CLAUS HUGO (1929-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Constantes et ruptures

L'œuvre de Hugo Claus comporte bien des constantes thématiques. Parmi les motifs récurrents, il faut souligner l'amour de la mère, la haine du père absent, la Flandre pendant et après la Seconde Guerre mondiale et la force culpabilisante d'un catholicisme perverti (comme dans son roman Omtrent Deedee [À propos de Dédé], 1963). Ces thèmes, qui reviennent de manière obsédante, sont par ailleurs servis par un esprit critique intransigeant.

Ainsi des œuvres dramatiques – près de 40 pièces de théâtre, une bonne trentaine de traductions et d'adaptations de textes anglais, grecs, latins, français, espagnols et néerlandais –, le tout couronné par le prix Henriëtte Roland Holst en 1965. Dans la plupart de ses pièces, l'expression du désir physique prohibée par la morale régnante, mais de fait foncièrement irrépressible, constitue le thème majeur. Dans un premier temps, Claus s'en prend au catholicisme et à la société flamande, comme c'est notamment le cas dans Andréa, ou la Fiancée du matin, Suiker (Sucre, 1958), Vrijdag (Vendredi, 1969) et Intérieur (1971). Progressivement, il incorporera aussi des références à la mythologie classique dans des drames comme Thyestes (Thyeste, 1966), Œdipus (Œdipe, 1971) et Phaedra (Phèdre, 1999).

Esprit critique et engagement social atteignent leur apogée avec Le Chagrin des Belges, qui est sans conteste l'œuvre maîtresse de Claus. Le roman, paru en 1983 aux Pays-Bas et en Belgique, a tôt fait de conquérir le monde, grâce à de nombreuses traductions, dont celle en français d'Alain van Crugten, c'est une des plus remarquables. Le livre est d'abord une chronique familiale qui s'appuie sur un canevas autobiographique. Y sont mises en évidence certaines tensions politico-sociales particulières à la Belgique de l'entre-deux-guerres et, par là même, les causes du fascisme et de la collaboration qui touchèrent une partie de la population au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le Chagrin des Belges est également un roman de formation relatant la vie d'un jeune homme précoce, doué pour l'écriture, aux prises avec l'idéologie pe [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : docteur ès lettres, écrivain, traducteur, professeur de littérature française

Classification


Autres références

«  CLAUS HUGO (1929-2008)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 851 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre d'après guerre  »  : […] Pendant l'après-guerre, le théâtre reste le parent pauvre des lettres du Nord. En fait, ce sont les œuvres dramatiques du flamand Hugo Claus (1929-2008) qui assurent pendant longtemps la survie du théâtre néerlandophone. Nous comptons chez lui près de 40 pièces originales, une bonne trentaine de traductions et d'adaptations. Dans un premier temps, Claus s'en prend à la société flamande ; ultérieu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GELLINGS, « CLAUS HUGO - (1929-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-claus/