ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zwingli est un personnage complexe et multidimensionnel. Humaniste et autodidacte, penseur religieux et réformateur, patriote et figure nationale suisse – certains ajoutent prophète biblique –, il est tout cela en une personne, dont la vie et l'action sont conditionnées par l'histoire suisse durant le premier tiers du xvie siècle. On ne saurait détacher ni abstraire tel ou tel aspect de sa personnalité sans fausser l'ensemble. Aussi convient-il dans toute étude, même partielle, de tenir toujours présentes à l'esprit ces différentes coordonnées.

Zwingli

Zwingli

Photographie

La Réforme conduite par Huldrych Zwingli (1484-1531) à partir de Zurich se voulait beaucoup plus radicale que celle qui était engagée par Luther dans l'Empire à la même époque. 

Crédits : De Agostini

Afficher

Les débuts de Zwingli

Huldrych (Ulrich) Zwingli naquit à Wildhaus dans le Toggenburg, au pied du mont Santis (Suisse orientale). Il était le troisième fils de l'ammann (principal notable) du district. Le Toggenburg dépendait de l'abbé de Saint-Gall, mais était lié par traité avec Schwyz, l'un des cantons primitifs de la Confédération – ce qui explique la conscience patriotique « suisse » de Zwingli. Celui-ci fréquenta d'abord l'école primaire de Weesen (Walensee), puis la « Trivialschule » de Bâle et celle de Berne, dirigée par H. Wölflin (Lupulus). Inscrit à l'université de Vienne (en 1498 puis en 1500), il passa en 1502 à celle de Bâle où il fut formé dans l'esprit de la via antiqua ; il y devint bachelier ès arts en 1504 et maître en 1506 (sur la querelle entre reales et nominales dans les universités à cette date, cf. M. de Wulf, Histoire de la philosophie médiévale, t. III, 1947). Nommé à la cure de Glarus après un semestre d'étude de théologie, il fut ordonné prêtre à Constance par l'évêque Hugo von Hohenlandenberg (sept. 1506). Son séjour à Glarus (1506-1516) fut interrompu par deux voyages en Italie du Nord (Novare, 1513 ; Marignan, 1515), où il accompagna les troupes suisses comme aumônier (Feldprediger). D'abord partisan de l'alliance papale, il obtint du Saint-Siège une pension annuelle de cinquante florins, à laquelle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)  » est également traité dans :

BULLINGER HEINRICH (1504-1575)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 385 mots

Successeur de Zwingli, Bullinger a dirigé comme antistes l'Église du canton de Zurich de 1531 à sa mort. Fils d'un prêtre, il fait des études chez les Frères de la vie commune aux Pays-Bas et à Cologne, où il entre en contact avec l'humanisme et Érasme. Maître d'école à Kappel, il adhère à la Réforme à la lecture des ouvrages de Luther. Il devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-bullinger/#i_33894

CARLSTADT ANDREAS RUDOLF BODENSTEIN dit ANDREAS (1480 env.-1541)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 545 mots

Née des querelles d'interprétation que la traduction des textes sacrés avait suscitées, la doctrine de Carlstadt traduit surtout la volonté d'indépendance qui se manifeste au début du xvi e siècle, en Allemagne, contre le formalisme et l'intransigeance du parti luthérien. Bien qu'il restât attaché au respect de l'ordre, ne prenant parti ni pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlstadt-andreas-rudolf-bodenstein-dit-andreas/#i_33894

CONFESSION HELVÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 832 mots

On connaît deux « confessions helvétiques », la Confessio helvitica de 1536 et la Confession helvétique postérieure de 1566. La première Confession helvétique , ou deuxième Confession bâloise , est rédigée en janvier 1536, en particulier par H. Bullinger, Myconius et Grynæus, théologiens protestants zurichois et bâlois. Elle est aussitôt traduite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confession-helvetique/#i_33894

JUD LEO (1482-1542)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 309 mots

Théologien réformé, collaborateur de Ulrich Zwingli, né en Alsace, Leo Jud (ou Judea) fait ses études à Sélestat puis à Bâle, commençant par la médecine à laquelle il renonce pour se préparer à devenir théologien, sous l'influence de Thomas Wyttenbach. Après une brève période de ministère à Saint-Hippolyte, il rencontre Zwingli, qu'il suit à Einsie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-jud/#i_33894

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle herméneutique »  : […] Du point de vue des périodes de l'histoire, Luther est une figure inclassable. Situé « entre les temps », il est simultanément plus médiéval et plus moderne que beaucoup de ses contemporains. C. F. Meyer exprimera cette tension par ces vers : Dans son âme s'affrontent ce qui sera et ce qui fut , Deux lutteurs enlacés, essoufflés et fourbus. Son es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_33894

MANTZ FELIX (1498?-1527)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 231 mots

Né à Zurich, Felix Mantz introduit, avec Conrad Grebel, l'anabaptisme dans cette ville. Après avoir rencontré Zwingli, comme étudiant des langues bibliques, il se détache de lui lors de la deuxième Dispute de Zurich (26-28 oct. 1523), déçu par sa modération devant les autorités catholiques. Les « radicaux », groupés autour de Balthasar Hubmaier, no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-mantz/#i_33894

MEGANDER GASPARD GROSSMANN dit (1495-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 222 mots

Théologien zurichois, partisan de Zwingli dès 1522, Megander participe aux débats qui, dans sa ville natale, opposent les zwingliens aux catholiques, puis aux anabaptistes. Après la dispute de Berne, en 1528, il reste dans cette ville avec ses compatriotes, Pellicanus et Hofmeier, pour y travailler à l'établissement de la Réforme. Aux côtés de Bert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/megander/#i_33894

MYCONIUS OSWALD GEISHÜSLER dit (1488-1552)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 192 mots

Réformateur suisse, collaborateur de Zwingli. Né à Lucerne, Myconius fait des études à Bâle et rencontre, en 1516, Zwingli dont il restera un fidèle compagnon. Il quitte Lucerne pour se rendre à Einsiedeln, puis à Zurich, où il participe aux débats avec les catholiques et les anabaptistes. Après la mort de Zwingli (1531), il se trouve à Bâle ; il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myconius/#i_33894

RÉFORME

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 8 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Réformes zwinglienne et bucérienne »  : […] À côté de Wittenberg, Zurich et Strasbourg devinrent très rapidement deux autres pôles importants de la Réforme, avec Zwingli et Bucer, lesquels ont exercé sur les communautés urbaines de la haute Allemagne et de la Suisse une autorité spirituelle qui éclipsa celle de Luther lui-même. Leur théologie a été influencée de façon décisive, en particuli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reforme/#i_33894

ZURICH

  • Écrit par 
  • Norman BACKHAUS
  •  • 1 252 mots
  •  • 4 médias

Située dans la partie germanophone de la Confédération , Zurich est la plus grande métropole de Suisse et le chef-lieu du canton du même nom . La commune de Zurich, capitale économique du pays en raison du poids de son secteur financier, compte 423 000 habitants, dont près d’un tiers sont de nationalité étrangère, et fait partie d’une agglomération […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zurich/#i_33894

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques Vincent POLLET, « ZWINGLI HULDRYCH - (1484-1531) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/huldrych-zwingli/