Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)

Zwingli

Zwingli

Zwingli est un personnage complexe et multidimensionnel. Humaniste et autodidacte, penseur religieux et réformateur, patriote et figure nationale suisse – certains ajoutent prophète biblique –, il est tout cela en une personne, dont la vie et l'action sont conditionnées par l'histoire suisse durant le premier tiers du xvie siècle. On ne saurait détacher ni abstraire tel ou tel aspect de sa personnalité sans fausser l'ensemble. Aussi convient-il dans toute étude, même partielle, de tenir toujours présentes à l'esprit ces différentes coordonnées.

Les débuts de Zwingli

Huldrych (Ulrich) Zwingli naquit à Wildhaus dans le Toggenburg, au pied du mont Santis (Suisse orientale). Il était le troisième fils de l'ammann (principal notable) du district. Le Toggenburg dépendait de l'abbé de Saint-Gall, mais était lié par traité avec Schwyz, l'un des cantons primitifs de la Confédération – ce qui explique la conscience patriotique « suisse » de Zwingli. Celui-ci fréquenta d'abord l'école primaire de Weesen (Walensee), puis la « Trivialschule » de Bâle et celle de Berne, dirigée par H. Wölflin (Lupulus). Inscrit à l'université de Vienne (en 1498 puis en 1500), il passa en 1502 à celle de Bâle où il fut formé dans l'esprit de la via antiqua ; il y devint bachelier ès arts en 1504 et maître en 1506 (sur la querelle entre reales et nominales dans les universités à cette date, cf. M. de Wulf, Histoire de la philosophie médiévale, t. III, 1947). Nommé à la cure de Glarus après un semestre d'étude de théologie, il fut ordonné prêtre à Constance par l'évêque Hugo von Hohenlandenberg (sept. 1506). Son séjour à Glarus (1506-1516) fut interrompu par deux voyages en Italie du Nord (Novare, 1513 ; Marignan, 1515), où il accompagna les troupes suisses comme aumônier (Feldprediger). D'abord partisan de l'alliance papale, il obtint du Saint-Siège une pension annuelle de cinquante florins, à laquelle il renonça en 1520. La défaite sanglante de Marignan lui ouvrit les yeux sur les méfaits du mercenariat et du régime des pensions. Ses premiers écrits sont des poèmes de portée politique : Allégorie du bœuf (1510), Le Labyrinthe (1516). En même temps, il se plongeait dans l'étude des scolastiques et des Pères, puis, sous l'influence d' Érasme, il se mit à étudier le grec (1513) et copia les épîtres de saint Paul (en grec), d'après l'édition du Nouveau Testament (Bâle, mars 1516), pour les mémoriser suivant le conseil que donne Érasme dans l'Enchiridion. Zwingli se rattache au cercle des humanistes bâlois admirateurs d'Érasme, dont Glarean était le centre. À partir de 1514, on peut parler d'un « humanisme suisse » (W. Näf, L. von Muralt, K. Maeder) ; celui-ci n'eut qu'une existence éphémère, mais Zwingli retira de sa visite à Érasme (à Bâle, au printemps 1516) une impression durable. Déjà dans un poème de 1510 (Expostulatio Iesu cum homine), Érasme insinuait qu'il était vain de chercher un bien quelconque en dehors du Christ, alors que celui-ci était « la source de tout bien, sauveur, consolateur et trésor de l'âme » ; Zwingli en eut connaissance vers 1514-1515 (Corpus Reformatorum, II), et dès ce temps il concentra ses pensées sur le Christ (solus Christus), par opposition aux créatures et aux formes accessoires de la religion. Première appréhension mystique, qui avec le temps ne cessa de s'amplifier. La lecture des ouvrages du maître l'initia à la philosophia Christi et à ce qu'on appelait alors la « nouvelle théologie » (Écriture et Pères) ; il fit sien le double idéal d'Érasme du Christus renascens (renaissance des belles-lettres et du christianisme puisé à ses sources) et du pacifisme. Ce dernier trait se conjuguait avec sa propre campagne pour la neutralité[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Zwingli

Zwingli

Autres références

  • BULLINGER HEINRICH (1504-1575)

    • Écrit par Bernard VOGLER
    • 385 mots

    Successeur de Zwingli, Bullinger a dirigé comme antistes l'Église du canton de Zurich de 1531 à sa mort. Fils d'un prêtre, il fait des études chez les Frères de la vie commune aux Pays-Bas et à Cologne, où il entre en contact avec l'humanisme et Érasme. Maître d'école à Kappel,...

  • CARLSTADT ANDREAS RUDOLF BODENSTEIN dit ANDREAS (1480 env.-1541)

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 546 mots

    Née des querelles d'interprétation que la traduction des textes sacrés avait suscitées, la doctrine de Carlstadt traduit surtout la volonté d'indépendance qui se manifeste au début du xvie siècle, en Allemagne, contre le formalisme et l'intransigeance du parti luthérien. Bien qu'il...

  • CONFESSION HELVÉTIQUE

    • Écrit par Bernard ROUSSEL
    • 832 mots

    On connaît deux « confessions helvétiques », la Confessio helvitica de 1536 et la Confession helvétique postérieure de 1566. La première Confession helvétique, ou deuxième Confession bâloise, est rédigée en janvier 1536, en particulier par H. Bullinger, Myconius et Grynæus, théologiens...

  • JUD LEO (1482-1542)

    • Écrit par Bernard ROUSSEL
    • 309 mots

    Théologien réformé, collaborateur de Ulrich Zwingli, né en Alsace, Leo Jud (ou Judea) fait ses études à Sélestat puis à Bâle, commençant par la médecine à laquelle il renonce pour se préparer à devenir théologien, sous l'influence de Thomas Wyttenbach. Après une brève période de ministère...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi