SCIENCES HISTOIRE DES, XIXe s.

ABBE ERNST (1840-1905)

  • Écrit par 
  • Alain GRIMAUD
  •  • 150 mots

Opticien allemand, professeur à l'université d'Iéna (1870), directeur des observatoires astronomiques et météorologiques (1878), et directeur de recherche de la société Carl Zeiss (1866), Abbe étudie l'amélioration des appareils d'optique. Il formule la relation des sinus permettant de calculer les conditions à réaliser pour qu'un système de lentilles ne présente pas d'aberrations de sphéricité ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-abbe/#i_24709

ABEL NIELS HENRIK (1802-1829)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 309 mots

À l'aube du xix e  siècle, le mathématicien norvégien N. H. Abel allait révolutionner sa science, et Hermite a pu déclarer : « Il a laissé aux mathématiciens de quoi s'occuper pendant cinq cents ans. » D'abord algébriste, il établit l'impossibilité de résolution par radicaux des équations algébriques de degré ≥ 5 et sa méthode ouvrait la voie aux travaux de Galois sur les groupes de substitution d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niels-henrik-abel/#i_24709

A DYNAMICAL THEORY OF THE ELECTROMAGNETIC FIELD (J. C. Maxwell)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 335 mots
  •  • 1 média

Le physicien écossais James Clerk Maxwell envoie en octobre 1864 aux Comptes-rendus de la Royal Society de Londres le résumé d'un article intitulé « Une théorie dynamique du champ électromagnétique ». En six pages, le professeur de physique du King's College de Londres propose une théorie qui suppose que les effets électromagnétiques aux alentours de corps électrisés ou magnétiques ne sont pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/a-dynamical-theory-of-the-electromagnetic-field/#i_24709

AGASSIZ LOUIS (1807-1873)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SCHAER
  •  • 445 mots
  •  • 1 média

Le naturaliste suisse Louis Agassiz commence sa carrière scientifique par une étude des poissons actuels de l'Amazone que suit une étude des poissons fossiles du Brésil. Il en établit un inventaire très précis. Ces travaux sont publiés dans les cinq volumes des Recherches sur les poissons fossiles (1833-1844), où sont mentionnées mille sept cents espèces ; l'ouvrage, qui se distingue par la qual […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-agassiz/#i_24709

AIRY sir GEORGE BIDDELL (1801-1892)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 217 mots

Fils aîné de William Airy, il entre, à l'âge de dix ans, au Byatt Walker's School (Colchester), où il se fait remarquer pour son habileté manuelle. Entré au Trinity College (Cambridge, G.-B.) en 1819, il en sort en tant que senior wrangler en 1823 et, l'année suivante, il devient fellow de ce même collège. En 1823, G. B. Airy est nommé professeur lucasien de mathématiques et, en 1828, professeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/airy-sir-george-biddell/#i_24709

ALCALOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques E. POISSON
  •  • 5 684 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] C'est au début du xix e  siècle que les chimistes se sont aperçus que les plantes renferment des substances à réaction alcaline (jusque-là, seuls des produits acides ou neutres avaient été caractérisés), mises en évidence à l'aide de colorants naturels (tournesol, sirop de violette). Le premier « alcali végétal » isolé à l'état défini fut la morphine de l'opium, décrite en 1817 par F. W. Sertürne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcaloides/#i_24709

ALUMINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GADEAU, 
  • Robert GUILLOT
  •  • 9 640 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'alun, déjà décrit par Pline l'Ancien, est le plus anciennement connu des composés d'aluminium. Au xviii e  siècle, Guyton de Morveau nomme « alumine » la base particulière contenue dans l'alun. En 1807, après avoir, sans succès, cherché à isoler le métal correspondant, il le baptise « alumium » ; ce terme devient ensuite « aluminum », encore employé aux États-Unis, puis l'usage impose « alumini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aluminium/#i_24709

AMAGAT ÉMILE HILAIRE (1841-1915)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 249 mots

Physicien français, Émile Hilaire Amagat est né à Saint-Satur (Cher) le 2 janvier 1841 et y est mort le 15 février 1915. Il obtint son doctorat à l'université de Paris en 1872 et fut professeur à la faculté libre des sciences de Lyon. Dans sa thèse, Amagat décrit les courbes isothermes du dioxyde de carbone dont il avait mesuré les propriétés jusqu'à de hautes pressions. En 1877, il montra que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-hilaire-amagat/#i_24709

AMPÈRE ANDRÉ-MARIE (1775-1836)

  • Écrit par 
  • Louis POUDENSAN
  •  • 1 782 mots
  •  • 1 média

Dans l'effort continu de l'homme pour dominer la matière, capter son énergie, interpréter ses manifestations et les utiliser, des noms illustres émergent à qui nous sommes redevables de toute cette transformation. Dans la multitude de savants, d'inventeurs, de chercheurs qui lui ont consacré leur vie – tels Lavoisier, Pasteur, Curie, Einstein –, Ampère occupe une place exceptionnelle, trop souven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-marie-ampere/#i_24709

ANESTHÉSIE : PREMIÈRES DÉMONSTRATIONS

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 242 mots

Le 30 mars 1842, à Jefferson (Georgie, États-Unis), un patient, du nom de John Venables, souffrant d'un abcès au cou, est opéré sans douleur grâce à l'emploi d'éther, par Crawford Long (1815-1878). L'intervention ne sera rapportée que sept ans plus tard. Le 11 décembre 1844, toujours aux États-Unis, le dentiste Horace Wells (1815-1848) demande à un bonimenteur de foire, Gardner C. Colton, de lui a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie-premieres-demonstrations/#i_24709

ANTICORPS ET IMMUNITÉ HUMORALE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 202 mots

En 1888, à Paris, Émile Roux et Alexandre Yersin démontraient que le pouvoir pathogène du bacille diphtérique était dû à une toxine plutôt qu'à la bactérie elle-même. Cette observation fut rapidement étendue au cas du tétanos. Il fallut deux ans à Emil Von Behring à Berlin et à ses collègues Kitasato et Wernicke, à partir de 1890, pour montrer que le sang de sujets immunisés contre la diphtérie ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticorps-et-immunite-humorale/#i_24709

APERÇU HISTORIQUE SUR L'ORIGINE ET LE DÉVELOPPEMENT DES MÉTHODES EN GÉOMÉTRIE (M. Chasles)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 191 mots

L'apport de Michel Chasles (1793-1880) en géométrie est caractéristique du fécond débat entre les diverses conceptions défendues par les mathématiciens français du xix e  siècle. Dans toutes ses recherches et son enseignement, Chasles a développé la géométrie projective et contribué de façon majeure à son essor et à sa diffusion. Avec le géomètre suisse Jakob Steiner (1796-1863), il a généralisé e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apercu-historique-sur-l-origine-et-le-developpement-des-methodes-en-geometrie/#i_24709

ARAGO (F.), en bref

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 180 mots

Les nombreuses expériences que François Arago réalisa ou proposa firent progresser de manière décisive les connaissances dans le domaine de l'optique. En 1811, l'étude de la polarisation par des cristaux de quartz lui permet de découvrir le phénomène de la polarisation rotatoire de la lumière. La correspondance qu'il échangea avec Augustin Fresnel avant que celui-ci réalise ses travaux historiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arago-f-en-bref/#i_24709

ARAGO FRANÇOIS

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 636 mots

Après des études secondaires à Perpignan, Arago prépare le concours d'entrée à l'École polytechnique (Paris), où il entre en 1803. En 1805, il est nommé secrétaire du Bureau des longitudes et participe avec Biot à une expédition géodésique en Espagne, où il est fait prisonnier ; il ne revient en France qu'en 1809. Membre de la célèbre Société d'Arcueil, il succède à Monge en tant que professeur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-arago/#i_24709

ARCHIAC ADOLPHE DESMIER DE SAINT-SIMON vicomte d' (1802-1868)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 372 mots

Géologue français. Préparé par ses études à une carrière militaire, il quitte l'armée en 1830 pour se consacrer entièrement à la géologie. Les premiers travaux de d'Archiac ont été des monographies régionales précises et détaillées. Il a d'abord fait une Description du département de l'Aisne , où il établit une échelle stratigraphique sommaire des formations géologiques de la région. Simultanément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archiac-adolphe-desmier-de-saint-simon-vicomte-d/#i_24709

ARRHENIUS SVANTE (1859-1927)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 1 837 mots
  •  • 1 média

L' œuvre majeure de Svante Arrhenius porte sur la dissociation électrolytique. Elle ressortit directement à une pensée phénoménotechnique , où, selon Bachelard, « aucun phénomène n'apparaît naturellement , aucun phénomène n'est de premier aspect, aucun n'est donné . Il faut le constituer et en lire les caractères indirectement avec une conscience toujours éveillée de l' interprétation instrume […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/svante-arrhenius/#i_24709

ASSEMBLAGE DES GAMÈTES

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 220 mots

L'Allemand Oskar Hertwig (1849-1922), qui croyait au rôle du noyau dans la dynamique cellulaire, se proposait d'analyser le devenir de celui-ci lors de la fécondation entre deux cellules sexuelles. Il observa au microscope, dans un peu d'eau de mer, des cellules reproductrices émises par l'oursin Toxopneustes lividus . Les femelles émettent des cellules sexuelles transparentes (ovules) permettant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assemblage-des-gametes/#i_24709

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Du triomphe de la mécanique céleste à l'astrophysique »  : […] L'œuvre de Newton, d’abord incomprise en dehors de l’Angleterre où les efforts d’Edmond Halley (1656-1742) ont conduit à l’adopter, va passionner les cercles intellectuels du xviii e  siècle. En témoigne, par exemple, l'intérêt actif de Voltaire (1694-1778) et de la marquise Émilie du Châtelet (1706-1749), cette dernière ayant traduit les travaux de Newton en français (publication posthume en 1759 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_24709

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et chimie »  : […] Ce n'est que deux mille ans après ces énoncés qu'une théorie atomique fut scientifiquement formulée. La théorie atomique moderne est née des efforts de Dalton au début du xix e  siècle pour interpréter les phénomènes quantitatifs de la chimie. Les notions d'atomes et de molécules se sont imposées pour réunir en une théorie cohérente plusieurs lois expérimentales : loi de la conservation de la mas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_24709

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de la physique atomique »  : […] Le concept d'atome date des philosophes grecs de l'Antiquité : à la suite des idées d'Empédocle (490-430 av. J.-C.), Leucippe (environ 450 av. J.-C.) et son disciple Démocrite (vers 460-vers 370 av. J.-C.) ont suggéré que l'Univers était constitué d'espace vide et de particules insécables, les atomes (du grec atomos , « insécable »). Cette hypothèse fut cependant rejetée par Aristote (385-322 av.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-atomique/#i_24709

AVOGADRO LORENZO ROMANO AMEDEO CARLO, comte de Quaregna et de Ceretto (1776-1856)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 489 mots
  •  • 1 média

Physicien et chimiste italien, né et mort à Turin. Avogadro, après des études à Turin, obtient, en 1796, le titre de docteur en droit ecclésiastique ; mais, sans doute impressionné par la découverte de la pile électrique par A. Volta, il s'intéresse, à partir de 1800, aux mathématiques et à la physique et, avec son frère Felice, aborde l'étude de l'électricité. En 1806, il est démonstrateur à l'Ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-romano-amedeo-carlo-avogadro/#i_24709

BABBAGE CHARLES (1792-1871)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 433 mots

Mathématicien anglais né le 26 décembre 1792 à Teignmouth, Charles Babbage est particulièrement connu pour avoir conçu des machines à calculer que l'on considère comme les ancêtres des ordinateurs. Fils d'un banquier, Babbage fait ses études à l'université de Cambridge, dont il deviendra professeur de 1828 à 1839. Mécontent des nombreuses différences entre les tables mathématiques alors disponible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-babbage/#i_24709

BABINET JACQUES (1794-1872)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 479 mots

Physicien français, Jacques Babinet est né à Lusignan (Vienne) le 5 mars 1794 et mort à Paris le 21 octobre 1872. Après des études à Poitiers complétées par une année au lycée impérial Napoléon à Paris, il entre en 1812 à l'École polytechnique. Professeur de mathématiques à Fontenay-le-Comte (Vendée) en 1816, puis de physique au Collège royal de Poitiers l'année suivante, il épouse en 1820 la fill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-babinet/#i_24709

KOCH BACILLE DE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Après avoir identifié le bacille du charbon (1876), le médecin allemand Robert Koch (1843-1910) développa la culture des microbes sur milieu nutritif stérile solide et isola le bacille de la tuberculose en 1882. La règle d'or de la bactériologie médicale, codifiée par Koch, fut d'obtenir des cultures pures des germes prélevés dans les produits pathologiques, de vérifier ensuite sur une espèce anim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacille-de-koch/#i_24709

BAEKELAND LEO HENDRIK (1863-1944)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 219 mots

Chimiste américain d'origine belge né à Gand et mort à Beacon (État de New York). Après avoir effectué ses études supérieures à l'université de sa ville natale, il y obtient en 1884 un doctorat en sciences naturelles et y commence une carrière d'enseignant. En 1889, son voyage de noces l'ayant amené aux États-Unis, il décide de s'installer dans ce pays dont il obtient la nationalité. La société qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-hendrik-baekeland/#i_24709

BAER KARL ERNST VON (1792-1876)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 688 mots

Naturaliste russe, Karl Ernst von Baer domina la science de son époque et fut l'un des pionniers de l'embryologie moderne. Né en Estonie d'une famille prussienne, il étudie la médecine à l'université de Dorpat (actuellement Tartu), passe sa thèse en 1814, puis voyage durant trois ans (Vienne, Berlin) pour parfaire ses connaissances. En Allemagne (Würzburg), il rencontre J. I. Döllinger qui l'orien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-ernst-von-baer/#i_24709

BAEYER JOHANN FRIEDRICH WILHEM ADOLF VON (1835-1917)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 225 mots

Chimiste allemand né à Berlin et mort à Starnberg, près de Munich. Baeyer entreprend ses premières recherches sous la direction de Robert W. Bunsen puis de Stradonitz F. A. von Kekulé et obtient son doctorat en 1863. Baeyer occupe de modestes fonctions d'enseignant à Berlin jusqu'en 1872, date à laquelle il est nommé professeur à Strasbourg (l'Alsace vient d'être annexée par l'Empire allemand) ; e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-friedrich-wilhem-adolf-von-baeyer/#i_24709

BAKER HENRY FREDERICK (1866-1956)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 289 mots

Mathématicien britannique, spécialiste de géométrie. Né le 3 juillet 1866 à Cambridge, Henry Frederick Baker fit ses études et toutes ses recherches à l'université de Cambridge. Assistant d'Arthur Cayley (1821-1895), profondément influencé par Felix Klein (1849-1925) avec qui il travaille lors de deux séjours à l'université de Göttingen (Allemagne), il s'intéresse d'abord à la théorie algébrique d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-frederick-baker/#i_24709

BALARD ANTOINE JÉRÔME (1802-1876)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 468 mots

Chimiste français né le 30 septembre 1802 à Montpellier et mort le 30 avril 1876 à Paris. Issu d'une modeste famille de vignerons, Balard fait ses études supérieures à l'université de sa ville natale. Il y suit les enseignements de pharmacie – il obtient son doctorat en 1826 – et parallèlement ceux de physique et de chimie. Durant ses études, il devient préparateur du titulaire de la chaire de chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-jerome-balard/#i_24709

BALFOUR FRANCIS MAITLAND (1851-1882)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 234 mots

Embryologiste anglais qui, après des études au Trinity College de Cambridge, entre en 1872 dans le laboratoire du physiologiste Foster, puis va travailler sur l'embryologie des élasmobranches à la Stazione zoologica de Naples. De retour à Trinity College, Balfour est nommé assistant d'embryologie, puis directeur du laboratoire de morphologie. Ses recherches personnelles et sa réputation de remarqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-maitland-balfour/#i_24709

BANNEKER BENJAMIN (1731-1806)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 267 mots

Né le 9 novembre 1731 à Ellicott's Mills, dans le Maryland (États-Unis), Benjamin Banneker fut mathématicien, astronome, auteur d'almanachs, inventeur et écrivain. C'est l'un des premiers intellectuels Noirs américains notables. Benjamin Banneker est né libre d'un père esclave et d'une mère libre. Propriétaire d'une plantation de tabac près de Baltimore, Banneker apprit par lui-même l'astronomie e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benjamin-banneker/#i_24709

BARLOW ROUE DE

  • Écrit par 
  • Bertrand DREYFUS
  •  • 245 mots

Dispositif électromagnétique inventé en 1828 par le physicien anglais Peter Barlow pour montrer l'action d'un champ magnétique sur un courant électrique. La roue de Barlow est une roue à rayons métalliques, ou un disque de cuivre, mobile autour d'un axe horizontal, placé entre les branches d'un aimant en fer à cheval, également horizontal. La partie inférieure de la périphérie de la roue trempe da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roue-de-barlow/#i_24709

BASES DE LA THÉORIE ATOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

Le physicien et chimiste anglais John Dalton (1766-1844) expose en 1808 l'hypothèse atomique dans son ouvrage A New System of Chemical Philosophy . Il y écrit que « du rapport des poids dans la masse du composé, on peut déduire les poids relatifs des particules ultimes, ou atomes, des corps, et avec cette donnée, le poids et le nombre de ces atomes vont se montrer dans d'autres combinaisons ». Dal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bases-de-la-theorie-atomique/#i_24709

BAUDIN NICOLAS (1754-1803)

  • Écrit par 
  • Jacqueline GOY
  •  • 567 mots

Navigateur et naturaliste français, commandant de l'expédition aux Terres australes. Né à Saint-Martin-de-Ré le 17 février 1754, Nicolas Baudin intègre la marine en 1775, prend part à la guerre d'indépendance américaine puis démissionne et navigue pour lui. En 1786, il commerce avec l'île Maurice et, développant une méthode de transport qui garantit la survie des plantes, rapporte de nombreux spéc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-baudin/#i_24709

BAUDRIMONT ALEXANDRE ÉDOUARD (1806-1880)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 395 mots

Chimiste français né à Compiègne et mort à Bordeaux. Baudrimont effectue à Paris des études de médecine et de pharmacie. Il obtient en 1831 son diplôme de médecine et en 1834 celui de pharmacie. À partir de 1831, Baudrimont exerce la médecine à Valenciennes, tout en essayant, en vain, d'obtenir un poste dans une des institutions scientifiques ou médicales de la capitale où il ne peut exercer que d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-edouard-baudrimont/#i_24709

BÉCLÈRE ANTOINE (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Guy PALLARDY
  •  • 965 mots
  •  • 3 médias

Bachelier à dix-sept ans après de brillantes études au lycée Bonaparte (l'actuel lycée Condorcet), Antoine Béclère envisage l'École normale supérieure, puis se dirige vers les études de médecine, encouragé par l'exemple de son père, Claude Béclère, descendant de cultivateurs bourguignons, qui exerçait la médecine à Paris. Reçu externe en 1875, Antoine Béclère réussit à vingt et un ans l'internat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-beclere/#i_24709

BECQUEREL ANTOINE CÉSAR (1788-1878)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 344 mots

Ancien élève de l'École polytechnique (où il entre en 1806), sorti dans le corps des ingénieurs militaires, Becquerel, après la chute de Napoléon, se consacre uniquement à la science et il est le premier à occuper la chaire de physique au Muséum d'histoire naturelle de Paris (1838). Il est le chef de file de toute une dynastie d'hommes de science : son fils Alexandre Edmond lui succède au Muséum n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-cesar-becquerel/#i_24709

BECQUEREL ANTOINE HENRI (1852-1908)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 524 mots

Né le 15 décembre 1852 à Paris, Henri Becquerel était le fils d'Alexandre Edmond et le petit-fils d'Antoine César Becquerel, tous deux physiciens ayant développé l'étude de la phosphorescence au laboratoire de physique du Muséum d'histoire naturelle. Il partageait son temps entre l'enseignement à l'École polytechnique et quelques travaux de recherche sans grand relief. Comme son fils Jean, lui aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-henri-becquerel/#i_24709

BEHRING EMIL ADOLF VON (1854-1917)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

Médecin et bactériologiste allemand, l'un des fondateurs de la sérothérapie. Né à Hansdorf (Prusse-Orientale), von Behring s'inscrit en 1874 à l'École de médecine militaire de Berlin et il obtient son doctorat de médecine en 1878. Deux ans plus tard, il est médecin militaire à Posen, puis médecin d'état-major à Bonn (1887). Il est nommé à l'Académie militaire de médecine de Berlin, puis professeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-adolf-von-behring/#i_24709

