HONDURAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Honduras (HN)
Chef de l'État et du gouvernementJuan Orlando Hernández (depuis le 27 janvier 2014)
CapitaleTegucigalpa
Langue officielleespagnol
Unité monétairelempira (HNL)
Population9 449 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)112 492

Géographie

Depuis le xixe siècle, le Honduras cumule de lourds handicaps politiques et socio-économiques qui en font l'un des pays les plus pauvres de l'Amérique latine. Avec une population de 8 millions d'habitants en 2010, métisse à 90 p. 100, sur un territoire de 112 088 kilomètres carrés, le Honduras a un P.I.B. de moitié inférieur à celui du Salvador, dont la population est presque équivalente sur un territoire exigu. Les indicateurs économiques, tels qu'un P.N.B. (en ppa)/hab. de 2 590 dollars en 2003, comme ceux du développement humain (117e rang mondial en 2005) ou de la pauvreté (75 p. 100 de la population est au-dessous du seuil de pauvreté en 2003, et 35 p. 100 au-dessous du seuil d'indigence), révèlent un sous-développement marqué et persistant, en dépit des progrès enregistrés, depuis les années 1950, au niveau de l'espérance de vie et du recul de la mortalité infantile.

Un territoire montagneux, faiblement intégré

Disposant d'une large ouverture de 664 kilomètres sur la mer des Caraïbes, le Honduras présente une dualité physique et humaine entre les régions montagneuses et les plaines de la façade caraïbe. Sur le versant pacifique, seule une étroite plaine littorale donne accès au golfe de Fonseca. La majeure partie du Honduras est, en effet, constituée de massifs montagneux très fragmentés qui concentrent encore plus de 70 p. 100 de la population au début du xxie siècle. Culminant à 2 849 mètres (Cerro las Minas), les deux cordillères principales sont constituées de matériaux métamorphiques ou volcaniques anciens. La diversité des expositions et l'étagement des terres tempérées (entre 600 et 1 800 m) et froides déterminent la mosaïque des écosystèmes à dominante forestière (pins et feuillus). Les Chorti de langue maya et les Lenca occupaient ces terres lorsque les Espagnols ont créé, près des mines de métaux précieux, les deux principales villes coloniales, Comayagua et Tegucigalpa, cette dernière étant devenue capitale en 1880. Les hautes terres honduriennes ne sont pas composées de cendres volcaniques récentes qui font la richesse des sols de la façade pacifique du Guatemala et du Salvador. Les fortes pentes des versants escarpés ont contribué à maintenir les pratiques culturales archaïques (travail à la houe et à la machette) d'une paysannerie minifundiste extrêmement pauvre, dans les parties occidentale et méridionale des hautes terres ; tandis que les grands domaines d'élevage se sont étendus vers l'est et le nord dans le département d'Olancho.

Sur la façade caraïbe, les plaines chaudes et humides, domaine des savanes ou de la forêt tropicale, ont été mises en valeur tardivement et inégalement en dépit de la création des ports (Puerto Caballos, Trujillo) reliant la province coloniale à l'Espagne. L'attraction des métaux précieux à l'intérieur des terres ainsi que l'insécurité entretenue par les incursions des pirates et des contrebandiers au service de l'Angleterre venant de la Jamaïque et des autres îles à sucre britanniques en sont les principales causes. Au nord, ces plaines sont étroites, formées par les vallées alluviales des fleuves côtiers, Ulua et Aguán notamment. Lieux d'implantation des compagnies bananières nord-américaines à la fin du xixe siècle, elles constituent, depuis lors, les foyers économiques les plus dynamiques du pays autour de la ville de San Pedro Sula.

À l'est, dans le département de Gracias a Dios, commencent les plaines de la Mosquitia qui s'étendent beaucoup plus au Nicaragua. Peu peuplée, cette région abrite les descendants des tribus semi-nomades de cueilleurs, chasseurs et pêcheurs de culture chibcha (Paya, Sumu, Miskito). Les Garifuna, issus du métissage au xviiie siècle d'Indiens Karibs et d'esclaves noirs originaires des colonies britanniques antillaises, vivent sur le littoral nord. Miskitos et Garifuna ont en commun l'empreinte de la culture anglo-saxonne à travers la langue anglaise et les cultes protestants. Au large des côtes et des lagunes littorales favorables à la pêche, les îles de la Baie (Islas de la Bahia) et les cayes des récifs coralliens offrent une ressource précieuse pour le développement du tourisme.

La circulation a toujours été difficile entre les îlots de peuplement, dispersés dans les petits bassins d'altitude et les plaines fluviales. Un seul axe naturel méridien permet de franchir les massifs montagneux, en suivant les vallées des fleuves Ulua, Humuya et Goascorán, même si la capitale Tegucigalpa est installée à l'est de cette ligne de fracture dans un bassin étroit et enclavé. Cependant, l'insuffisance des infrastructures de communication est davantage le symptôme des multiples blocages internes et externes au développement que la conséquence des obstacles naturels.

