HOMOPHONIE

HAUER JOSEF MATTHIAS (1883-1959)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 716 mots

« Qui a le premier composé de la musique dodécaphonique, Schoenberg ou Hauer ? » Le titre de cet article de Bryan Simms publié en 1987 dans le Journal of the Arnold Schoenberg Institute donne la mesure de l'importance du compositeur et théoricien autrichien Josef Matthias Hauer. Né à Wiener Neustadt, près de Vienne, le 19 mars 1883, Josef Matthias Hauer effectue des études g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-matthias-hauer/#i_34748

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « L'insuffisance empirique de la linguistique »  : […] En effet, les jeux de langue ( mot d'esprit, lapsus, etc.), à quoi la psychanalyse prête attention, sont certes constitués à partir du langage et de ses structures. Il n'est pas même impossible que la linguistique avance à leur sujet quelques propositions descriptives. Mais il est douteux que ces propositions éventuelles éclairent beaucoup la psychanalyse. Et cela, pour trois raisons : tout d'abor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_34748

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique d'Afrique noire

  • Écrit par 
  • Charles DUVELLE
  •  • 9 316 mots

Dans le chapitre « Les structures formelles »  : […] On attribue souvent à la musique africaine une exceptionnelle richesse rythmique. Il est vrai que le rythme, élément essentiel de la musique, est maîtrisé en Afrique avec une rare habileté, notamment lorsqu'il s'organise en polyrythmie ou qu'il use de ces effets caractéristiques que sont les subtiles variations d'accentuation, de résonance, de timbre et de durée dans le développement d'une formul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musique-d-afrique-noire/#i_34748

POLYPHONIE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 2 165 mots

Par lui-même, le terme « polyphonie » (plusieurs voix) est quelque peu déconcertant. Entré progressivement dans l'usage, tant en français qu'en allemand, où il alterne sans règles bien précises avec Mehrstimmigkeit , qui l'a précédé, il ne figure encore chez Littré en 1863 que comme terme de physique (écho polyphone) et d'assyriologie (le même signe linguistique exprimant plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polyphonie/#i_34748

RIMES SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 539 mots

« Quel enfant sourd ou quel nègre fou / nous a forgé ce bijou d'un sou », s'exclame Verlaine, tout en rime et en multipliant les échos sonores à l'intérieur des vers. La poésie ne peut se passer de la rime — grâce à laquelle celle-là se distingue de la prose —, sauf si d'autres éléments rythmiques (système métrique, isomorphismes sonores divers) viennent occuper la fonction qui est la sienne. Cepe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-rimes/#i_34748

ROUSSEL RAYMOND (1877-1933)

  • Écrit par 
  • Patrick BESNIER
  •  • 2 789 mots

Dans le chapitre « Le procédé ou la part de nuit »  : […] Il faut en venir au “procédé”, qui a plus fait pour la gloire de Roussel (peut-être aussi pour son occultation) que tous ses livres. Par ce mot, l'écrivain désigne la technique mise au point dans ses Textes-Genèse et expliquée dans Comment j'ai écrit certains de mes livres  ; l'exemple canonique étant le conte “Parmi les noirs” […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-roussel/#i_34748

VERS

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 746 mots

Dans le chapitre « Naissance de l'alexandrin »  : […] Utilisé pour la première fois dans le Pèlerinage de Charlemagne (fin xi e -début xii e  siècle), son nom apparaît seulement au xii e  siècle, dans une poésie épique, le Roman d'Alexandre . Ce vers de dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers/#i_34748

VIVIER CLAUDE (1948-1983)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 2 496 mots

Dans le chapitre «  L'œuvre »  : […] Les grands thèmes récurrents de la production de Claude Vivier – forte de quarante-neuf pièces répertoriées – se placent sous les signes de la mort, de l'enfance (celle, perdue, à laquelle il ne cessa de rêver au travers des langages imaginaires qu'il inventa, tout autant que dans les personnages issus du patrimoine universel des contes, de la mythologie ou de l'histoire, dont il peuple son univer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-vivier/#i_34748