chrétienté latine – soient un peu floues chez le second. En effet, même sans faire remonter l'humanisme au xive siècle et à Pétrarque, et encore moins à Dante, voire aux xiie et xiiie siècles, selon une tendance propre à certains historiens italiens, comme G. Toffanin, sous prétexte qu'en Italie l'humanisme a nettement précédé ses manifestations dans les autres pays d'Europe, il est difficile d'assigner un terminus a quo et un terminus ad quem à un mouvement d'esprit, une tendance générale, une conception du monde. Gilmore, en choisissant la date de 1453 et celle de 1517, a voulu mettre l'accent sur deux événements dramatiques qui ont effectivement bouleversé l'histoire du monde : la prise de Constantinople par les Turcs, qui devait achever le processus de désunion entre les deux chrétientés, l'occidentale et l'orientale ; l'apparition de Luther et l'affichage à Wittenberg des quatre-vingt-quinze articles qui devaient diviser irrémédiablement la chrétienté occidentale, non sans conséquences sur les plans les plus divers, religieux, intellectuel, artistique, social, économique.

Chose surprenante, le terme d'humanisme ne date que de la seconde moitié du xixe siècle : contemporain de Jakob Burckhardt, qui devait pendant longtemps fournir l'impulsion et le modèle des recherches dans ce domaine, Georg Voigt rapprochait définitivement en 1859 le mouvement humaniste de la Renaissance, c'est-à-dire de la redécouverte, ou même de la découverte des écrivains de l'Antiquité gréco-latine. Les Italiens avaient bien inventé le mot umanista, qui apparaît dès le Quattrocento dans le jargon des professeurs et des étudiants (comme les termes de jurista ou d'artista) mais son champ sémantique ne correspond pas à ce que l'on entend aujourd'hui par humaniste, appliqué à des hommes comme Érasme, Vives, More, Budé, Melanchthon, Sadolet : l'umanista était un professeur de grammaire et de rhétorique, ce que ne furent pas nécessairement tous les humanistes européens, mais ils furent bien autre chose.

Humanisme, humanistes, l'homme et les « humanités »

Mouvement historique, force socio-culturelle – certains parleraient aujourd'hui d'idéologie – l'humanisme de la Renaissance n'exprime pas une philosophie déterminée. Un titre, celui du discours De dignitate hominis de Pic de la Mirandole (1486), et une phrase de ce discours préciseront un aspect essentiel de cet idéal humaniste, incarné dans des œuvres et dans une action sociale et spirituelle qui leur est associée : « J'ai lu, dans les livres des Arabes, qu'on ne peut rien voir de plus admirable dans le monde que l'homme. » Et certes, comme le mot humanisme le laisse bien entendre, c'est à un modèle de perfection humaine – d'ordre éthique chez les moralistes, les pédagogues et les philosophes, d'ordre esthétique chez les artistes, d'ordre social chez les juristes et les politiques – que tendent la méditation et l'action d'hommes qui ont nom Marsile Ficin, Politien, Vives, Érasme, Colet, Budé, Zazius, Melanchthon, Iacopo de' Barbari, Léonard de Vinci, Dürer, les Holbein, Metsys, Cardan, Rabelais, Montaigne et combien d'autres ! Ce modèle humain n'est pas le produit d'une intuition solitaire : Pic évoque la littérature arabe, mais c'est essentiellement à la littérature gréco-latine des Anciens que se réfèrent les humanistes pour trouver leur inspiration dans tous les domaines où s'applique leur esprit. Pour désigner cet effort de résurrection, qui va de la traduction pure et simple (du grec en latin) à l'imitation, à l'adaptation, au commentaire, aux éditions critiques et annotées, aux transpositions de toute sorte auxquelles se livreront un maître, un élève ou un artiste épris de symboles patinés par le temps, deux expressions sont concurremment employées : studia humanitatis ou litterae humaniores. On pourrait traduire la première par « sciences de l'esprit » – en les opposant aux sciences de la nature et en indiquant que le terme humanitas exprime l'idée que l'homme se fait de lui-même dans son plus grand accomplissement intellectuel, moral, religieux, voire physique ou esthétique ; quant à la seconde, dont le champ sémantique recouvre à peu près celui de la première, elle correspond aux « humanités » d'hier, mais dans une synthèse harmonieuse de l'érudition et de la vertu : ces sciences qui nous rendent « plus humains » sont précisément celles qui doivent nous permettre de réaliser en nous l'accomplissement de ce modèle anthropologique.

