HORMONES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Système endocrinien

Système endocrinien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Fonctionnement

Fonctionnement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vertébrés : hormones peptidiques et protidiques

Vertébrés : hormones peptidiques et protidiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Récepteurs nucléaires et leurs ligands

Récepteurs nucléaires et leurs ligands
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les hormones en physiologie humaine

Caractères généraux

Définition

On désigne sous le nom d'hormones (du grec hormaô, je mets en mouvement, j'excite) des substances de nature organique, élaborées par certaines glandes (ou certains tissus), déversées dans le sang et ayant pour unique effet d'exercer une action spécifique sur des parties éloignées du même organisme qui jouent le rôle d'effecteurs (ou récepteurs). Cette définition ne s'applique pas aux substances purement nutritives, aux intermédiaires chimiques de l'activité nerveuse, tels que l'acétylcholine, la sympathine ou l'histamine, ni aux substances inductrices de l'organisation embryonnaire, dont l'activité, purement locale, s'exerce par diffusion et non par l'intermédiaire de la circulation générale.

Quelques hormones, comme celles des gonades embryonnaires, peuvent également exercer une influence organisatrice locale. Certaines substances sont d'un classement difficile, telles la noradrénaline ou la sérotonine, qui sont répandues dans le sang, mais qui se comportent aussi comme des intermédiaires chimiques locaux de certaines activités nerveuses ; tels aussi les releasing factors que produit, à la base du cerveau, l'hypothalamus (cf. infra, Relations neuroendocriniennes).

Lieux de production

La plupart des hormones sont élaborées par des organes spécialisés, les glandes endocrines (du grec : endon, à l'intérieur de, et krinô , je sécrète). Dépourvues de canaux excréteurs, ces glandes déversent directement dans le sang leurs produits de sécrétion. Tels sont, par exemple, le corps thyroïde et les parathyroïdes, les ovaires, les testicules, les surrénales, l'antéhypophyse. Il arrive que le tissu producteur soit situé au sein d'une glande exocrine ; c'est le cas du pancréas, dont les éléments endocriniens sont représentés par de petits îlots cellulaires (îlot [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités
  • : professeur honoraire de clinique endocrinologique à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine
  • : professeur à l'université et au Muséum national d'histoire naturelle
  • : docteur en médecine, chercheur à l'unité 33 de l'I.N.S.E.R.M., Le Kremlin-Bicêtre

Classification


Autres références

«  HORMONES  » est également traité dans :

NOTION D'HORMONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

À la fin du xixe siècle apparut l'idée que certaines structures anatomiques friables et très vascularisées sécrétaient des substances d'une grande importance pour l'organisme, qu'on appela « sécrétions internes », reprenant une expression inventée par Claude Bernard. Après qu'on eut montré que, dans certa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-d-hormone/#i_120

ADÉNYLIQUE CYCLIQUE ACIDE ou ADÉNOSINE MONOPHOSPHATE CYCLIQUE (AMP cyclique)

  • Écrit par 
  • Paolo TRUFFA-BACHI
  •  • 482 mots

En 1956, l'Américain E. W. Sutherland et ses collaborateurs découvrent un facteur thermostable indispensable à l'activation, par l'adrénaline, de la phosphorylase du tissu hépatique. La caractérisation chimique de la substance montre qu'il s'agit d'un nucléotide : l'adénosine 3′,5′-monophosphate cyclique. L'AMP cyclique a été depuis mis en évidence chez toutes les espèces animales, chez les bactér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adenylique-cyclique-adenosine-monophosphate-cyclique/#i_120

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_120

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Rôle de certaines hormones »  : […] Sur le plan endocrinien, il est clair que toutes les formes d'agression n'obéissent pas au schéma simpliste élaboré vers les années quarante selon lequel toute élévation du taux des androgènes (hormones sexuelles mâles) correspond à une augmentation du niveau d'agression. Ce schéma n'est cependant pas abandonné et on explique ainsi la docilité des mâles de certaines espèces domestiques obtenue pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite-ethologie/#i_120

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dès 1934, Wintersteiner démontrait que l'animal, privé de surrénales, pouvait être maintenu en vie à l'aide d'une fraction amorphe extraite de la partie corticale de ces glandes. En 1953, Wettstein et Reichstein ont isolé, à partir de cette fraction, une substance hormonale comportant une fonction aldéhyde et ils lui ont donné le nom d'aldostérone. Wettstein en a réalisé la synthèse en 1955. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldosterone/#i_120

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les hormones digestives »  : […] L' arrivée des aliments dans le tube digestif provoque une cascade d'événements médiés par des mécanismes neurohormonaux et par les nutriments dans le but d'adapter la motricité gastro-intestinale, de préparer la digestion et de réguler la prise alimentaire. Les sécrétions hormonales digestives sont stimulées directement par les nutriments. Elles ont des effets locaux et centraux soit directement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-prise-alimentaire/#i_120

ANDROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 983 mots

Hormones stéroïdes à dix-neuf atomes de carbone, les androgènes naturels sont biosynthétisés par les gonades, ovaires et testicules (et dans ces derniers par les cellules de Leydig), et par les corticosurrénales (zone réticulée). La testostérone est chez le mâle le principal androgène parmi ceux qui circulent dans le sang. D'activité plus faible et produite en outre à concen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androgenes/#i_120

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Expression physique du sexe : sexualisation »  : […] La reproduction sexuée pose un problème qui lui est propre. C'est celui de la différenciation en deux sexes distincts ou sexualisation . En effet, la gamétogenèse s'effectue selon deux voies différentes. La gamétogenèse mâle produit des gamètes mâles ou spermatozoïdes  ; c'est une spermatogenèse. La gamétogenèse femelle donne des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modes-de-reproduction-des-animaux/#i_120

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phénomène : diminution de la biosynthèse de l'hormone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antihormones/#i_120

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Dysovulations »  : […] Ce très vaste chapitre comprend toutes les anomalies du cycle menstruel (en durée, fréquence et qualité se traduisant par une irrégularité des cycles, un plateau thermique court). La majorité des troubles de l’ovulation est liée à des anomalies hormonales. En l’absence de causes obstructives identifiées, les troubles de l’ovulation se traitent par des hormones qui pallient la déficience de sécrét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assistance-medicale-a-la-procreation-procreation-medicalement-assistee/#i_120

