HUMAIN, TROP HUMAIN, Friedrich NietzscheFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Une œuvre de crise »

Dans les analyses rétrospectives qu'il a données d'Humain, trop humain dans l'Avant-propos écrit à Nice en 1886 pour la réédition du livre puis dans Ecce homo (1888), il définit cet ouvrage comme une « œuvre de crise » qui marque son premier « renversement des valeurs », caractérisé par le dépassement de l'idéalisme et du « besoin métaphysique », et par la recherche de cette nouvelle sagesse qu'il appelle « la grande santé ».

Dans Humain, trop humain, après avoir balayé et « dépassé » les questions fondamentales de la métaphysique (par exemple la distinction entre la chose en soi et le phénomène, ou l'identité logique), Nietzsche part à la recherche des origines de la culture, de l'État et des conventions sociales. La philosophie classique tend à se transformer en « science de l'homme et de la société ». Le monde étant interprété comme un édifice d'erreurs, d'illusions et d'apparences esthétiques « nécessaires à la vie », la tâche du philosophe sera d'interpréter ces points de vue au moyen d'une phénoménologie fragmentaire et non systématique, chaque aphorisme ou fragment ouvrant une perspective.

Contre la tradition platonicienne et kantienne de l'éthique, Nietzsche élabore une méthode généalogique dont l'aboutissement sera précisément La Généalogie de la morale. La psychologie de quelques types de comportement (la culpabilité, la honte, la reconnaissance, la rancune, le ressentiment), la critique des « mensonges conventionnels » (les notions de vertu ou de libre arbitre), la prise en compte des rapports de force sociaux (les relations entre inégaux, la loi du plus fort, l'attitude du plus faible) vont de pair avec une « naturalisation » radicale de la condition humaine : l'instinct vital d'auto-conservation et de domination, la recherche du plaisir et l'évitement de la douleur, comptent plus que l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « HUMAIN, TROP HUMAIN, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/humain-trop-humain/