HONNEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un miroir social

Parce que l'honneur est le miroir de la société, et un miroir embellissant, l'honneur est un concept qui varie selon les temps, selon les lieux, selon les personnes. Le comportement d'honneur n'est pas le même pour l'homme et pour la femme. À l'un les actions viriles, la bravoure, le courage. À l'autre la pureté sexuelle, la chasteté, la modestie ; les joues qui s'empourprent prouvent la niaiserie de l'un, la vertu de l'autre. À une époque où celui qui avait le pouvoir, qui décidait, était avant tout un guerrier, où les temps étaient durs et où la puissance se conquérait et se gardait à la pointe de l'épée, l'homme d'honneur, c'est le chevalier. Les romans courtois exaltent Roland, le preux dont la vie tout entière est fondée sur l'honneur : honneur féodal qui commande respect, obéissance, respect au seigneur – Charlemagne ; honneur guerrier qui commande vaillance, bravoure, mépris de la mort ; honneur chrétien qui remet tout à Dieu, le suprême Seigneur. À l'heure de mourir, Roland bat sa coulpe, prie et offre à Dieu son gant droit...

Lorsque, au xvie siècle, les humanistes dominent la pensée intellectuelle, lorsque la culture savante l'emporte sur les « coups au cœur » de la culture populaire, alors l'homme d'honneur devient un savant – Philippe de Commynes fut, selon Ronsard, le premier gentilhomme « Qui d'un cœur vertueux fist à la France voir / Que c'est l'honneur de joindre aux armes, le savoir » –, ou bien un robin : « C'est l'honneur de plaider et juger : sotte est l'opinion des brutaux que les Présidents et Conseillers ne sont gentils hommes. »

Pour Molière, l'homme d'honneur est avant tout un être vertueux, qui s'attaque aux déguisements, aux mensonges ; il résiste à la mode, même celle de la Cour et des petits marquis. Alceste l'affirme : « Je veux qu'on soit sincère et qu'en homme d'honneur On ne sorte aucun mot qui ne parte du cœur. »

Bien entendu, ces exemples sont empruntés à un milieu choisi. L'honneur serait-il un sentiment noble, réservé aux aristocrates, aux « meilleurs » – ἄριστοι (aristoi) – selon l'étymologie même ?

L'ambiguïté est manifeste. Les honneurs, ces marques d'estime données à ceux qui sont considérés comme honorables, sont bien souvent octroyés aux nobles, de par leur naissance. Les aristocrates ont leurs préséances, les pigeonniers, les tours de leurs résidences... témoignant de leur excellence. « Votre honneur » est somme toute un titre de noblesse... Les honneurs qui devraient, en théorie, être réservés à l'élite de la nation sont souvent acquis par la naissance, non par le mérite. C'est un paradoxe, que Montesquieu, par exemple, a stigmatisé : si le gouvernement monarchique est en péril, c'est que précisément « [dans le gouvernement monarchique] l'honneur prend la place de la vertu politique et la représente partout », or « cet honneur a été corrompu avec les hommes et l'on peut à la fois être couvert d'infamie et de dignités ». L'entourage du roi, les courtisans, qui devraient, par essence, être les « aristocrates », ne sont plus les meilleurs. Voltaire le montre magistralement, « le parfait courtisan n'a ni humeur, ni honneur »... Ce sont là des débats devenus stériles entre pouvoir, naissance, mérite, honneur et honneurs qui intéressaient le milieu des grands.

Est-ce à dire que le peuple n'a pas d'honneur ? Certes non ! Mais les témoignages appartiennent surtout à la culture savante, reflet de la classe dominante. Les gestes et les coutumes de la culture populaire sont plus difficiles à saisir. Il semble que dans les milieux populaires – aujourd'hui comme hier, et notamment sur le pourtour de la Méditerranée – l'honneur ait surtout été lié au souci de la réputation. Réputation fondée sur la virilité – reliée au courage physique – ou sur la pureté sexuelle, réputation d'ailleurs indifférente à la valeur morale de l'individu. Le mari trompé, par exemple, dans tous les villages méditerranéens est le prototype de l'homme déshonoré : il n'a pas su faire respecter sa virilité ; il n'a pas su défendre l'honneur (la pudeur) de sa femme, il a manqué à son devoir de mari et à son devoir d'homme, membre d'une communauté qui se doit de défendre la vertu des plus faibles, en l'occurrence la vertu de sa femme, tant il semble vrai que « l'honneur d' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HONNEUR  » est également traité dans :