BUTENANDT ADOLF FRIEDRICH JOHANN (1903-1995)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 500 mots

Chimiste allemand né à Bremerhaven-Lehe (Allemagne) et décédé à Berlin. Butenandt commence ses études à l'université de Marburg puis à Göttingen où il prépare sous la direction d'Adolf Windaus un doctorat de chimie qu'il soutient en 1927. Son travail de thèse porte sur la structure chimique de la roténone, un produit naturel possédant des propriétés insecticides. Il devient assistant de Windaus et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-friedrich-johann-butenandt/#i_120

CALCÉMIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 540 mots

Concentration du calcium plasmatique total, exprimée en milligramme par litre (mg/l). La calcémie moyenne normale est de 100 ± 5 mg/l. Le calcium plasmatique comprend le calcium ionisé (Ca ++ ), environ 65 mg/l, le calcium ultrafiltrable non ionisé, environ 5 mg/l, et le calcium fixé aux protéines, environ 30 mg/l. Les modifications de la protidémie peuvent entraîner des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcemie/#i_120

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'hormonothérapie »  : […] Les cancers des glandes endocrines ou exocrines (sein, prostate, ovaire, thyroïde) ont souvent conservé la dépendance hormonale des tissus glandulaires dont ils dérivent. En effet, un sein ou une prostate se développent au moment de la puberté sous l'influence d'hormones qui contrôlent ensuite leur activité fonctionnelle et leur prolifération ; les cellules saines sont dotées de récepteurs vis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancer-et-sante-publique/#i_120

CARACTÈRES SEXUELS PRIMAIRES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 227 mots

Caractères sexuels correspondant à la présence, chez un animal, des gonades (testicules chez le mâle et ovaires chez la femelle) et des annexes génitales, organes directement en rapport avec la fonction de reproduction, c'est-à-dire avec le transport des gamètes et avec l'accouplement (voies génitales et organes copulateurs), éventuellement aussi avec la gestation. Le développement des annexes gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracteres-sexuels-primaires/#i_120

CERVEAU ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Patrik VUILLEUMIER
  •  • 1 618 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Organisation en réseaux cérébraux »  : […] Une perspective plus récente considère que les émotions dépendent de réseaux cérébraux distribués (chacun formé de plusieurs aires cérébrales fortement interconnectées entre elles), impliquant des processus qui ne sont pas nécessairement spécifiques aux émotions, au-delà de circuits limbiques ou végétatifs uniquement « spécialisés » pour les émotions. Selon cette perspective, la spécificité distin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-emotion/#i_120

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le diencéphale : un cerveau à la fois végétatif et affectif »  : […] De haut en bas, le diencéphale est subdivisé en deux parties : le thalamus et l' hypothalamus (cf. fig. 1). Situé dans la partie dorsale du diencéphale, le thalamus (du grec thalamos , « chambre intérieure ») est un véritable portail contrôlant les entrées et les sorties du néocortex. Toutes les afférences sensorielles (à l'excep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_120

CHOLÉCYSTOKININE-PANCRÉOZYMINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 380 mots

Découverte en deux temps, d'abord pour son action sur la contraction de la vésicule biliaire et rattachée à la cholécystokinine par Ivy et Golberg en 1928, puis pour son action sur la sécrétion enzymatique pancréatique, attribuée à la pancréozymine par Harper en 1943, cette hormone n'a vu reconnaître son unité structurale qu'en 1971 par Mutt. La cholécystokinine-pancréozymine est sécrétée par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholecystokinine-pancreozymine/#i_120

CHOLESTÉROL

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jacques ROUFFY
  •  • 5 925 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Cholestérol plasmatique et lipoprotéines »  : […] Le cholestérol circulant dans le sang se distribue pour moitié dans les globules rouges et pour moitié dans le plasma. Le taux plasmatique du cholestérol (cholestérolémie) est de l'ordre de 2 g par litre. La cholestérolémie varie avec le sexe, l'âge (de 1,7 chez le jeune à 2,5 g/l vers 50 ans) et le régime alimentaire de l'individu. De même que les autres composés lipidiques, insoluble dans l'eau, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholesterol/#i_120

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Médiateurs intercellulaires d’action à distance »  : […] Tant chez les végétaux que chez les animaux, de nombreuses cellules produisent des molécules messagères, ou médiateurs, capables d’influer sur d’autres cellules de l’organisme situées à des distances plus ou moins grandes de la cellule émettrice et qui peuvent les reconnaître. Les plus connues de ces molécules sont les hormones. Chez les végétaux, diverses hormones existent qui agissent, soit à tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-cellulaire/#i_120

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  État physiologique »  : […] L'état physiologique d'un animal varie bien évidemment avec son âge (cf. comportement animal - D éveloppement du comportement), mais également en fonction de ses taux d'hormones. Ces substances influencent le comportement à de nombreux niveaux, principalement en faisant varier la motivation de l'animal à accomplir tel ou tel comportement. Le plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-fondements-du-comportement/#i_120

CONTRACEPTION HORMONALE

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 6 129 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le mode d'action des pilules contraceptives »  : […] Tous les contraceptifs hormonaux agissent en modifiant le cycle hormonal de la femme. Normalement, de la puberté à la ménopause, les ovaires sont en interaction constante avec deux structures situées dans le cerveau –  l'hypophyse et l'hypothalamus –, par l'intermédiaire des hormones qu'ils sécrètent : œstrogènes et progestérone pour les ovaires, FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contraception-hormonale/#i_120

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Système endocrinien et croissance »  : […] L' ensemble du système endocrinien qui va contrôler la croissance jusqu'à l'âge adulte est en place dès la naissance. Comme le montre la figure 6 , on peut retenir un schéma général reliant la production des diverses hormones et les variations de la vitesse de croissance selon l'âge. La cinétique de la croissance peut s'analyser comme la superposition de trois phénomènes, dont deux sont hormono-d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_120

