RAMBOUILLET HÔTEL DE

BALZAC JEAN-LOUIS GUEZ DE (1595 env.-1654)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 660 mots

Le maître de la littérature épistolaire et l'un des créateurs de la prose classique dans la première moitié du xvii e siècle. Balzac met d'abord sa plume au service du duc d'Épernon et tente de jouer lui-même un rôle politique. Ses ambitions sont vite déçues et, après un séjour à Rome, il se retire dans sa province natale, devenant (surtout à par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balzac-jean-louis-guez-de/#i_86760

CHAPELAIN JEAN (1595-1674)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 369 mots

Fils d'un notaire parisien, Jean Chapelain abandonne des études de médecine pour entrer comme précepteur chez le marquis de La Trousse, dont il administrera longtemps les biens. Célibataire, il vit avec une économie que ses adversaires taxent de ladrerie, de même qu'ils brocardent sa mise peu soignée. Il nourrit, il est vrai, une seule passion, le savoir, et a pour seul luxe sa bibliothèque (4 000 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-chapelain/#i_86760

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Une civilisation de la conversation : les salons »  : […] Les lumières du Versailles culturel de Louis XIV étaient à peine éteintes que les salons reprenaient à Paris le rôle qui avait été le leur au début du xvii e  siècle. Non que l'hôtel de Rambouillet ait été le premier salon littéraire. On peut trouver dès le milieu du xvi e  siècle, et même en prov […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_86760

GUIRLANDE DE JULIE LA

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 415 mots

Recueil de poèmes collectif, composé à l'imitation des « guirlandes » italiennes et offert le 1 er janvier 1634 (plutôt qu'en 1641, comme le veut la tradition) par le marquis de Montausier (qui deviendra plus tard duc et pair et sera nommé précepteur du Dauphin), à Julie d'Angennes, fille de la marquise de Rambouillet, qu'il courtisait depuis 1631 et qu'il finira par épou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-guirlande-de-julie/#i_86760

MALLEVILLE CLAUDE DE (1597-1647)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 220 mots

Poète français, il est l'un des représentants les plus marquants de la génération qui a suivi immédiatement celle de Malherbe. Attaché au service du maréchal de Bassompierre, qu'il ne quittera que quelques mois pour suivre le cardinal de Bérulle, il l'accompagne dans ses missions diplomatiques. Lorsque son maître est arrêté en 1631, et emprisonné pendant de longues années, il lui reste fidèle et m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-de-malleville/#i_86760

MARINO GIOVANNI BATTISTA dit LE CAVALIER MARIN (1569-1625)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 2 733 mots

Dans le chapitre « Misère et splendeur d'un courtisan »  : […] Né à Naples en 1569, Giovanni Battista Marino, surnommé le Cavalier Marin, illustre d'une manière exemplaire la condition de l'homme de lettres au début du xvii e siècle. Très jeune, il manifeste une invincible répugnance pour le droit auquel son père le destinait et un penchant non moins invincible pour les femmes, les dettes et la poésie. D'emb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marino-le-cavalier-marin/#i_86760

POMPONNE SIMON ARNAULD marquis de (1618-1699)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 368 mots

Neveu du grand Arnauld, Simon Arnauld, marquis de Pomponne, entre au Conseil du roi en 1644, puis devient intendant des armées de Naples et de Catalogne. Les opinions jansénistes de sa famille nuisent à sa carrière, mais, bel esprit, il est reçu à l'hôtel de Rambouillet où règne Voiture, à l'hôtel de Nevers, chez la princesse Palatine, à Vaux chez Fouquet dont il partage la disgrâce en 1662. Le ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-pomponne/#i_86760