BEKHTEREV VLADIMIR MIKHAÏLOVITCH (1857-1927)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 294 mots

Neurophysiologiste et psychiatre russe qui a étudié les structures cérébrales et analysé les réflexes conditionnés. Bekhterev, né à Sorali, dans la région de Vyatka (actuellement Kirov) obtient le doctorat de l'Académie médicochirurgicale de Saint-Pétersbourg en 1881, puis approfondit ses connaissances au cours des quatre années suivantes, dans plusieurs universités. En 1885, rentré en Russie, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-mikhailovitch-bekhterev/#i_24709

BELL ALEXANDER GRAHAM (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 575 mots

Professeur à Boston, dans un institut de sourds-muets, Bell se consacre aux recherches acoustiques. La transmission électrique des sons, que C. G. Page avait révélée en Amérique (1837), est alors expérimentée par P. Reis, depuis 1860, en Allemagne. Mais l'appareil de Reis ne transmet, et très imparfaitement, que des sons musicaux. Bell établit la différence entre ces derniers et les vibrations co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-graham-bell/#i_24709

BERNARD CLAUDE (1813-1878)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 4 110 mots

Xavier Bichat (1771-1802) donnait encore la prédominance à l'anatomie sur la physiologie puisqu'il attribuait une fonction différente à chacun des tissus de l'organisme. Claude Bernard montra qu'une même fonction (la respiration, par exemple) peut se retrouver dans plusieurs tissus et qu'inversement une seule fonction (la digestion, par exemple) peut mettre en œuvre plusieurs tissus (les muqueus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-bernard/#i_24709

BERNSTEIN FELIX (1878-1956)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 335 mots

Mathématicien allemand naturalisé américain, spécialiste de la théorie des ensembles puis des statistiques appliquées. Né le 24 février 1878 à Halle (Allemagne), Felix Bernstein est le fils d'un spécialiste de l'électrobiologie. Élève de Georg Cantor (1845-1918) à Halle, Bernstein démontre en 1897 son fameux théorème sur l'équivalence des ensembles : si deux ensembles A et B sont chacun équivalent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-bernstein/#i_24709

BERT PAUL (1833-1886)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 554 mots
  •  • 1 média

Licencié en droit (1856) et en sciences naturelles (1860), docteur en médecine, Paul Bert devient, en 1863, préparateur de Claude Bernard au Collège de France. En 1866-1867, il enseigne la zoologie et la physiologie à la faculté des sciences de Bordeaux. De retour à Paris l'année suivante, il remplace Flourens à la chaire de physiologie comparée au Muséum d'histoire naturelle. En 1869, il succède […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-bert/#i_24709

BERTHELOT MARCELIN (1827-1907)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 605 mots
  •  • 1 média

Comblée d'honneurs, la carrière de Berthelot se développe dans l'âge du positivisme bourgeois, dont il demeure l'une des figures les plus écrasantes. Pontife du scientisme conquérant, il a exercé en France, à la fin de sa vie, un magistère quelque peu abusif sur le sort de la recherche et de l'enseignement scientifiques. Travailleur infatigable et désintéressé, son activité a débordé la chimie pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcelin-berthelot/#i_24709

BERTHOLLET CLAUDE LOUIS (1748-1822)

  • Écrit par 
  • Michelle GOUPIL-SADOUN
  •  • 1 193 mots

Dans le chapitre « L'auteur »  : […] Revenu à Paris, Berthollet entreprit, en effet, de rédiger ses cours de l'École normale et de Polytechnique. Retiré à Arcueil, il mit au point les deux volumes de son ouvrage le plus important : l' Essai de statique chimique. C'est une œuvre originale : l'auteur n'a pas voulu faire un traité de chimie, mais un exposé des plus récentes théories de l'époque, pour les soumettre à la réflexion criti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-louis-berthollet/#i_24709

BERTRAND MARCEL (1847-1907)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 266 mots

Géologue comptant parmi les maîtres de la géologie française, Marcel Bertrand vient tardivement à cette science, après avoir été élève de l'École polytechnique et de l'École des mines. Sa carrière géologique va durer vingt ans environ, mais elle est singulièrement féconde ; Bertrand devient le chef de file incontesté de l'école orogénique et tectonique française. Ses premiers travaux portent sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-bertrand/#i_24709

BERZELIUS JÖNS JACOB (1779-1848)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Si la figure du chimiste suédois Jöns Jacob Berzelius brille d'un particulier éclat aux yeux de l'historien des sciences, c'est qu'il a été le législateur écouté du discours scientifique élaboré par Lavoisier. C'est à Berzelius qu'on doit les conceptions et les formulations qui ont permis à la chimie de trouver un système de représentations. Son rayonnement s'étendit de la Suède sur toute l'Euro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jons-jacob-berzelius/#i_24709

BESSEL FRIEDRICH (1784-1846)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 502 mots

En 1817, Bessel introduit les fonctions qui porteront son nom et qui s’avéreront indispensables à la description de la propagation des ondes. Né le 22 juillet 1784 à Minden en Westphalie, fils d’un petit fonctionnaire, Friedrich Wilhelm Bessel accomplit un début de scolarité si médiocre au lycée de Minden qu’il quitte l’école à quatorze ans pour travailler comme commis dans une entreprise d’impor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-bessel/#i_24709

BETTI ENRICO (1823-1892)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 339 mots

Mathématicien italien, spécialiste d'algèbre et de topologie. Né le 21 octobre 1823 à Pistoia, en Toscane (Italie), Enrico Betti est très tôt orphelin de père. Il fait ses études à l'université de Pise, où il enseignera à partir de 1846, et prend part à la guerre d'indépendance de la Toscane dans le bataillon universitaire dirigé par Ottaviano Fabrizio Mossotti (1791-1863), qui avait été son profe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-betti/#i_24709

BIOT JEAN-BAPTISTE (1774-1862)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 667 mots

Né le 21 avril 1774 à Paris, fils d'un paysan lorrain qui le destinait au commerce, Biot fait ses études au collège Louis-le-Grand (Paris). En conflit avec son père, il s'engage comme artilleur (1792). En 1794, il entre à l'École des ponts et chaussées, puis à l'École polytechnique où il est remarqué par Monge : en 1797, il est nommé professeur à l'École centrale de Beauvais et, en 1799, examinate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-biot/#i_24709

BIOT DÉMONTRE L'ORIGINE EXTRATERRESTRE DES MÉTÉORITES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 303 mots

Il peut aujourd'hui paraître curieux que les météorites n'aient pas attiré l'attention des savants avant la fin du xviii e  siècle. Mais la plupart d'entre eux partageaient alors l'opinion de Newton selon laquelle il ne pouvait exister de petits objets dans l'espace interplanétaire. L'Allemand Ernst Florenz Friedrich Chladni avait cependant suggéré en 1794 qu'un bloc ferreux de 700 kilogrammes env […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biot-demontre-l-origine-extraterrestre-des-meteorites/#i_24709

BLACKWELL ELIZABETH (1821-1910)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 215 mots

Née à Bristol (Angleterre), Elizabeth Blackwell est considérée comme la première femme médecin des temps modernes. La famille Blackwell émigra en 1832 à New York où le père mourut en 1838, laissant Elizabeth et sa sœur en charge de la famille. La lecture d'ouvrages médicaux amena Elizabeth à entreprendre une formation médicale en compagnie de Samuel H. Dickson, du Charleston Medical College. Elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elizabeth-blackwell/#i_24709

BOLTZMANN LUDWIG (1844-1906)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 634 mots
  •  • 1 média

Physicien et philosophe des sciences, Ludwig Boltzmann est un des penseurs les plus originaux de la seconde moitié du xix e  siècle. Son influence a été profonde sur le développement de la science moderne. Par son interprétation de l'entropie, qui introduit la probabilité en thermodynamique, il a inspiré les travaux de Planck et d'Einstein sur la théorie statistique du rayonnement, sur l'hypothès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-boltzmann/#i_24709

BOLYAI JÁNOS (1802-1860)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 218 mots

S'intéressant aux mathématiques, János Bolyai y consacra les loisirs que lui laissait son métier d'officier du génie sous l'impulsion de son père Farkas Bolyai (1775-1856), professeur de mathématiques et ancien condisciple de Gauss, avec qui il entretenait une correspondance sur les fondements de la géométrie. À l'âge de vingt deux ans, János Bolyai travailla à la construction d'une géométrie dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/janos-bolyai/#i_24709

BOLZANO BERNARD (1781-1848)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 3 612 mots

Théologien, philosophe, surtout logicien et mathématicien, Bolzano a laissé une œuvre très étendue et très importante que ses contemporains ont presque entièrement ignorée. D'une part, la nature de ses préoccupations, toutes centrées sur les questions des fondements, a éloigné de lui les mathématiciens tournés davantage vers les théories avancées et vers les applications. D'autre part, son style […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-bolzano/#i_24709

BONNIER GASTON (1853-1922)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 354 mots

Botaniste français, Gaston Bonnier entre à l'École normale supérieure en 1873, y devient préparateur, maître de conférences, puis directeur du laboratoire de recherches (1886). En 1887, élu à la chaire de botanique à la Sorbonne, il en dirige le laboratoire de recherches, mais, devant l'exiguïté des locaux, il obtient en 1890 la création et la direction du laboratoire de biologie végétale de Fonta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bonnier/#i_24709

BOOLE GEORGE (1815-1864)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 664 mots

Mathématicien et logicien anglais, Boole est le créateur de la logique symbolique. Né à Lincoln et fils d'un petit commerçant, il reçut ses premières leçons de mathématiques de son père, qui lui apprit aussi à fabriquer des instruments d'optique. En dehors des conseils de son père et de quelques années passées dans les écoles locales, Boole est un autodidacte. Quand les affaires de son père déclin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-boole/#i_24709

BORDET JULES (1870-1961)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 436 mots

Les recherches de Bordet sur la destruction des bactéries et des globules rouges dans le sérum sanguin, effectuées à l'Institut Pasteur, à Paris (1894-1901), sont généralement considérées comme constituant les débuts de la sérologie. En 1895, il montra que deux facteurs existant dans le sérum sont responsables de la rupture de la paroi de la cellule bactérienne (bactériolyse) : l'un est un antico […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-bordet/#i_24709

BOUCHER DE PERTHES (J.)

  • Écrit par 
  • Claudine COHEN
  •  • 1 186 mots
  •  • 1 média

Le nom de Jacques Boucher de Perthes est lié à la naissance en France, au milieu du xix e  siècle, de deux disciplines scientifiques, l’archéologie préhistorique et la paléontologie humaine. Il combattit trois décennies durant pour la reconnaissance de l’« homme fossile », contemporain des grands animaux éteints. S’appuyant sur des arguments géologiques, paléontologiques et archéologiques, il par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boucher-de-perthes-j/#i_24709

BOUÉ AMI (1794-1881)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 179 mots

Géologue autrichien d'origine allemande, né à Hambourg, Boué fit ses études en Allemagne puis à Genève, Paris et Édimbourg. Ses premiers travaux géologiques sur les roches volcaniques d'Écosse sont publiés en 1820, sous le titre d' Essai géologique sur l'Écosse ( Geological Essay of Scotland ). En 1830, il s'installe à Paris, où il fait partie des fondateurs de la Société géologique de France, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ami-boue/#i_24709

BOUSSINGAULT JEAN-BAPTISTE (1802-1887)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 735 mots

Chimiste et agronome français. Né à Paris le 2 février 1802, Jean-Baptiste Boussingault quitte le lycée Impérial (Louis-le-Grand) en seconde et suit alors les cours publics que les plus grands savants de l'époque (Cuvier, Gay-Lussac, Thénard) dispensaient librement dans les établissements du quartier Latin. C'est ainsi qu'il apprit les rudiments de la minéralogie, de la géologie, de la chimie et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-boussingault/#i_24709

BOUTLEROV ALEXANDRE MIKHAÏLOVITCH (1828-1886)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 385 mots

Chimiste russe né à Tchistopol, près de Kazan, et mort à Boutlerovka, près de Kazan. Il effectue ses études à l'université de Kazan, y obtient sa maîtrise en 1851 et y enseigne la chimie, comme assistant. À partir de 1852, il va assurer l'intégralité des enseignements de chimie dans cette même université, dont il sera recteur en 1860 et en 1863, après avoir soutenu en 1854 sa thèse de doctorat à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-mikhailovitch-boutlerov/#i_24709

BRAUN KARL FERDINAND (1850-1918)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 271 mots

Né le 6 juin 1850 à Fulda (Allemagne), Karl Ferdinand Braun fit ses études universitaires à Marburg et à Berlin. Après une thèse sur l'oscillation des cordes élastiques, il obtint divers postes d'enseignant qui le menèrent successivement à Würzburg, Leipzig, Marburg, Strasbourg (alors allemande), Karlsruhe et Tübingen où il resta dix ans avant de retourner, en 1895, à Strasbourg, comme directeur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-ferdinand-braun/#i_24709

BRETONNEAU PIERRE FIDÈLE (1778-1862)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 607 mots

Médecin français né dans une famille comptant de nombreux médecins. La Révolution ne facilite pas les études que Bretonneau poursuit sans aborder ni le grec ni le latin. Il entre à l'École de santé de Paris, où il a pour condisciples Dupuytren, Bayle, Récamier, Esquirol. Il se passionne pour la botanique et pour la physique, installe chez lui un laboratoire, fabrique des baromètres, des thermomètr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-fidele-bretonneau/#i_24709

BROCA PAUL (1824-1880)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 677 mots
  •  • 1 média

Créateur de la chirurgie moderne du cerveau et fondateur de l'anthropologie, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde). Paul Broca étudie la médecine à Paris en 1841, soutient sa thèse de doctorat en 1849. Agrégé en 1853, il est alors chirurgien des hôpitaux et obtient, en 1867, la chaire de pathologie externe à la faculté de médecine de Paris. Il sera vice-président du Conseil général des hôpitaux, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-broca/#i_24709

BRONGNIART ADOLPHE THÉODORE (1801-1876)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 343 mots

Botaniste français et principal fondateur de la paléobotanique. Né à Paris, il est le fils du minéralogiste Alexandre Brongniart. Appliquant à la classification des plantes fossiles la méthode qu'avait utilisée Cuvier pour le règne animal, Brongniart utilise l'anatomie et l'histologie comparées pour déceler les affinités qui existent entre les végétaux actuels et les végétaux disparus. Dès 1822, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-theodore-brongniart/#i_24709

BROWN ALEXANDER CRUM (1838-1922)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 387 mots

Chimiste écossais né et mort à Édimbourg. Il mène de front à l'université d'Édimbourg des études de médecine et de chimie. Docteur en médecine de l'université d'Édimbourg en 1862, il obtient l'année suivante un doctorat ès sciences de l'université de Londres. Il va ensuite passer une année dans le laboratoire du chimiste allemand Hermann Kolbe (1818-1884) où il se familiarise avec la méthode élect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-crum-brown/#i_24709

BROWN-SÉQUARD CHARLES ÉDOUARD (1817-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 327 mots

Physiologiste et neurologue, pionnier de l'endocrinologie et de la neurophysiologie, Brown-Séquard fut parmi les premiers à étudier la physiologie de la moelle épinière. Il décrivit notamment un syndrome qui porte son nom (il correspond à l'hémisection médullaire, dont les effets ont permis d'analyser le trajet des grandes voies sensitives et motrices). Sa découverte la plus importante est celle d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-edouard-brown-sequard/#i_24709

BRÜCKE ERNST WILHELM VON (1819-1892)

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 324 mots

Ayant enseigné l'anatomie à Berlin (1846), sa ville natale, puis à Königsberg (1848) et enfin à Vienne (1849), où il se fixa définitivement, Ernst Wilhelm von Brücke fut un des fondateurs de l'anatomie microscopique (histologie) et de la physiologie, et ses travaux personnels ont porté sur la physiologie des sensations : Esquisse de la physiologie et de l'étude systématique des sons de la langue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-wilhelm-von-brucke/#i_24709

BUCH LEOPOLD VON (1774-1853)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 198 mots

Géologue et géographe allemand dont les travaux ont fortement influencé la géologie du xix e  siècle. Leopold von Buch montre dès son jeune âge un esprit naturaliste et effectue des études de chimie et de minéralogie à Berlin. En 1790, il entre à la Bergakademie à Fribourg, où professe Werner. Pendant trois ans, une solide amitié unira les deux hommes. De famille aisée, il abandonnera assez rapide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-von-buch/#i_24709

BUCHNER EDUARD (1860-1917)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 487 mots
  •  • 1 média

Chimiste allemand né à Munich et mort à Focṣani (Roumanie). Eduard Buchner effectue ses études de chimie à Munich sous la direction d'Adolf von Baeyer. Sous l'influence de son frère Hans, qui deviendra un bactériologiste connu, il s'intéresse à l'étude de la fermentation alcoolique, mais ses recherches sont d'abord orientées vers la chimie organique. Il soutient son doctorat en 1888, devient assis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-buchner/#i_24709

BUNSEN ROBERT WILHELM (1811-1899)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 472 mots
  •  • 1 média

Après sa thèse de doctorat, Enumeratio ac descriptio hygrometrorum (1830), Bunsen est nommé privat dozent à Göttingen (1833), puis il succède à Wöhler à l'école polytechnique de Kassel (1836). En 1838, il est professeur extraordinaire à Warburg, puis professeur en titre (1842) ; dix ans plus tard, il succède à Léopold Gmelin à Heidelberg, où il a séjourné jusqu'à sa mort. C'est en 1851 qu'il fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-wilhelm-bunsen/#i_24709

BURNSIDE WILLIAM SNOW (1852-1927)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 394 mots

Mathématicien britannique, spécialiste de la théorie des groupes. Né le 2 juillet 1852 à Londres (Grande-Bretagne) d'un père écossais, William Snow Burnside fait ses études supérieures au Pembroke College de l'université de Cambridge, dont il est diplômé en 1875 et où il effectue ses recherches jusqu'en 1885. Dans son premier article, daté de 1883, il étudie certaines propriétés des fonctions ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-snow-burnside/#i_24709

CAILLETET LOUIS PAUL (1832-1913)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 305 mots

Physicien, industriel et inventeur français, Louis Paul Cailletet est né à Châtillon-sur-Seine le 21 septembre 1832 et mort à Paris le 5 janvier 1913. Fils d'un métallurgiste de la Côte-d'Or, Cailletet dirige d'abord les forges familiales tout en étudiant les propriétés physiques et chimiques du fer. Ses travaux les plus remarquables concernent la liquéfaction des gaz. Les nombreux essais de liqué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-paul-cailletet/#i_24709

CAJAL SANTIAGO RAMON Y (1852-1934)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 422 mots

Biologiste espagnol, né en 1852 à Petilla (Aragon), mort en 1934 à Madrid, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1906 pour ses travaux sur l'organisation du système nerveux. Il partage ce prix avec l'Italien Camillo Golgi. Diplômé de médecine puis professeur auxiliaire d'anatomie à l'université de Saragosse (1873-1875), Cajal est promu successivement professeur en titre à Valence (1883), profes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cajal-ramon-y/#i_24709

CANDOLLE AUGUSTIN PYRAME DE (1778-1841)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 597 mots

Botaniste suisse, né à Genève dans une famille protestante d'origine française, exilée avant l'édit de Nantes, Candolle fait ses études au collège Calvin. Parce qu'il refuse d'entrer dans la magistrature comme son père, et souhaite herboriser (en 1797 il découvre, dans le Jura, Reticularia rosea ), sa famille l'engage à devenir médecin. En 1798, il vient dans ce but à Paris, mais il fréquente surt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-pyrame-de-candolle/#i_24709

CANNIZZARO STANISLAO (1826-1910)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 479 mots

Chimiste italien né à Palerme et mort à Rome. Stanislao Cannizzaro commence à l'université de Palerme des études de médecine. Il réalise vite que, pour mieux comprendre les phénomènes physiologiques, il lui faut améliorer le niveau de ses connaissances en chimie, matière peu et mal enseignée à Palerme à l'époque. Il rencontre en 1845 Rafaelle Piria (1815-1910), professeur de chimie à l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislao-cannizzaro/#i_24709

CANNON ANNIE JUMP (1863-1941)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 590 mots