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 669 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Glandes endocrines »  : […] On connaît chez les crustacés plusieurs glandes dont les sécrétions interviennent dans le déroulement de divers processus physiologiques. La glande de mue (ou organe Y), la glande du sinus (ou organe X) et la glande androgène sécrètent des hormones qui jouent un rôle dans la croissance, la différenciation du sexe, le développement des gonades, l'adaptation chromatique, etc. Les recherches ont ess […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crustaces/#i_120

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonction endocrine des ovaires »  : […] Les ovaires sécrètent trois types d'hormones stéroïdiennes : les estrogènes, la progestérone et les androgènes. Ces hormones sont constituées de molécules relativement simples, connues pour certaines depuis la décennie 1930 et, en conséquence, elles sont fabriquées depuis longtemps par synthèse chimique. Les estrogènes sont représentés avant tout par l'estradiol, hormone féminine principale, et, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-menstruel/#i_120

DÉCOUVERTE DE LA CORTISONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 212 mots

La recherche sur les glandes surrénales fut stimulée par des observations cliniques faites sur des malades atteints d'insuffisance surrénalienne. De 1933 à 1936, trois groupes de chercheurs, dont celui d'Edward C. Kendall, qui avait déjà isolé la thyroxine, et celui de Tadeus Reichstein à Zurich, isolent à partir des corticosurrénales une substance (nommée compound E par Ken […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-la-cortisone/#i_120

DÉCOUVERTE DE L'INSULINE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

L'histoire de l'insuline remonte à la mise en évidence expérimentale du rôle du pancréas dans la genèse du diabète sucré chez le chien, par Oskar Minkowski et Josef von Mering, en 1889. Stimulés en outre par les résultats encourageants de l'administration d'extraits de thyroïde dans l'hypothyroïdie, plusieurs chercheurs s'efforcent d'isoler la « sécrétion interne », ou hormone du pancréas, qui dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-insuline/#i_120

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La maturation osseuse et la croissance staturo-pondérale »  : […] L'œuf humain invisible à l'œil nu, le nouveau-né humain qui pèse en moyenne 3,2 kg et mesure environ 50 centimètres, l'adulte que nous connaissons et dont le poids et la taille varient sensiblement selon le sexe et l'ethnie d'origine, témoignent, lorsqu'on les compare, de l'inexorable programmation et des effets remarquables de la croissance en taille et en poids (fig. 6). Celle-ci est conditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-humain/#i_120

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'insuline, seul traitement du diabète de type 2 »  : […] L'insuline est le seul traitement utilisable pour les diabétiques de type 1 mais peut s'avérer aussi nécessaire pour les sujets diabétiques de type 2 insuffisamment contrôlés par les autres traitements. C'est le seul traitement autorisé durant la grossesse dans la plupart des pays lorsque le régime restreint en hydrates de carbone est insuffisant. L'insuline ne peut être administrée que par inject […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diabete/#i_120

DIAPAUSE, zoologie

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT
  •  • 1 152 mots

La diapause est une forme de vie ralentie, génétiquement déterminée, une phase d'arrêt du développement pendant des périodes défavorables de l'environnement. Cet important mécanisme adaptatif permet aux animaux de résister et de survivre aux variations saisonnières de l'habitat telles que les basses températures hivernales, les fortes chaleurs estivales, les périodes de sécheresse ou encore d'abs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diapause-zoologie/#i_120

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les hormones digestives »  : […] C'est vers 1930 que l'on a commencé à parler d'hormones digestives : on savait que l'extrait de muqueuse duodénale, injecté par voie sanguine, faisait contracter la vésicule biliaire, sécréter le pancréas, inhibait la sécrétion gastrique. Par ailleurs, on soupçonnait l'existence d'une hormone faisant sécréter l'estomac. On l'appelait la gastrine, mais pour beaucoup ce n'était qu'un fantôme. Il fal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/#i_120

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les scénarios évolutifs »  : […] De nombreuses hormones ont une origine très ancienne et sont présentes dans (presque) tous les groupes animaux ; d'autres sont apparues plus récemment et leur distribution est plus restreinte, par exemple aux seuls vertébrés. Ce sont les progrès de la génomique et de la phylogénie qui permettent de proposer des scénarios évolutifs, à différentes échelles, concernant les hormones, leurs récepteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-endocrinien/#i_120

ENDOCRINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 3 846 mots

Bien avant qu'on en connût le rôle, les anatomistes avaient remarqué l'existence de petites formations ayant l'apparence de glandes, mais dépourvues de canal excréteur. Elles présentaient une riche vascularisation, si bien qu'on leur donna d'abord le nom de glandes vasculaires sanguines ou closes. Dans la seconde moitié du xix e et au début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/endocrinologie/#i_120

ENTÉROGASTRONES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 403 mots

Hormones peptidiques gastro-intestinales, les entérogastrones sont produites par certains constituants du système APUD, et apparentées à la sécrétine et au glucagon. Sécrété dans le duodénum et le jéjunum par les cellules K, le GIP ( gastric inhibitory peptide ) appartient à la famille de la sécrétine. Synthétisé, il peut être dosé par méthode radio-immunologique. Sa sécrétio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enterogastrones/#i_120

ENZYMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 12 668 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Modifications d'une activité enzymatique par addition covalente »  : […] D'autres voies du contrôle de l'activité des enzymes sont au contraire réversibles. Il s'agit de la fixation covalente par voie enzymatique d'un groupement chimique qui donne à la macromolécule des propriétés différentes, fixation réversible avec retour à l'état d'origine par l'effet d'une enzyme antagoniste (par exemple le couple kinase-phosphatase). Plusieurs modalités de contrôle par modificati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enzymes/#i_120

ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 1 220 mots

L'appellation de ces substances dérive du terme œstrus (ou estrus) qui désigne, chez les mammifères femelles, la période où l'ovulation et la réceptivité vis-à-vis du mâle coïncident. Les estrogènes naturels sont des hormones stéroïdes à dix-huit atomes de carbone ; il s'agit principalement de l' estradiol (estra triène-1,3,5 diol-3,17), de l' estrone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/estrogenes-oestrogenes/#i_120

FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon)