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Les ordres de chevalerie »  : […] Cette éthique, qui se résout en un ensemble de règles strictement codifiées et dont le mépris entraîne la perte de l'«   honneur », c'est-à-dire l'exclusion du groupe, triomphe dans la conscience aristocratique européenne du xiv e  siècle, la grande époque des romans de chevalerie. C'est en ce temps, précisément, que naissent les ordres de chevalerie, dernière expression d'un mythe social. Les so […] Lire la suite

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Individu et groupe social »  : […] C'est l'individu qui conquiert la gloire et qui en jouit ; la gloire est, par définition, un goût et un triomphe du moi. Mais, en même temps, la gloire implique un empire de l'opinion publique, donc une suprématie du groupe, qui peut froisser durement les intérêts de l'individu. Il ne peut s'agir de l'intérêt d'argent, que la tragédie ignore ; ni de l'intérêt que chacun attache à sa conservation, […] Lire la suite

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Désagrégation des structures monarchiques »  : […] L'affaiblissement de l' autorité royale se manifesta dès les premières décennies du ix e  siècle ; les discordes internes de la famille carolingienne le hâtèrent, ainsi, bientôt, que l'impuissance des souverains à remplir leur mission fondamentale, c'est-à-dire à mener la guerre victorieuse et à contenir les envahisseurs, notamment les Normands. La désagrégation politique commença par le sommet, a […] Lire la suite

LÉGION D'HONNEUR

  • Écrit par 
  • Claude DUCOURTIAL-REY
  •  • 784 mots

Le plus élevé des ordres nationaux français, créé le 29 floréal an X (19 mai 1802) par Napoléon Bonaparte, Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires. La Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l'arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d'honneur. Peu avant son accession au trône im […] Lire la suite

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les officiers de Napoléon et l'honneur »  : […] Les cadres furent à plus de 80 p. 100 des officiers sortis du rang, devant l'épaulette à leur bravoure et à leur ancienneté de service au cours des guerres de la Révolution. Napoléon voulait que leur nombre diminuât progressivement au profit des jeunes officiers sortis des écoles militaires, comme celles de Saint-Cyr ou de Polytechnique. Il désirait non seulement disposer d'officiers bien au fait […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10 août - 27 septembre 2022 Japon. Mise à l'écart de ministres proches de la secte Moon.

Le 27 septembre, l’organisation de funérailles nationales en l’honneur de Shinzō Abe (deux mois et demi après l’incinération de sa dépouille), décidée par Fumio Kishida et par le Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir, est désapprouvée par une grande partie de la population, alors que près de deux cents élus du PLD ont reconnu avoir bénéficié du soutien logistique de la secte Moon pendant leur campagne électorale. […] Lire la suite

3 mars 2022 Arménie. Élection à la présidence de Vahagn Khatchatrian.

Présentée par le parti Contrat civil au pouvoir, la candidature de Vahagn Khatchatrian avait été rejetée par les deux autres formations représentées à l’Assemblée, l’Alliance arménienne et l’Alliance « J’ai l’honneur », qui contestaient l’impartialité du ministre. Le président ne dispose plus que de pouvoirs honorifiques depuis la révision constitutionnelle de décembre 2015, qui a fait passer le pays d’un régime semi-présidentiel à un régime parlementaire. […] Lire la suite

24-27 novembre 2021 France. Mise en cause de Nicolas Hulot pour des faits de violences sexuelles.

Le 24, dans un entretien à la chaîne BFM-TV, Nicolas Hulot annonce sa démission de la présidence d’honneur de la Fondation pour la nature et l’homme, ainsi que son retrait de la vie publique. Ces déclarations interviennent la veille de la diffusion annoncée d’une émission de télévision dans laquelle des femmes s’apprêtent à témoigner contre lui sur des faits de violences sexuelles. […] Lire la suite

20 septembre 2021 France. Demande de pardon du président Emmanuel Macron aux harkis.

En septembre 2001, le président Jacques Chirac avait reconnu la « dette d’honneur » de la France à l’égard des supplétifs de l’armée française en Algérie, et le président François Hollande, en septembre 2016, « les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis ». […] Lire la suite

7-9 septembre 2021 Brésil. Manifestations de soutien au président Jair Bolsonaro.

Le 8, le président du STF Luiz Fux déclare que « bafouer l’honneur des juges […] et appeler au non-respect des décisions judiciaires sont des pratiques antidémocratiques » et que cela « constituerait un crime de responsabilité qui serait soumis au Congrès ». Le 9, Jair Bolsonaro publie une « adresse à la nation » dans laquelle il déclare n’avoir « jamais eu la moindre intention d’agresser quelque pouvoir que ce soit ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France MURAWA-WULFING, « HONNEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/