HUIT ET DEMI, film de Federico Fellini

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Projection d'un retour sur soi-même

Après une Dolce Vita qui conservait encore une forme narrative, le réalisateur abandonne pour longtemps, avec Huit et demi, le modèle dramatique conflit/résolution, ou le schéma faute/rédemption, au profit de la chronique infinie. Il prend aussi le risque d'un film obscur, nombriliste, hermétique au public populaire. Le succès de cinéphilie que l'œuvre, récompensée au festival de Moscou et à Hollywood, remporta néanmoins, nous cache ce que le film avait à l'époque d'audacieux, et qui consistait à étaler au grand jour les états d'âme pas toujours glorieux d'un metteur en scène qui ne sait plus ce qu'il veut dire. Le film n'est pas pour autant cérébral, puisque chaque personnage existe à part entière. Anouk Aimée, dans le rôle d'une épouse à lunettes et aux cheveux courts, est complètement métamorphosée. La moindre silhouette reste inoubliable, comme celle de cette grosse femme sur une plage qui danse le mambo à la demande des petits-enfants et qu'on appelle la Saraghina, ou cet ami du héros trompant l'arrivée de la cinquantaine avec une maîtresse trop jeune.

La force du film tient en effet à l'absence d'affectation du réalisateur pour exposer à nu sa hantise de la vieillesse, de la perte de la puissance virile et créatrice. Une autre clé du cinéma de Fellini, ici mise à nu, est la culpabilité de ne pas savoir choisir, de ne pas avoir de point de vue idéologique, religieux ou moral fort, de ne renoncer à rien – une culpabilité tantôt paralysante et tantôt motivante, dont le cinéaste que montre le film ne se sent délivré qu'à la fin, lorsqu'il comprend : « Tout est de nouveau confus, dit-il, et cette confusion, c'est moi. »

Les autorités religieuses sont montrées ici moins répressives que distraites, évasives, ce qui angoisse encore plus le personnage, poursuivi par le démon de l'esprit critique et le sentiment de la vanité de l'art. Un sentiment que Bergman exorcisera de son côté, en 1966, avec Persona, dans lequel une actrice, marquée par les images de l'actualité télévisée et de l'histoire, renonce à son art. Bergman et Fellini ont en commun d'être deux cinéastes apolitiques dans des pays où d'autres cinéastes se caractérisaient par leur fort engagement à gauche.

D'autres hantises de l'époque (comme la guerre atomique et la crainte de la fin du monde) sont très présentes dans cette œuvre inépuisable, où Fellini ose « recycler » toutes les critiques qu'on a pu faire à ses films précédents. Si le film de Guido « ne se fait plus », celui de Fellini naît de cet avortement, et avec lui toute une seconde période de fresques évocatrices, mais toujours fondées sur l'observation de la société et du temps, et dans lesquelles réapparaîtront ici et là la parabole politique, Répétition d'orchestre (Prova d'orchestra, 1978), Et vogue le navire (E la nave va, 1983), et le pamphlet Ginger et Fred (1986). Juste après, il tentera de faire un Huit et demi féminin avec son film méconnu Juliette des esprits (Giulietta degli spiriti, 1965), où réapparaît son épouse Giulietta Masina.

Huit et demi est aussi le dernier Fellini en noir et blanc – un noir et blanc irréel à force d'être dur et contrasté. L'œuvre se réfère par ailleurs à l'imagerie de Dante (la station thermale, dans l'épisode des bains, est vue comme un épisode de L'Enfer) ; c'est aussi le film où le style des musiques de Nino Rota trouve son accent définitif, à la fois nostalgique et ironique, apocalyptique et léger, notamment dans un thème de fanfare tour à tour gai et sombre inspiré de Mahler.

La postérité de Huit et demi est vaste ; nombreux sont les réalisateurs qui, après lui, mettront leur chaos et leurs incertitudes à découvert, à travers un personnage de cinéaste : Andrzej Wajda dans Tout est à vendre (Wszystko na sprzedaz, 1969), François Truffaut dans La Nuit américaine, 1973 (où le réalisateur interprète lui-même son alter ego), Woody Allen dans Stardust Memories, 1980, Jean-Luc Godard dans Passion, 1982, Olivier Assayas dans Irma Vep, 1996, etc.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Autres références

«  HUIT ET DEMI, Federico Fellini  » est également traité dans :

HUIT ET DEMI (F. Fellini), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 186 mots

« 8 1/2 est un film aussi important pour la carrière de Fellini que pour notre cinéma », écrivait Alberto Moravia à la sortie du film. Avec Huit et demi (Otto e mezzo), en effet, Federico Fellini (1920-1993), qui collabora autrefois avec Roberto […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 773 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le tournant de « La Dolce Vita » »  : […] Grâce à La Dolce Vita (qui obtint la palme d'or au festival de Cannes), Fellini liquide une partie de ses comptes avec son propre passé. À travers une « radiographie » de la société romaine, exécutée sans complaisance mais sans dégoût, on assiste à la première grande « méditation » du cinéaste sur la fuite du temps, la réalité inéluctable de la mort (l'attaque cardiaque du père), la peur d'un ave […] Lire la suite

Les derniers événements

3 août 2021 Russie. Condamnation de Lioubov Sobol dans l'« affaire sanitaire ».

Le tribunal Preobrajensky de Moscou condamne Lioubov Sobol, proche collaboratrice de l’opposant Alexeï Navalny, à un an et demi de restriction de liberté pour « incitation à la violation des règles sanitaires et épidémiologiques ». Il s’agit de la première condamnation dans ce qui est appelé en Russie l’« affaire sanitaire ». Huit autres opposants, qui avaient appelé à manifester contre l’arrestation d’Alexeï Navalny à son retour en Russie, en janvier, étaient également jugés. […] Lire la suite

24 février 2021 Allemagne. Condamnation d'un recruteur de l'organisation État islamique.

Trois de ses lieutenants sont condamnés à des peines de quatre à huit ans et demi de prison.  […] Lire la suite

15-19 décembre 2019 Canada. Compromis dans l'affaire SNC-Lavalin.

Le 10 janvier 2020, la Cour supérieure du Québec condamne Sami Bebawi à huit ans et demi de prison.  […] Lire la suite

9-20 août 2019 Suisse. Sommet « Smile for Future ».

Le 9, les quatre cents jeunes « grévistes pour le climat » issus de trente-huit pays, qui participent depuis le 5 au sommet « Smile for Future » en présence de la Suédoise Greta Thunberg, adoptent la déclaration de Lausanne sur le climat qui énonce trois exigences : assurer la justice climatique et l’équité, maintenir le réchauffement climatique en dessous d’un degré et demi par rapport aux niveaux préindustriels et prendre en compte les meilleurs travaux scientifiques disponibles. […] Lire la suite

2-16 juillet 2019 Union européenne. Nomination aux postes-clés des institutions européennes.

Il doit y exercer un demi-mandat, et laisser sa place, en principe, à un chrétien-démocrate du PPE. Le 16, le Parlement européen élit Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission par seulement 383 voix – contre 327, 22 abstentions et 1 vote nul –, alors que les partis qui la soutenaient en principe – les conservateurs du PPE, les sociaux-démocrates et les libéraux de Renew Europe – regroupent 444 élus. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel CHION, « HUIT ET DEMI, film de Federico Fellini », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/huit-et-demi/