  • Écrit par 
  • Jean COHEN
  •  • 3 526 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Détermination du moment de l'ovulation »  : […] Peu de temps avant l'ovulation, l'ovocyte est le siège de transformations essentielles à la fécondation. Si l'ovocyte est recueilli trop tôt, il ne pourra être immédiatement fécondé in vitro. Le délai optimal du recueil est de quelques heures (de 1 à 6) avant l'ovulation spontanée. Après, il est trop tard, l'ovocyte est expulsé et, puisque les trompes sont imperméables chez les patientes, il se p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fivete/#i_120

GÉNOMIQUE - Théorie et applications

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 030 mots

Dans le chapitre « La construction et le transfert de gènes »  : […] Un gène ne peut être complètement étudié et exploité qu'après avoir été transféré dans une cellule ou un organisme, où il s'exprime. Il est possible d'isoler n'importe quel fragment de l'ADN d'un génome et d'en disposer en quantité suffisante pour en modifier la structure et le réintroduire dans une cellule ou un organisme entier. Pour ce faire, les fragments d'ADN sont insérés dans des minichromo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genomique-theorie-et-applications/#i_120

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sénescence physiologique »  : […] La mise au point de tests fonctionnels de vieillissement a permis de mesurer, avec beaucoup plus de précision que ne le faisaient les méthodes anatomiques, l'importance et la vitesse des processus de sénescence au niveau des principaux organes dont certains paraissent plus sensibles que d'autres aux effets de l'âge. C'est le cas, en particulier, de l'appareil locomoteur, de l'appareil respiratoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/#i_120

GHRÉLINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHARVET
  •  • 502 mots

La ghréline est une hormone naturelle isolée de l'estomac de certains mammifères, dont l'homme, par l'équipe japonaise de Kosima ( Nature , n o  402, pp. 656-660, 1999). Lorsqu'on l'injecte par voie intraveineuse ou dans le ventricule cérébral, ce peptide relâche l'hormone de croissance, growth hormone, ou GH (d'où le GH de ghréline). La ghréline a a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghreline/#i_120

GLUCAGON

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 134 mots

Hormone produite dans le pancréas par des cellules appartenant aux îlots de Langerhans (sécrétion endocrine). Protéine de faible poids moléculaire, le glucagon a une action opposée à celle de l'insuline, une hormone produite elle aussi par des cellules langerhansiennes. Le glucagon augmente la concentration dans le sang d'un sucre utilisé par le métabolisme, le glucose, en stimulant l'hydrolyse d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucagon/#i_120

GLYCÉMIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET, 
  • Universalis
  •  • 3 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Système hypoglycémiant vago-hormonal »  : […] L' insuline est la seule hormone hypoglycémiante ; elle joue un rôle clef dans la régulation de la glycémie. Sa déficience se traduit par un ensemble de symptômes désignés sous le nom de diabète. Pour mettre en évidence une action endocrine, l'ablation de la glande représente la technique traditionnelle. L' histoire de la régulation de la glycémie est dominée par la mise au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glycemie/#i_120

GUILLEMIN ROGER (1924- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 270 mots

Physiologiste américain d'origine française, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1977 (conjointement à Andrew Schally et Rosalyn Yalow) pour ses recherches sur les hormones hypothalamiques. Roger Charles Louis Guillemin est né le 11 janvier 1924 à Dijon. Il fait ses études à l'université de Dijon, puis à celles de Lyon et de Montréal. Il devient enseignant à l'école de médecine Baylor, à Hous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-guillemin/#i_120

HOMÉOSTASIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET
  •  • 4 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Homéostasie et comportement »  : […] L'organisme est un système qui ne trouve son équilibre dynamique que grâce à son ouverture sur le monde extérieur, c'est-à-dire grâce à sa vie de relation qui intègre fonctions nerveuses et fonctions endocriniennes. Les glandes endocriniennes périphériques, stimulées à chaque instant par des stimulines hypophysaires, sécrètent diverses hormones dont le taux décide de l'activité des récepteurs e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeostasie/#i_120

HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  •  • 2 929 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contrôle neuro-hormonal des échanges hydro-électrolytiques »  : […] Les hormones de la glande cortico-surrénale, en particulier l' aldostérone , le cortisol et la cortisone ont la propriété de favoriser la rétention de Na + par l'organisme et l'élimination de K + . Elles agissent sur le néphron (unité fonctionnelle du rein, ), mais aussi sur l'abs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-hydromineral/#i_120

HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Universalis
  •  • 6 568 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le lobe antérieur »  : […] L' hypophyse se développe à partir de deux ébauches totalement différentes : une évagination de l'ectoblaste du stomodaeum située immédiatement en avant de la membrane pharyngienne et qui constitue la poche de Rathke , et un prolongement inférieur du plancher du diencéphale, l' infundibulum . Chez l'embryon de trois semaines, la poc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypophyse-glande-pituitaire/#i_120

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 696 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les produits de neurosécrétion »  : […] Les produits du contingent magnocellulaire sont deux hormones : la vasopressine ou hormone antidiurétique et l' ocytocine dont le rôle important dans la contraction de l'utérus gravide et dans la sécrétion lactée. Ceux du contingent parvocellulaire sont beaucoup plus nombreux et variés, contrôlant l'ensemble des sécrétions du lobe antérieur de l'hypophyse (les stimulines hypophysaires) dans le sen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothalamus/#i_120

INFANTILISME

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 559 mots

La persistance, à l'âge adulte, des caractères physiques, psychiques et génitaux propres à l'enfance peut définir l'infantilisme. Il se différencie du nanisme, qui ne porte que sur la croissance staturale, et de l'eunuchisme, qui procède seulement de l'insuffisance génitale. L'origine de l'infantilisme est souvent endocrinienne (l'antéhypophyse étant fréquemment concernée) ou diencéphalique, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infantilisme/#i_120

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Les contrôles hormonaux de la mue et de la métamorphose »  : […] Toute mue est déclenchée par une élévation du taux des ecdystéroïdes circulants. Celle-ci résulte de l'activation des glandes de mue par l'hormone prothoracicotrope sécrétée par le cerveau. La qualité de la mue est contrôlée par les hormones juvéniles produites par les corps allates, dont l'activité est contrôlée par des neurohormones cérébrales et par voie nerveuse. C'est la présence où l'absenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/#i_120