Humanisme et pédagogie nouvelle

On conçoit dès lors quelle importance théorique et pratique revêt la pédagogie pour les humanistes du xve et du xvie siècle : puisqu'il s'agit de réaliser un modèle humain, il faut que l'enfant soit formé d'une manière continue et progressive, de sa naissance à l'âge adulte, et même au-delà, par un maître qualifié. Ainsi pourra-t-on faire en sorte, selon une formule célèbre d'Érasme dans son traité De l'éducation libérale des enfants (De pueris instituendis, 1529), que l'humanité se dégage peu à peu de l'état de nature, qui est celui de l'enfant, ou de l'« homme sauvage ». Le milieu spécifique de l'homme, c'est le monde de la culture, et non celui de la pure nature, ce qui ne signifie pas – bien au contraire – que l'éducation morale, religieuse et intellectuelle, doit contraindre les tendances naturelles et individuelles de l'enfant ou de l'adolescent. C'est le sens de cette éducation libérale dont les grands pédagogues italiens du Quattrocento avaient tracé le programme et qu'ils avaient mis en œuvre, Guarino à Venise, Ferrare ou Vérone, Vittorino da Feltre à Mantoue, dans sa célèbre Casa giocosa où le sport et les jeux de plein air étaient honorés comme le latin, la rhétorique et la Bible, le Floren [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Rabelais

Rabelais
Crédits : Spencer Arnold/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Portrait d'Érasme

Portrait d'Érasme
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Paris
  • : professeur de philosophie à l'université de Tours, directeur du département de philosophie et histoire de l'humanisme au Centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification

Autres références

«  HUMANISME  » est également traité dans :

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Absolu et humanisme »  : […] La négation de Dieu est donc le principe d'une renaissance du discours, d'une reconquête de soi. L'homme, assuré de son existence, inséré dans la réalité de son monde et de son histoire, revenu de l'aliénation religieuse, est redonné à lui-même. La « mort de Dieu » signifie la naissance de l'homme. Mais l'humanisme ne s'érige en doctrine et en système exclusif qu'en souscrivant à la même concepti […] Lire la suite

ACADÉMIES

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 5 955 mots

Dans le chapitre « L'expansion européenne de la Renaissance »  : […] Avant de se trouver officialisées par une protection princière ou royale, les académies de la Renaissance ne furent à l'origine que des cercles privés ou, selon l'expression de N. Pevsner, des « regroupements informels d'humanistes ». La première à avoir été ainsi recensée fut l'Accademia platonica de Marsile Ficin et Pic de la Mirandole, fondée à Florence en 1462 sous le règne de Laurent le Magn […] Lire la suite

ACADÉMISME

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN
  •  • 3 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formation de la théorie académique »  : […] Une théorie humaniste de l'art fut inventée ou exprimée pour la première fois, avec une clarté remarquable, par Leon Battista Alberti dans son traité Della pittura , écrit aux alentours de 1435. Comme aucune théorie antique de l'art, susceptible de servir de modèle, n'avait survécu, l'humaniste Alberti appliqua la théorie antique de la littérature à l'art. Le but de la peinture, comme celui de la […] Lire la suite

AGRIPPA VON NETTESHEIM HEINRICH CORNELIUS (1486-1535)

  • Écrit par 
  • François SECRET
  •  • 556 mots

L'humaniste Henri Corneille, en fait Heinrich Cornelius Agrippa, est né à Cologne (Colonia Agrippina, d'où son nom d'Agrippa). Son ouvrage De occulta philosophia ( La Philosophie occulte , Cologne, 1531-1533), non moins souvent réédité et traduit que la palinodie qu'il en publia dès 1530 De incertitudine et vanitate scientiarum declamatio invectiva ( Paradoxe sur l'incertitude, la vanité et l'ab […] Lire la suite