L' astronome américaine Annie Cannon apporta une contribution fondamentale à la classification des spectres stellaires. Née le 11 décembre 1863 à Dover, dans le Delaware, Annie Jump Cannon est la fille aînée du sénateur Wilson Cannon et de Mary Jump. Elle étudie la physique et l'astronomie au Wellesley College, réservé au jeunes filles, et en sort diplômée en 1884. Elle voyage ensuite pendant plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annie-cannon/#i_24709

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

Georg Cantor est le mathématicien de génie qui a ouvert pour les mathématiques le paradis de l’infini . Il a développé la théorie des ensembles qui permet de traiter tout objet mathématique comme un ensemble d’éléments déterminé, fini ou infini, et a introduit le concept de transfini, qui permet une arithmétique de l’infiniment grand. C’est une rupture avec deux mille ans d’histoire, saluée avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-cantor/#i_24709

CANTOR : THÉORIE DES ENSEMBLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 185 mots

Georg Cantor (1845-1918), professeur de mathématiques à l'université de Halle (Allemagne), publie en 1874 dans le Journal de Crelle l'article fondateur de la théorie des ensembles. Après quelques travaux en théorie des nombres et une rencontre décisive avec le mathématicien Richard Dedekind (1831-1916), Cantor s'était consacré à l'étude des séries trigonométriques et aux nombres irrationnels. Da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantor-theorie-des-ensembles/#i_24709

CARNOT LAZARE NICOLAS MARGUERITE (1753-1823)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 1 449 mots
  •  • 1 média

Dans les manuels d'histoire, la grande figure de l'« Organisateur de la victoire » plane, seule respectable, bien au-dessus des figures sanguinaires de la Révolution. Fils d'un avocat et notaire bourguignon, Lazare Carnot fait de bonnes études secondaires à Autun, entre à dix-huit ans à l'École du génie de Mézières, arrive en garnison en 1783 comme capitaine à Arras, y fréquente Robespierre. Chaud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazare-nicolas-marguerite-carnot/#i_24709

CARNOT SADI (1796-1832)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 838 mots

Fils aîné de Lazare Carnot, « l'Organisateur de la Victoire », Nicolas Léonard Sadi Carnot est un des pionniers de la thermodynamique. Son unique publication, les Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance , ignorée de son temps, mais redécouverte trente ans plus tard par Clapeyron, permit à Thomson et à Clausius d'énoncer le second principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadi-carnot/#i_24709

CARO HEINRICH (1834-1910)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 398 mots

Chimiste allemand né à Poznań et mort à Dresde. Heinrich Caro suit à Berlin un enseignement professionnel qui forme des spécialistes des matières colorantes ; il suit également les cours de chimie de l'université de Berlin. En 1855, il obtient son premier poste dans une firme de matières colorantes à Mülheim, et son employeur l'envoie en 1857 se perfectionner en Angleterre, où William Henry Perki […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-caro/#i_24709

CARUS CARL GUSTAV (1789-1869)

  • Écrit par 
  • Paul-Henri BIDEAU
  •  • 973 mots

Issu d'une famille d'artisans aisés et cultivés de Leipzig, Carus, dès ses études achevées (1811), enseigne à l'Université l'anatomie comparée et se perfectionne en gynécologie, tout en poursuivant sa formation de peintre. Le typhus, contracté en soignant les blessés de la bataille de Leipzig, le laisse plusieurs jours entre la vie et la mort, événement qu'il décrit dans ses Souvenirs et pensées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-gustav-carus/#i_24709

CASSINI LES

  • Écrit par 
  • Guy POURSIN
  •  • 513 mots

Famille française représentée pendant quatre générations par des astronomes et des géodésiens. Jean-Dominique Cassini est né à Perinaldo, dans le comté de Nice, en 1625 et mort à Paris en 1712. Enseignant en Italie, il vient en France à la demande de Colbert, s'y installe et se fait naturaliser. En 1669, il est reçu à l'Académie des sciences et Louis XIV, peu après (1672), le nomme directeur de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cassini/#i_24709

CASTELNUOVO GUIDO (1865-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 342 mots

Mathématicien italien dont les travaux ont porté principalement sur la géométrie algébrique. Né à Venise, Castelnuovo fut l'élève de Véronèse à Padoue ; assistant à Turin, il eut avec C. Segre de nombreux entretiens d'où devait sortir l'exposé de la géométrie sur une courbe algébrique, publié en 1894 par Segre (où la méthode hyperspatiale est utilisée systématiquement). Appelé à l'université de Ro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guido-castelnuovo/#i_24709

CAUCHY AUGUSTIN-LOUIS (1789-1857)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 1 403 mots

Moins profond et moins universel que Gauss, Dirichlet, Abel ou Galois, Cauchy a cependant été le maître incontesté de l' analyse dans la première moitié du xix e siècle, et son œuvre a marqué un tournant dans l'histoire des mathématiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-louis-cauchy/#i_24709

CAVENTOU JOSEPH BIENAIMÉ (1795-1877)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 286 mots

Pharmacien et chimiste français né à Saint-Omer et mort à Paris. Fils de pharmacien, Joseph Bienaimé Caventou commence son apprentissage avec son père, puis se forme à Paris, où il suit en même temps les cours de l'École de pharmacie et de la faculté des sciences. Interne en pharmacie en 1816, il est affecté à l'hôpital Saint-Antoine ; il y dispose d'un laboratoire bien équipé où il peut mener se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-bienaime-caventou/#i_24709

CAYEUX LUCIEN (1864-1944)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 372 mots

Géologue français ; tout d'abord orienté vers l'enseignement, Lucien Cayeux fait trois ans d'École normale, puis il part pour Lille, où il préparera une licence de sciences. Après cinq ans d'assistanat à la faculté des sciences de Lille, il rejoint l'École des mines de Paris comme successeur de Marcel Bertrand. En 1912, il est appelé au Collège de France pour occuper la chaire laissée vacante par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-cayeux/#i_24709

CAYLEY ARTHUR (1821-1895)

  • Écrit par 
  • Lubos NOVY
  •  • 1 405 mots

Depuis le début du xix e  siècle, chaque génération de mathématiciens a contribué à l'élaboration de l'algèbre moderne. Au xix e  siècle, le résultat le plus spectaculaire aux yeux des contemporains a sans doute été la constitution de la théorie des invariants ; cette idée unifiante, qui englobait sous une même forme algébrique les problèmes de la géométrie et certains problèmes de théorie des n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-cayley/#i_24709

CHARCOT JEAN MARTIN (1825-1893)

  • Écrit par 
  • Bruno HALIOUA
  •  • 813 mots
  •  • 2 médias

Fils d'un charron, Jean-Martin Charcot accomplit ses études secondaires à Paris, au lycée Bonaparte (actuel lycée Condorcet), puis envisage de faire l'École des beaux-arts en raison de ses dons pour le dessin, avant de s'inscrire finalement à l'École de médecine en 1844. Brillant étudiant, il est reçu successivement interne des hôpitaux de Paris en 1848, puis chef de clinique en 1853 dans le serv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-martin-charcot/#i_24709

CHASLES MICHEL (1793-1880)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 245 mots

Mathématicien français qui a développé la géométrie projective . Né à Épernon, Chasles fut nommé professeur de géodésie et de mécanique à l'École polytechnique en 1841. En 1846, il devint professeur de géométrie supérieure à la Sorbonne. Indépendamment de ses travaux de mathématiques pures, mentionnons son Aperçu historique sur l'origine et le développement des méthodes en géométrie (1837), qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-chasles/#i_24709

CHEVREUL ET LA CHIMIE DES CORPS GRAS

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 277 mots
  •  • 1 média

Après avoir étudié les colorants avec Nicolas Louis Vauquelin, le chimiste français Michel Eugène Chevreul (1786-1889) s'intéresse aux substances organiques alors que la plupart des chimistes se consacrent à l'étude des minéraux. Considéré comme un des pères de la chimie organique, il est l'inventeur de nombreux composés (dont la « cholestérine » – cholestérol – en 1815). À partir de 1811, Chevreu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevreul-et-la-chimie-des-corps-gras/#i_24709

CLAISEN LUDWIG (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 268 mots

Chimiste allemand né à Cologne et mort à Godesberg. Ludwig Claisen commence ses études supérieures à l'université de Bonn où il a comme professeurs Friedrich August Kekulé (1829-1896) en chimie et Rudolf Clausius (1822-1888) en physique. La guerre de 1870 – pendant laquelle il est infirmier – interrompt ses études. Il les reprend à l'université de Göttingen où il a l'occasion de travailler dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-claisen/#i_24709

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Classifications et évolution »  : […] Dès la publication des premiers textes fondateurs de la théorie de l'évolution, la dualité classification et phylogénie est apparente. Lamarck en 1809 distingue, d'une part, la classification et, d'autre part, la « distribution », c'est-à-dire l'ordre que la nature a suivi pour produire les organismes, concept que l'on peut assimiler à la phylogénie. Cinquante ans plus tard, Darwin reconnaît les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_24709

CLAUDE BERNARD : CONCEPT DE MILIEU INTÉRIEUR

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 240 mots

Claude Bernard (1813-1878) écrit en 1855 : « On s'est longtemps fait une très pauvre idée de ce qu'est un organe sécrétoire. L'histoire du foie et de sa fonction glycogénique établit [...] qu'il y a des sécrétions internes, dont le produit, au lieu d'être déversé à l'extérieur, est transmis directement dans le sang. Il [...] y a dans le foie deux fonctions de la nature de sécrétions. L'une, sécré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-bernard-concept-de-milieu-interieur/#i_24709

CLAUDE BERNARD : ŒUVRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 280 mots

1843 Du suc gastrique et de son rôle dans la nutrition . 1848 « De l'origine du sucre dans l'économie animale », in Arch. Gén. Méd . 1849 « Du suc pancréatique et de son rôle dans les phénomènes de digestion », in Mém. Soc. Biol . 1850 « Recherches sur le curare », in C.R. Acad. Sci. (avec J. Pelouze). 1853 Recherches sur une nouvelle fonction du foie considéré comme organe producteur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-bernard-oeuvres-reperes-chronologiques/#i_24709

CLAUSIUS RUDOLF (1822-1888)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 999 mots

Rudolf Julius Emanuel Clausius, l'un des plus grands physiciens du xix e  siècle, est connu principalement pour sa contribution à l'étude de la thermodynamique. Le premier, ce savant allemand formula ce qu'on a coutume d'appeler le deuxième principe et proposa une définition claire de l'entropie. Il est aussi l'un des principaux créateurs de la théorie cinétique des gaz. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-clausius/#i_24709

CLEBSCH RUDOLF FRIEDRICH ALFRED (1833-1872)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 836 mots

Le mathématicien allemand Rudolf Friedrich Alfred Clebsch est né le 19 janvier 1833 à Königsberg (auj. Kaliningrad) et mort le 7 novembre 1872 à Göttingen. Il fit ses études à l'université de sa ville natale (1850-1854). Quoique Jacobi ne donnât plus de cours, l'école qu'il avait fondée était toujours florissante et parmi les professeurs de Clebsch on compte F. Richelot et O. Hesse, élèves de Jaco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-friedrich-alfred-clebsch/#i_24709

CLIFFORD WILLIAM KINGDON (1845-1879)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 416 mots

Mathématicien et philosophe qui a élaboré la théorie des biquaternions (généralisation de la théorie des quaternions du mathématicien irlandais sir William Rowan Hamilton) et l'a rattachée à des algèbres associatives plus générales. En 1871, Clifford fut nommé professeur de mathématiques au collège de l'université de Londres et fut élu trois ans plus tard membre de la Royal Society. Sous l'influen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-kingdon-clifford/#i_24709

COHN FERDINAND JULIUS (1828-1898)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 708 mots

Ferdinand Cohn, naturaliste allemand et botaniste, considéré comme un des fondateurs de la bactériologie est né le 24 janvier 1828, dans le ghetto de Breslau (actuellement Wrocław, en Pologne), en Silésie alors prussienne. C'était le premier des trois fils d'un marchand juif, qui ne s'intéressa guère à l'éducation de son pourtant très précoce aîné, dont la scolarité n'eut pas grand relief. Il fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-julius-cohn/#i_24709

CONSTELLATIONS

  • Écrit par 
  • Owen GINGERICH, 
  • Warren Melvin YOUNG
  •  • 3 543 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nouvelles constellations : du XVIe au XXe siècle »  : […] Jusqu'à la fin du xvi e  siècle, les cartes stellaires ne contenaient que les 48 constellations repérées par Ptolémée. Pieter Dirckszoon Keyzer, un navigateur qui avait rejoint la première expédition néerlandaise vers les Antilles en 1595, ajouta 12 nouvelles constellations dans l'hémisphère austral, et leur donna notamment des noms d'oiseaux exotiques, comme le Toucan, le Paon et le Phénix. Les c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constellations/#i_24709

COPE EDWARD DRINKER (1840-1897)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 357 mots

Paléontologiste américain. Après avoir enseigné à Haverford College de 1864 à 1867, Edward Cope consacre plus de vingt années de sa vie à des expéditions scientifiques dans l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale ; ces expéditions permettent à Cope de réunir une extraordinaire collection de fossiles et de donner une classification de base pour les poissons, les reptiles et les espèces disparues, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-drinker-cope/#i_24709

CORIOLIS GASPARD GUSTAVE (1792-1843)

  • Écrit par 
  • Bernard BACH
  •  • 188 mots

Ingénieur et mathématicien français. Assistant à l'École polytechnique à Paris, Gustave Coriolis étudie la composition des vitesses et des accélérations. Dans un article « Sur les équations du mouvement relatif des systèmes de corps » (1835), il montre que, pour un corps en mouvement sur la surface d'un solide en rotation, il s'introduit un terme supplémentaire dans l'accélération, équivalant à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaspard-gustave-coriolis/#i_24709

COSMOS (A. von Humboldt)

  • Écrit par 
  • Juliette GRANGE
  •  • 302 mots

Décrire la totalité des phénomènes célestes et terrestres rapportés à la planète, en employant une langue élégante : telle est l'ambition de Cosmos. Esquisse d'une description physique du monde ( Kosmos Entwurf einer physischen Weltbeschreibung ), œuvre à la fois scientifique, littéraire et philosophique, dont les deux premiers – et principaux – des cinq volumes sont publiés en 1845. Son auteur, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cosmos/#i_24709

COUPER ARCHIBALD SCOTT (1831-1892)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 440 mots

Chimiste écossais né et mort à Kirkintilloch, près de Glasgow. Après des études littéraires et philosophiques à Glasgow puis à Édimbourg, Archibald Scott Couper part en 1854 pour Berlin où il s'initie à la chimie. En 1856, il va travailler à Paris dans le laboratoire de Charles Adolphe Wurtz (1817-1884). En 1858, de retour à Édimbourg, Couper y est quelque temps assistant de chimie à l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archibald-scott-couper/#i_24709

CRÉATION DE L'O.M.I.

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 296 mots

En 1873, le premier grand congrès de météorologie se tient à Vienne ; il aboutira à la création de l'O.M.I. (Organisation météorologique internationale), destinée à coordonner l'acquisition et les échanges entre pays des données et des informations météorologiques. Une coopération en matière de recherche et de mise à disposition de services et d'équipements sera également mise en place. L'O.M.I. m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-de-l-o-m-i/#i_24709

CREMONA LUIGI (1830-1903)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 290 mots

Mathématicien qui fut un des créateurs de la statique graphique, étude des forces en équilibre par des méthodes graphiques. Après sa nomination comme professeur de géométrie supérieure à l'université de Bologne en 1860, Cremona publie Introduction à une théorie géométrique des courbes planes ( Introduzione ad una teoria geometrica delle curve piane , 1862) premier travail sur les transformations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-cremona/#i_24709

CROOKES sir WILLIAM (1832-1919)

  • Écrit par 
  • Christian BRACCO
  •  • 1 180 mots
  •  • 2 médias

Chimiste, physicien et expérimentateur hors pair, le Britannique William Crookes a marqué le domaine de la spectroscopie (découverte du thallium, analyse des terres rares) et a laissé son nom à divers appareils permettant d’étudier les rayonnements électromagnétiques (radiomètre) et « cathodiques » (tube de Crookes). En tant qu’homme d’affaires, il s’impliqua également dans le développement des in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crookes-sir-william-1832-1919/#i_24709

CURIE LES

  • Écrit par 
  • Marcel FRILLEY
  •  • 4 829 mots
  •  • 5 médias

Dans l'histoire de la radioactivité, depuis sa découverte et pendant les soixante années qui suivirent, le nom des Curie s'inscrit au premier plan. Les plus éminents représentants de cette famille de savants français ont été Pierre Curie (1859-1906), sa femme Marie Curie née Sklodowska (1867-1934), leur fille Irène (1897-1956) devenue en 1926 la femme de Frédéric Joliot (1900-1958). Pierre et Mari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-curie/#i_24709

CUVIER GEORGES (1769-1832)

  • Écrit par 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 2 187 mots
  •  • 7 médias

Toute science étant le fruit d'une longue gestation, on ne peut dire que Cuvier soit l'unique fondateur de l'anatomie comparée et de la paléontologie des Vertébrés. C'est pourtant à partir de ses travaux que ces deux domaines de l'histoire naturelle se sont affirmés comme des disciplines véritablement scientifiques. L'apport de Cuvier présente encore un autre aspect, souvent passé sous silence : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cuvier/#i_24709

DALTON JOHN (1766-1844)

  • Écrit par 
  • David Marcus KNIGHT
  •  • 1 595 mots

La théorie atomique a présidé dans une large mesure au développement de la chimie tout au long du xix e  siècle. Elle fut appliquée pour la première fois de façon précise aux phénomènes chimiques par l'Anglais John Dalton . Ses prédécesseurs avaient accepté implicitement l'atomisticité de la matière, mais Dalton eut l'idée originale de considérer que chaque élément chimique était constitué d'at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dalton/#i_24709

DANA JAMES DWIGHT (1813-1895)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 309 mots

Naturaliste et géologue américain né à Utica et mort à New Haven (Connecticut), James D. Dana a contribué à la recherche dans de nombreux domaines : il a publié plusieurs ouvrages de zoologie et il a effectué des travaux complets sur les coraux du Pacifique. En géologie, ses recherches sont marquées par les études qu'il fit en minéralogie et en chimie, à l'université Yale. Son premier ouvrage, A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-dwight-dana/#i_24709

DARBOUX GASTON (1842-1917)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 320 mots

Mathématicien français, né à Nîmes et mort à Paris. Après des études à l'École normale supérieure, Darboux fut l'assistant de J. Bertrand à la chaire de physique mathématique au Collège de France (1866-1867), puis enseigna au lycée Louis-le-Grand (1867-1872) et à l'École normale (1872-1873). Il fut maître de conférences (1873-1881), puis professeur de géométrie supérieure (1881) à la faculté des s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-darboux/#i_24709

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 130 mots
  •  • 2 médias

Bien que la notion de devenir, connaturelle à l'esprit humain, n'ait pas manqué, dans l'Antiquité même, d'être appliquée aux espèces vivantes – notamment par Anaximandre de Milet ( vi e  s. av. J.-C.) et par quelques Pères de l'Église, tel saint Augustin –, le fixisme a constitué pendant des siècles la pensée officielle ; il se fondait aussi bien sur l'autorité d'Aristote et de la scolastique que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-robert-darwin/#i_24709

DARWIN (C. R.) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 405 mots

1809 Naissance, le 12 février, de Charles Robert Darwin à Shrewsbury dans le Shropshire en Angleterre. Cette même année paraît la Philosophie zoologique de Lamarck. 1825-1827 Il suit des études de médecine à l'université d'Édimbourg. 1828-1831 Il poursuit ses études à l'université de Cambridge en vue de devenir pasteur. 1831 Il embarque, le 27 décembre, sur le H.M.S. Beagle en qualité de nat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwin-c-r-reperes-chronologiques/#i_24709

DARZENS GEORGES AUGUSTE (1867-1954)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 576 mots

Le chimiste français Georges Darzens est né en 1867 à Moscou, où il passa son enfance – son père commerçait entre la Russie et la France. Dès l'âge de treize ans, il étudia au collège Sainte-Barbe, à Paris, où il prépara le concours d'entrée à l'École polytechnique. Reçu en 1886, il y fit l'intégralité de sa carrière, y devenant professeur de chimie (1913-1937). L'adolescent était un surdoué, ce q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-auguste-darzens/#i_24709

DATATION PAR LES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 123 mots

Dès les années 1790, le topographe anglais William Smith (1769-1839) constate empiriquement que les strates sédimentaires sont caractérisées par des assemblages de fossiles correspondant à des périodes géologiques distinctes. Cela ouvre la voie à une reconstitution de l'histoire géologique d'une région au moyen des fossiles qu'on y trouve, et à la réalisation de cartes géologiques montrant la dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datation-par-les-fossiles/#i_24709