INSTINCT

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 9 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La hiérarchie des composantes de l'instinct »  : […] En s'appuyant essentiellement sur les travaux que Weiss a consacrés à l'autodifférenciation des structures de coordination du système nerveux central (1941), Tinbergen a donné une description du comportement reproducteur de l'épinoche Gasterosteus aculeatus et élaboré le modèle théorique de fonctionnement des composantes physiologiques de l'instinct. Weiss propose une classi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/#i_120

INTERSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Katy HAFFEN
  •  • 2 775 mots

Dans le chapitre « Différenciation sexuelle »  : […] Le sexe d'un embryon se détermine au moment de la fécondation. La détermination génétique du sexe dépend de la répartition des chromosomes sexuels X et Y dans l'œuf. Chez la plupart des animaux, la constitution génétique de l'œuf est homogamétique chez la femelle (XX), hétérogamétique chez le mâle (XY). Chez les Oiseaux et chez certains Amphibiens, la situation est inverse ; la formule mâle est Z […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intersexualite/#i_120

JOST ALFRED (1916-1991)

  • Écrit par 
  • Etienne WOLFF
  •  • 781 mots

Né en 1916 à Strasbourg, Alfred Jost accomplit de brillantes études dans des lycées de Strasbourg et de Paris.Il fut reçu à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm,où après avoir passé avec succès l'agrégation des sciences naturelles, il s'initie aux questions scientifiques avec le professeur Robert Lévy, dont l'enseignement était incomparable et dont se souviennent tous les élèves qui ont eu l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jost/#i_120

KENDALL EDWARD CALVIN (1886-1972)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 193 mots

Chimiste américain, né en 1886 à South Norwalk (Connecticut), Kendall est directeur du département de biochimie de la fondation Mayo à Rochester, puis professeur de chimie physiologique (1915-1951) ; il enseignera ensuite à l'université Princeton. Depuis la découverte, à la fin du xix e  siècle, du rôle vital joué par le cortex des glandes surréna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-calvin-kendall/#i_120

KNOBIL ERNST (1926-2000)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 767 mots

Berlinois par sa naissance, Viennois par ses parents, Français par son éducation, citoyen des États-Unis par sa carrière universitaire et scientifique, le physiologiste Ernst Knobil est demeuré toute sa vie un exemple parfait de l'intellectuel européen – une culture polymorphe assortie d'humour, une ambition habillée d'élégance, une rigueur scientifique tempérée de pragmatisme et d'efficacité. Dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-knobil/#i_120

LI CHOH HAO (1913-1987)

  • Écrit par 
  • Michel CHRÉTIEN
  •  • 490 mots

Né à Canton (Chine) en 1913, Choh Hao Li obtient son baccalauréat de chimie à l'université de Nankin et décide, en 1935, d'émigrer aux États-Unis pour compléter ses études en physico-chimie organique à l'université de Berkeley (Californie). Dès l'obtention de son doctorat, il commence, en 1938, une brillante carrière de biochimiste en explorant les secrets de la glande pituitaire, déjà reconnue c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-choh-hao-1913-1987/#i_120

MALACOSTRACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 10 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mue, autotomie et régénération chez les décapodes »  : […] Chez tous les arthropodes, la possession d'un squelette externe rigide, pratiquement inextensible, entraîne une importante conséquence biologique : l'accroissement du corps est lié à un phénomène cyclique, connu sous le nom de mue, et au cours duquel l'animal « change de peau ». Les crustacés présentent tout au long de leur vie des mues nombreuses, car leur croissance n'est pas limitée, comme cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malacostraces/#i_120

MAMMAIRE GLANDE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 841 mots

Caractéristique des mammifères, la glande mammaire sécrète le lait indispensable à la nutrition des jeunes. Elle se développe à partir de deux crêtes embryonnaires épiblastiques qui s'étendent ventralement de la région axillaire à l'aine. Chez l'homme, cette crête se résorbe ensuite, sauf dans la région pectorale où elle donne naissance à des bourgeons ectodermiques qui se creusent en canaux et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glande-mammaire/#i_120

MÉLATONINE

  • Écrit par 
  • Yvan TOUITOU
  •  • 870 mots

La mélatonine (N-acétyl-5-méthoxy-tryptamine) est une hormone sécrétée principalement par la glande pinéale ou épiphyse et également produite, mais en beaucoup plus faible quantité, par la rétine. Durant les trente dernières années, l'intérêt pour la glande pinéale a été relancé à la suite de l'isolement et de la caractérisation de la mélatonine, par Lerner et ses collaborateurs en 1958. Son nom l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melatonine/#i_120

MÉNOPAUSE

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 1 323 mots

La ménopause est un processus touchant les femmes entre quarante-huit et cinquante-cinq ans ; les ovaires cessent, de manière plus ou moins progressive, de produire des hormones féminines : estradiol et progestérone. Tout d'abord, les ovaires perdent la possibilité d'ovuler régulièrement et, en conséquence, ne fabriquent plus la progestérone, également appelée l'hormone lutéale, sécrétée par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menopause/#i_120

PILULE CONTRACEPTIVE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 207 mots

Les premiers essais de contrôle hormonal de la conception furent entrepris en Allemagne dès les années 1920. Aux États-Unis, Gregory Pincus mène, à la Worcester Foundation, des recherches sur la fécondation chez les Mammifères, et montre qu'on peut contrôler la fécondation chez l'animal par l'administration d'hormones femelles. Interrompant ces recherches en 1937, il les reprend en 1953, en partie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pilule-contraceptive/#i_120

MOTILINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 69 mots

La motiline est une hormone que libèrent les cellules EC2 du duodénum et du jéjunum, après alcalinisation de la muqueuse duodénale chez le chien (mais acidification chez l'homme). Favorisant l'activité motrice gastrique et intestinale, cette hormone aurait un rôle régulateur de la vidange gastrique. Elle est susceptible d'intervenir dans la pathogénie du reflux œsophagien. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motiline/#i_120

