HUIZONG [HOUEI-TSONG] (1082-1135)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Huizong, calligraphe et peintre

La façon vétilleuse dont Huizong régentait toute la vie de l'Académie aurait pu avoir des conséquences néfastes pour la création artistique, s'il n'avait été lui-même un peintre des plus compétents. Bien qu'il soit difficile aujourd'hui d'isoler avec certitude son œuvre personnelle de la production de l'Académie (chacune de ses peintures était copiée à des centaines d'exemplaires, et lui-même, en signe d'appréciation, apposait sa signature et son sceau sur les travaux académiciens dont il était le plus satisfait), il n'y a pas lieu de douter de la qualité éminente de son talent. Les éloges dithyrambiques qui lui furent prodigués de son vivant pourraient être sujets à caution ; mais le jugement des critiques ultérieurs n'a jamais démenti l'admiration de ses contemporains. De plus, à défaut de peintures dont l'attribution soit indiscutable, il reste un certain nombre de ses calligraphies, qui attestent d'une vive sensibilité et d'une éblouissante maîtrise du pinceau. En calligraphie, il a créé un style – de caractère au fond très pictural –, qui manque peut-être de puissance et frise le maniérisme, mais n'en possède pas moins un rythme nerveux d'une fascinante originalité. Quant aux peintures qui lui sont couramment attribuées, elles permettent d'avoir une idée assez précise de son art, recoupant d'ailleurs tout ce que nous savons des conceptions esthétiques de Huizong, à partir des textes de l'époque.

Les caractères distinctifs de sa peinture – et de la production de l'Académie en général – sont une technique minutieuse mais souple, brillante mais sans virtuosité gratuite, un naturalisme analytique, une fidélité scrupuleuse dans le rendu des modèles. Huizong et ses académiciens pratiquaient principalement la peinture de fleurs, d'oiseaux et d'insectes, et les récits des historiens révèlent que l'empereur était particulièrement tatillon pour l'observation correcte des détails botaniques et zoologiques. Cette vérité rigoureuse des formes acquiert toutefois une curieuse irréalité par la perfection quasi immatérielle de l'exécution. À tout [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  HUIZONG [ HOUEI-TSONG ] (1082-1135)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les collectionneurs »  : […] L'étude des collections chinoises à travers les siècles reste à entreprendre. Elle éclairerait non seulement l'histoire de l'art, mais l'évolution du goût et des préoccupations intellectuelles en Chine. Il a existé en effet à chaque époque des courants esthétiques qui ont profondément influencé la vie du lettré, ses voyages, ses passe-temps, l'installation de son ermitage, de sa bibliothèque, le c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « HUIZONG [HOUEI-TSONG] (1082-1135) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/huizong-houei-tsong/