Un pays encore majoritairement rural

Le Honduras connaît une croissance démographique très rapide depuis les années 1950, toujours entretenue par une fécondité élevée (4,3 p. 1 000 en 2000-2005). L'urbanisation atteint 46 p. 100, en 2005, avec deux grandes villes, Tegucigalpa (1 million d'habitants) et San Pedro Sula (500 000 habitants) et se poursuit à un rythme assez fort. Toutefois, avec 54 p. 100 de population rurale, l'agriculture demeure un secteur clé de l'économie et de la société. Elle fournissait 36,3 p. 100 de l'emploi en 2005, 56 p. 100 des exportations en 2003 (contre 70 p. 100 en 1990) mais ne contribue plus que pour 14 p. 100 au P.I.B. Les principales exportations sont les bananes, le café, la viande et les crustacés, suivis de très loin par les métaux et le bois.

Une très faible productivité caractérise la paysannerie, dépourvue de moyens techniques et financiers. Alors que le pays dispose de terres en abondance, celles-ci manquent dans les régions montagneuses les plus peuplées et domaines de l'agriculture vivrière, de la culture du tabac et du café. La réforme agraire réalisée dans les années 1960 et 1970 ne s'est pas attaquée aux intérêts des grands propriétaires fonciers mais a favorisé la colonisation de terres publiques dans les plaines fluviales côtières. De petits exploitants se sont ainsi intégrés aux filières agro-industrielles dominées par les grandes sociétés fruitières nord-américaines (production de bananes, de melons et d'ananas). Deux compagnies, la Chiquita Brands International Inc. et la Dole Food Co sont les héritières des entreprises fondatrices, la United Fruit et la Standard Fruit, dont l'emprise sur les terres et sur l'État hondurien, dans le premier tiers du xxe siècle, a valu à ce dernier le nom de république bananière. Ces entreprises ont rétrocédé une par [...]

Plantations de bananes au Honduras

Photographie : Plantations de bananes au Honduras

Plantations de bananes de la Chiquita Brands International Inc., héritière des compagnies bananières nord-américaines (United Fruit et Standard Fruit) implantées depuis le XIXe siècle dans le pays et qui ont valu à ce dernier le nom de «République bananière». 

Crédits : Orlando Sierra/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Honduras : carte physique

Honduras : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Honduras : drapeau

Honduras : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Plantations de bananes au Honduras

Plantations de bananes au Honduras
Crédits : Orlando Sierra/ AFP

photographie

Le Honduras après le cyclone Mitch, 1998

Le Honduras après le cyclone Mitch, 1998
Crédits : PA Photos

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : maître de conférences en science politique à l'université de Lyon-II-Lumière
  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification

Autres références

«  HONDURAS  » est également traité dans :

HONDURAS, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'Amérique centrale nucléaire »  : […] Comprenant l'extrême sud du Guatemala, le Salvador, le Honduras et la plus grande partie du Nicaragua, l'Amérique centrale nucléaire est séparée de l'extrême sud du continent nord-américain par la zone de faille senestre de la transversale de Polochic-Motagua. Elle est caractérisée par la présence d'un «  noyau » continental d'âge précambrien-paléozoïque, métamorphique, qui comprend les formations […] Lire la suite

ARIAS SÁNCHEZ OSCAR (1941- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 618 mots

Président du Costa Rica de 1986 à 1990, puis de 2006 à 2010. Né le 13 septembre 1941 à Heredia au sein d'une des plus riches familles de planteurs de café du Costa Rica, Oscar Arias Sánchez étudie l'économie à l'université du Costa Rica et obtient un doctorat en sciences politiques à l'université d'Essex, en Angleterre. Dans les années 1960, il s'engage dans le Parti de libération nationale (Part […] Lire la suite

CHORTI

  • Écrit par 
  • Marie-France FAUVET
  •  • 324 mots

Indiens Maya, les Chorti (ou ch'orti') habitent dans les hautes terres de l'est du Guatemala, principalement dans le département de Chiquimula, et, au Honduras, dans la région de Copán ; autrefois, leur territoire s'étendait jusqu'au Salvador. Leur population représente environ 46 800 personnes au Guatemala (recensement de 2002) et moins de 5 000 au Honduras. Ces Indiens ont subi très fortement le […] Lire la suite

LENCA

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 304 mots

Indiens de l'Amérique centrale qui parlaient le lenca, langue appartenant au groupe linguistique macrochibcha. Les Lenca habitent les régions montagneuses des départements de La Paz et d'Intibuca, et le sud-est du département de Gracias au Honduras. Ils sont, dans les années 1990, environ 80 000 dans ce pays. Au Salvador, il y a quelques Indiens Lenca dans les villes situées près de la frontière n […] Lire la suite