NEUROSÉCRÉTION

  • Écrit par 
  • F. STUTINSKY
  •  • 462 mots

Le concept de neurosécrétion est accepté aujourd'hui par tous les biologistes. Il s'agit, comme l'a souligné en 1966 W. Bargmann, « de la production et de l'excrétion d'hormones par des cellules nerveuses qui ont aussi les caractères cytologiques de cellules sécrétoires ». On savait depuis longtemps que, stimulées, les fibres nerveuses sympathiques libéraient une substance voisine de l'adrénaline […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosecretion/#i_120

NEUROTENSINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 94 mots

La neurotensine, composée de treize acides aminés, est localisée dans les neurones du cerveau et dans les cellules intestinales sécrétantes N . Elle est à la fois transmetteur peptidergique et hormone circulante. Elle entraîne une hyperglycémie avec des modifications de l'insulinosécrétion et des effets vasculaires périphériques avec hypotension. Elle serait responsable du sy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurotensine/#i_120

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les connexions hypothalamo-hypophysaires »  : […] Il faut distinguer deux types de liaisons, d'une part celles avec l' hypophyse postérieure constituées par un tractus neurosécrétoire, d'autre part celles avec l'hypophyse antérieure constituées par un dispositif neurovasculaire très spécial, unique dans l'organisme. Liaison hypothalamus-hypophyse postérieure . Le lobe postérieur (lobe nerveux, pars neuralis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_120

OBÉSITÉ

  • Écrit par 
  • Arnaud BASDEVANT, 
  • Cécile CIANGURA
  •  • 5 939 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déséquilibre énergétique »  : […] La quasi-totalité des réserves énergétiques de l'organisme est représentée par les réserves lipidiques, c'est-à-dire par la masse grasse contenue dans les cellules (adipocytes) du tissu graisseux (adipeux). La réserve énergétique est l'objet d'une régulation. Le niveau des réserves est maintenu autour d'une valeur de référence, propre à chaque individu, par des mécanismes complexes (cellulaires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/#i_120

PANCRÉAS

  • Écrit par 
  • Jacques MIROUZE, 
  • Éric RENARD, 
  • André RIBET
  •  • 8 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Insulinomes »  : […] Le diagnostic des insulinomes repose sur la mise en évidence d'une sécrétion insulinique excessive non suppressible par l' hypoglycémie. Les symptômes révélateurs principaux comprennent la survenue répétée de malaises hypoglycémiques graves survenant à jeun ou à l'effort et la prise simultanée de poids. La mesure de la glycémie et de l'insulinémie lors d'un épisode symptomatique est essentielle ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pancreas/#i_120

PARATHYROÏDES

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  • , Universalis
  •  • 2 274 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La sécrétion parathyroïdienne »  : […] A. M. Hanson (1923) et J.-B. Collip (1925) ont obtenu une préparation active d'hormone parathyroïdienne (ou parathormone) par l'hydrolyse acide (HCl) de glandes de bœuf. G. D. Auerbach (1959) et H. Rasmussen (1964), mettant en œuvre le phénol dans les procédés d'extraction et la chromatographie dans les opérations de purification, ont réussi à isoler l'hormone. Il s'agit d'une chaîne polypeptidi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parathyroides/#i_120

PERSONNALITÉ

  • Écrit par 
  • Jérôme ROSSIER
  •  • 5 262 mots

Dans le chapitre « Déterminants de la personnalité »  : […] Les déterminants de la personnalité sont à la fois génétiques, biologiques, et environnementaux. En effet, la différenciation du tempérament, qui serait en grande partie héritée, en personnalité stable et cohérente, se fait en interaction avec l’environnement. La contribution spécifique et unique des aspects héréditaires et environnementaux est difficile à déterminer, car précisément ils sont en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/#i_120

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

  • Écrit par 
  • Vincent LAUDET
  •  • 3 826 mots
  •  • 5 médias

Le grand public est alerté régulièrement sur les risques liés à l'exposition de l'homme à certains produits chimiques présents dans l'environnement. La toxicité du bisphénol A, l'épandage de pesticides sur les cultures ou encore les risques associés aux déchets industriels déversés dans les rivières font l'objet de nombreux débats dans les médias. Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'utilisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perturbateurs-endocriniens/#i_120

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Récepteurs et mécanismes physiologiques »  : […] La notion de récepteur, d'abord intuitive, s'est peu à peu affirmée d'abord pour les substances endogènes, puis pour des produits exogènes tels que les médicaments. Elle peut être assez large et recouvrir l'ensemble des macromolécules biologiques sur lesquelles viennent agir, de façon plus ou moins spécifique, des ligands (substrats d'enzymes, hormones, médicaments, toxiques, etc.). Le récepteur p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_120

PIGMENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Alain BOUTHIER, 
  • René LAFONT
  •  • 4 141 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les changements de couleur »  : […] La pigmentation d'un animal n'est pas nécessairement constante, et bien souvent les animaux présentent des changements de coloration que l'on peut diviser en deux types fondamentalement différents. On distingue d'une part des changements de couleur rapides (de quelques minutes à quelques heures) et réversibles, encore appelés changements physiologiques et, d'autre part, des changements de couleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pigmentation-animale/#i_120

PROCRÉATION

  • Écrit par 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Paul-François LEROLLE, 
  • Yves MALINAS, 
  • Jacques TESTART
  •  • 12 308 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Unité hormonale fœto-placentaire »  : […] Le placenta fabrique de nombreuses hormones dont les principales sont l' hormone chorionique, l'hormone lactogène et les hormones stéroïdes. La première a pour fonction de maintenir le corps jaune ovarien en activité pendant les deux premiers mois de la grossesse, la deuxième serait une hormone de croissance ; quant au rôle des hormones stéroïdes, il est difficile à préciser. L'hormone chorionique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procreation/#i_120

PROGESTATIFS

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 586 mots

Sous le terme de progestatifs on regroupe l'hormone naturelle, la progestérone , et toutes les molécules artificielles capables d'induire à des degrés divers des réponses biologiques. La progestérone est l'un des intermédiaires possibles de la biosynthèse des hormones stéroïdes des mammifères : c'est aussi le stade ultime de la biosynthèse stéroïdienne au niveau du corps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progestatifs/#i_120