PRÉCIOSITÉ

  • Écrit par 
  • Roger LATHUILLÈRE
  •  • 2 980 mots

Dans le chapitre « Le vrai visage de la préciosité »  : […] En réalité, la préciosité a revêtu des aspects beaucoup plus complexes. Elle n'est pas cet esprit superficiel et léger qu'on lui attribue d'ordinaire. Frivole parfois, attirée par des riens galants tels qu'on en trouve dans les Poésies de Voiture, les Recueils manuscrits de Valentin Conrart, ceux de Charles de Sercy, elle ne se cristallise pas seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preciosite/#i_86760

RUELLE, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 339 mots

Le xvi e siècle a connu des salons curieux de littérature, comme celui des dames des Roches. Mais avant le xviii e siècle, le salon comme pièce de réception n'existe que dans les palais. Au xvii e , c'est dans la « ruelle » (en fait, dans la cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruelle-histoire-litteraire/#i_86760

SALONS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Antoine LILTI
  •  • 6 529 mots

Dans le chapitre « Histoire et géographie des salons »  : […] Historiquement, l'apogée du monde des salons se situe entre le début du xvii e  siècle et le milieu du xix e  siècle. On trouve des salons au xvi e  siècle, certes, mais ceux-ci sont encore mal distincts des cours princières, telle celle de Margue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-litteraires/#i_86760

SCARRON PAUL (1610-1660)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 335 mots

Dans le chapitre « Un burlesque »  : […] Paul Scarron naquit à Paris. Sans briller par des dispositions particulières pour la piété, il entra dans les ordres, et vécut, de 1632 à 1640, au Mans, dans l'entourage intime de l'évêque. Il n'était pas précisément scandaleux, mais d'allures fort libres. En 1638, il fut atteint d'une terrible maladie qui finit par le rendre paralysé des jambes, de la colonne vertébrale et de la nuque. L'explicat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-scarron/#i_86760

SCUDÉRY GEORGES DE (1601-1667)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 642 mots

Il n'est pas seulement le frère (et le collaborateur) de Madeleine, ou le matamore des lettres qu'on s'est plu à ridiculiser : c'est aussi un poète et un dramaturge apprécié de ses contemporains. Il quitte en 1630 une carrière militaire illustrée par cette retraite au pas de Suse qu'il vantera toute sa vie comme un exploit (sans être d'ailleurs, semble-t-il, démenti à l'époque), pour se fixer à Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-scudery/#i_86760

SCUDÉRY MADELEINE DE (1607-1701)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 352 mots

Née au Havre, orpheline, Madeleine de Scudéry reçoit une éducation d'une solidité rare pour son sexe, qui contrebalance son goût précoce des romans, et elle se fixe à Paris. Sa laideur lui ôte l'espoir de s'y marier, mais son esprit et l'agrément de sa conversation lui ouvrent l'hôtel de Rambouillet. Elle se lie avec Mlle Paulet et avec Montausier, Chapelain, Conrart, Ménage, Godeau. Bientôt « Sap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-de-scudery/#i_86760

TALLEMANT DES RÉAUX GÉDÉON (1619-1692)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 482 mots

Bien que sa famille fît partie de la grande bourgeoisie protestante et occupe une place importante dans le monde de la haute finance, Tallemant des Réaux a toujours préféré aux affaires la littérature, le monde et la compagnie des gens d'esprit. Il écrit des satires, des rondeaux, des épigrammes qu'il ne montre « qu'à ses plus particuliers amis » ; il annote l'œuvre de Voiture et rassemble dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gedeon-tallemant-des-reaux/#i_86760

VOITURE VINCENT (1598-1648)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 238 mots

Fils d'un marchand de vin d'Amiens, Vincent Voiture acquiert au collège de Boncourt la protection du comte d'Avaux. Dans les années 1625-1627, il est accueilli à l'hôtel de Rambouillet, où il devient « l'âme du rond » ; il est d'autre part nommé introducteur des ambassadeurs auprès de Gaston d'Orléans dont les équipées l'entraînent, en de multiples pérégrinations, jusqu'au Maroc. Pourtant, il s'at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-voiture/#i_86760