DAUBRÉE GABRIEL AUGUSTE (1814-1896)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 787 mots

Géologue français né à Metz et mort à Paris. Après la soutenance de sa thèse ( Phénomènes calorifiques du globe terrestre ), Gabriel Daubrée enseigne la géologie à la faculté des sciences à Strasbourg. Ses premières recherches portent surtout sur des problèmes de métallogénie. La deuxième édition du Voyage métallurgique en Angleterre , de Dufrenoy et Élie de Beaumont, reprend des extraits de son i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-auguste-daubree/#i_24709

DAVIS WILLIAM MORRIS (1850-1934)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Géographe, géologue et météorologiste américain, né le 12 février 1850 à Philadelphie, mort le 5 février 1934 à Pasadena (Californie). De 1870 à 1873, William Morris Davis occupe un poste de météorologiste à l'Observatoire argentin de Córdoba. En 1876, il obtient un poste à l'université de Harvard, où il enseignera jusqu'en 1912. Ses études météorologiques seront à la source de l'ouvrage Elemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-morris-davis/#i_24709

DAVY HUMPHRY (1778-1829)

  • Écrit par 
  • David Marcus KNIGHT
  •  • 1 731 mots
  •  • 1 média

Le plus grand savant peut-être de l'époque romantique, l'Anglais Humphry Davy est certainement l'une des figures les plus fascinantes de l'histoire des sciences. En 1801, moins de cinq ans après avoir lu son premier manuel de chimie, il assurait un cours sur les principes chimiques du tannage et dirigeait un laboratoire à la Royal Institution. Avant sa trentième année, il effectua, en électrochimi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humphry-davy/#i_24709

DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 154 mots

En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus tard, il constate qu'elles ont été fortement impressionnées dans le noir. Il en conclut que le sel émet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-la-radioactivite-naturelle/#i_24709

DÉCOUVERTE DE L'HOMME DE CRO-MAGNON

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 222 mots

C'est en 1868, lors de la construction de la voie ferrée de Périgueux à Agen, que furent découverts fortuitement, par Louis Lartet, au fond de l'abri-sous-roche de Cro-Magnon, près du village des Eyzies-de-Tayac (Dordogne), les restes de cinq squelettes humains dont la disposition évoquait l'idée de sépulture. Ces restes étaient accompagnés d'ossements d'animaux et d'une multitude de coquilles mar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-homme-de-cro-magnon/#i_24709

DÉCOUVERTE DE L'HOMME DE NÉANDERTAL

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 224 mots

Découvert en 1856 dans une grotte de la vallée ( tal ) de Neander près de Düsseldorf (Rhénanie-du Nord-Westphalie), l'homme de Néandertal fut le premier homme fossile à être reconnu. Ses restes – une calotte crânienne et quelques os des membres – recueillis par un instituteur, Johann Carl Fuhlrott, et examinés par Hermann Schaaffhausen de l'université de Bonn, furent considérés par eux comme les t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-homme-de-neandertal/#i_24709

DÉCOUVERTE DE NEPTUNE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 273 mots

Alexis Bouvard, astronome à l'Observatoire de Paris, remarque au début du xix e  siècle des irrégularités dans le mouvement d'Uranus, découvert en 1781 par William Herschel. Grâce en particulier à François Arago, l'idée que ce mouvement peut être perturbé par une autre planète inconnue se fait jour. Indépendamment l'un de l'autre, le Britannique John Couch Adams et le Français Urbain Jean Joseph L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-neptune/#i_24709

DÉCOUVERTE DES RAYONS X

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 120 mots
  •  • 1 média

En novembre 1895 à Würzburg (Allemagne), Wilhelm Röntgen (1845-1923) remarque que le verre du tube cathodique qu'il utilise pour ses expériences émet un rayonnement invisible capable d'impressionner une plaque photographique. Il montre aussi que ces rayons, qu'il nomme X, causent la fluorescence de divers matériaux et qu'ils sont d'autant plus absorbés que les éléments ont un numéro atomique élevé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-des-rayons-x/#i_24709

DÉCOUVERTE DU PREMIER ARCHAEOPTERYX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 120 mots

En 1861, le paléontologue allemand Hermann von Meyer donne le nom d' Archaeopteryx lithographica à une plume fossile provenant des calcaires lithographiques du Jurassique de Bavière. La même année, on y découvre un squelette presque complet d' Archaeopteryx , spécimen qui possède à la fois des caractères d'oiseaux et de reptiles, et qui suscite de vives discussions dans la communauté scientifique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-du-premier-archaeopteryx/#i_24709

DÉCOUVERTE DU PREMIER ASTÉROÏDE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 427 mots

Dans son Mysterium cosmographicum , publié en 1596, Kepler remarque déjà, entre les orbites de Mars et de Jupiter, l'existence d'un « vide » dans le système solaire schématisé par un emboîtement de sphères et de polyèdres réguliers. D'après la loi empirique, dite de Titius-Bode, proposée par Johann Daniel Titius en 1766, popularisée par Johann Elert Bode en 1772 et « confirmée » par la découverte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-du-premier-asteroide/#i_24709

DEDEKIND RICHARD (1831-1916)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 097 mots

Le mathématicien allemand Richard Dedekind est un des fondateurs de l'algèbre moderne. Sa théorie des idéaux, systématisation et rationalisation des «   nombres idéaux » de Kummer, est en effet devenue l'outil essentiel pour étudier la divisibilité dans les anneaux les plus généraux et a donné une impulsion considérable à l'arithmétique en élargissant son champ d'action. Dedekind est aussi le cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-dedekind/#i_24709

DÉFENSES IMMUNITAIRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 597 mots

50 Définition de la réaction inflammatoire par le médecin gallo-romain Aulus Cornelius Celsus. 1798 Démonstration de la possibilité de vaccination contre la variole par Jenner. 1881 Louis Pasteur immunise des moutons contre le charbon à Pouilly-le-Fort. 1882 Ilia Metchnikov observe la phagocytose chez les invertébrés marins. 1882 Robert Koch découvre le bacille tuberculeux et la réactivité im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/defenses-immunitaires-reperes-chronologiques/#i_24709

DÉCOUVERTE DES DÉFENSES IMMUNITAIRES DES INSECTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 659 mots

Ilia (Élie) Metchnikov démontre, en 1882, la capacité des cellules intestinales de l’étoile de mer à ingérer et détruire des particules étrangères, dont les microbes. Il appelle ces cellules des « phagocytes ». Ce phénomène, la phagocytose, est universel ; c’est une réponse défensive spontanée, innée. À partir de 1890, Paul Ehrlich et Émile Roux démontrent chacun l’existence d’une réponse égaleme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-des-defenses-immunitaires-des-insectes/#i_24709

DÉFINITION DES DINOSAURES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 158 mots

Dans un rapport sur les reptiles fossiles de Grande-Bretagne, l'anatomiste et paléontologue Richard Owen (1804-1892) propose de rassembler sous le nom de Dinosauria (du grec deinos , « terriblement grand » et sauros , « lézard ») trois genres mis au jour dans le Jurassique et le Crétacé d'Angleterre : Megalosaurus décrit par William Buckland en 1824, Iguanodon et Hylaeosaurus décrits par G. Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/definition-des-dinosaures/#i_24709

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants britanniques, allemands et néerlandais (dont P. Zeeman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-radioactivite-a-la-fission-de-l-atome-reperes-chronologiques/#i_24709

DELAUNAY CHARLES EUGÈNE (1816-1872)

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 593 mots

Né à Lusigny (Aube), l'astronome français Charles Eugène Delaunay meurt accidentellement à Cherbourg, noyé au cours d'une promenade en barque. Son père, géomètre, et sa mère, fille de cultivateur, s'établirent à Ramerupt en 1818. Charles Delaunay fit ses études au collège de Troyes et entra à l'École polytechnique en 1834. Il en sortit major en 1836 et opta pour l'École des mines. Ayant reçu, à ti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-eugene-delaunay/#i_24709

DELUC JEAN-ANDRÉ (1727-1817)

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 1 353 mots
  •  • 1 média

Jean André de Luc dit Deluc est un physicien, philosophe et géologue, né à Genève le 8 février 1727 et mort à Clewer, près de Windsor (Royaume-Uni), le 7 novembre 1817. Fils de Françoise Huaut et Jacques-François de Luc, riche horloger protestant, membre actif du parti populaire à Genève, il se destine au commerce mais suit une formation en mathématiques et en sciences de la nature. À partir de 17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-andre-deluc/#i_24709

DE MORGAN AUGUSTUS (1806-1871)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 424 mots

Mathématicien britannique, spécialiste de logique. Cinquième fils d'un officier de l'armée britannique en service en Inde au moment de sa naissance, Augustus De Morgan est né le 27 juin 1806 à Madurai dans le sud du pays (actuel État de Tamil Nadu). Il perd l'usage d'un œil dans sa prime enfance et passe sa jeunesse en Angleterre. Orphelin de père à l'âge de dix ans, il est admis au Trinity Colleg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustus-de-morgan/#i_24709

DEPÉRET CHARLES (1854-1929)

  • Écrit par 
  • François CABANE
  •  • 298 mots

Médecin et géologue français. Docteur ès sciences naturelles à Paris en 1885, professeur de géographie physique et géologie à l'université de Lyon dont il devint par la suite le doyen, Depéret étudia la géologie de cette région et on lui doit, en particulier, la carte géologique du Massif central, de la vallée du Rhône, des Alpes ; il mit au point une importante théorie sur l'âge des terrasses des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-deperet/#i_24709

DE VRIES HUGO (1848-1935)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 428 mots

Après des études à Leyde où il obtint son doctorat en 1870, et un séjour en Allemagne, De Vries fut nommé professeur de botanique à l'université d'Amsterdam (1878-1918). En 1866, il isola des variétés sauvages de l'herbe aux ânes ( Œnothera lamarckiana ) qui différaient considérablement de l'espèce cultivée. Considérant ces variétés comme un exemple de l'évolution dynamique continuelle susceptible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-de-vries/#i_24709

DIRICHLET PETER GUSTAV LEJEUNE- (1805-1859)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 1 164 mots

Avec son ami et contemporain Jacobi et son cadet de quelques années Kummer, Dirichlet constitue la première génération des mathématiciens allemands après Gauss, dont naturellement ils subissent très fortement l'influence ; mais, alors que celui-ci était resté très à l'écart et n'avait pratiquement pas eu d'élèves, ce sont eux qui fondent véritablement la grande école allemande du xix e et du x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dirichlet-lejeune/#i_24709

DISSERTATIONS (B. Riemann)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 215 mots

La dissertation inaugurale et la dissertation pour l'habilitation, soutenues en décembre 1851 et en juin 1854 à l'université de Göttingen, sont l'occasion pour Bernhard Riemann (1826-1866) de décrire un nombre impressionnant de résultats nouveaux. Élève et disciple de Carl Friedrich Gauss, Riemann s'inspire de la physique mathématique et de la géométrie pour faire progresser ce qui deviendra la th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dissertations/#i_24709

DOUVILLÉ HENRI (1846-1937)

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 292 mots

Géologue français. Admis à l'École polytechnique en 1863, Douvillé en sort deux ans plus tard avec le numéro un dans le corps des Mines. En 1867, il est attaché au Service de la carte géologique détaillée de la France. En 1875, il devient attaché aux collections paléontologiques de l'École des mines de Paris, pour réorganiser le service. La richesse des collections est telle qu'il décide d'adopter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-douville/#i_24709

DRIESCH HANS (1867-1941)

  • Écrit par 
  • Jane M. OPPENHEIMER
  • , Universalis
  •  • 810 mots

Biologiste et philosophe allemand né le 28 octobre 1867 à Bad Kreuznach en Prusse, mort le 16 avril 1941 à Leipzig. Fils d'un riche marchand d'or de Hambourg, Hans Adolf Eduard Driesch tient peut-être de sa mère, qui hébergeait à la maison toutes sortes d'animaux, son goût pour la zoologie. Hans Driesch fréquente plusieurs universités (à Hambourg, Fribourg et Iéna) où il étudie la zoologie, la chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-driesch/#i_24709

DU BOIS-REYMOND EMIL (1818-1896)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 388 mots

Physiologiste allemand, un des créateurs de l'électrophysiologie. Avant de choisir la médecine, Emil Du Bois-Reymond étudie la théologie, la philosophie, la botanique, la géologie, les mathématiques. Reçu docteur de la faculté de Berlin en 1843, il entre dans le laboratoire du physiologiste Jean Müller, s'intéresse à l'électricité animale et publie Untersuchungen über tierische Elektrizität (1848 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-du-bois-reymond/#i_24709

DUJARDIN FÉLIX (1801-1860)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 652 mots

Naturaliste français, né à Tours dans une famille d'horlogers, dont il hérite sans doute son habileté et sa remarquable dextérité manuelle. Il échoue au concours d'entrée à Polytechnique, étudie la peinture avec François Gérard et se passionne pour l'histoire naturelle. Pour vivre, il est bibliothécaire à Tours et, lorsqu'en 1826 un enseignement des sciences appliquées est créé dans cette ville, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-dujardin/#i_24709

DULONG PIERRE LOUIS (1785-1838)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 229 mots
  •  • 1 média

Chimiste et physicien français (né à Rouen, mort à Paris), professeur de chimie à la faculté des sciences de Paris, et professeur de physique à l'École polytechnique, dont il est nommé directeur en 1830, Dulong, qui a été l'élève de Berthollet, s'oriente d'abord vers la chimie en faisant des recherches sur le trichlorure d'azote (1813) et sur l'acide hypophosphoreux. S'orientant vers la physique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-louis-dulong/#i_24709

DUTROCHET RENÉ JOACHIM HENRI (1776-1847)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Physiologiste qui découvrit en 1827 le phénomène d'osmose (passage de solvant à travers une membrane semi-perméable) et fut le premier à reconnaître l'importance de la chlorophylle lors de l'utilisation du dioxyde de carbone par les cellules végétales (1837). Fils d'un riche gentilhomme ruiné par la Révolution française, Dutrochet combattit dans les rangs des royalistes dans le Maine et, ayant été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-joachim-henri-dutrochet/#i_24709

DUTROCHET ET LA PHYSIOLOGIE CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 306 mots

Le premier microscopiste ayant utilisé le mot cellule est le savant anglais Robert Hooke (1635-1703) qui désigna par ce terme les cavités présentes dans une coupe de tissu liégeux mort. Beaucoup d'autres microscopistes observèrent ensuite de vraies cellules mais le premier énoncé de la théorie cellulaire fut produit en 1824 par le médecin français René Joachim Henri Dutrochet (1776-1847). « Nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dutrochet-et-la-physiologie-cellulaire/#i_24709

DUTTON CLARENCE EDWARD (1841-1912)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Géologue américain, né le 15 mai 1841 à Wallingford (Connecticut), mort le 4 janvier 1912, à Englewood (New Jersey). Clarence Edward Dutton rejoint l'armée de terre américaine au rang de sous-lieutenant en 1862, pendant la guerre de Sécession. Après la guerre, il s'intéresse à la géologie et, en 1875, il assiste le naturaliste John Wesley Powell dans la rédaction de Geographical and Geological Su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clarence-edward-dutton/#i_24709

DYNAMITE-GOMME

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 292 mots

Depuis le xiv e  siècle, la poudre noire – substance à base de salpêtre, de soufre et de charbon de bois – servait non seulement de force propulsive mais aussi d’explosif pour les mines et les bombes. Vers 1800 apparurent les premiers chlorates et fulminates, utilisés surtout en petites quantités pour l’amorçage par percussion. Au milieu du xix e  siècle, la chimie permet la nitration de matières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamite-gomme/#i_24709

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 506 mots

1652 J. B. van Helmont, observant que la masse d'une plante augmente sans que celle du sol qui la porte diminue, met en question la théorie selon laquelle la matière végétale provient de l'incorporation de « l'humus » du sol (l'eau d'arrosage pourrait participer à 1'augmentation du poids des plantes). 1727 S. Hales établit que les plantes, comme les animaux, sont le siège d'échanges gazeux ; « l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-gazeux-chez-les-plantes-reperes-chronologiques/#i_24709

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 251 mots

Nicolas Théodore de Saussure (1767-1845), dans ses Recherches chimiques sur la végétation , démontre définitivement, en 1804, la nutrition dite autotrophique des végétaux, à partir des nutriments minéraux. Débarrassé de la théorie du phlogistique et doté d'un vocabulaire chimique nouveau, grâce aux travaux de Lavoisier sur la combustion, Saussure établit les aspects essentiels de la nutrition des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-gazeux-chez-les-plantes/#i_24709

EDISON THOMAS (1847-1931)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 564 mots
  •  • 2 médias

On prête quelque deux mille brevets à Edison, de formation autodidacte, mais étonnamment fertile en inventions les plus diverses, qui vont du microphone au télégraphe duplex, d'une nouvelle lampe à incandescence au kinétoscope annonçant le cinématographe. Pour l'essentiel, le phonographe lui assurait déjà la célébrité . Dans son laboratoire de Menlo-Park, à Orange (New Jersey), Edison s'intéresse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-edison/#i_24709

EHRENBERG CHRISTIAN GOTTFRIED (1795-1876)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 463 mots

Naturaliste allemand né le 19 avril 1795 à Delitzsch (Saxe), mort le 27 juin 1876 à Berlin. Christian Gottfried Ehrenberg étudie à l'université de Berlin où il obtient son doctorat en médecine en 1818 et effectua la majeure partie de sa carrière. De 1820 à 1825, sous les auspices de cette université et de l'Académie des sciences de Prusse, il participe à une expédition en Égypte, en Libye, au Sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-gottfried-ehrenberg/#i_24709

EHRLICH PAUL (1854-1915)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 682 mots
  •  • 1 média

Savant allemand , prix Nobel de médecine (1908), qui a largement contribué à la naissance ou au développement de nombreuses disciplines biologiques telles que l'hématologie, l'immunologie, la chimiothérapie, la pharmacologie et la cancérologie. Né en Silésie, neveu d'un fabricant de matières colorantes, Paul Ehrlich mène des études médicales à Breslau, à Strasbourg, à Leipzig et les termine à Bres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ehrlich/#i_24709

EIJKMAN CHRISTIAAN (1858-1930)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 502 mots

Médecin militaire néerlandais, né à Nijkerk (Gelderland) en 1858, mort à Utrecht en 1930. Formé à l'université d'Amsterdam (1881), chercheur puis directeur de l'école médicale de Java (1888-1896), Eijkman est par la suite nommé professeur d'hygiène et médecine légale à l'université d'Utrecht (1898). Eijkman, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1929 conjointement au Britannique Frederick Gowla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christiaan-eijkman/#i_24709

EISENSTEIN FERDINAND GOTTHOLD MAX (1823-1852)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 881 mots

Mathématicien allemand, né et mort à Berlin. Théoricien des nombres, fortement influencé par Gauss, Eisenstein trouva la source de son inspiration dans le calcul algorithmique et les formules. De constitution fragile, sombrant jeune dans une mélancolie pathologique, il avait comme mathématicien une puissance de production inouïe. De 1833 à 1837, Eisenstein résidait à l'académie Cauer à Berlin-Char […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-gotthold-max-eisenstein/#i_24709

ÉLECTROMAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 178 mots
  •  • 1 média

L'expérimentateur anglais Michael Faraday (1791-1867) proposa le premier de décrire l'action de l'électricité en termes de champ électromagnétique plutôt que de mouvements de particules chargées. James Clerk Maxwell (1831-1879) généralisa et formalisa les résultats obtenus par les nombreux pionniers de l'étude des phénomènes électromagnétiques et leur donna en 1872 une forme quasi définitive. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electromagnetisme/#i_24709

ÉLECTRONIQUE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel-Henri CARPENTIER
  •  • 14 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Évolution des concepts »  : […] Les équipements électroniques utilisent les propriétés de l'électron : sa charge électrique, les champs électromagnétiques que créent ses mouvements, et plus récemment son spin . Toutefois, le terme « électronique » est réservé en pratique aux applications où l'on contrôle le comportement des électrons de façon relativement sophistiquée, par opposition aux équipements « électriques », même si la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-electronique/#i_24709

ÉLIE DE BEAUMONT LÉONCE (1798-1874)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 575 mots
  •  • 1 média