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « Troubles psychiatriques et adversité »  : […] L'adversité dans le début de la vie a été reconnue comme un facteur fondamental déterminant la susceptibilité à des troubles psychiatriques à l'âge adulte. Cette adversité peut faire intervenir différents types de stress ; soit par excès (bruit, déplacement, etc.), soit par défaut (absence de manipulation par les parents ou leur substitut). Cette carence peut provenir de situations particulières  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_120

PSYCHOLOGIE DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • David SANDER
  •  • 5 817 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’émotion est-elle une réaction corporelle ? »  : […] La plupart des théories s’accordent sur le fait que les modifications corporelles, notamment celles liées au système nerveux périphérique (par ex. l’accroissement de la sudation ou l’accélération du rythme cardiaque), représentent une composante de l’émotion. Le rôle et la spécificité des réactions corporelles dans le cadre des émotions demeurent deux points débattus. Concernant le rôle des manif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-des-emotions/#i_120

RADIO-IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude LÉVY
  •  • 2 025 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Intérêt »  : […] La méthode radio-immunologique est hautement spécifique . Elle est sensible . P. Franchimont définit cette sensibilité comme « la plus petite quantité de l'hormone (par exemple) non marquée qui peut induire une différence statistiquement significative du pourcentage de l'hormone marquée fixée aux anticorps en l'absence de l'hormone non marquée ». Les dif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radio-immunologie/#i_120

REICHSTEIN TADEUS (1897-1996)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 251 mots

Chimiste suisse d'origine polonaise, né en 1897 à Wloclawek. Directeur de l'institut pharmaceutique de l'université de Bâle et professeur de chimie pharmacologique (1931-1946), il dirigera ensuite le nouvel institut de chimie organique dont il aura supervisé la construction. Les travaux les plus connus de Reichstein portent sur les hormones corticosurrénales, en particulier la cortisone, et lui on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeus-reichstein/#i_120

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Rythmes circadiens »  : […] L'existence de rythmes circadiens a été montrée chez pratiquement toutes les espèces, surtout eucaryotes, et à tous les niveaux d'organisation. Deux fonctions peuvent être attribuées au système circadien : faire correspondre un événement biologique à un moment précis du nycthémère, permettant ainsi à l'organisme d'être en adéquation avec les changements de l'environnement liés au cycle jour-nuit  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythmes-biologiques-biorythmes/#i_120

SCHALLY ANDREW (1926- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 296 mots

Endocrinologue américain né le 30 novembre 1926 à Wilno (Pologne, auj. Vilnius, Lituanie), Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1977 (conjointement à Roger Guillemin et à Rosalyn Yalow) pour avoir isolé et synthétisé trois hormones sécrétées par une région du cerveau , l'hypothalamus ; ces trois hormones contrôlent l'activité d'autres glandes productrices d'hormones. Andrew Schally fuit la Pol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-schally/#i_120

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Hormones sexuelles : rôle des androgènes »  : […] Le rôle des estrogènes est étudié dans l'article appareil génital  : ils sont responsables de la morphogenèse « neutre » à savoir féminine. Nous ne l'envisagerons pas ici. Les androgènes ont longtemps été considérés comme des hormones exclusivement virilisantes, c'est-à-dire responsables de la différenciation et du développement de l'appareil génital masculin ; leurs ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_120

SOMATOSTATINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 113 mots
  •  • 1 média

Hormone initialement extraite de l'hypothalamus, la somatostatine a été retrouvée dans les cellules D tout au long du tractus digestif (surtout dans l'antre et le fundus gastrique) et dans le pancréas. Ce tétradécapeptide inhiberait, entre autres, toutes les sécrétions hormonales digestives, notamment la sécrétion de gastrine, d'insuline et de glucagon, par l'intermédiaire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somatostatine/#i_120

SPORT (Histoire et société) - Le dopage

  • Écrit par 
  • Jean-François BOURG
  •  • 10 036 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Faut-il légaliser le dopage ? »  : […] À l'opposé de cette approche, plusieurs dirigeants sportifs, médecins et médias entendent réduire l'aire du dopage. Ainsi, Juan Antonio Samaranch, alors président du Comité international olympique (C.I.O.), avait souhaité une limitation drastique du nombre de produits illicites, estimant que les substances augmentant artificiellement le rendement du sportif ne devaient pas être interdites si elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-le-dopage/#i_120

STÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET, 
  • Daniel PHILIBERT
  •  • 7 595 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Stéroïdes endocriniens des mammifères »  : […] Chez les mammifères, les hormones stéroïdes proviennent de la transformation que le cholestérol subit dans des glandes endocrines . Les quantités de ce stérol dont disposent ces glandes ont différentes origines. En effet, bien qu'elles puissent en biosynthétiser par elles-mêmes de petites quantités, elles utilisent principalement le cholestérol hépatique qui leur parvient sous forme d'esters d'ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steroides/#i_120

STRESS

  • Écrit par 
  • Robert DANTZER
  •  • 3 241 mots

Dans le chapitre « La dimension biologique du stress »  : […] La réaction de stress fait intervenir deux grandes catégories de médiateurs chimiques : les catécholamines qui sont libérées par la médullosurrénale (l' adrénaline) et les terminaisons nerveuses des neurones orthosympathiques du système nerveux autonome (la noradrénaline principalement) ; les glucocorticoïdes qui sont des hormones libérées par le cortex surrénalien sous l'action d'une autre hor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stress/#i_120

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Exploration humorale »  : […] L' exploration humorale statique consiste à doser le glucose, le sodium, le potassium, les ions chlore et bicarbonates dans le sang et dans les urines. L'exploration humorale dynamique comprend essentiellement trois épreuves portant sur les conséquences métaboliques d'un dysfonctionnement surrénalien : l' épreuve de l'eau de Robison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/#i_120

SUTHERLAND EARL W. (1915-1974)

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 227 mots

Pharmacologue et physiologiste américain. On sait, depuis les travaux de Claude Bernard réunis dans sa thèse de doctorat es sciences soutenue en 1853, que le foie fabrique du glucose à partir du glycogène. Le mérite de l'Américain Earl Wilbur. Sutherland a été de démontrer que ce phénomène de glycogénolyse, bien connu chez l'animal entier, et que l'on pouvait reproduire dans des systèmes de foie p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/earl-w-sutherland/#i_120

