HOTTENTOTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disparition d'une ethnie

Les Hottentots du Cap occupaient, à l'arrivée des Hollandais au xviie siècle, la partie occidentale de l'extrémité sud du continent. D'après des sources anciennes, ils devaient être environ 50 000, répartis en communautés dont certaines ont laissé leur nom à des montagnes ou à des rivières. Les Portugais les avaient déjà découverts à la fin du xvsiècle, et ces premiers contacts furent sanglants. Les Hollandais appréciaient surtout leur bétail, qu'ils s'appropriaient sous n'importe quel prétexte ; il en résulta un appauvrissement et la désintégration de l'organisation tribale.

À cette époque, les Hottentots orientaux, dont les plus puissants étaient, au xviiie siècle, les Gona, entrèrent en contact avec les envahisseurs bantous qui les ont absorbés ou exterminés ; des clics (//) et des racines khoisan passèrent dans les langues de ces Bantous, Zoulous et Xhosa.

Les Korana sont les descendants d'un groupe de Hottentots du Cap qui, à la fin du xviie siècle, émigrèrent vers le nord-est pour échapper aux Hollandais. Vers 1850, leur nombre était estimé à 20 000 ; il décrût rapidement au cours de guerres désastreuses contre les conquérants Sotho qui les ont finalement assimilés. Ils n'existent plus en tant que communauté distincte.

Enfin les Nama, Naman ou Namaqua sont installés plus au nord, dans le Sud-Ouest africain (actuelle Namibie). Au cours du xixe siècle, ils luttèrent contre d'autres Hottentots fuyant le Cap, contre des pasteurs bantous, les Herero migrant vers le sud, et contre les Allemands dont la politique tendait à briser leur cohésion. Toutefois, au début du xxe siècle, l'ethnologue A. W. Hoernlé put encore observer leurs institutions. Les métis Hottentots-européens tendaient à se regrouper en communautés, tels les « bâtards de Rehoboth » étudiés par l'anthropologue E. Fisher. Quelques communautés résiduelles ont été placées dans des réserves.

Il n'est pas possible d'évaluer aujourd' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOTTENTOTS  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Types humains et « races » : des représentations controversées »  : […] L'unicité de l'espèce humaine n'empêche pas celle-ci de se subdiviser en groupes identifiables par des caractéristiques physiques héréditaires. Celles-ci ont été utilisées pour définir des races. L'Afrique au sud du Sahara est ainsi le continent des Noirs, par opposition à l'Afrique septentrionale peuplée de Blancs. Le terme de race pose aujourd'hui problème. De nombreux scientifiques le récusent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geographie-generale/#i_32470

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les langues khoisan »  : […] Le mot khoisan , créé par Schapera, est composé des termes khoi , que les Hottentots s'appliquent à eux-mêmes, et san qu'ils appliquent aux Boschimans. Au moment de la pénétration européenne, ainsi que le relate Delafosse, les Hottentots occupaient encore toute l'Afrique méridionale, du fleuve Orange au Vaal ; les Nama fréquentaien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-langues/#i_32470

BERGDAMA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 250 mots

Installés dans la réserve d'Okombahe (Namibie) pour la plupart d'entre eux, les Bergdama (également appelés Berg Damara) sont au nombre de 105 000 environ à la fin des années 1990. Leur origine reste mystérieuse. Ils sont beaucoup plus foncés que les populations environnantes et ressemblent plus aux Noirs d'Afrique de l'Ouest qu'aux Bantous. Ils n'ont pas de langue propre, ayant adopté celle des N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bergdama/#i_32470

BOCHIMANS, BOSCHIMANS ou BUSHMEN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Représentants et caractéristiques »  : […] Pour les Bochimans, la fuite étant la défense la plus sûre, il est difficile de les dénombrer. Schapera, le spécialiste sud-africain, estimait en 1930 leur nombre à 7 500. Mais Tobias démontra en 1955 qu'ils étaient plus de 55 000, répartis entre le Botswana et le Sud-Ouest africain (Namibie) ; de plus, il en restait alors environ 4 000 en Angola, 200 en Zambie, 20 seulement en république d'Afriqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bochimans-boschimans-bushmen/#i_32470

CAP LE

  • Écrit par 
  • Éric AXELSON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY
  •  • 2 331 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Un site privilégié »  : […] Le navigateur portugais António de Saldanha est le premier Européen à mouiller, en 1503, dans la baie de la Table (Table Bay) et à gravir la montagne du même nom. Il rencontre quelques centaines d'indigènes, du peuple Khoi-Khoin, vivant de chasse, de pêche et de cueillette. Dès lors, les navires européens font escale dans Table Bay pour s'approvisionner en eau douce, en viande et autres biens et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cap/#i_32470

JUMEAUX (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 3 343 mots

Dans le chapitre « Naissances multiples redoutées »  : […] L'ambivalence à l'égard de la gémellité penche parfois vers un pôle nettement négatif : dans certains groupes africains, on ne trouve pas de jumeaux adultes, car à la suite des naissances gémellaires l'un des deux enfants a été mis à mort, ou bien exposé à une sorte d'ordalie passive. Jumeaux de même sexe et jumeaux de sexe opposé font souvent l'objet de traitements distincts. Les Bari d'Afrique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jumeaux-anthropologie/#i_32470

RESTITUTION DES BIENS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Krzysztof POMIAN
  •  • 6 768 mots

Dans le chapitre « De la décolonisation à la globalisation, les aléas de la restitution »  : […] Passons aux déplacements des œuvres d'art et d'autres biens culturels qui furent causés par les rapports de domination imposés par l'Occident – l'Europe occidentale et les États-Unis d'Amérique – à une grande partie de l'Asie, à l'Afrique et à l'Amérique centrale et du Sud du xvi e  siècle aux années 1950. Tutelle sur les finances et les douanes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restitution-des-biens-culturels/#i_32470

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « HOTTENTOTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hottentots/