HISTOIRE (Domaines et champs)Histoire politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La résurrection de l'histoire politique

C'est précisément dans la brèche abandonnée par ces courants dominants que va se renouveler l'histoire politique au milieu des années 1970. Plusieurs phénomènes concomitants rendent compte de ce phénomène, dont certains dépassent très largement le cadre de la recherche historique.

En premier lieu, la perte de prestige du modèle communiste en Europe entraîne une crise de l'approche marxiste dans les milieux intellectuels. Elle se répercute chez les historiens, qui considèrent alors que l'économique et le social n'expliquent pas tout et qu'il est nécessaire de prendre en compte d'autres paramètres. On assiste, en second lieu, à un certain essoufflement de l'École des Annales qui ne constitue plus, comme dans la décennie précédente, un pôle d'attraction pour l'ensemble de la recherche. D'autant que, sous l'influence de Fernand Braudel, elle tend à se constituer en groupe fermé édictant dogmes et interdits, et séparant la bonne histoire (celle qu'elle pratique) de l'ivraie des productions qui lui sont extérieures. Il faudra, d'ailleurs, peu de temps pour que quelques chercheurs de l'École des hautes études en sciences sociales remettent en cause la condamnation de l'histoire politique, considérant que celle-ci renferme des potentialités beaucoup plus fécondes que la vision réductrice et caricaturale qui en a été donnée. Retrouvant la vigueur de l'inspiration des origines, les historiens médiévistes Georges Duby et Jacques Le Goff, le moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie, les contemporanéistes François Furet, Mona Ozouf ou Pierre Nora produisent alors des ouvrages inventifs et originaux qui s'inscrivent incontestablement dans les cadres d'une histoire politique renouvelée, en cherchant à donner sens aux événements historiques (réhabilités) et en privilégiant l'interprétation sur la description.

Ils ont été, toutefois, précédés dans cette voie par le renouveau de l'histoire politique française qui s'est opéré dès les années 1960 autour de René Rémond. La parution, en 1954, de son ouvrage pionnier, La Droite en France de 1815 à nos jours, tranche fortement avec la production d'histoire classique et s'inspire davantage des approches de la science politique puisque l'auteur suit, sur un siècle et demi, les trois traditions françaises de droite qu'il définit et dont il analyse les composantes en montrant à la fois la continuité de leur inspiration et leur adaptation à une conjoncture changeante. Ce renouvellement de la manière de concevoir l'histoire politique marque les activités de recherche et les ouvrages de l'auteur et encourage toute une génération de jeunes historiens du contemporain à travailler sous sa direction. Les institutions où il enseigne, l'université de Paris-X-Nanterre et l'Institut d'études politiques de Paris, vont devenir les lieux privilégiés du renouveau de l'histoire politique contemporaine. À partir du milieu des années 1970, on assiste à une véritable floraison de thèses, colloques, tables rondes, ouvrages et séminaires de recherche traitant de l'histoire politique. Deux ouvrages qui tentent de faire le point sur le sens et la direction de ces nouvelles recherches permettent de jalonner les étapes de cet essor. Tout d'abord, en 1988, sous la direction de René Rémond est publié Pour une histoire politique. Ce livre analyse, autour d'une dizaine de thèmes, les multiples secteurs de cette histoire politique renouvelée et les nouvelles approches mises en œuvre pour y parvenir (les élections, les partis, la biographie, l'opinion, les intellectuels, les médias, etc.). Ensuite, dix ans plus tard, Serge Berstein et Pierre Milza reprennent l'idée en l'orientant différemment : Axes et méthodes de l'histoire politique (1998) met l'accent sur les travaux des historiens spécialistes de l'Antiquité, du Moyen Âge ou des Temps modernes, sur les recherches d'historiens étrangers, sur les apports des sociologues, des philo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Thucydide - Athènes

Thucydide - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  HISTOIRE  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suive […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

