HISTORICISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation d'une conscience historique

C'est dans le contexte de la nouvelle conscience historique que prennent forme, aux environs de 1800, le mot et le concept d'« historicisme » (Friedrich von Schlegel, Novalis). Sous des angles différents, ce concept met en évidence le changement historique et ses effets, ainsi que la manière de se situer face à ceux-ci. Dès le xixe siècle, le terme connaît une telle multiplicité d'emplois qu'il paraît difficile de parler d'une « essence » de l'historicisme. Il désigne en effet : a. une considération historique universelle, qui appréhende toutes choses sous l'angle de leur devenir et de leur déclin ; b. la philosophie de l'histoire, qui discerne un progrès irréversible dans l'histoire humaine (ce qui explique pourquoi le marxisme lui-même fut parfois interprété comme une variante de l'historicisme) ; c. en même temps, le terme désigne le maintien des anciennes traditions et le regard nostalgique qu'on porte sur les époques du passé. Dans cette acception, il devient une désignation critique du conservatisme et du romantisme ; d. à partir de la fin du xixe siècle, le terme « historicisme » est utilisé pour critiquer et dénoncer l'orientation des sciences de l'esprit, que la richesse de leur savoir historique empêche de proposer des critères normatifs permettant d'évaluer l'agir et les comportements. L'historicisme revêt dans ce cas le visage d'un objectivisme et d'un positivisme historique ; e. parce que le savoir historique met en évidence les transformations que subissent toutes les valeurs et normes culturelles, la conscience historique semble enfin déboucher sur un relativisme qui abolit tous les principes fermes. C'est ce reproche qui sous-tend les critiques qu'Ernst Troeltsch, Wilhelm Windelband et Edmund Husserl ont adressé à la « critique de la raison historique » que prônait Wilhelm Dilthey. Les débats sur le « problème de l'historicisme », qui se sont multipliés au début du xxe siècle, visent la plupart du temps l'objectivisme historique, et notamment un relativisme censé subvertir le savoir historique lui-même. Généralement considéré comme une démarche scientifique, l'historicisme apparaît parfois comme une « vision du monde », pour reprendre l'expression forgée par Karl Mannheim.

De nos jours, il existe un relatif consensus concernant l'usage du concept dans trois contextes, sans qu'on puisse parler de définitions disciplinaires strictes : a. En historiographie, le terme désigne, depuis Friedrich Meinecke, les recherches historiques qui se sont développées au cours du xixe siècle et qui se concentrent sur l'individualité et l'évolution propre des cultures, des nations et des époques. Comme cette forme d'historiographie se focalise souvent sur le propre État national, elle a fait l'objet de critiques émanant de l'histoire sociale plus récente. Selon le point de vue et l'évaluation propres à chaque historien, l'historicisme apparaît soit comme la culture de l'élucidation historique, soit comme l'expression de ce qu'il s'agit de remettre en question. b. En histoire de l'art, on parle d'historicisme pour désigner des œuvres qui imitent les styles du passé, notamment dans l'architecture du xixe siècle qui invente le néo-roman ou le néo-gothique. Cette architecture s'inspire tantôt d'un seul style plus ancien, et tantôt elle combine les éléments de plusieurs modèles historiques, en leur apportant une configuration nouvelle et originale. Souvent méprisé au xxe siècle, cet historicisme est apprécié plus positivement de nos jours. c. En philosophie des sciences, le terme désigne une position épistémologique d'après laquelle l'histoire des sciences ne connaît pas de progrès unilinéaire, mais seulement un changement contingent et radical, lié au fait que les définitions et les critères de la rationalité sont eux aussi soumis au changement historique, de même que l'exercice de la science dépend toujours d'un contexte social et culturel. Thomas S. Kuhn (La Structure des révolutions scientifiques, 1962) et Michel Foucault (L'Archéologie du savoir, 1969) ont apporté des arguments théoriques permettant d'étayer cette thèse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut de philosophie, Ruhr-Universität, Bochum (Allemagne)

Classification

Autres références

«  HISTORICISME  » est également traité dans :

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 403 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « New Delhi »  : […] Dans la nuit du 14 au 15 août 1947, lord Mountbatten, dernier vice-roi des Indes, déclare l'indépendance de l'Inde et du Pakistan, si bien que l'ambition de faire de New Delhi un écrin pour le joyau de la couronne britannique n'aura été que de courte durée. Officiellement inaugurée en février 1931 en tant que capitale de l'Empire des Indes, New Delhi s'articule, selon les plans d'Edwin Lutyens et […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 627 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Critique d'art et histoire de l'art »  : […] Si la critique d'art du xix e  siècle a pu parfois s'apparenter à un genre littéraire, elle recourt cependant à des instruments spécifiques. Il n'est pas d'« articlier », pour reprendre le terme condescendant de Baudelaire, qui n'ait eu à cœur de justifier sa compétence en établissant des rapprochements avec l'art du passé. Ce mode d'approche est de plus inscrit dans les mentalités du temps : l' h […] Lire la suite

