HOMOSEXUALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les multiples approches de la question

Singulière, cette histoire mérite d'être retracée, mais elle englobe tellement d'aspects qu'aucun savoir constitué ne peut prétendre en rendre compte à lui tout seul. Il faut mesurer combien cette histoire, qui reste très largement à écrire, n'est pas, en tout cas, une histoire spécifique. Elle est par nature interdisciplinaire. Elle concerne l'histoire de la vie privée, l'histoire du droit et des châtiments, l'histoire des femmes, l'histoire de la médecine et de la santé, l'histoire de la psychiatrie, l'histoire de l'art, enfin, pour reprendre l'expression de Michel Foucault, l'histoire de la sexualité. Il faudrait donc à la fois forger des techniques historiques nouvelles pour la construire et emprunter aux différentes disciplines existantes pour espérer progresser, sans parler de la faiblesse des sources.

Certains auteurs, conscients de ces difficultés, ont délibérément choisi des approches limitées aux sources les plus évidentes. Une possibilité, classique, fut de suivre l'évolution des discours sur l'amour entre personnes du même sexe à travers la littérature et la philosophie : une histoire a pu alors être esquissée qui conduit, en philosophie, du Banquet de Platon (ive siècle av. J.-C.) à l'Essai sur la pédérastie de Bentham (1785, publié seulement en 1982), et, en littérature, des poèmes d'Ovide à ceux de Verlaine et de Rimbaud, en passant par les vers cryptés de Villon et les Sonnets de Shakespeare (1609) ; ou encore, pour le xxe siècle, de Maurice de E. M. Forster (1914, publié seulement en 1971) aux Garçons de Montherlant (1969), des textes féminins de Colette, de Gertrude Stein ou de Virginia Woolf jusqu'à l'Alexis de Marguerite Yourcenar (1929), sans oublier les récits à clés d'Aragon, ou encore Incidents, journal intime de Roland Barthes (1987).

Une autre façon d'envisager l'histoire de la question depuis le monde ancien jusqu'au monde moderne est de la suivre sous l'angle des « amitiés particulières ». Une réflexion sur « l'homosexualité qui ne dit pas son nom » de l'Antiquité au xixe siècle doit faire une grande place à ces figures de légende. Et, en la matière, les exemples ne manquent pas, que ce soient le couple mythologique formé par Zeus et Ganymède ; les guerriers Achille et Patrocle dans L'Iliade ; les amants devenus héros de la démocratie athénienne, les tyrannoctones Harmodios et Aristogiton (l'adulte et l'éphèbe) ; l'empereur Hadrien et son amant grec, l'esclave Antinoüs. Pour l'Europe après 1500, citons le roi de France Henri III et ses « mignons », et les nombreuses figures princières ou royales auxquelles s'est longtemps bornée l'historiographie : Louis XIII ; Monsieur, frère du roi Louis XIV ; Frédéric II de Prusse ; enfin Louis II de Bavière, le plus tourmenté de ces personnages ambigus.