LÓPEZ ARELLANO OSWALDO (1921-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 377 mots

Général et chef d'État du Honduras, Oswaldo López Arellano renversa deux gouvernements civils pour instaurer un régime militaire de 1963 à 1971, puis de 1972 à 1975. Oswaldo Enrique López Arellano est né le 30 juin 1921 à Danlí, près de la frontière nicaraguayenne, dans une famille de la classe moyenne. Après avoir gravi les échelons dans l'armée de l'air, il prend part en 1956 au coup d'État qui […] Lire la suite

LES MAYAS AU PAYS DE COPÁN (exposition)

  • Écrit par 
  • Claude-François BAUDEZ
  •  • 1 269 mots

L'intérêt que peuvent susciter en France les civilisations précolombiennes se heurte généralement à la prudence et à la frilosité des éditeurs et des organisateurs d'expositions. Soit les civilisations et les arts préhispaniques sont traités dans leur ensemble, et le lecteur ou le visiteur se perd alors dans la complexité du tableau culturel qui lui est présenté, soit ils sont limités à un grand […] Lire la suite

MOSQUITO ou MISKITO

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 297 mots

Indiens d'Amérique centrale vivant dans le nord-est de l'actuel Nicaragua et, en moindre nombre, à la frontière du Honduras, les Mosquito furent découverts par Christophe Colomb en 1502, lors de son quatrième voyage ; toutefois, la tentative de colonisation espagnole n'ayant été que passagère, ces Indiens ne furent réellement au contact des Européens qu'après 1650, époque où les Anglais établirent […] Lire la suite

SALVADOR EL

  • Écrit par 
  • Noëlle DEMYK, 
  • David GARIBAY
  • , Universalis
  •  • 9 393 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Croissance économique et crise du modèle autoritaire »  : […] Cette forte croissance produit des effets aux niveaux rural et urbain qui vont conduire à une crise durant les décennies suivantes. La forte densité de la population, l'absence de terres disponibles et le refus des élites caféières de mettre en place des éléments de réforme agraire renforcent les tensions dans le monde rural. De nombreux paysans sans terre émigrent au Honduras. Parallèlement, la c […] Lire la suite

TEGUCIGALPA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 404 mots

Capitale de la république du Honduras, Tegucigalpa est située sur des collines encerclées de montagnes, à près de 1 000 mètres d'altitude. Ancienne ville minière fondée en 1578 sur les versants du mont Picacho, Tegucigalpa, qui obtint le statut de ville en 1821, alterna dans le rôle de capitale avec Comayagua jusqu'en 1880. En 1938, la ville fusionna avec Comayaguela, située sur la rive opposée ( […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 janvier 2020 Mexique. Nouvelle caravane de migrants.

Honduras, la première de ce type depuis la signature d’un accord migratoire entre Mexico et Washington en juin 2019. Quelque mille membres de cette caravane acceptent des propositions d’emploi au Mexique faites par les autorités qui refusent de délivrer des laissez-passer à ceux qui veulent gagner les États-Unis. Il s’agit de la cinquième caravane  […] Lire la suite

14-18 janvier 2019 Mexique. Nouvelle caravane de migrants.

Honduras et du Salvador. Quelque trois cent mille migrants centraméricains sont entrés au Mexique en 2018. […] Lire la suite

9-25 novembre 2018 États-Unis – Mexique. Arrivée de la première caravane de migrants à la frontière avec les États-Unis.

Honduras en octobre, qui compte environ cinq mille personnes, arrivent à Tijuana, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Le 19, un juge fédéral de San Francisco saisi par des organisations de défense des droits de l’homme suspend le décret signé le 9, le jugeant illégal. Le 25, quelque cinq cents migrants tentent en vain de franchir la  […] Lire la suite

13-29 octobre 2018 Amérique. Marche de migrants centraméricains vers les États-Unis.

Honduras, au Salvador et au Guatemala qui « n’ont pas été capables […] d’empêcher les gens de quitter leur pays pour venir illégalement aux États-Unis ». Le 29, le Pentagone annonce le déploiement de cinq mille deux cents soldats à la frontière mexicaine, qui s’ajouteront aux deux mille membres de la Garde nationale qui s’y trouvent déjà. Deux autres […] Lire la suite

1er-27 décembre 2017 Honduras. Annonce de la réélection du président Juan Orlando Hernández.

Le 1er, le gouvernement décrète l’état d’urgence à la suite des manifestations organisées par l’opposition contre les fraudes présumées lors de l’élection présidentielle de novembre. Le 17, alors que les violences se poursuivent, le Tribunal suprême électoral annonce la réélection du président Juan Orlando Hernández (Parti national) avec 43 p. 100 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Noëlle DEMYK, David GARIBAY, Oruno D. LARA, « HONDURAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/honduras/