HONNEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un miroir social

Parce que l'honneur est le miroir de la société, et un miroir embellissant, l'honneur est un concept qui varie selon les temps, selon les lieux, selon les personnes. Le comportement d'honneur n'est pas le même pour l'homme et pour la femme. À l'un les actions viriles, la bravoure, le courage. À l'autre la pureté sexuelle, la chasteté, la modestie ; les joues qui s'empourprent prouvent la niaiserie de l'un, la vertu de l'autre. À une époque où celui qui avait le pouvoir, qui décidait, était avant tout un guerrier, où les temps étaient durs et où la puissance se conquérait et se gardait à la pointe de l'épée, l'homme d'honneur, c'est le chevalier. Les romans courtois exaltent Roland, le preux dont la vie tout entière est fondée sur l'honneur : honneur féodal qui commande respect, obéissance, respect au seigneur – Charlemagne ; honneur guerrier qui commande vaillance, bravoure, mépris de la mort ; honneur chrétien qui remet tout à Dieu, le suprême Seigneur. À l'heure de mourir, Roland bat sa coulpe, prie et offre à Dieu son gant droit...

Lorsque, au xvie siècle, les humanistes dominent la pensée intellectuelle, lorsque la culture savante l'emporte sur les « coups au cœur » de la culture populaire, alors l'homme d'honneur devient un savant – Philippe de Commynes fut, selon Ronsard, le premier gentilhomme « Qui d'un cœur vertueux fist à la France voir / Que c'est l'honneur de joindre aux armes, le savoir » –, ou bien un robin : « C'est l'honneur de plaider et juger : sotte est l'opinion des brutaux que les Présidents et Conseillers ne sont gentils hommes. »

Pour Molière, l'homme d'honneur est avant tout un être vertueux, qui s'attaque aux déguisements, aux mensonges ; il résiste à la mode, même celle de la Cour et des petits marquis. Alceste l'affirme : « Je veux qu'on soit sincère et qu'en homme d'honneur On ne sorte aucun mot qui ne parte du cœur. »

Bien entendu, ces exemples sont empruntés à un milieu choisi. L'honneur serait-il un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HONNEUR  » est également traité dans :

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Les ordres de chevalerie »  : […] Cette éthique, qui se résout en un ensemble de règles strictement codifiées et dont le mépris entraîne la perte de l'«   honneur », c'est-à-dire l'exclusion du groupe, triomphe dans la conscience aristocratique européenne du xiv e  siècle, la grande époque des romans de chevalerie. C'est en ce temps, précisément, que naissent les ordres de chevalerie, dernière expression d'un mythe social. Les so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevalerie/#i_20298

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Individu et groupe social »  : […] C'est l'individu qui conquiert la gloire et qui en jouit ; la gloire est, par définition, un goût et un triomphe du moi. Mais, en même temps, la gloire implique un empire de l'opinion publique, donc une suprématie du groupe, qui peut froisser durement les intérêts de l'individu. Il ne peut s'agir de l'intérêt d'argent, que la tragédie ignore ; ni de l'intérêt que chacun attache à sa conservation, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_20298

FÉODALITÉ

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 5 987 mots

Dans le chapitre « Désagrégation des structures monarchiques »  : […] L'affaiblissement de l' autorité royale se manifesta dès les premières décennies du ix e  siècle ; les discordes internes de la famille carolingienne le hâtèrent, ainsi, bientôt, que l'impuissance des souverains à remplir leur mission fondamentale, c'est-à-dire à mener la guerre victorieuse et à contenir les envahisseurs, notamment les Normands. La désagrégation politique commença par le sommet, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feodalite/#i_20298

LÉGION D'HONNEUR

  • Écrit par 
  • Claude DUCOURTIAL-REY
  •  • 784 mots

Le plus élevé des ordres nationaux français, créé le 29 floréal an X (19 mai 1802) par Napoléon Bonaparte, Premier consul, pour récompenser les services civils et militaires. La Révolution, ayant aboli les décorations de la monarchie, avait remis des récompenses militaires, usage réglementé par l'arrêté consulaire du 4 nivôse an VIII, créant les armes d'honneur. Peu avant son accession au trône im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legion-d-honneur/#i_20298

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Les cadres sociaux de la loyauté »  : […] C'est dans trois contextes que se pose le problème de la loyauté : celui de la famille, celui des organisations, celui de l'État. Bien entendu, être loyal à ses parents n'est pas la même chose qu'être loyal à l'égard de l'entreprise qui nous emploie, ou envers l'État dont nous sommes citoyens. Mais, dans les trois cas, la loyauté s'analyse comme un ensemble de devoirs plus ou moins contraignants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_20298

RÉVOLUTION & EMPIRE, armée

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BERTAUD
  •  • 8 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les officiers de Napoléon et l'honneur »  : […] Les cadres furent à plus de 80 p. 100 des officiers sortis du rang, devant l'épaulette à leur bravoure et à leur ancienneté de service au cours des guerres de la Révolution. Napoléon voulait que leur nombre diminuât progressivement au profit des jeunes officiers sortis des écoles militaires, comme celles de Saint-Cyr ou de Polytechnique. Il désirait non seulement disposer d'officiers bien au fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-et-empire-armee/#i_20298

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-France MURAWA-WULFING, « HONNEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/