Géologue français, polytechnicien de formation. En 1821, élève ingénieur à l'École des mines de Paris, Élie de Beaumont fait un premier voyage d'investigations géologiques dans les Vosges, région qu'il décrira plus tard d'une manière détaillée et précise. Nommé professeur à l'École des mines en 1835, il devient en 1861 vice-président du conseil général de cette école, qu'il marquera par son influ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonce-elie-de-beaumont/#i_24709

EXPÉRIENCE DE YOUNG

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 199 mots
  •  • 2 médias

Le médecin et physicien anglais Thomas Young (1773-1829) s'intéressa particulièrement au problème de la nature de la lumière dont il disait qu'il pouvait nous aider à comprendre la nature de nos sensations et la constitution de l'Univers en général. En 1803, après avoir observé des franges dans l'ombre du bord d'une carte à jouer éclairée par le Soleil, il propose une expérience qui montrera de fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience-de-young/#i_24709

EXPÉRIENCE D'OERSTED

  • Écrit par 
  • Cyril VERDET
  •  • 1 039 mots

Le chimiste et physicien danois Hans Christian Œrsted (1777-1851) publie, le 21 juillet 1820, le compte rendu de ses observations portant sur la déviation d’une aiguille aimantée sous l’action d’un fil électrique parcouru par un courant et placé à proximité. C’est à partir de cette expérience établissant un lien entre magnétisme et électricité que le Français André-Marie Ampère (1775-1836) dévelo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience-d-oersted/#i_24709

FABRE JEAN HENRI (1823-1915)

  • Écrit par 
  • Yves CAMBEFORT
  •  • 776 mots
  •  • 1 média

Entomologiste, poète, peintre, musicien, le Français Jean-Henri Fabre s’est acquis une renommée internationale avec les Souvenirs entomologiques (1879-1907), son œuvre maîtresse, traduite en de nombreuses langues. Né le 21 décembre 1823, à Saint-Léons (Aveyron), dans une famille modeste, Jean-Henri Fabre parvient à force de ténacité au statut d’enseignant : instituteur à Carpentras en 1842, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-henri-fabre/#i_24709

LA FACE DE LA TERRE (E. Suess)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 300 mots
  •  • 1 média

Le géologue autrichien Eduard Suess (1831-1914) publie entre 1883 et 1909 un ouvrage monumental Das Antlitz der Erde ( La Face de la Terre ), première grande synthèse de l'histoire tectonique de la Terre. Suess est un adepte du refroidissement de la Terre. Selon lui, la contraction qui en résulte engendre des contraintes entre l'écorce terrestre et l'intérieur de la planète ; certaines de ces con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-face-de-la-terre/#i_24709

FARADAY MICHAEL (1791-1867)

  • Écrit par 
  • Leslie Pearce WILLIAMS
  • , Universalis
  •  • 1 616 mots
  •  • 2 médias

La personnalité du savant anglais Michael Faraday intéresse non seulement la science mais aussi la sociologie de la science. D'origine très modeste, n'ayant bénéficié d'aucune formation régulière, Faraday ne s'est élevé que par ses propres mérites. Sa vie scientifique, particulièrement féconde, s'est tout entière déroulée dans le cadre d'un laboratoire ; elle ne fut cependant pas organiquement in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-faraday/#i_24709

FEDOROV ou FYODOROV EVGRAF STEPAN IVANOVITCH (1853-1919)

  • Écrit par 
  • Zdenek JOHAN
  •  • 606 mots

Cristallographe, minéralogiste et pétrographe russe, Evgraf Stepan Ivanovitch Fedorov naît le 22 décembre 1853 à Orenburg (aujourd'hui Chkalov) dans la famille d'un général de l'armée russe. Sa mère était une femme cultivée, musicienne, qui habitua son fils à une discipline et à un travail réguliers. Plus tard, E. S. Fedorov avouait que sa puissance de travail extraordinaire lui venait d'elle. Apr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fedorov-fyodorov/#i_24709

FERMENTATIONS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 519 mots

1789 Dans son Traité élémentaire de chimie , A. Lavoisier (1743-1794) décrit la « fermentation vineuse » comme une division du sucre en deux portions (alcool et acide carbonique), division réalisée par un « ferment ». 1833 A. Payen (1795-1871) et J.-F. Persoz (1805-1868) isolent de grains d'orge germés la « diastase », une substance protéique capable d'hydrolyser l'amidon in vitro. 1837-1838 Ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermentations-reperes-chronologiques/#i_24709

FINSEN NIELS RYBERG (1860-1904)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 305 mots

Médecin danois, né en 1860 aux îles Féroe, mort en 1904 à Copenhague. Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1903, pour sa découverte des vertus curatives de la lumière et en particulier pour le traitement du lupus vulgaire. Alors qu'il est encore étudiant en médecine (1882-1890) à Copenhague, Finsen souffre des premiers symptômes d'une maladie très grave et longue, la maladie de Pick, qui attei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niels-ryberg-finsen/#i_24709

FISCHER EMIL HERMANN (1852-1919)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 779 mots
  •  • 1 média

Chimiste allemand, prix Nobel de chimie en 1902 , pour « ses travaux sur la synthèse des sucres et des purines ». Ce motif ne rend pas pleinement compte de l’exceptionnelle activité qui fut la sienne dans le domaine de la chimie organique, tant sur le plan de l’analyse que sur celui des principes et méthodes de synthèse logiquement ordonnées en fonction de la structure stérique de la molécule à co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-hermann-fischer/#i_24709

FITZGERALD GEORGE FRANCIS (1851-1901)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 330 mots

Physicien théoricien irlandais. Son père, pasteur protestant à Dublin au moment de sa naissance le 3 août 1851, deviendra évêque de Cork puis de Killaloe. À l'âge de seize ans, Fitzgerald commence de brillantes études supérieures en mathématiques et en sciences expérimentales au Trinity College de Dublin. Impressionné par la publication en 1873 du Traité sur l'électricité et le magnétisme de Jame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-francis-fitzgerald/#i_24709

FIZEAU ARMAND HIPPOLYTE LOUIS (1819-1896)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 168 mots

Physicien français, né à Paris et mort au château de Venteuil, près de La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne). Professeur à l'École polytechnique (1863), Fizeau est le premier à mesurer la vitesse de la lumière sans faire appel aux observations astronomiques (1849). En employant une roue dentée tournant à grande vitesse pour fabriquer des impulsions brèves, Fizeau peut utiliser une distance assez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-hippolyte-louis-fizeau/#i_24709

FLEMING WILLIAMINA (1857-1911)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 371 mots

L'astronome américaine Williamina Fleming fut une pionnière de la classification des spectres stellaires. Williamina Paton Stevens naît le 15 mai 1857, à Dundee, en Écosse. La jeune Mina fréquente une public school et, dès l'âge de quatorze ans, endosse tour à tour les rôles d'élève et d'enseignante. Le 26 mai 1877, elle épouse James O. Fleming, avec lequel elle émigre aux États-Unis. Le jeune c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/williamina-fleming/#i_24709

FONCTIONS ANALYTIQUES (A.-L. Cauchy)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 181 mots

Augustin-Louis Cauchy (1789-1857) a écrit 789 notes qui furent publiées pour la plupart aux Comptes rendus de l'Académie des sciences . Parmi les nombreux résultats importants qu’il a démontrés, ceux qui concernent les fonctions d'une variable complexe ont marqué un tournant décisif dans l'histoire de l'analyse mathématique. Dans un court article titré « Mémoire sur les intégrales définies prises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonctions-analytiques-a-l-cauchy/#i_24709

FONDEMENTS DE LA TOPOLOGIE ALGÉBRIQUE (H. Poincaré)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

Henri Poincaré (1854-1912) est considéré comme l'inventeur de la topologie algébrique et différentielle. L' Analysis situs , ou géométrie de situation, qu'il développe à partir de 1894, alors qu'il est professeur à la Sorbonne et à l'École polytechnique, concerne les propriétés invariantes d'une figure déformée de façon continue. La théorie de l'homotopie qu'il invente permet d'utiliser les méthod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-de-la-topologie-algebrique/#i_24709

FORCE DE CORIOLIS

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 267 mots

Le mathématicien français Gaspard Gustave Coriolis (1792-1843) publie en 1835 un article intitulé Sur les équations du mouvement relatif des systèmes de corps . Il y montre que l’accélération de tout corps en mouvement relatif par rapport à un repère en rotation comporte un terme proportionnel à la vitesse relative, terme qui n’existe pas dans le cas d’un repère inertiel. On obtient, en multiplian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/force-de-coriolis/#i_24709

FOUCAULT LÉON (1819-1868)

  • Écrit par 
  • Cyril VERDET
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Léon Foucault, physicien français, a mis son sens pratique et son ingéniosité au service de la physique expérimentale notamment dans les domaines de l’optique, de la mécanique et de l’électrodynamique. Son nom, qui figure parmi les soixante-douze inscrits sur la tour Eiffel, est notamment associé à l’une de ses plus célèbres inventions, le pendule de Foucault . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-foucault/#i_24709

FOURIER JOSEPH (1768-1830)

  • Écrit par 
  • Louis CHARBONNEAU
  •  • 1 865 mots

C'est surtout grâce à la série et à l'intégrale qui portent son nom que le mathématicien français Joseph Fourier est connu du mathématicien et du physicien modernes ; mais il a aussi amélioré les techniques d'approximation des racines des équations polynomiales. En fait, ses intérêts furent des plus variés, allant de la physique expérimentale à l'égyptologie. Jusqu'à l'âge de quarante-sept ans, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-fourier/#i_24709

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les révolutions scientifiques »  : […] Les progrès techniques qui étaient au cœur de la révolution industrielle contribuèrent, par ailleurs, à bouleverser profondément les croyances et les représentations des Français. Le cas des moyens de transport est particulièrement remarquable. La navigation à vapeur et le chemin de fer jouèrent ainsi un rôle décisif dans la diffusion de l'impression selon laquelle l'inconnu allait disparaître du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_24709

FRANKLAND sir EDWARD (1825-1899)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Chimiste britannique né le 18 janvier 1825 à Churchtown, dans le Lancashire (Angleterre). Sir Edward Frankland fut l'un des premiers à mener des recherches dans le domaine de la chimie structurelle. Élève chez un pharmacien, Frankland apprit à réaliser des expériences chimiques. Puis il étudia la chimie dans les laboratoires de l'université de Marburg et obtint son doctorat en 1849. Il devint le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frankland-sir-edward/#i_24709

FRAUNHOFER JOSEPH VON (1787-1826)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 158 mots

Opticien et astronome allemand, né à Straubing, en Bavière, et mort à Munich. Directeur de l'Institut d'optique de Munich (1818), Fraunhofer fut un des fondateurs de la spectroscopie . Après avoir étudié la diffraction à l'infini, il fabrique le premier un réseau constitué de fils de fer tendus sur deux vis. Il se sert de ces réseaux pour étudier le spectre solaire, et découvre la présence de raie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-von-fraunhofer/#i_24709

FRÉMY EDMOND (1814-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Chimiste français, né à Versailles et mort à Paris, dont l'œuvre couvre un vaste domaine mais qui est surtout connu pour ses recherches sur les composés du fluor. En 1831, Frémy entre au laboratoire de Louis Joseph Gay-Lussac. Après avoir occupé plusieurs postes d'enseignement, il succède à ce dernier, en 1850, à la chaire de chimie du Muséum d'histoire naturelle dont il devint directeur (1879-189 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-fremy/#i_24709

FRESNEL AUGUSTIN (1788-1827)

  • Écrit par 
  • André CHAPPERT
  •  • 1 720 mots
  •  • 1 média

La physique du xviii e siècle était restée fidèle à l'hypothèse newtonienne de l'émission : la lumière est due à des corpuscules émis par la source, leurs trajectoires constituant les rayons lumineux. En introduisant l'hypothèse ondulatoire dans l'interprétation de la diffraction, le physicien français Fresnel provoque l'effondrement de cette théorie, malgré de vigoureuses résistances (celle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-fresnel/#i_24709

FRIEDEL CHARLES (1832-1899)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 173 mots

Le chimiste organicien et minéralogiste français Charles Friedel est né à Strasbourg le 12 mars 1832. En collaboration avec le chimiste américain James Mason Crafts, il découvrit, en 1877, le processus chimique connu sous le nom de réaction de Friedel-Crafts. En 1854, Friedel entra dans le laboratoire de Charles Adolphe Wurtz. En 1856, il fut nommé conservateur des collections de minéraux, à l'Éco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-friedel/#i_24709

FROBENIUS GEORG FERDINAND (1849-1917)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 531 mots

Mathématicien allemand, connu en particulier pour ses travaux en théorie des groupes. Né le 26 octobre 1849 à Charlottenburg, près de Berlin (Prusse), Georg Ferdinand Frobenius était le fils d'un pasteur protestant. Après des études secondaires au lycée Joachimsthal de Berlin, il passe un semestre à l'université de Göttingen puis continue ses études universitaires à Berlin où il profite des cours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-ferdinand-frobenius/#i_24709

GALOIS ÉVARISTE (1811-1832)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZRA, 
  • Robert BOURGNE
  •  • 2 069 mots
  •  • 1 média

Enfant terrible des mathématiques, Évariste Galois , ignoré de ses pairs, mourut à vingt ans. Les vérités qui brillent aujourd'hui sous son nom nous rappellent toujours la faillibilité des plus hautes autorités scientifiques. En sa brièveté, une telle vie semble concentrer la violence du destin historique et l'impatience du génie. Les travaux de Galois sur la théorie des équations anticipent sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evariste-galois/#i_24709

GAUSS CARL FRIEDRICH (1777-1855)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL, 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 4 922 mots

L'œuvre du mathématicien allemand Carl Friedrich Gauss (né à Brunswick, mort à Göttingen) est un monument d'une ampleur et d'une richesse sans égale : non seulement il y a Gauss mathématicien, mais il y a aussi le calculateur, le géodésien, l'astronome, et il ne faut pas oublier qu'il a pratiquement consacré les vingt dernières années de sa vie à l'étude du magnétisme. Du vivant de Gauss déjà, son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-friedrich-gauss/#i_24709

GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

1697 En s'appuyant sur les travaux de Johann Joachim Becher, Georg Ernst Stahl nomme phlogistique le principe combustible de « corps souterrains », c'est-à-dire des matériaux. 1754 J. Black désigne du nom d'« air fixé » le gaz (CO 2 ) qui s'échappe de la craie attaquée par un acide. 1766 Henry Cavendish, faisant agir l'acide sulfurique sur le fer, découvre l'« air inflammable » (H 2 ). 1773 J. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-de-l-air-reperes-chronologiques/#i_24709

GÉNÉRATION SPONTANÉE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 977 mots

Quelques mois avant de périr sur l'échafaud, Antoine-Laurent Lavoisier proposait à l'Académie des sciences de décerner un prix à qui pourrait répondre aux questions qu'il posait de la façon suivante, où apparaît l'idée de biosphère , sinon le mot : « Les végétaux puisent dans l'air qui les environne, dans l'eau et en général dans le règne minéral les matériaux nécessaires à leur organisation. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation-spontanee/#i_24709

GÉNÉRATION SPONTANÉE : FIN D'UNE CONTROVERSE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 289 mots
  •  • 1 média

En publiant son ouvrage Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée en 1859, Félix Pouchet, correspondant de l'Institut, définit la génération spontanée comme étant la production d'un être organisé nouveau, dénué de parents, et dont tous les éléments primordiaux ont été tirés de la matière ambiante. Il reprend ainsi le flambeau porté par d'illustres prédécesseurs tels que Démocrite, Épicure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation-spontanee-fin-d-une-controverse/#i_24709

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Sept ans après l’ Origine des espèces (1859) du naturaliste anglais Charles Darwin, la publication par l’Allemand Ernst Haeckel (1834-1919) de la Generelle Morphologie der Organismen . Allgemeine Grundzüge der organischen Formen-Wissenschaft , mechanisch begründet durch die von Charles Darwin reformirte Descendenz-Theorie (« Morphologie générale des organismes. Principes généraux de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generelle-morphologie-der-organismen/#i_24709

GEOFFROY SAINT-HILAIRE ÉTIENNE (1772-1844)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 996 mots

Destiné à l'Église, Geoffroy Saint-Hilaire étudie au collège de Navarre à Paris. Il s'y lie avec le professeur de latin, Haüy, minéralogiste et botaniste passionné, ami de Daubenton, de Lavoisier et de Berthollet. La Révolution brise sa carrière ecclésiastique, mais, attiré par les sciences naturelles, Geoffroy Saint-Hilaire, fréquente les cours de Jussieu et de Daubenton. Ce dernier le fait nomm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-geoffroy-saint-hilaire/#i_24709

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De 1800 à1860 : Humboldt et Ritter »  : […] La première moitié du xix e  siècle est une période où apparaissent de fortes personnalités : deux d'entre elles sont souvent retenues comme ayant joué un rôle majeur dans l'évolution de la géographie, toutes deux allemandes, Humboldt et Ritter. Alexander von Humboldt (1769-1859) fut géologue, naturaliste, grand voyageur et auteur prolifique ; son œuvre, caractérisée par son originalité et sa puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/#i_24709

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution créatrice du début du XIXe siècle et ses développements »  : […] En moins de vingt ans (1810-1830), la géologie moderne naît, avec son programme et ses institutions. Elle a été préparée par trois prises de conscience qui bouleversent les rapports entre l'homme et le cosmos terrestre. Il s'agit d'abord de l' immensité des temps géologiques  ; à partir de 1770, un nombre vite croissant d'auteurs de tous bords font leur cette idée ; pour les chrétiens fervents, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_24709

GERHARDT CHARLES-FRÉDÉRIC (1816-1856)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 213 mots

Le chimiste français Charles-Frédéric Gerhardt est né le 21 août 1816 à Strasbourg. En collaboration avec Auguste Laurent, il établit une classification des composés organiques. Il pensait que tous les composés organiques sont constitués de quatre principales espèces : l'hydrogène, le chlorure d'hydrogène, l'ammoniac et l'eau. Combattue à l'époque, cette idée fut abandonnée, mais devait ensuite s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-frederic-gerhardt/#i_24709

GERMAIN SOPHIE (1776-1831)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 256 mots

Née à Paris, Sophie Germain suivit les cours de l'École polytechnique par correspondance (car les femmes n'y étaient pas admises). S'intéressant aux mathématiques, elle devint l'amie de J. L. Lagrange et de C. F. Gauss, avec qui elle correspondit sous le pseudonyme masculin de M. Leblanc avant de révéler sa véritable identité. Gauss l'estimait tellement qu'il la recommanda pour un titre honorifiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophie-germain/#i_24709

GIBBS JOSIAH WILLARD (1839-1903)

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 1 271 mots
  •  • 1 média

Physicien et mathématicien américain, J. W. Gibbs est né à New Haven dans le Connecticut le 11 février 1839 ; il y meurt le 28 avril 1903, après y avoir passé presque toute son existence. Issu d'une famille de lettrés, il poursuit des études de latin et de physique (philosophie naturelle à l'époque), puis il entreprend une carrière de professeur de physique mathématique au Yale College. Il effect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josiah-willard-gibbs/#i_24709

GILBERT GROVE KARL (1843-1918)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 583 mots

Géologue américain né le 6 mai 1843 à Rochester (New York), mort le 1 er  mai 1918 à Jackson (Michigan), Grove Karl Gilbert est l'un des pères de la géomorphologie moderne. Il est le premier à avoir identifié la pertinence du concept d'équilibre dynamique dans la formation et l'évolution du relief, c'est-à-dire que la forme du relief est le résultat d'un équilibre entre les forces qui s'exercent s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grove-karl-gilbert/#i_24709

GLAISHER JAMES WHITBREAD LEE (1848-1928)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 310 mots

Mathématicien et astronome britannique. Né le 5 novembre 1848 à Lewisham (Angleterre), James Whitbread Lee Glaisher est le fils d'un astronome pionnier des mesures météorologiques et détenteur du record des ascensions en ballon réussies. Il fait ses études supérieures au Trinity College de Cambridge. Encore étudiant, il publie un article sur les fonctions sinus intégral, cosinus intégral et expon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-whitbread-lee-glaisher/#i_24709

OBSERVATION ASTRONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 839 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution optique »  : […] L'observation astronomique a pris un cours différent quand Galilée (avec quelques-uns de ses contemporains) a braqué une lunette – alors qualifiée d'astronomique – sur le ciel en 1609 . Constituée d'un assemblage de lentilles, la lunette fait converger sur l'oculaire les rayons lumineux émis par l'astre observé. L'effet est double : l'image est agrandie, ce qui permet d'observer davantage de détai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/observation-astronomique/#i_24709