L'histoire est un champ d'étude très ancien, que certaines traditions historiographiques font remonter aux Grecs Hérodote ou Thucydide. Pourtant, si l'on veut parler de courants, d'écoles ou de traditions, en donnant à ces notions une certaine consistance historique et sociologique, une […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Pour comprendre les pratiques des historiens, deux notions clés s'avèrent indispensables. La première, les sources, appartient en propre aux professionnels de l'histoire ; la seconde, la méthode, est la clé de toutes les démarches de l'esprit.Si faire de l'histoire consiste avant tout à rechercher et à critiquer les traces du passé que l'historien constitue […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Les historiens n'ont pas toujours pris au sérieux l'histoire comme écriture (entendue comme phase scripturaire du « faire de l'histoire »), considérant souvent celle-ci, selon les mots de Paul Ricœur, comme une « opération secondaire relevant de la seule rhétorique de la communication, et qu'on pourrait négliger comme étant d'ordre simplement rédactionnel ». En outre, les problématisations histori […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 822 mots
  •  • 4 médias

Pour Marc Bloch, dans Apologie pour l'histoire (1940), l'histoire ne se justifie pas comme une « science du passé » dont la seule vertu serait l'art pour l'art. Il fustige, dans L'Étrange Défaite (1949), le repli des savants dans leur laboratoire hors de la cité et de ses combats. Il fait ainsi écho aux comptes rend […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 112 mots

L'histoire scientifique, fondée sur des sources documentaires soumises à une étude critique, confrontées entre elles et exploitées selon des règles rigoureuses qui supposent une connaissance solide du contexte, a pour objet l'étude des sociétés humaines et de leur évolution au cours des diverses époques. Cette définition marque une distinction nette autant avec des œuvres littéraires dont l'histoi […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire économique

  • Écrit par 
  • Michel MARGAIRAZ
  •  • 4 548 mots
  •  • 1 média

L'histoire économique s'est construite dans la longue durée et ne s'est véritablement institutionnalisée, sous l'effet de facteurs multiples et diversement actifs selon les lieux, qu'à partir de la fin du xixe siècle. Elle a connu un apogée dans le deuxième tiers du xxe siècle – entre la crise des années […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire sociale

  • Écrit par 
  • Vincent VIET
  •  • 3 566 mots

Retracer en quelques lignes l'évolution récente de l'histoire sociale n'est pas chose aisée compte tenu de la complexité d'un domaine dont la définition et les approches évoluent en permanence. Comment tenir compte à la fois de la production hexagonale et des innombrables travaux étrangers sur la société française ? Quels périmètre et cadre chronologique donner à l'histoire sociale quand les histo […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire culturelle

  • Écrit par 
  • Pascal ORY
  •  • 2 905 mots

À l'orée du xxie siècle, l'histoire culturelle apparaît comme particulièrement en vogue. La formule est d'usage fréquent pour qualifier un champ de recherche : « histoire culturelle » en France, cultural history ou culture history dans les pays anglo-saxons, Kulturgeschichte en Allemagne... O […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire des relations internationales

  • Écrit par 
  • Robert FRANK
  •  • 4 386 mots

L'histoire des relations internationales occupe une place relativement importante dans l'historiographie et la recherche. Certes, dans chaque pays, l'histoire nationale implique davantage de chercheurs, produit plus de publications et attire plus de lecteurs. Pourtant, les questions internationales font irruption dans l'espace public, notam […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-23 décembre 2005 France. Débat sur la loi et l'Histoire

Le 8, le Premier ministre Dominique de Villepin souligne que « ce n'est pas au Parlement d'écrire l'Histoire ». Le 9, le président Chirac surenchérit dans une déclaration officielle: « L'écriture de l'Histoire, c'est l'affaire des historiens. » Il charge le président de l'Assemblée nationale Jean-Louis Debré de « constituer une mission pluraliste pour évaluer l'action du Parlement dans les domaines de la mémoire et de l'Histoire ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge BERSTEIN, « HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-politique/