On peut encore imaginer une autre histoire qui prendrait en compte cette fois le vocabulaire concernant l'homosexualité. Cette voie a également été suivie par plusieurs auteurs. Comment les homosexuels ont-ils été appelés ? Comment se sont-ils eux-mêmes nommés ? L'enjeu du mot a son importance. Et il est en effet intéressant de suivre les qualificatifs anciens : « bougre » (utilisé au xive siècle), « bardache » (pour évoquer l'homosexualité passive jusqu'à la fin du xviiie siècle), « antiphysique » (xviiie), « uraniste » (xixe siècle) ou encore étudier les expressions imagées comme « les gens de la manchette » ou « les gens de la jaquette flottante »... Le terme homosexuel, lui-même, n'apparaît qu'à la fin du xixe siècle. Il est selon toute vraisemblance introduit en 1869 par Karoly Maria Kertbeny, pseudonyme de l'écrivain et médecin hongrois K. M. Benkert. Le mot a connu un succès croissant, et international, au point qu'il est devenu un terme du langage courant au milieu du xxe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, les homosexuels utilisent encore entre eux, comme s'il s'agissait d'une appartenance à une société secrète ou à une confrérie, des expressions comme « être comme ça » ou « en être » (déjà fréquente chez Proust) ou « avoir des tendances », tandis que le grand public, qui n'aime pas les nuances et se nourrit de clichés, parle de « poisse ». André Gide, pour sa part, aime en particulier la distinction en trois catégories sur laquelle il revient dans son Journal : le pédéraste (qui aime les jeunes gens, en tout cas les hommes plus jeunes que lui), le sodomite (qui aime pénétrer les hommes) et l'inverti (qui aime être pénétré). Après l'apparition de mots comme « homophiles » (néologisme notamment utilisé par l'association homosexuelle française Arcadie dans les années 1950, censé ne pas réduire les personnes concernées à leur seule dimension sexuelle), on a vu surgir le terme « homosensuel » d'Yves Navarre dans les années 1970, puis bientôt ceux de « folle », et surtout de « pédé », à l'origine de l'ordre de l'insulte mais repris ensuite par autodénigrement par les militants des années 1970. C'est aussi à cette époque que le terme d'origine américaine « gay » est apparu en France : francisé (le journal Gai Pied) ou non (la marche annuelle de la gay pride), c'est un terme non péjoratif qui connaît une forte diffusion à partir de la fin des années 1970. Il a été construit en opposition au terme américain straight (droit, régulier). Les termes américains queen (folle) et surtout queer (bizarre) sont moins répandus en France mais attestent à la fois de l'influence américaine en matière d'homosexualité et de l'importance encore attachée par les homosexuels à la manière de se nommer eux-mêmes.

L'homosexualité, comme sentiment d'appartenance à un groupe déterminé, n'est pas une constante transhistorique. Longtemps elle n'a pas existé en tant que telle, ni comme mot, ni comme vécu, ni bien sûr comme identité. Confondue sous l'Antiquité avec l'amitié, la bisexualité ou la pédérastie (qui avait alors une valeur positive), elle n'est dénoncée et définie que peu à peu avec le christianisme, et n'est véritablement nommée qu'au xixe siècle. C'est cette évolution qui sera retracée à grands traits dans les développements qui suivent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOMOSEXUALITÉ  » est également traité dans :

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « L'aptitude à adopter »  : […] L'aptitude à adopter pose des problèmes de plusieurs natures : traditionnellement, les législations définissaient des conditions générales pour pouvoir adopter, mais elles sont aujourd'hui plus exigeantes et vérifient généralement l'aptitude concrète des candidats à recueillir et à éduquer un enfant. Selon le droit français en vigueur, l'adoption peut être prononcée au profit de deux époux mariés […] Lire la suite

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les années Obama : l’improbable consensus ? »  : […] L’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis en 2008 a joué un rôle symbolique fort pour les Noirs américains. Elle a accompagné les changements des mentalités qui l’ont porté au pouvoir, sans toutefois parvenir à résoudre les problèmes liés à la pauvreté et au racisme ; les crimes anti-Noirs se multiplient après 2012 et provoquent la création du mouvement Black Lives Matter (« Les v […] Lire la suite

BROOKS PHILIP (1953-2003)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 151 mots

Réalisateur et producteur de cinéma. Travaillant en France, il rappelle à la mémoire dans Une journée portée disparue , diffusée sur Arte en 1991, la manifestation d'Algériens à Paris, le 17 octobre 1961. En 1996, il crée sa société de production : Dominant 7. Le choix des sujets abordés témoigne de son engagement politique, de son attrait pour l'Afrique et de son attachement à la communauté ho […] Lire la suite

BUTLER JUDITH (1955- )

  • Écrit par 
  • Françoise COLLIN
  •  • 1 094 mots

Dans le chapitre « Une dialectique des sexualités »  : […] C'est à la lumière de la problématique des (homo)sexualités que se radicalise le questionnement de Judith Butler, jetant le « trouble » dans la définition du genre, trouble qui signale son instabilité à partir du moment où la normativité du désir ne lui sert plus de caution ou de repère. Pour l'auteur, le « corps est lui-même une construction » que détermine de manière duelle l'ordre hétérosexuel […] Lire la suite

CASTRATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 696 mots

Bien que la hantise de la castration ait laissé son empreinte sur la Traumdeutung ( L'Interprétation des rêves ), la notion n'en a été dégagée par Freud qu'à une époque tardive, dans le contexte initial de l'homosexualité et de la phobie infantile. S'agit-il d'abord du garçon, c'est de la sexualité de la mère qu'émane la question qui se pose à lui dans sa troisième année : particulièrement intére […] Lire la suite

