HOMO LUZONENSIS ou HOMME DE CALLAO ou HOMME DE LUÇON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractéristiques morphologiques

L’analyse de ces restes humains provoque la surprise. Les deux phalanges de pied sont très courbées. Elles présentent aussi des zones d’insertion musculaire profondes supposant des muscles fléchisseurs du pied bien développés et destinés à la préhension, que l’homme moderne mobilise très peu. En somme, la morphologie de ces ossements est complètement différente de celle d’un Homo sapiens bipède (marchant debout), mais elle est proche de celle des Australopithèques, qui étaient à la fois bipèdes et arboricoles. Elle permettait sans doute à Homo luzonensis de grimper dans les arbres, sans pour cela en conclure qu’il y vivait.

L’étude des dents apporte aussi des informations précieuses. Les prémolaires supérieures sont pourvues de deux ou trois racines, ce qui ne s’observe que sur les Australopithèques ou les plus anciennes espèces du genre Homo (Homo habilis ou Homo erectus) et, très rarement, chez Homo sapiens. Les molaires quant à elles sont très petites avec une morphologie moderne, proche de celle des Homo sapiens.

Ces restes humains montrent donc une association de caractères tout à fait surprenante.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Homo luzonensis

Homo luzonensis
Crédits : Callao Cave Archaeology Project

photographie

Grotte de Callao, Philippines

Grotte de Callao, Philippines
Crédits : Callao Cave Archaeology Project

photographie




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique GRIMAUD-HERVÉ, « HOMO LUZONENSIS ou HOMME DE CALLAO ou HOMME DE LUÇON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-luzonensis-homme-de-callao-homme-de-lucon/