GOLGI CAMILLO (1843-1926)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Médecin et cytologiste italien, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1906 (conjointement à l'histologiste espagnol Santiago Ramon y Cajal) pour ses explorations de la structure fine du système nerveux central. Camillo Golgi est né le 7 juillet 1843, à Corteno, en Italie. Alors qu'il exerce comme médecin dans un asile pour incurables à Abbiategrasso (Italie, 1872-1875) et bien qu'il ne dispose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camillo-golgi/#i_24709

GORDAN PAUL ALBERT (1837-1912)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 334 mots

Algébriste allemand, né et mort à Erlangeus, Paul Gordan fut pendant plusieurs années employé de banque avant d'entreprendre des études universitaires à Breslau, Königsberg et Berlin, où il suivit des cours de Ernst Kummer sur la théorie des nombres. Après avoir soutenu une thèse de doctorat (1862) sur la géodésie sur les sphéroïdes, il fit un séjour à Göttingen, où travaillait alors Riemann, puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-albert-gordan/#i_24709

GOWERS WILLIAM RICHARD (1845-1915)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 394 mots
  •  • 2 médias

Sir William Richard Gowers, né le 20 mars 1845 à Londres, mort dans cette même ville le 4 mai 1915, est un des plus grands neurologues britanniques. Son ouvrage Manual of Diseases of the Nervous System , publié en 1886 (vol. 1) et 1888 (vol. 2) a très longtemps fait autorité. Le père de William Gowers, fabricant de chaussures pour femmes, meurt quand celui-ci a onze ans. Après sa scolarité, le gar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-richard-gowers/#i_24709

GREEN GEORGE (1793-1841)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 312 mots

Mathématicien anglais, né et mort à Sneinton (près de Nottingham). George Green, à travers sa recherche d'une formulation mathématique de la théorie de l'électricité statique et du magnétisme, est le créateur de la théorie du potentiel. Boulanger de son métier, il s'initia seul aux mathématiques, principalement en lisant les mémoires de Poisson, et peut-être cela explique-t-il la très grande origi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-green/#i_24709

GROUPES DE GALOIS

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 178 mots

L'unique mémoire d'Évariste Galois (1811-1832), Sur les conditions de résolubilité des équations par radicaux , présenté à l'Académie des sciences en 1831, reçut un avis défavorable de son rapporteur Siméon-Denis Poisson ; pourtant, l'importance de ce travail dans le développement de la théorie des groupes est maintenant universellement reconnue. Galois montrait l'intérêt d'associer à chaque équat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupes-de-galois/#i_24709

LIE GROUPES DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 176 mots

La publication des trois volumes du traité intitulé Theorie der Transformationsgruppen , de 1888 à 1893, synthétise l'apport fondamental du mathématicien norvégien Sophus Lie (1842-1899) à la théorie des groupes. Écrit en collaboration avec Friedrich Engel, cet ouvrage rassemble les nombreux résultats obtenus à partir de 1873 sur les groupes continus de transformation. Dans l'espoir d'écrire une t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupes-de-lie/#i_24709

GUILLAUME CHARLES ÉDOUARD (1861-1938)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 222 mots

Né à Fleurier, dans le Jura suisse, le 15 février 1861, Charles Édouard Guillaume était le petit-fils d'un Français émigré à Londres pendant la Révolution ; son père était ensuite venu s'installer en Suisse. C'est à l'École polytechnique de Zurich que Guillaume obtint son doctorat. Après avoir été durant quelques mois officier artilleur, il rejoignit, en 1883, le Bureau international des poids et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-edouard-guillaume/#i_24709

GUYTON DE MORVEAU LOUIS BERNARD (1737-1816)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 315 mots

Chimiste français né le 4 janvier 1737 à Dijon, Louis Bernard Guyton de Morveau était aussi aéronaute. Il remplit des fonctions dans l'éducation et ses propositions pour réviser la nomenclature chimique contribuèrent à établir la distinction entre élément et composé chimique. Guyton étudia le droit à Dijon et le pratiqua de 1756 à 1762. Il fut avocat général au parlement de Bourgogne, de 1762 à 17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-bernard-guyton-de-morveau/#i_24709

HAECKEL ERNST HEINRICH (1834-1919)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 740 mots
  •  • 2 médias

Zoologiste allemand connu en particulier pour ses travaux sur les liens entre embryologie et évolution, Ernst Haeckel a joué un rôle considérable dans la pensée scientifique de la seconde moitié du xix e  siècle, non seulement par les recherches qu’il a entreprises, mais aussi par son intense activité de diffusion des idées. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haeckel-ernst-heinrich-1834-1919/#i_24709

HALL sir JAMES (1761-1832)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 137 mots

Géologue écossais fondateur de la géologie expérimentale, James Hall, né à Dunglass, fait ses études à l'université de Cambridge, puis à l'université d'Édimbourg où il devient l'ami de J. Hutton. Voulant vérifier les théories de ce dernier sur l'origine des roches, il tente de reproduire celles-ci expérimentalement et il réussit ainsi à obtenir, par refroidissement d'un mélange fondu, de la doléri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hall-sir-james/#i_24709

HALL JAMES (1811-1898)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 298 mots

Géologue et paléontologue américain, J. Hall a établi les fondements de la stratigraphie du Paléozoïque des États-Unis et décrit les faunes de cette époque. C'est le précurseur des Geological Surveys des États-Unis et le fondateur des Congrès géologiques internationaux dont il organisa le premier à Paris en 1878. Entré dès sa vingt-cinquième année au Geological Survey de New York, il y restera jus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-hall/#i_24709

HALL : GÉOLOGIE EXPÉRIMENTALE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 123 mots

Le géologue écossais James Hall (1761-1832) est considéré comme le fondateur de la géologie expérimentale. Il a reproduit expérimentalement les théories de James Hutton sur l'origine ignée (magmatique) des roches : en partant d'un basalte fondu se refroidissant lentement, il est parvenu à faire cristalliser de la dolérite. Il a également obtenu un marbre à partir de roches carbonatées. Hall a par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hall-geologie-experimentale/#i_24709

HALPHEN GEORGES-HENRI (1844-1889)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 628 mots

Mathématicien brillant, travailleur acharné, doué d'un profond talent d'algébriste, Georges-Henri Halphen a attaché son nom surtout à des résultats de géométrie analytique. Né à Rouen le 30 octobre 1844, il fut élevé à Paris, reçut sa première formation au lycée Saint-Louis, entra à l'École polytechnique en 1862 et sortit en 1866 comme lieutenant d'artillerie de l'École d'application de Metz. Il p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-henri-halphen/#i_24709

HAMILTON WILLIAM ROWAN (1805-1865)

  • Écrit par 
  • Lubos NOVY
  •  • 874 mots

Comme celle de beaucoup de ses contemporains, l'œuvre de Hamilton est remarquable par la diversité des thèmes scientifiques traités simultanément. Il fut l'objet de son vivant des plus grands honneurs, on l'appelait le « Lagrange irlandais », et même le « Newton irlandais », et pourtant son œuvre était peu connue et rarement étudiée ; c'est pourquoi ses idées les plus originales ne furent apprécié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-rowan-hamilton/#i_24709

HAUG ÉMILE (1861-1927)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 491 mots

Géologue français, né dans le Bas-Rhin. Sa carrière scientifique a été fortement marquée par les événements politiques qui ont agité la première partie de sa vie. Après l'annexion de l'Alsace, Haug doit prendre la nationalité allemande, et c'est dans ces conditions qu'il termine une licence de sciences naturelles à l'université de Strasbourg. Il est ensuite attaché comme assistant au laboratoire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-haug/#i_24709

HEAVISIDE OLIVER (1850-1925)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 344 mots

Mathématicien et physicien britannique. Né le 18 mai 1850 à Camden Town, près de Londres (Grande-Bretagne), Oliver Heaviside quitte l'école à l'âge de seize ans pour devenir télégraphiste après un séjour au Danemark. De retour en Angleterre en 1871, employé par la Great Northern Telegraph Company à Newcastle-upon-Tyne, il étudie l'électricité et publie des résultats originaux dès 1872. Fasciné pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-heaviside/#i_24709

HELMHOLTZ HERMANN LUDWIG FERDINAND VON (1821-1894)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BRETEAU
  •  • 1 973 mots
  •  • 2 médias

Il n'est guère de domaines des sciences de la nature auxquels Helmholtz n'ait consacré quelque recherche. On pourrait répéter à son endroit ce qu'il disait lui-même de Friedrich von Humboldt dans sa célèbre conférence inaugurale du colloque scientifique d'Innsbruck ( Sur le but et les progrès de la science de la Nature , 1869) : « Il avait réussi à dominer toutes les sciences de la nature à son é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-ludwig-ferdinand-von-helmholtz/#i_24709

HENLE FRIEDRICH GUSTAV JACOB (1809-1885)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 339 mots

Pathologiste allemand, né le 19 juillet 1809 à Fürth (Bavière), mort le 13 mai 1885 à Göttingen. Friedrich Gustav Jacob Henle obtient son diplôme de médecin à l'université de Bonn, où est l'élève du physiologiste allemand Johannes Müller. Il poursuit ses études à l'université de Berlin (1832-1834) et publie ses premières descriptions de la structure et de la répartition du tissu épithélial humain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-gustav-jacob-henle/#i_24709

HENRY LES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc BRISSAUD
  •  • 164 mots

Les frères Henry, Paul (1848-1905) et Prosper (1849-1903), furent tous deux astronomes à l'Observatoire de Paris. Opticiens remarquables, ils étaient d'une habileté prodigieuse à tailler et à polir les instruments d'optique. Ils ont porté la photographie astronomique à une perfection jamais atteinte avant eux. En collaboration avec dix-sept autres observatoires mondiaux, ils entreprirent l'exécuti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-henry/#i_24709

HERMITE CHARLES (1822-1901)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 1 185 mots

Les travaux du mathématicien français Charles Hermite portent surtout sur l'algèbre, la théorie des nombres et l'analyse. On lui doit de très nombreux résultats sur la théorie des invariants et sur les fonctions elliptiques et abéliennes, et il est le fondateur de la théorie arithmétique des formes quadratiques à un nombre quelconque de variables. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-hermite/#i_24709

HERSCHEL CAROLINE LUCRETIA (1750-1848)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 411 mots

Astronome britannique d'origine allemande, Caroline Herschel à largement contribué aux recherches astronomiques de son frère, William Herschel. Elle réalisa nombre des calculs nécessaires aux études de ce dernier et détecta pour sa part trois nouvelles « nébuleuses » en 1783 ainsi que huit comètes de 1786 à 1797. Née le 16 mars 1750 à Hanovre, en Basse-Saxe, Caroline Lucretia Herschel aide sa mè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caroline-lucretia-herschel/#i_24709

HERTWIG OSKAR (1849-1922)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Embryologiste et cytologiste allemand. Né à Friedberg (Allemagne), Oskar Hertwig a suivi à Iéna l'enseignement de Ernst Heinrich Haeckel (1834-1919) avant de faire des études médicales à Bonn. Il fut nommé professeur d'anatomie à l'université d'Iéna (1881) puis à celle de Berlin (1888-1921). Avec son frère Richard (1850-1937), lui-même professeur de zoologie à Königsberg et à Bonn, il entreprit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oskar-hertwig/#i_24709

HERTZ HEINRICH RUDOLPH (1857-1894)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 283 mots

Physicien allemand (oncle de Gustav Hertz, lauréat du prix Nobel de physique en 1925) né à Hambourg et mort à Bonn. Heinrich Rudolph Hertz, après des études d'ingénieur, abandonne cette branche pour la physique, qu'il étudie à Berlin sous la direction de Hermann von Helmholtz. Nommé privatdozent à Kiel (1883), Hertz y commence l'étude de la théorie de Maxwell et, devenu professeur à l'École polyte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-rudolph-hertz/#i_24709

HISTOIRE DE L'ÉTHOLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 991 mots

1854 Isidore Geoffroy Saint-Hilaire utilise pour la première fois le terme « éthologie » dans son sens actuel (étude comparative du comportement animal) pour désigner les descriptions des mœurs des animaux telles qu'elles ont été faites par Aristote, Buffon, Réaumur, G. Leroy ou Lamarck. 1859 Dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la Préservation des races favorisées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-ethologie-reperes-chronologiques/#i_24709

HISTOIRE DES VÉGÉTAUX FOSSILES (A. Brongniart)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 122 mots

Le botaniste Adolphe Brongniart (1801-1876), s’inspirant des travaux de Georges Cuvier (1769-1832) sur les vertébrés, applique les méthodes de l’anatomie comparée à l’étude des végétaux fossiles. Avec la publication de son Histoire des végétaux fossiles , en 1828, il fournit des bases scientifiques solides à la paléontologie végétale, ou paléobotanique. Il s’intéresse notamment aux plantes des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-vegetaux-fossiles/#i_24709

HOFMANN AUGUST WILHELM VON (1818-1892)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 314 mots

Le chimiste allemand August Wilhelm von Hofmann est né le 8 avril 1818 à Giessen, en Allemagne. Ses recherches sur l'aniline et celles de sir William Henry Perkin contribuèrent à poser les bases de l'industrie des colorants d'aniline. Hofmann étudia la chimie sous la direction de Justus von Liebig, à l'université de Giessen, puis obtint son doctorat de chimie en 1841. En 1845, il devint le premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-wilhelm-von-hofmann/#i_24709

HOPPE-SEYLER ERNST FELIX (1825-1895)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 185 mots

Médecin allemand, Ernst Felix Immanuel Hoppe-Seyler est né le 26 décembre 1825 à Freyburg-sur-l'Unstrut (Saxe). Il a tenté d'instaurer la chimie physiologique (biochimie) comme discipline universitaire. Il fut le premier à obtenir de la lécithine pure et introduisit le terme « protéide », aujourd'hui devenu protéine. Il contribua aussi à des études sur le métabolisme et à des recherches sur la chl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-felix-hoppe-seyler/#i_24709

HORMONES THYROÏDIENNES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 344 mots

1820 Jean-François Coindet, de Genève, utilise l'iode dans le traitement du goitre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones-thyroidiennes-reperes-chronologiques/#i_24709

HUMBOLDT ALEXANDER VON

  • Écrit par 
  • Charles MINGUET
  •  • 2 059 mots

Doté d'une vaste intelligence, d'une curiosité insatiable, d'une constitution physique « d'acier fin », le baron prussien Friedrich Heinrich Alexander von Humboldt est le type du savant complet. Au cours de sa longue vie, il a entretenu des relations avec les grands esprits scientifiques de son temps : Berthollet, Laplace, Gay-Lussac, Monge, Vauquelin, Arago, von Buch, Pictet, Volta, Galvani... F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-von-humboldt/#i_24709

HUMBOLDT ALEXANDER VON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GRANGE
  •  • 326 mots

1769 Naissance d'Alexander von Humboldt à Berlin. 1799-1804 Voyage dans les Amériques de Humboldt, avec notamment son ami le botaniste français Aimé Bonpland. Il explore, entre autres, le bassin de l'Orénoque, décrit les Andes de Bogota à Lima. Juin 1802 Ascension du Chimborazo (6 310 m, Équateur) considéré alors comme le sommet du globe. Décembre 1802 Humboldt décrit et mesure le courant océa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humboldt-reperes-chronologiques/#i_24709

HURWITZ ADOLF (1859-1919)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 777 mots

Élève de Felix Klein, Adolf Hurwitz représentait une tendance unificatrice en mathématiques. Avec ses étudiants Hilbert et Minkowski, il s'éleva contre le partage abusif des mathématiques en de nombreuses branches, non seulement suivant le sujet traité, mais même suivant la façon d'aborder une matière. On a pu comparer les mémoires de Hurwitz à des aphorismes. C'est en pleine connaissance des disc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-hurwitz/#i_24709

HUXLEY THOMAS HENRY (1825-1895)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 526 mots
  •  • 1 média

Zoologiste anglais qui s'est, en outre, profondément intéressé aux problèmes de l'enseignement. Autodidacte depuis l'âge de huit ans, Thomas Huxley réussit néanmoins à étudier la médecine au Charing Cross Hospital (1842), puis s'embarque pour cinq ans comme chirurgien en second sur la frégate Rattlesnake qui patrouille dans le Pacifique austral et l'océan Indien. Durant ce voyage, il étudie la fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-henry-huxley/#i_24709

INNÉ ET ACQUIS

  • Écrit par 
  • André PICHOT
  •  • 1 321 mots

Dans le chapitre « La recherche de l'hérédité »  : […] Au départ, les mots « inné » et « acquis » n'appartenaient pas spécifiquement à la biologie (cf. les idées innées de Descartes). Ils n'y sont entrés qu'assez tard au xix e  siècle, lors de l'invention de la notion d'hérédité, et avec des sens très incertains, puisque, dans le premier ouvrage consacré à cette notion (Prosper Lucas, Traité philosophique et physiologique de l'hérédité naturelle , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inne-et-acquis/#i_24709

INTRODUCTION À L'ÉTUDE DE LA MÉDECINE EXPÉRIMENTALE (C. Bernard)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 982 mots
  •  • 1 média

L’ I ntroduction à l’étude de la médecine expérimentale est une œuvre importante de méthodologie scientifique publiée en 1865 par Claude Bernard, professeur au Collège de France, considéré comme le fondateur de l’école de physiologie française. De manière assez paradoxale, l’ Introduction a d’abord été commentée et critiquée par le monde littéraire et philosophique – ce qui a permis d’ouvrir à s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/introduction-a-l-etude-de-la-medecine-experimentale/#i_24709

ISOLEMENT DE LA ZYMASE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 226 mots

Eduard Büchner (1860-1917) publie en 1897 La Fermentation alcoolique en milieu acellulaire , article qui ranime la controverse sur les fermentations. En effet, entre 1830 et 1860, deux théories contradictoires s'étaient affrontées : pour les chimistes A. von Baeyer (1835-1917) et J. von Liebig (1803-1873), « mécanistes », les fermentations étaient des processus autocatalytiques de décomposition de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isolement-de-la-zymase/#i_24709

JACOBI CARL (1804-1851)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 983 mots

Le mathématicien allemand Carl Jacobi fut, avec N. H.  Abel, le fondateur de la théorie des fonctions elliptiques dont il donna de nombreuses applications aux branches les plus diverses des mathématiques. On lui doit également des exposés de mécanique théorique où il reprend les résultats de W. R. Hamilton, et des applications de la théorie des équations différentielles à la dynamique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-jacobi/#i_24709

J. M. CHARCOT ENSEIGNE LA NEUROLOGIE À LA SALPÊTRIÈRE

  • Écrit par 
  • Bruno HALIOUA
  •  • 187 mots
  •  • 1 média

Ayant été nommé, en 1862, à l'hôpital parisien de la Salpêtrière, où il devait rester de longues années, Jean Martin Charcot y ouvrit, en 1882, ce qui allait devenir la plus grande clinique neurologique d'Europe. Étudiant l'atrophie musculaire, Charcot avait identifié (1865) la sclérose latérale amyotrophique consécutive à la dégénérescence des neurones moteurs, encore appelée maladie de Charcot. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/j-m-charcot-enseigne-la-neurologie-a-la-salpetriere/#i_24709

JORDAN CAMILLE (1838-1921)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 554 mots

Le mathématicien français Camille Jordan fut le spécialiste indiscuté de la théorie des groupes pendant toute la fin du xix e  siècle et on lui doit de très nombreux résultats, tant sur les groupes finis que sur les groupes dits classiques, dont il fut le premier à mesurer toute l'importance. Ses cours d'analyse contribuèrent au développement de la théorie des fonctions de variable réelle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-jordan/#i_24709

JOULE JAMES PRESCOTT (1818-1889)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 1 327 mots
  •  • 1 média

Joule compte parmi les plus importants fondateurs de la thermodynamique. Parvenu en 1843 à donner une formulation stricte du principe de la conservation de l'énergie, il entreprit de quantifier les relations entre chaleur et travail au moyen d'expériences très diverses d'une extraordinaire précision. Comparé à d'autres pionniers dans le domaine de la conservation de l'énergie, il ne paraît progr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-prescott-joule/#i_24709

KEKULE VON STRADONITZ FRIEDRICH AUGUST (1829-1896)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 157 mots
  •  • 1 média