COHEN STEVEN (1962- )

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 1 155 mots

Sud-Africain d’origine juive, Steven Cohen s’est distingué, à partir de la fin des années 1980, en tant qu’artiste, par l’inventivité de ses propositions dans les domaines de la danse, de la chorégraphie, des arts visuels et dans l’art de la performance. Ses productions, présentées dans des musées ou des galeries, des festivals internationaux, mais aussi dans des espaces publics, avec ou sans au […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Limites de la démocratisation et voies de la contestation »  : […] À partir de 1992, le gouvernement opère un changement radical d'attitude à l'égard des mouvements islamistes. Le recours à la violence par les factions radicales se fait plus intense : en réponse à la mort d'un de leurs leaders due aux forces de police, en 1989, la Jama'a islamiya assassine dans les premiers jours de la crise du Golfe le président de l'Assemblée du peuple, Rifaat al-Mahjoub. En j […] Lire la suite

STONEWALL ÉMEUTE DE (27 juin 1969)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 206 mots

La nuit du 27 juin 1969 marque symboliquement pour les États-Unis et l'Europe occidentale la naissance des mouvements de revendication homosexuels contemporains. À l'époque, la législation puritaine interdit le travestissement et la danse entre hommes. Situé dans Christopher Street, à New York, le Stonewall Inn est un des seuls bars à clientèle homosexuelle de la ville, toléré par la police contr […] Lire la suite

ÉROS

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 471 mots
  •  • 1 média

Divinité grecque qui porte le nom d'une fonction psychologique : Éros signifie le désir amoureux . Il tient une place importante dans la pensée religieuse, dans la vie sociale comme dans l'art et la littérature des Grecs. Dans les cosmogonies orphiques qui racontent l'émergence du monde, Éros est une puissance primordiale qui n'a ni père ni mère. Dans la cosmogonie d'inspiration orphique qu'Aristo […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'épidémie érotique des années 1970 »  : […] Alors que le rassemblement de Woodstock (1969) a officialisé l'ère «  Peace and Love  » et entériné une prémondialisation de la culture, les artistes de tous horizons déclarent la grande offensive du sexe à l'écran. Après avoir fait scandale avec Les Amants (1958), Louis Malle égratigne, dès 1971, le tabou de l'inceste ( Le Souffle au cœur ). Le Noir américain Melvin Van Peebles met à mal les id […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14-6 juillet 2021 Union européenne – Hongrie – Pologne. Ouverture de procédures d'infraction à l'encontre de la Hongrie et de la Pologne.

l’homosexualité et du changement de sexe, votée en juin, ainsi que les résolutions contre l’idéologie LGBT et les chartes des droits des familles adoptées depuis 2019 par certaines collectivités locales polonaises. Budapest et Varsovie ont deux mois pour répondre à cette mise en demeure. Dans le même temps, la Commission conditionne son aval aux plans […] Lire la suite

15-24 juin 2021 Hongrie. Adoption d'une loi controversée assimilant homosexualité et pédophilie.

l’homosexualité ». Cette mesure, qui s’applique aux médias, à l’édition et à la publicité, a été introduite par des élus du FiDeSz, au pouvoir, dans un texte destiné à lutter contre la pédophilie. À partir du 22, dix-sept pays membres de l’Union européenne (UE) signent un texte dans lequel ils expriment leur « profonde préoccupation » à l’égard de […] Lire la suite

20 mars 2021 Turquie. Retrait de la convention d'Istanbul.

l’homosexualité, ce qui est incompatible avec les valeurs sociales et familiales de la Turquie ». Des milliers de femmes manifestent dans les grandes villes du pays contre cette décision. Trois cents femmes au moins ont été tuées par des hommes de leur entourage dans le pays en 2020 et plus d’une centaine d’autres sont mortes « dans des circonstances […] Lire la suite

15 juin 2020 États-Unis. Jugement de la Cour suprême sur les discriminations sexuelles

l’homosexualité du salarié, la Cour suprême juge, par 6 voix contre 3, que le Civil Rights Act de juillet 1964, qui interdit les discriminations fondées notamment sur le sexe, protège également les minorités sexuelles.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric MARTEL, « HOMOSEXUALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/