CLAUS HUGO (1929-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un mille-pattes aux allures de lion

Né à Bruges le 5 avril 1929, Hugo Maurice Julien Claus est le fils aîné de Joseph Claus et de Germaine Vanderlinden. Trois mois après la naissance de Hugo, la famille déménage à Astène (Flandre-Occidentale), village natal de Germaine, où Joseph poursuit une activité d'imprimeur, doublée d'un commerce de matériel scolaire. Au cours des années suivantes, la famille s'agrandit avec l'arrivée de trois autres garçons. Le jeune Claus connaît une scolarité chaotique au cours de laquelle il change fréquemment de pensionnat, notamment durant les années de guerre.

Dès 1946, il quitte la maison paternelle, fait ses premiers pas dans la poésie et la peinture et rêve d'une carrière de comédien. C'est toutefois la littérature qui l'emporte rapidement. En 1947, Claus publie un recueil de poésie expérimentale. Son premier roman De Metsiers (La Chasse aux canards), composé en un mois à la suite d'un pari, paraît en 1950. Le livre, qui attire sans tarder l'attention du public et de la critique littéraire, est couronné par le prix Leo J. Krijn. Mais il provoque aussi des réactions négatives, en raison des thèmes qu'il aborde tels que la sexualité et l'inceste.

Entre 1950 et 1953, au cours de ses années parisiennes (évoquées dans son roman Een zachte vernieling [Une douce destruction], 1988), Claus va être fortement influencé par les surréalistes, les existentialistes et les peintres avant-gardistes du groupe Cobra (Pierre Alechinsky, Karel Appel, Corneille, entre autres). À son retour en Belgique, il s'établit à Gand. Vient alors le succès : non seulement le roman De hondsdagen (Jours de canicule, 1952, prix Françoise Sagan, 1955) lui confère un statut de romancier incontournable, mais Een bruid in de morgen (Andréa, ou la Fiancée du matin, 1955), sa première pièce de théâtre, connaît un retentissement foudroyant, en même temps qu'elle suscite des attaques virulentes à cause d'un langage et de scènes estimés vulgaires.

Les années 1960 et 1970 seront à la fois productives et mouvementées pour ce mille-pattes aux allures de lion. Simultanément poète, ro [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : docteur ès lettres, écrivain, traducteur, professeur de littérature française

Classification


Autres références

«  CLAUS HUGO (1929-2008)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 851 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre d'après guerre  »  : […] Pendant l'après-guerre, le théâtre reste le parent pauvre des lettres du Nord. En fait, ce sont les œuvres dramatiques du flamand Hugo Claus (1929-2008) qui assurent pendant longtemps la survie du théâtre néerlandophone. Nous comptons chez lui près de 40 pièces originales, une bonne trentaine de traductions et d'adaptations. Dans un premier temps, Claus s'en prend à la société flamande ; ultérieu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul GELLINGS, « CLAUS HUGO - (1929-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-claus/