On est redevable à Kekulé d'avoir fondé la chimie organique structurale, c'est-à-dire une théorie qui, dans sa première formulation, assigne aux atomes des positions dans les molécules qu'ils composent, en vertu de principes géométriques, sans mettre en question la nature des forces de liaison interatomiques. Les vues de Kekulé sur l'enchaînement des atomes de carbone dans les molécules organiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-august-kekule-von-stradonitz/#i_24709

KELVIN WILLIAM THOMSON lord (1824-1907)

  • Écrit par 
  • Franck GREENAWAY
  •  • 1 797 mots
  •  • 4 médias

William Thomson, connu aussi sous le nom de lord Kelvin , est l'un des plus célèbres physiciens britanniques du xix e  siècle. Parce que ses intérêts scientifiques étaient très divers, il participa activement au progrès des diverses branches de la physique théorique et appliquée qui marqua si profondément son époque. Mais sa formation première et son activité universitaire rendent davantage raison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-kelvin/#i_24709

KIRCHHOFF GUSTAV (1824-1887)

  • Écrit par 
  • Wolfgang SCHREIER
  •  • 1 395 mots

Gustav Robert Kirchhoff, physicien allemand, né à Königsberg et mort à Berlin, a développé avec Robert Wilhelm Bunsen l'analyse spectrale et découvert la loi du rayonnement qui associe son nom à l'avènement d'une période nouvelle et brillante de la physique moderne. En étudiant le phénomène d'absorption, il a fait de la spectrographie un moyen d'analyse chimique systématique d'application universe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-kirchhoff/#i_24709

KIRWAN RICHARD (1733-1812)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 245 mots

Le chimiste irlandais Richard Kirwan, connu pour ses contributions dans plusieurs domaines scientifiques, est né le 1 er  août 1733 à Cloughballymore, dans le comté de Galway (Irlande). Kirwan fit ses études en France, à l'université de Poitiers, de 1750 à 1754, avant d'entrer au noviciat jésuite de Saint-Omer. Mais lorsque son frère aîné, héritier des biens familiaux, fut tué en duel en 1755, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-kirwan/#i_24709

KLEIN FELIX (1849-1925)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 338 mots

Né à Düsseldorf, Felix Klein fit ses études à Bonn, à Göttingen et à Berlin. En 1872, il devint professeur de mathématiques à l'université d'Erlangen, où son cours inaugural fut l'énoncé des grandes lignes de son fameux programme d'Erlangen. Il enseigna ensuite à Munich (1875-1880), puis à l'université de Leipzig (1880-1886) et enfin à Göttingen (1886-1913). À partir de 1872, il édita les Mathema […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-klein/#i_24709

KOCH ROBERT (1843-1910)

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Universalis
  •  • 1 688 mots
  •  • 1 média

Le médecin allemand Robert Koch est l'un des créateurs de la bactériologie médicale. Il est né le 11 décembre 1843 à Clausthal, en Basse-Saxe, où son père était ingénieur des mines. À partir de 1862, le jeune homme étudie la médecine à l'université de Göttingen. Diplômé en 1866, il exerce comme généraliste dans diverses localités avant de servir en qualité de médecin militaire pendant la guerre f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-koch/#i_24709

KOCHER THEODOR EMIL (1841-1917)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 467 mots

Chirurgien suisse, prix Nobel de physiologie et de médecine en 1909. Docteur en médecine de la faculté de Berne, étudiant brillant, Kocher se rend à Berlin, à Paris et à Londres pour y chercher un poste et compléter sa formation de chirurgien. Il se forme au contact de grands chirurgiens, ce qui lui permet de développer sa propre pratique chirurgicale. De 1872 à 1911, il est professeur de chirurg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-emil-kocher/#i_24709

KOLBE HERMANN (1818-1884)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 290 mots

Le chimiste allemand Adolph Wilhelm Hermann Kolbe est né le 27 septembre 1818 à Elliehausen, près de Göttingen (Basse-Saxe). Il fut le premier à réaliser la synthèse d'un composé organique à partir de substances inorganiques. Après avoir étudié la chimie avec Friedrich Wöhler, Kolbe devint assistant de Robert Bunsen à l'université de Marbourg en 1842 et assista Lyon Playfair à l'université de Lon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-kolbe/#i_24709

KOSSEL LUDWIG KARL MARTIN LEONHARD ALBRECHT (1853-1927)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 263 mots

Physiologiste allemand, né en 1853 à Rostock, mort en 1927 à Heidelberg. Albrecht Kossel est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1910 pour « sa contribution à la connaissance de la chimie de la cellule et en particulier pour ses travaux sur les protéines et les substances nucléiques ». Médecin diplômé (1878) des universités de Strasbourg et Rostock, directeur du service de chimie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-karl-martin-leonhard-albrecht-kossel/#i_24709

KOVALEVSKAÏA SOFIA VASSILIEVNA (1850-1891)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 261 mots

Femme de lettres et mathématicienne russe, née à Moscou et morte à Stockholm. Le nom de Kovalevskaïa reste attaché à la théorie des équations aux dérivées partielles. Issue d'un milieu aristocratique et riche (elle était fille d'un général d'artillerie), Sofia Vassilievna épousa, en 1868, un jeune paléontologiste, V. Kovalewski, et alla étudier les mathématiques à l'université de Heidelberg, où el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sofia-vassilievna-kovalevskaia/#i_24709

KRONECKER LEOPOLD (1823-1891)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 144 mots
  •  • 1 média

Le mathématicien allemand Kronecker nous apparaît, avec Kummer, comme l'un des plus grands arithméticiens du xix e  siècle et l'un des fondateurs de la « grande » théorie des nombres algébriques. Ses travaux sur le corps de classes dans un cas particulier ont préparé ceux de Hilbert et sont à la base de la théorie générale du corps de classes relatif qui est, de nos jours, un sujet privilégié de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-kronecker/#i_24709

KUMMER ERNST EDUARD (1810-1893)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 200 mots

Le mathématicien allemand Kummer est un des fondateurs de la théorie des nombres algébriques. Ses tentatives pour établir le « grand théorème » de Fermat l'ont conduit à étudier la divisibilité dans les corps cyclotomiques et à introduire, à cet effet, ses célèbres « nombres idéaux » (cf. théorie des nombres – Nombres algébriques). Cette notion essentielle, rendue ensuite plus maniable par R. Ded […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-eduard-kummer/#i_24709

LA FABRIQUE DES SCIENCES MODERNES (S. Schaffer)

  • Écrit par 
  • Bruno BELHOSTE
  •  • 1 238 mots

Dans le chapitre « Standardiser l’expérimentation »  : […] Schaffer aborde également le xix e  siècle (chapitres 6 et 7). Les nouvelles techniques de production industrielle et de contrôle social qui le caractérisent ont des effets majeurs sur la pratique scientifique. L’auteur analyse ainsi l’histoire de l’équation personnelle – la quantification des différences individuelles systématiques entre les divers observateurs astronomiques   –, en montrant que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-fabrique-des-sciences-modernes/#i_24709

LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Pietro CORSI
  •  • 3 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre monumentale »  : […] Lamarck accomplit alors une conversion extraordinaire, qui devait avoir des conséquences considérables ; à cinquante ans, il devint professeur de zoologie au Muséum, chargé d'enseigner la zoologie des Invertébrés, ce qui était une tâche difficile, compte tenu des connaissances de l'époque. E. Geoffroy Saint-Hilaire occupait, pour sa part, la chaire des Vertébrés. Le labeur colossal qu'il accompli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamarck-jean-baptiste-de-monet-de/#i_24709

LAMARCK (J.-B. de) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 470 mots

1744 Naissance, le 1 er  août, de Jean-Baptiste-Pierre-Antoine de Monet, chevalier de La Marck (dit Lamarck) à Bazentin-le-Petit (Somme). 1778 Lamarck publie la Flore française. Cet ouvrage sera réimprimé en 1795 puis remanié en 1805 par A.-P. de Candolle qui en publiera une dernière édition augmentée en 1815. Lamarck y instaure pour la première fois le système des clés dichotomiques. 1779 Il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamarck-j-b-reperes-chronologiques/#i_24709

LAMÉ GABRIEL (1795-1870)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 498 mots

Mathématicien et physicien français. Né le 22 juillet 1795 à Tours, Gabriel Lamé fut élève de l'École polytechnique de 1813 à 1817. Il publie alors son premier mémoire de mathématiques, Sur les intersections des lignes et des surfaces . Élève de l'École des mines de Paris, il invente une méthode de calcul des angles entre les faces d'un cristal qu'il publie en 1818 sous le titre Examen des différ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-lame/#i_24709

LANGLEY SAMUEL PIERPONT (1834-1906)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 488 mots

Pionnier de l'aviation, astronome et physicien américain. Bien que n'ayant pas suivi d'études supérieures, Samuel Pierpont Langley, né le 22 août 1834 à Roxbury (Massachusetts) dans une famille prospère de grands commerçants, débute sa carrière d'astronome comme assistant à l'observatoire de Harvard. En 1867, il accepte de prendre la direction de l'observatoire d'Alleghany et devient professeur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-pierpont-langley/#i_24709

LAPLACE PIERRE SIMON DE (1749-1827)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 3 282 mots
  •  • 1 média

Fils d'un cultivateur, auquel l'étude fut ouverte, Laplace dut à des talents remarquables en mathématiques de s'imposer au monde savant dès les dernières années de l'Ancien Régime. Mais c'est à travers la Révolution, l'Empire et la Restauration, qui le fit pair et marquis, que se réalisa son ascension et qu'il finit par exercer sur le milieu scientifique français une autorité considérable et parfo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-simon-de-laplace/#i_24709

LAPPARENT ALBERT COCHON DE (1839-1908)

  • Écrit par 
  • Guy POURSIN
  •  • 390 mots

Le géologue français Albert Auguste Cochon de Lapparent naît le 30 décembre 1839 à Bourges (Cher). Polytechnicien en 1858, il entre à l'École des mines en 1860, sans pour autant s'intéresser à la géologie ; ce n'est que peu à peu qu'il la découvre grâce à la lecture de nombreux articles ou traités, surtout allemands, et aux excursions de géologie organisées par Élie de Beaumont (1798-1874). Défin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lapparent-albert-cochon-de/#i_24709

LA VALLÉE-POUSSIN CHARLES JOSEPH DE (1866-1962)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 230 mots

Mathématicien belge, né à Louvain et mort à Bruxelles. Charles J. de La Vallée-Poussin enseigna à l'université de Louvain de 1891 jusqu'à sa retraite. Il fut membre de l'Académie belge (1909), membre associé étranger de l'Académie des sciences (1945), membre honoraire de la London Mathematical Society (1952), président honoraire de l'Union mathématique internationale. La Vallée-Poussin est surtout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-joseph-de-la-vallee-poussin/#i_24709

LEAVITT HENRIETTA (1868-1921)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 528 mots

L'astronome américaine Henrietta Swan Leavitt naît le 4 juillet 1868 à Lancaster (Massachusetts). Elle étudie au Oberlin College de 1886 à 1888, puis à la Society for the Collegiate Instruction of Women (le futur Radcliffe College), dont elle sort diplômée en 1892. Assistante bénévole à l'observatoire de l'université Harvard à partir 1895, elle y obtient un poste permanent en 1902 et restera dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henrietta-leavitt/#i_24709

LEGENDRE ADRIEN MARIE (1752-1833)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 305 mots

Mathématicien français né le 18 septembre 1752 à Paris et mort le 10 janvier 1833 dans la même ville. L'ouvrage qui rendit célèbre Adrien Marie Legendre a pour titre Éléments de géométrie (1794). Il représente un des premiers essais de formalisation rigoureuse de la géométrie, et il devait exercer une très grande influence sur les mathématiciens de son temps (vingt éditions de son vivant). Mais L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrien-marie-legendre/#i_24709

LENARD PHILIPP (1862-1947)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 324 mots

Fils d'un marchand de vin, Philipp Lenard naquit à Pozsony (l'actuelle Bratislava en Slovaquie, alors en Hongrie) le 7 juin 1862 dans une famille d'origine tyrolienne. Ses études le menèrent de Budapest à Vienne, Berlin et enfin Heidelberg où il soutint sa thèse en 1886. Assistant de Gustav Hertz à Bonn de 1892 à 1894, il étudia les rayons cathodiques et réussit la prouesse technique de les faire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philipp-lenard/#i_24709

LES LOIS DE LA PENSÉE (G. Boole)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 189 mots

Le mathématicien britannique Georges Boole (1815-1864) est le fondateur de la logique symbolique moderne. Autodidacte sans aucun titre universitaire, il soutient que la logique doit être rattachée aux mathématiques et non à la philosophie. En 1854, il publie l'exposé abouti de ses idées dans un traité dont le titre complet est significatif : Une exploration des lois de la pensée sur lesquelles so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lois-de-la-pensee/#i_24709

LE VERRIER URBAIN JEAN JOSEPH (1811-1877)

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 1 690 mots

Le Verrier est une des plus importantes figures de la mécanique céleste au xix e  siècle. La brillante découverte qu'il fit, par le calcul, de la planète Neptune a frappé l'imagination du grand public en montrant la puissance de la science. L'entreprise colossale que fut la construction de théories complètes des mouvements des planètes contribua à assurer durablement la place éminente que les Fran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbain-jean-joseph-le-verrier/#i_24709

LIAPOUNOV ALEXANDRE MIKHAÏLOVITCH (1857-1918)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 500 mots

Mathématicien et physicien russe, membre de l'Académie des sciences. Après des études à l'université de Saint-Pétersbourg, il est assistant puis professeur à l'université de Kharkov. En 1902, il est nommé professeur à l'université de Saint-Pétersbourg. Élève de P. L. Tchebychev, c'est le représentant le plus remarquable de l'école mathématique fondée par celui-ci. Il a créé une théorie moderne rig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-mikhailovitch-liapounov/#i_24709

LIE SOPHUS (1842-1899)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 333 mots

À la fin du xix e  siècle, le mathématicien norvégien Marius Sophus Lie a posé les fondements d'une des théories les plus centrales des mathématiques contemporaines, la théorie des groupes de Lie, dont la puissance s'est révélée considérable, et qui est au cœur d'innombrables recherches contemporaines. En physique relativiste, cette théorie est un outil qui intervient constamment et, en mathémat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophus-lie/#i_24709

LIEBIG JUSTUS baron von (1803-1873)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 654 mots
  •  • 1 média

Chimiste allemand, né à Darmstadt et mort à Munich. Justus von Liebig a fait son apprentissage chez son père droguiste qui s'intéressait à l'amélioration de ses produits. Après un stage dans une pharmacie, d'où il est renvoyé après avoir causé quelques dégâts, il entre à l'université de Bonn, mais, l'année suivante (1821), il part pour Erlangen, où K. Kastner vient d'être nommé professeur. Après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justus-liebig/#i_24709

LINDEMANN FERDINAND VON (1852-1939)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 267 mots

Mathématicien allemand, né le 12 avril 1852 à Hanovre, mort le 1 er  mars 1939 à Munich. À partir de 1870, Ferdinand von Lindemann étudie aux universités de Göttingen, de Munich, puis d'Erlangen, où il obtient son doctorat en 1873. Après des études post-doctorales, il enseigne à l'université de Freiburg de 1877 à 1883. Lindemann est surtout célèbre pour avoir démontré la transcendance du nombre đ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-von-lindemann/#i_24709

L'INVENTION DE LA SCIENCE. LA NOUVELLE RELIGION DE L'ÂGE INDUSTRIEL (G. Carnino)

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Science, croyance et République »  : […] Sur un sujet propice à la réflexion épistémologique, Guillaume Carnino prend ici le parti d’une approche résolument historienne qui contextualise la notion de « science » au xix e  siècle et enquête avec précision sur l’émergence du terme, ses réquisits et les représentations qui lui sont associées. Deux questions liminaires fournissent une trame à cette grille de lecture. La première s’interroge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-invention-de-la-science-la-nouvelle-religion-de-l-age-industriel/#i_24709

LIPPMANN GABRIEL (1845-1921)

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 294 mots

Physicien français, Gabriel Lippmann, né le 16 août 1845 à Hollerich (Luxembourg), fait ses études à l'École normale supérieure, puis à Heidelberg et à Berlin. Sa thèse, Relations entre les phénomènes électriques et capillaires (1875), le conduit à fabriquer un électromètre capillaire extrêmement sensible. Nommé professeur à la Sorbonne et directeur du laboratoire de physique, il étudie la polari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-lippmann/#i_24709

LOBATCHEVSKI NIKOLAÏ IVANOVITCH (1792-1856)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 333 mots

Mathématicien russe né à Nijni-Novgorod et mort à Kazan. Nikolaï I. Lobatchevski étudia à l'université de Kazan, où il enseigna à partir de 1812 et occupa la chaire de mathématiques pures de 1822 à 1846. Sous l'influence de Carl F. Gauss et du marquis de Laplace, ses premiers travaux sont : Théorie du mouvement elliptique des corps célestes (1812) et De la solution de l'équation algébrique du typ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-ivanovitch-lobatchevski/#i_24709

LOEB JACQUES (1859-1924)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 447 mots

Ayant obtenu un doctorat en médecine à l'université de Strasbourg (1884), Loeb commença des recherches de biologie à l'université de Würzburg (1886-1888), puis à Strasbourg et à Naples. En 1891, il s'installa aux États-Unis, enseignant successivement à Bryn Mawr College (Penn.), à l'université de Chicago et à l'université de Californie ; en 1910, il devint membre de l'Institut Rockefeller pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-loeb/#i_24709

BUYS-BALLOT LOI DE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 171 mots

Le Hollandais Christophorus Henricus Didericus Buys-Ballot (1817-1890) publie en 1857 une Note sur le rapport de l’intensité de la direction du vent avec les écarts simultanés du baromètre dans laquelle il énonce la fameuse loi qui porte son nom : le vent laisse les basses pressions atmosphériques sur sa gauche dans l’hémisphère Nord et l’intensité du vent est d’autant plus forte que les lignes i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-de-buys-ballot/#i_24709

LOI DE JOULE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 88 mots
  •  • 1 média

Le physicien anglais James Joule (1818-1889) établit en 1841 la loi qui porte son nom ; celle-ci lie la puissance cédée sous forme de chaleur à la résistance d'un conducteur électrique parcouru par un courant continu. Il réalise ensuite, en 1843, des expériences fondamentales pour déterminer l'équivalent mécanique de la calorie. Ses études liées aux processus de détentes des gaz dans le vide ou à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-de-joule/#i_24709

LOIS MENDÉLIENNES DE L'HÉRÉDITÉ

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 258 mots

Moine et botaniste, Gregor Mendel (1822-1884) s'intéressait à la transmission héréditaire de l'aspect des graines de petits pois, en étudiant statistiquement les produits de croisement de différentes variétés. Il découvre ainsi que des caractères distincts, par exemple la couleur et la forme, se transmettent séparément. Lorsque les deux parents diffèrent par un seul caractère, par exemple graine r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lois-mendeliennes-de-l-heredite/#i_24709

LORENTZ HENDRIK ANTOON (1853-1928)

  • Écrit par 
  • Sybren R. de GROOT, 
  • Leendert G. SUTTORP, 
  • Christiaan G. VAN WEERT
  •  • 1 482 mots

Pendant toute la période qui précéda l'avènement de la théorie de la relativité et de la mécanique quantique, la figure du théoricien néerlandais Lorentz domina le monde de la physique théorique. Pour les physiciens contemporains, son nom est lié à l'invariance de Lorentz, propriété d'une loi qui garantit qu'elle entre dans le cadre de la relativité. Lorentz est aussi le créateur de la théorie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hendrik-antoon-lorentz/#i_24709

L'ORIGINE DES ESPÈCES (C. Darwin)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

C'est en 1859, dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie ( On The Origin of Species by Means of Natural Selection, or The Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life ), que le naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882) expose sa théorie de l'évolution. Sa démonstration repose sur un double consta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-origine-des-especes/#i_24709

LOVE AUGUSTUS EDWARD HOUGH (1863-1940)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 303 mots

Mathématicien britannique spécialiste de la théorie des ondes. Né le 17 avril 1863 à Weston-super-Mare, Augustus Edward Hough Love fait ses études supérieures à l'université de Cambridge. Après avoir effectué des travaux remarqués sur la théorie mathématique de l'élasticité (réunis en un traité de deux tomes publié en 1892-1893), il est nommé en 1899 titulaire de la chaire de philosophie naturelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustus-edward-hough-love/#i_24709

LOWELL PERCIVAL (1855-1916)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 331 mots