THYROÏDE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 5 293 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Hormones iodées : thyroxine et tri-iodothyronine »  : […] Les principales hormones thyroïdiennes sont des hormones iodées, élaborées par les cellules vésiculaires. La colloïde est une protéine iodée, la thyréoglobuline, qui constitue une réserve inactive et qui n'est pas l'hormone elle-même. Celle-ci est représentée principalement par la thyroxine , molécule beaucoup plus simple contenant 65 p. 100 d'iode et que l'on peut obtenir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thyroide/#i_120

THYROXINE ou TÉTRAIODOTHYRONINE (T4)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 555 mots
  •  • 1 média

La thyroxine est la principale hormone produite par la glande thyroïde. Son dosage permet la détection de l'hypothyroïdie et de l'hyperthyroïdie. C'est Edward C. Kendall , un biochimiste américain qui, de 1910 à 1914, a réussi à isoler chimiquement la thyroxine et à en décrire les signes cliniques, l'absence ou l'insuffisance quantitative de cette hormone étant à l'origine de pathologies telles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thyroxine-tetraiodothyronine-t4/#i_120

VALE WYLIE (1941-2012)

  • Écrit par 
  • Kara ROGERS
  •  • 292 mots

L' endocrinologiste américain Wylie Vale découvrit et caractérisa les hormones cérébrales en jeu dans la régulation de la croissance et de la réponse du corps au stress. Wylie Walker Vale Junior naît le 3 juillet 1941 à Houston (Texas). Réalisant tout son cursus dans son État natal, il obtient une licence de biologie à l'université Rice de Houston en 1963, puis un doctorat en physiologie et en bio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wylie-vale/#i_120

VIEILLISSEMENT

  • Écrit par 
  • Claude JEANDEL, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 11 831 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Antivieillissement, hormono-thérapie substitutive »  : […] De nos jours, l'attention et l'assistance médicale aux personnes âgées se sont considérablement développées en raison, d'une part, des progrès de la gérontologie, d'autre part, de l'extension de la gériatrie dans les services hospitaliers. Il faut toutefois insister sur le fait que le meilleur acteur du bon déroulement de sa vieillesse est soi-même, qu'il faut vouloir la préparer (la prévention es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement/#i_120

WOLFF ÉTIENNE (1904-1996)

  • Écrit par 
  • Nicole LE DOUARIN
  •  • 932 mots

Étienne Wolff est né en 1904 à Auxerre dans une famille d'enseignants. Sa famille s'étant installée en Normandie, il fait ses études secondaires au lycée de Rouen, puis au lycée Louis-le-Grand à Paris. Une inclination marquée pour la philosophie l'amena à suivre un enseignement dans cette discipline à la Sorbonne et à obtenir à dix-sept ans (en 1921) le titre de licencié ès lettres. Se destinant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-wolff/#i_120

Voir aussi

ACROMÉGALIE    ACTH ou CORTICOTROPHINE    ANDROSTÈNEDIONE    ANGIOTENSINE    ANTÉHYPOPHYSE    CALCITONINE ou THYROCALCITONINE    CALCIUM & MÉTABOLISME CELLULAIRE    CASTRATION    CATÉCHOLAMINES    CORPS JAUNE    CORTICOÏDES ou CORTICOSTÉROÏDES    CORTICOSTÉRONE    CORTICOSURRÉNALES    CORTISOL ou HYDROCORTISONE    CORTISONE    CRÉTINISME    DÉHYDROÉPIANDROSTÉRONE (DHEA)    DIABÈTE INSIPIDE    SÉCRÉTION ENDOCRINE    ESTRADIOL ou ŒSTRADIOL    ESTRONE ou ŒSTRONE    FEEDBACK ou RÉTROACTION    FOLLICULE OVARIEN ou FOLLICULE DE DE GRAAF    FOLLICULINE    FSH ou HORMONE FOLLICULO-STIMULANTE    GESTATION    GIGANTISME    GLANDES    GLUCOCORTICOÏDES    GONADES    GONADOTROPHINES HYPOPHYSAIRES ou HORMONES GONADOTROPES    ÉQUILIBRE HYDRIQUE    HYPERCALCÉMIE    ICSH (interstitial cell stimulating hormone)    INSULINE    INTÉGRATION NERVEUSE & NEUROHUMORALE    ÎLOTS DE LANGERHANS    LH ou HORMONE LUTÉINISANTE    MÉDULLOSURRÉNALE    MÉLANOTROPE HORMONE ou MSH ou INTERMÉDINE    MESSAGER biochimie    MÉTABOLISME DES GLUCIDES    MINÉRALOCORTICOÏDES    MYXŒDÈME    NEUROENDOCRINOLOGIE    NEUROHORMONE    HORMONES NEUROHYPOPHYSAIRES    NORADRÉNALINE    OCYTOCINE ou OXYTOCINE    OSTÉOCLASTE    OVAIRE    OVULATION    PARATHORMONE    HORMONES PEPTIDIQUES    MÉTABOLISME PHOSPHOCALCIQUE    PLACENTA    POSTHYPOPHYSE ou NEUROHYPOPHYSE    PRÉGNÉNOLONE    PROGESTÉRONE    PROLACTINE ou HORMONE LUTÉOTROPE ou LTH    RÉGULATION BIOLOGIQUE    RÉGULATIONS BIOCHIMIQUES    RELEASING FACTORS (RF)    RÉNINE    HORMONES SEXUELLES    SOMATOTROPE HORMONE ou HORMONE DE CROISSANCE ou GH    SYMPATHOMIMÉTIQUES    TESTICULES    TESTOSTÉRONE    TÉTANIE    THYRÉOSTIMULINE (TSH)    HORMONES THYROÏDIENNES    TRIIODOTHYRONINE (T3)    UTÉRUS    VASOPRESSINE ou HORMONE ANTIDIURÉTIQUE ou PITRESSINE

Pour citer l’article

René LAFONT, Jacques DECOURT, Yves-Alain FONTAINE, Jacques YOUNG, « HORMONES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/