CROCE BENEDETTO (1866-1952)

  • Écrit par 
  • Charles BOULAY
  •  • 1 997 mots

Dans le chapitre « Le dernier Croce »  : […] Après 1931, la pensée de Croce ne subira plus guère de modifications ; toutefois, La Storia come pensiero e come azione (1938), et La Poesia (1936) semblent témoigner d'un certain renouvellement. Il expose dans le premier de ces ouvrages son historicisme absolu : l'histoire englobe toutes les activités de l'esprit, elle est affirmation de la créativité et de la liberté humaines. L'homme doit lut […] Lire la suite

CYCLE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 689 mots

Une conception cyclique du temps a souvent été comprise par la pensée moderne comme la marque du primitivisme d'une culture ou le symptôme d'une régression archaïsante chez un sujet. Une telle conception, dans les deux cas, résulterait d'une attitude de fuite devant la réalité de l'irréversibilité temporelle. La reconnaissance de cette irréversibilité, comme formant l'essence du temps, fonde la co […] Lire la suite

DANTO ARTHUR C. (1924-2013)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 800 mots

Arthur C. Danto est l’un des philosophes américains dont les travaux sur l’art ont bénéficié d’un très large écho en France et en Europe depuis la publication de son étude sur « Le monde de l’art » (1964). Né à Ann Arbor (Michigan), aux États-Unis, il a d’abord étudié l’art et l’histoire à Wayne University, puis à l’université Columbia de New York. En 1949 et 1950, il passe une année à Paris, à l […] Lire la suite

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Un nouvel éléatisme marxiste »  : […] L'avènement d'un marxisme consciemment antihistoriciste pose à la théorie de l'idéologie des problèmes particuliers. Cette théorie est, à notre sens, elle-même surtout une idéologie, en tant que justification de l'anhistorisme et du « présentocentrisme » de la pensée politique de l'époque stalinienne. Il existe en effet dans le stalinisme une véritable coupure entre la sociologie du passé et celle […] Lire la suite

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 434 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La perspective historiciste »  : […] À l'appui de la thèse selon laquelle le problème de l'interprétation n'est nullement esthétique, mais bel et bien pratique, il faut citer tous ceux qui tiennent, avec l'esthéticien et critique italien Alfredo Parente, qu'exécuter une partition signifie garantir la communication de l'œuvre en lui permettant de se conserver dans le temps. L'argument consiste à mettre la musique entre parenthèses : […] Lire la suite

MEINECKE FRIEDRICH (1862-1954)

  • Écrit par 
  • Christoph BRÜLL
  •  • 1 109 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historien des idées politiques »  : […] Dès 1893, Meinecke est étroitement lié à la Historische Zeitschrift ( Revue historique ), le principal organe de publication de la science historique allemande. Il est d’abord rédacteur, puis il en devient le coéditeur en 1896 avant d’en être écarté par le régime nazi en 1935. En 1934, il avait déjà dû abandonner la présidence de la Commission historique du Reich. Relevé de toute fonction offici […] Lire la suite

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 314 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'apport doctrinal français au XIXe siècle »  : […] Jean Nicolas Louis Durand (1760-1834) produira le premier une doctrine extrémiste, favorable aux seules visées utilitaires de l'architecture. Considérée à la fois comme « une science et un art », celle-ci « ne peut avoir pour but l'agrément mais bien l'utilité ». Durand rédigera pour les futurs ingénieurs de la jeune École polytechnique un Précis des leçons d'architecture (1802-1805) dont le radi […] Lire la suite

SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 360 mots

Dans le chapitre « Pour une sociologie économique scientifique »  : […] Né le 18 avril 1873 à Gières (Isère), fils d’instituteur, agrégé de philosophie (1896) et docteur en droit ( Le S alaire des ouvriers des mines de charbon en France. Contribution à la théorie économique du salaire , 1904, thèse remaniée en 1907), expert en statistiques, François Simiand veut appliquer à l’étude des phénomènes économiques les principes d’analyse des faits sociaux énoncés par Durkh […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gunter SCHOLTZ, « HISTORICISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/historicisme/