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 108 mots
  •  • 8 médias

Rares sont les domaines que Leon Battista Alberti n'a pas abordés. Homme de lettres, défenseur de la langue italienne, moraliste, mathématicien, mais surtout théoricien de l'art et architecte, ce parfait humaniste s'est acquis dès la Renaissance une réputation universelle. Ses ouvrages sur les arts figuratifs et l'architecture constituèrent les premiers traités des Temps modernes, ses projets d' […] Lire la suite

ALCIAT ANDRÉ (1492-1550)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 565 mots

Né sans doute à Alzate, près de Côme — d'où le nom de sa famille —, Alciat était fils d'un riche marchand de Milan, et c'est dans cette ville qu'il fait ses premières études. En 1508, probablement, il va à Pavie pour se former aux disciplines juridiques et, en 1511, il passe à Bologne. Mais l'enseignement du droit lui semble fort mal donné et parfaitement inutile. En 1513, ses Annotationes in tre […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Réalisé en 1469-1470 par Francesco del Cossa, le Cycle des mois du Palazzo Schifanoia met en évidence les composantes essentielles de l'Allégorie à la Renaissance. Structuré en trois registres, il montre, autour de chaque signe astrologique et de ses décans figurés comme trois personnages, l'empire d'une divinité particulière ainsi que les occupations humaines du mois correspondant. Il permet ain […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 502 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'humanisme et le problème religieux »  : […] On assiste en Allemagne au développement de l' humanisme : en Alsace, où l'école de Sélestat a formé Jean Geiler, prédicateur à la cathédrale de Strasbourg et où Jacques Wimpheling écrit la Germania qui entraîne une riposte de Thomas Murner, à Cologne, à Mayence, à Heidelberg, à l'abbaye de Sponheim sur la Moselle, à Fribourg où Zasius renouvelle l'étude du droit romain. À Bâle, rattachée aux can […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'ère des effervescences »  : […] Le xvi e siècle est une période clé de la littérature allemande. Bien que l'inspiration en soit plus polémique que littéraire, il offre l'image d'un désordre fécond ouvrant la voie aux idées nouvelles. Les traditions médiévales se maintiennent un temps mais l' humanisme se développe avant d'être arrêté par la Réforme qui marque profondément la société et les idées. La langue enfin est en pleine é […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'humanisme en Alsace. Heurs et malheurs de la Réforme »  : […] Au début était l'imprimerie. Mise au point à Strasbourg par Gutenberg, elle assura la diffusion des ouvrages anciens et le cheminement des idées nouvelles. Déjà à la fin du xv e  siècle, Geiler de Kaysersberg, prédicateur à la cathédrale, ose s'attaquer aux vices de la société en général et du clergé en particulier. Quelque chose s'ébranle dans l'édifice rigide que la scolastique du Moyen Âge ava […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-18 avril 2001 Chine – États-Unis. Incident diplomatique à la suite d'une collision aérienne

Le président Jiang Zemin évoque un geste d'« humanisme » de la part de Pékin et affirme que « l'incident n'est pas complètement terminé ». La Chine souhaite que soit évoquée la question de la surveillance américaine des côtes chinoises. Dès le retour de l'équipage, le président Bush durcit le ton en mettant sévèrement en garde la Chine contre une attitude qui est « en contradiction avec le type de relations que nos deux pays disent souhaiter ». […] Lire la suite

25-29 janvier 1981 Proche-Orient. Proclamation de « la guerre sainte » contre Israël par la conférence islamique de Taef

Dans son discours inaugural, lu par le prince héritier Fahd, le roi Khaled d'Arabie Saoudite vante la culture et l'éthique islamiques, imprégnées d'« humanisme » et de « tolérance », dont « la vocation est de faire régner l'égalité et la justice sociale ». Du 26 au 29, ont lieu les délibérations officielles de la conférence au palais des Congrès de Taef, capitale estivale du royaume saoudien. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André GODIN, Jean-Claude MARGOLIN, « HUMANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/