VAN DER GOES HUGO (1440 env.-1482 ou 1483)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Gand au Rouge-Cloître

Les origines de l'artiste et ses premiers pas dans la profession ne sont pas documentés. Probablement né à Gand vers 1440, il acquiert la franchise du métier des peintres en 1467. Le lieu de sa formation reste un sujet largement controversé. Il pourrait avoir suivi son apprentissage chez le peintre Joos Van Wassenhove (Juste de Gand), qui intervient comme garant lors de son inscription à la gilde. En tout état de cause, Hugo Van der Goes est à l'époque de sa maîtrise un artiste en vue, qui monte rapidement dans la hiérarchie corporative pour devenir doyen du métier à deux reprises de 1473 à 1476. Au cours de sa période gantoise, le peintre réalise des travaux de décoration urbaine, à l'occasion notamment du mariage et de la joyeuse entrée de Charles le Téméraire et de Marguerite d'York. Il travaille aussi pour d'importants commanditaires privés, tel Tommaso Portinari, le représentant des Médicis à Gand. Sans être à la tête d'un atelier, Van der Goes a certainement fait appel ponctuellement à des assistants pour mener à bien ses nombreuses commandes.

Vers 1475, le peintre quitte Gand en pleine gloire, pour se retirer au couvent augustin du Rouge-Cloître près de Bruxelles. Les raisons de ce choix restent obscures, mais elles tiennent sans doute au tempérament anxieux et torturé du peintre, bien décrit par son compagnon de noviciat Gaspar Ofhuys. Loin des gloires mondaines, le peintre jouit d'un régime de faveur et continue de pratiquer son art, recevant parfois des visiteurs de marque, tel l'archiduc Maximilien. En 1480-1481, il est chargé par les autorités de la Ville de Louvain d'évaluer la Justice d'Othon de Dirk Bouts, tableau de justice accroché dans la salle du Conseil et laissé inachevé à la mort du peintre. La santé mentale de Van der Goes se détériore. Au retour d'un voyage à Cologne, vers 1481, il est saisi d'une crise de folie. L'attaque est soudaine et de courte durée. Mais après une brève période d'amélioration, le peintre meurt au Rouge-Cloître entre Pâques 1482 et 1483.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Diptyque, H. Van der Goes

Diptyque, H. Van der Goes
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des bergers, H. Van der Goes

L'Adoration des bergers, H. Van der Goes
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Triptyque Portinari, H. Van der Goes

Triptyque Portinari, H. Van der Goes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Triptyque Portinari, H. Van der Goes, détail: iris

Triptyque Portinari, H. Van der Goes, détail: iris
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VAN DER GOES HUGO (1440 env.-1482 ou 1483)  » est également traité dans :

JUSTE DE GAND (1435 env.-apr. 1475)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 456 mots
  •  • 5 médias

Le peintre flamand qui travaille en Italie, à Urbin, entre 1473 et 1475, sous le nom de Giusto da Guanto, est généralement identifié avec le peintre Joos van Wassenhove, connu seulement par des archives. On possède fort peu de documents sur la vie de Juste de Gand. Il serait né à Gand. Reçu maître à la Guilde d'Anvers en 1460, il fait partie de la corporation des peintres de Gand en 1464. Il y int […] Lire la suite

MAÎTRE DE MOULINS, JEAN HEY dit (actif entre 1480 et 1501)

  • Écrit par 
  • Sharon KATIC
  •  • 1 458 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Identification du Maître de Moulins »  : […] À en juger par ce qu'on connaît de son œuvre, Jean Hey a dû travailler entre 1480 et 1501, et doit donc être né vers 1450. Les renseignements les plus importants que l'on possède sur cet artiste peuvent être tirés d'une inscription placée au revers de sa seule œuvre documentée, un Ecce Homo (musée des Beaux-Arts, Bruxelles) où il est dit qu'il a peint ce panneau pour Jean Cueillette, notaire et s […] Lire la suite

PIERO DI COSIMO (1461-env. 1521)

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 1 292 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La culture de Piero »  : […] On aborde ainsi la question capitale de la place qu'occupait Piero dans la culture de son temps. La psychologie ne suffit plus. Élève de Cosimo Rosselli, auquel il doit son nom, Piero di Cosimo veille à se tenir au courant de toutes les innovations. Bien qu'il ne quitte qu'une seule fois Florence, sa ville natale (autre originalité à l'époque), son œuvre montre qu'il connaît Antonio Pollaiuolo, L […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique VANWIJNSBERGHE, « VAN DER GOES HUGO (1440 env.-1482 ou 1483) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-van-der-goes/