HOMINES INTELLIGENTIAE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1411, le procès de Willem Van Hildernissem révèle la présence, dans le Brabant et la Picardie, de partisans du Libre-Esprit, dont le principal responsable aurait été Gilles de Canter. Le nom du groupe se réfère au « troisième âge » annoncé par Joachim de Flore. Sa pratique semble fonder sur l'initiation amoureuse la réalisation de Dieu en chacun.

Près d'un siècle après Bloemardinne, dont ils perpétuent l'enseignement, les Hommes de l'Intelligence comptent de nombreux partisans parmi les notables (la tour où ils se réunissent appartient à un échevin) et parmi le peuple de Bruxelles. Pour mener le procès à charge du carmélite Willem Van Hildernissem, Pierre d'Ailly, archevêque de Cambrai, désigne Henri de Selles ou Herenthaels, attaché à l'abbaye de Groenendael, où a vécu Ruysbroeck, l'ennemi de Bloemardinne. L'enquête a lieu dans l'agitation. L'inquisiteur échappe de peu à un attentat. Willem abjure et attribue les articles soumis à rétractation à Gilles de Canter (Aegidius Cantor), un laïque sexagénaire, récemment décédé, et vraisemblablement issu du milieu patricien. La prudence de l'accusateur et de l'accusé explique la légèreté de la peine infligée : trois ans de prison et la réclusion dans un monastère.

Outre le refus des prières et des sacrements, le rejet de l'autorité ecclésiastique, Gilles de Canter prône un retour à l'innocence édénique. L'organisation du groupe laisse supposer une initiation où l'acte amoureux, dépouillé de culpabilité, est rendu à la liberté de nature, « à l'égal du boire et du manger ». Au stade supérieur, l'affinement de l'amour identifie chacun à la part divine qu'il porte en soi. Leur langage, apparemment dévotieux, est à double sens : comme la charité pour les bégards, le « plaisir paradisiaque » ou « ascension » désigne ici la jouissance amoureuse.

—  Raoul VANEIGEM

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOMINES INTELLIGENTIAE  » est également traité dans :

ADAMITES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 713 mots

Terme désignant les membres de deux sectes différentes, l'une gnostique, l'autre de la fin du Moyen Âge. La première eut pour fondateur Prodicus, disciple de Carpocrate ( ii e s.). Soucieux d'imiter Adam avant la chute, les adamites allaient complètement nus et c'est dans cet état qu'ils priaient et célébraient. Ils sont mentionnés par Épiphane, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adamites/#i_92361

BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 8 722 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dévotion, mystique, hérésie »  : […] Par le nom même dont il signa ses œuvres – Jheronymus Bosch – le peintre Jeroen Van Aken s'est rattaché à sa ville natale, Hertogenbosch. Issu d'une famille d'artisans et de peintres, il devient par son mariage, vers 1478, un bourgeois, un notable. Ce notable, jusqu'à sa mort, en 1516, appartiendra à la confrérie Notre-Dame. Appartenance dont l'importance ne se borne sans dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-bosch/#i_92361

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Des amauriciens aux ranters »  : […] Jusqu'à plus ample information, il est d'usage de faire remonter le Libre-Esprit aux deux procès intentés, à Paris en 1209 et à Amiens en 1211, aux disciples supposés d' Amaury de Bènes, mort en 1207. Celui-ci s'était attiré la réprobation pontificale pour avoir affirmé que chaque homme est tenu de se considérer comme membre du Christ. Une simple abjuration mettra fin à une querelle qui semble n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_92361

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « HOMINES INTELLIGENTIAE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/homines-intelligentiae/