HOWL, Allen GinsbergFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la chute à la rédemption

L'élégie funèbre commence avec la descente aux enfers d'une nation qui a trahi ses idéaux démocratiques et humanitaires. « J'ai vu les plus grands esprits de ma génération détruits par la folie, affamés hystériques nus,/ se traînant à l'aube dans les rues nègres à la recherche d'une furieuse piqûre... » : Ginsberg module son constat rhapsodique comme un gémissement continu qui se tiendrait au bord de la folie. Le poème a la beauté de la poésie abstraite, elle se veut faite de « combinaisons maladroites comme les pas de Charles Chaplin », de « longs refrains au saxophone qu'aurait pu entendre Jack Kerouac » dont la prose a inspiré Ginsberg.

Le deuxième chant dénonce la déshumanisation de l'univers industriel. Sous l'effet du peyotl, le poète a des visions : de son regard vide, le crâne de robot de Moloch le fixe par la fenêtre de sa chambre d'hôtel, « Moloch dont les yeux sont mille fenêtres aveugles ! Moloch dont les gratte-ciel se dressent dans les longues rues comme des Jéhovah infinis ! Moloch dont les usines rêvent et croassent dans la brume ! ». Le troisième chant est celui de l'Agnus Dei qui va racheter ce monde damné – l'ami Carl Solomon, le saint fou, émule d'Antonin Artaud, crucifié à l'asile de Rockland où il a lui-même demandé à être interné. Cette incantation revêt un souffle whitmanien pour proclamer que tout est sacré dans l'homme : la chair, le sexe et les viscères comme l'esprit. L'illumination et l'extase, plutôt qu'une conception philosophique structurée, sont à la source de cette inspiration visionnaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOWL, Allen Ginsberg  » est également traité dans :

GINSBERG ALLEN (1926-1997)

  • Écrit par 
  • Kenneth WHITE
  •  • 510 mots
  •  • 2 médias

« Ce qu'il faut à ce pays », disait Henry Miller, parlant des États-Unis, « c'est un fou inspiré. » Quand le volume Howl and Other Poems parut chez Lawrence Ferlinghetti, qui a édité presque tous les livres de Ginsberg, à San Francisco (City Lights Press), en 1956, Miller devait au moins lui tirer un coup de chapeau. Toujours est-il qu'avec la parution de ce livre, qui fit d'ailleurs l'objet d'un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FABRE, « HOWL, Allen Ginsberg - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/howl/