L'astronome américain Percival Lawrence Lowell naît le 13 mars 1855 à Boston. Membre d'une célèbre famille du Massachusetts (il est le frère de la femme de lettres Amy Lowell), il fait parallèlement carrière dans les littérature et la diplomatie de 1883 à 1893. Il décrit ses nombreux voyages en Extrême-Orient dans Chosön (1886), The Soul of the Far East (1888), Noto (1891) et Occult Japan (189 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/percival-lowell/#i_24709

LYELL sir CHARLES (1797-1875)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 666 mots

Géologue écossais. Élevé dans un milieu scientifique (son père avait acquis quelque renom comme botaniste), les cours de William Buckland à l'université d'Oxford poussent Charles Lyell vers la géologie. À la fin de ses études universitaires, il entreprend de nombreux voyages, afin d'étudier in situ les théories enseignées par Buckland. En mars 1819, il est élu membre de la Geological Society of Lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyell-sir-charles/#i_24709

MACH ERNST (1838-1916)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 4 135 mots
  •  • 1 média

Physicien préoccupé en même temps de la critique historique des concepts physiques et des phénomènes de psychophysiologie des sensations, Mach a fourni une œuvre scientifique importante à la jonction de plusieurs disciplines, mais souvent mal perçue de ses contemporains en raison de sa diversité, Il a, suivant l'expression d'Einstein, « ébranlé la foi dogmatique » dans le mécanisme, ouvrant la voi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-mach/#i_24709

MAGENDIE FRANÇOIS (1783-1855)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 670 mots

Médecin français, un des pionniers de la physiologie expérimentale. Son père, chirurgien renommé de Bordeaux, vient à Paris avec son fils au début de la Révolution ; mais, passionné par les idées nouvelles, il ne s'occupe guère de l'éducation de l'enfant. Celui-ci est assez brillant pour entreprendre ses études médicales à seize ans et faire partie, à dix-neuf ans, de la seconde promotion de l'int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-magendie/#i_24709

MAGENDIE (F.) ET L'EXPÉRIMENTATION PHARMACOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 230 mots

François Magendie (1783-1855) est à l'origine de la pratique expérimentale en médecine. Il exploite les principes de la physique et de la chimie comme bases de la compréhension des phénomènes physiologiques, se proposant ainsi de lutter contre l'empirisme. Outre l'intérêt qu'il porte à la neurophysiologie, ses principaux travaux portent sur la toxicologie et la pharmacologie expérimentales. Il sig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magendie-f-et-l-experimentation-pharmacologique/#i_24709

MALADIES CONTAGIEUSES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 227 mots

Vers — 29 Virgile, dans les Géorgiques , décrit la maladie du charbon chez les animaux et chez l'homme. 400 Le Susruta Samhita (Inde) décrit la lèpre. 1346 Les lépreux sont chassés de Londres. 1484 Venise institue la quarantaine. 1796 Edward Jenner vaccine le jeune James Philipps contre la variole. 1818-1826 Pierre Bretonneau démontre la spécificité de la diphtérie. 1842 Le vétérinaire fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-contagieuses-reperes-chronologiques/#i_24709

MALUS ÉTIENNE-LOUIS (1775-1812)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 220 mots

Né le 23 juillet 1775, à Paris, Étienne-Louis Malus du Mitry accomplit ses études à l'École royale du génie, à Mézières, où son professeur, Gaspard Monge, le remarque. Il fait ensuite une carrière militaire, puis est admis en 1794 à l'École polytechnique, qui vient d'être créée. Il participe à l'expédition scientifique de Bonaparte en Égypte, dirigée par Monge (1798-1801), et entre à la Société d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-louis-malus/#i_24709

MARCONI GUGLIELMO (1874-1937)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 504 mots
  •  • 2 médias

Physicien et inventeur italien né à Bologne et mort à Rome. Dans l'histoire de la télégraphie sans fil, Guglielmo Marconi intervient au moment où des découvertes fragmentaires mais capitales n'attendent plus que d'être combinées entre elles. L'oscillateur de Hertz (1888) et le tube à limaille de Branly assurent déjà, respectivement, l'émission et la détection des ondes électromagnétiques. Il rest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guglielmo-marconi/#i_24709

MAREY ÉTIENNE-JULES (1830-1904)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 689 mots
  •  • 3 médias

Médecin et physiologiste français qui a perfectionné la méthode graphique pour l'enregistrement de l'activité physiologique. Né à Beaune, Marey étudie à Dijon et vient à Paris en 1850 s'inscrire à la faculté de médecine. Interne à l'hôpital Cochin (1854), il se passionne pour la physique et travaille en 1857 sur l'élasticité artérielle et la propagation des ondes dans les liquides. Sa thèse, en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-jules-marey/#i_24709

MARKOV ANDREÏ ANDREÏEVITCH (1856-1922)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Mathématicien russe né à Riazan et mort à Petrograd. Andreï Andreïevitch Markov est connu comme un spécialiste de la théorie des nombres, de la théorie des probabilités et de l'analyse mathématique. Issu d'une famille d'un petit fonctionnaire du gouvernement, il fait ses études à l'université de Saint-Pétersbourg et reçoit une médaille d'or pour son mémoire De l'intégration des équations différen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-andreievitch-markov/#i_24709

MATTEUCCI CARLO (1811-1868)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 882 mots
  •  • 1 média

Physicien et homme politique italien, Carlo Matteucci a surtout étudié l’électricité chez les animaux. Ses travaux font de lui l’un des fondateurs de l’électrophysiologie, science qui étudie les activités électriques chez les êtres vivants. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-matteucci/#i_24709

MAXWELL JAMES CLERK (1831-1879)

  • Écrit par 
  • Franck GREENAWAY
  •  • 2 006 mots
  •  • 1 média

L'œuvre du savant britannique Maxwell a été capitale pour la théorie physique. Elle a permis d'obtenir une connaissance unifiée des phénomènes lumineux et électromagnétiques, ce qui est d'autant plus remarquable que cette unification se situe moins d'un demi-siècle après l'ensemble des découvertes relatives à l'électromagnétisme. Si Maxwell a su tirer sans retard la leçon de ces découvertes, c'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-clerk-maxwell/#i_24709

MAYER JULIUS ROBERT VON (1814-1878)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 465 mots
  •  • 1 média

Physicien et médecin allemand. Docteur en médecine de la faculté de Tübingen (1838), Julius Robert von Mayer s'embarque comme médecin sur le trois-mâts hollandais Java . En Indonésie, il remarque que le sang de ses malades est plus clair qu'en Europe ; il explique cette différence de couleur par la présence, dans le sang veineux des matelots vivant sous le climat des tropiques, d'un excès d'oxygèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-robert-von-mayer/#i_24709

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'investigation clinique »  : […] La médecine a connu au cours des deux derniers siècles des progrès décisifs tellement nombreux, rapides et variés qu'il est impossible d'en dresser la liste, ni même d'en résumer les étapes. Tout au plus peut-on indiquer les principales orientations qu'elle a suivies depuis le début du xix e  siècle. La tendance initiale dominante a été d'imaginer, de mettre en œuvre, puis de développer des moyens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_24709

MÉDECINE EXPÉRIMENTALE : CLAUDE BERNARD

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 229 mots

Mise en œuvre dès le xvii e  siècle dans les sciences physiques puis dans les sciences chimiques à la fin du xviii e  siècle, la méthode expérimentale fut appliquée à la médecine par le physiologiste français Claude Bernard (1813-1878). S'appuyant sur des exemples concrets puisés dans sa propre carrière de chercheur, il en expose les règles dans son Introduction à l'étude de la médecine expérime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-experimentale-claude-bernard/#i_24709

MÉIOSE, en bref

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 186 mots
  •  • 1 média

La confirmation de la théorie cellulaire dans les années 1860 amène les biologistes à étudier la constitution et la fonction du noyau de la cellule. En 1883, le biologiste belge Edouard Van Beneden (1846-1910) découvre chez l'ascaris, un ver parasite du cheval, que le noyau des cellules sexuelles (ovules et spermatozoïdes) contient deux fois moins de chromosomes que celui des cellules germinales d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meiose-en-bref/#i_24709

MENDEL GREGOR JOHANN (1822-1884)

  • Écrit par 
  • Jacques PIQUEMAL
  •  • 2 089 mots
  •  • 2 médias

Comme un certain nombre de botanistes de son époque, Mendel était prêtre ; mais il ne faut pas l'imaginer comme un pur amateur cloîtré dans quelque monastère puisqu'il sera, en 1862, l'un des fondateurs de la Société des naturalistes (Naturforschender Verein) de Brünn. L'absence de tout tâtonnement dans ses expériences sur l'hybridation, comme l'exceptionnelle sûreté de cet énorme plan de travail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregor-johann-mendel/#i_24709

MENDELEÏEV DMITRI IVANOVITCH (1834-1907)

  • Écrit par 
  • René BIMBOT
  •  • 2 160 mots
  •  • 3 médias

Vers le milieu du xix e siècle, la chimie est à la fois en pleine évolution et en plein chaos. Une soixantaine d' éléments chimiques (corps indécomposables par les moyens connus) ont été découverts et isolés ; des liens semblent exister entre les propriétés physiques ou chimiques de certains d'entre eux, et plusieurs savants sentent, plus ou moins confusément, la nécessité d'une classification, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dimitri-ivanovitch-mendeleiev/#i_24709

METCHNIKOV ILIA ILITCH ou ÉLIE (1845-1916)

  • Écrit par 
  • Jérôme PIERREL
  •  • 1 092 mots
  •  • 1 média

Zoologiste et immunologiste d’origine russe, Ilia (ou Ilya) Ilitch Metchnikov, francisé en Élie Metchnikoff, est surtout connu pour avoir montré l’existence de l’immunité cellulaire, plus tard appelée « immunité innée » ou « immunité non spécifique » . Il s’est opposé à ceux qui, comme Paul Ehrlich, ont soutenu que l’immunité était une propriété du liquide sanguin (immunité dite humorale, acquise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metchnikov-ilia-ilitch-ou-elie/#i_24709

MEYER JULIUS LOTHAR (1830-1895)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 322 mots

Chimiste allemand né à Varel dans l'Oldenburg (ancien État de l'Allemagne incorporé aujourd'hui dans le Land de Basse-Saxe) et mort à Tübingen. Il a établi, indépendamment de Mendeleïev, une classification des éléments mettant en évidence la périodicité de leurs propriétés. Tout en ayant étudié la physique, Julius Lothar Meyer s'intéressait principalement à la chimie. Il a commencé sa carrière sci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-lothar-meyer/#i_24709

MEYER HERMANN VON (1801-1869)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 741 mots
  •  • 1 média

Paléontologue allemand, Hermann von Meyer est connu notamment pour avoir donné le nom d’ Archaeopteryx (du grec archaios , « ancien », et pteryx , « aile ») à l’un des plus célèbres vertébrés fossiles, considéré par certains comme le plus ancien oiseau. Né à Francfort-sur-le-Main le 3 septembre 1801, Christian Erich Hermann von Meyer fut l’un des plus éminents paléontologues allemands du xix e  s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-von-meyer/#i_24709

MICHEL-LÉVY AUGUSTE (1814-1911)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 528 mots

Géologue français, né et mort à Paris, Auguste Michel-Lévy a apporté beaucoup d'idées nouvelles dans de nombreux domaines de la géologie de son époque, mais c'est surtout en tant que minéralogiste qu'il a fait œuvre de fondateur avec ses méthodes de détermination des minéraux au microscope. Élevé dans un milieu cultivé et scientifique, ses succès le poussent vers les lettres, mais son père décide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-michel-levy/#i_24709

MINKOWSKI HERMANN (1864-1909)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 282 mots

Mathématicien allemand né en Russie, à Alexoten, et mort à Göttingen. Hermann Minkowski habita Königsberg dès sa plus tendre enfance, et il fit ses études universitaires à Königsberg et à Berlin. De 1887 à 1902, il enseigna successivement à l'université de Bonn et à l'université de Königsberg, puis à l'École polytechnique de Zurich, où il eut comme élève A. Einstein. En 1902, il devint titulaire à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-minkowski/#i_24709

MISE AU POINT DE LA LAMPE DE SÉCURITÉ POUR LES MINEURS

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 696 mots
  •  • 1 média

En janvier 1816, la première lampe de sécurité pour les mines de charbon est expérimentée avec succès dans une mine anglaise par son inventeur, le chimiste Humphry Davy (1778-1829), avant d’être rapidement généralisée. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-au-point-de-la-lampe-de-securite-pour-les-mineurs/#i_24709

MITCHELL MARIA (1818-1889)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 557 mots

Maria Mitchell est la première femme astronome professionnelle des États-Unis. Née le 1 er  août 1818 à Nantucket, dans le Massachusetts, Maria Mitchell suit principalement l'enseignement de son père, homme de grande culture qui lui insuffle sa passion pour l'astronomie, en lui permettant notamment d'utiliser seule le télescope qu'il possède ; encore enfant, elle l'aide à évaluer les chronomètres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-mitchell/#i_24709

MITSCHERLICH EILHARD (1794-1863)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 383 mots

Chimiste allemand, né à Neuende et mort à Berlin, qui est devenu célèbre à la suite de ses travaux sur l'isomorphisme. Eilhard Mitscherlich étudie les langues orientales à Nuremberg puis à Paris et espère participer à la mission que Napoléon doit envoyer en Perse en 1813. L'abandon de ce projet l'amène à étudier la médecine à Göttingen ; mais, dans la bibliothèque de cette université, il examine d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eilhard-mitscherlich/#i_24709

MITTAG-LEFFLER GÖSTA (1846-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 187 mots

Mathématicien suédois, né à Stockholm, dont les travaux portent principalement sur la théorie des équations linéaires homogènes et sur la théorie des fonctions analytiques. On lui doit notamment le célèbre théorème (qui porte son nom) sur la représentation des fonctions méromorphes par des séries de fractions rationnelles. À la fois savant et diplomate, Gösta Mittag-Leffler fut conseiller de la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gosta-mittag-leffler/#i_24709

MIVART SAINT GEORGE JACKSON (1827-1900)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 307 mots

Comme il est catholique romain (il s'est converti en 1844), l'Anglais Mivart ne peut s'inscrire au barreau en 1851 et il s'oriente vers les études médicales, qu'il termine à St. Mary's College d'Oscott. Il est maître assistant à l'hôpital d'Oscott (1862-1874), puis professeur de biologie au Catholic University College de Londres. De 1890 à 1893, il enseigne la philosophie de l'histoire naturelle à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-george-jackson-mivart/#i_24709

MÖBIUS AUGUST FERDINAND (1790-1868)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 238 mots

Mathématicien et astronome allemand né à Schulpforta et mort à Leipzig. August Ferdinand Möbius fit ses études à Leipzig, à Göttingen (sous la direction de K. F. Gauss) et à Halle. En 1815, il devint professeur d'astronomie à Leipzig, puis directeur de l'observatoire de cette ville, après en avoir dirigé la construction. On lui doit plusieurs ouvrages d'astronomie théorique, notamment De computan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-ferdinand-mobius/#i_24709

MOISSAN HENRI (1852-1907)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 213 mots

Chimiste français, né et mort à Paris, qui reçut en 1906 le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur l'isolement du fluor et pour la réalisation du four électrique qui porte son nom. Après des études au Muséum d'histoire naturelle et à l'école de pharmacie de Paris, Henri Moissan devient professeur de toxicologie (1886) et de chimie minérale (1889) à l'école de pharmacie et professeur de chimie m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-moissan/#i_24709

MONGE GASPARD (1746-1818)

  • Écrit par 
  • Bruno BELHOSTE
  •  • 2 226 mots

Le mathématicien français Gaspard Monge (1746-1818) est connu comme le rénovateur des méthodes géométriques, à une époque dominée principalement par les succès de l'analyse. On associe souvent son nom à la géométrie descriptive, une discipline scolaire élégante mais d'un intérêt secondaire au point de vue mathématique, en oubliant ses contributions plus profondes portant sur la géométrie différen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaspard-monge/#i_24709

MORTON WILLIAM THOMAS GREEN (1819-1868)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 540 mots
  •  • 1 média

William Thomas Green Morton, dentiste américain, est connu pour avoir montré en 1846 que l’on pouvait pratiquer des interventions chirurgicales dentaires sans douleur grâce à l’effet anesthésiant des vapeurs d’éther. Morton est né le 9 août 1819 dans une famille d’agriculteurs de Charlton, dans le Massachusetts. Il a pratiqué divers métiers avant d’accéder, en 1840, à l’école de chirurgie dentair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-thomas-green-morton/#i_24709

MOSELEY HENRY GWYN-JEFFREYS (1887-1915)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 461 mots

Physicien britannique, né à Weymouth, dans le Dorset, qui a démontré expérimentalement (par l'analyse des spectres de rayons X) que les propriétés physiques et chimiques des éléments sont déterminées par le nombre atomique, et non par la masse atomique, établissant ainsi la notion de nombre atomique (proposée un an auparavant par le Néerlandais Van den Broeck). Ce nombre est égal au nombre des pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-gwyn-jeffreys-moseley/#i_24709

MÜLLER JOHANNES (1801-1858)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 414 mots

L'un des plus illustres physiologistes allemands du xix e  siècle. Johannes Müller forma les premiers anatomo-pathologistes et physiologistes de l'Allemagne de cette époque : Du Bois-Reymond, Helmholtz, Virchow, Henle, Haeckel, Schwann... Attiré d'abord par la théologie, il s'oriente ensuite vers la médecine, en reçoit les grades à Bonn en 1823 avec une thèse très importante : De respiratione fet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-muller/#i_24709

MURRAY JOHN (1841-1914)

  • Écrit par 
  • Loïc PÉTON
  •  • 913 mots
  •  • 4 médias

Océanographe et géologue canadien d'origine écossaise, John Murray apporta une contribution significative à l'émergence de l'océanographie . John Murray est né en 1841 à Cobourg, en Ontario (Canada), où ses parents écossais avaient émigré quelques années plus tôt. À l'âge de dix-sept ans, il rejoint l'Écosse pour ses études. À l'université d'Édimbourg, il suit des cours de médecine, de géologie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-murray/#i_24709

LE MYSTÈRE CORIOLIS (A. Moatti)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 909 mots

Représentant d’une génération d’« ingénieurs-savants » ayant su faire le pont entre le monde de l’industrie et la recherche académique, Gaspard-Gustave de Coriolis (1792-1843) a laissé son nom à une « pseudo-force », un effet mécanique qui a donné du fil à retordre à des générations d’étudiants. La biographie ( Le M ystère Coriolis , CNRS Éditions, 2014 ) qu’en propose l’ingénieur et historien d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mystere-coriolis/#i_24709

NAISSANCE DE L'OCÉANOGRAPHIE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 264 mots

Au printemps 1872, sous l'impulsion de la Royal Society, le Challenger quitte l'Angleterre pour un tour du monde des océans. Une équipe de spécialistes, sous la responsabilité de sir Charles Wyville Thompson, est embarquée sur ce bâtiment de guerre, réarmé pour l'occasion par le gouvernement britannique. Le périple dure jusqu'en 1876 : le navire sillonne tous les océans du globe en parcourant 70  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-de-l-oceanographie-scientifique/#i_24709

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle et la méthode anatomoclinique »  : […] Au xix e  siècle, bon nombre de travaux neurologiques voient le jour ; Charles Bell sur le champ de bataille de Waterloo, excellent dessinateur, fixe dans de rapides esquisses les traits des diverses paralysies ; François Magendie démontre les fonctions de la moelle et la sensibilité récurrente des racines antérieures ; ailleurs, Pierre Flourens prouve la fonction coordinatrice du cervelet. Enfin, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_24709

NOBEL ALFRED (1833-1896)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 834 mots
  •  • 2 médias

La poudre noire et le coton-poudre sont les seuls explosifs pratiquement employés, quand Ascanio Sobrero découvre en 1846, à Turin, la nitroglycérine (1846). L'action de l'acide azotique sur la glycérine, elle-même identifiée depuis 1779, a permis d'obtenir ce nouveau produit qui recèle une force explosive jusqu'alors inconnue. La nitroglycérine apparaît cependant inutilisable, à moins d'être maît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-nobel/#i_24709

NOCARD EDMOND (1850-1903)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 619 mots

Vétérinaire français. Après de brillantes études à l'École vétérinaire de Maisons-Alfort (1868-1873), il est nommé, à la fin de 1873, chef de clinique de la chaire de pathologie interne et externe à Alfort, puis professeur de pathologie chirurgicale, lorsqu'en 1878 cette chaire est dédoublée. Il introduit l'anesthésie au chloral, par voie intraveineuse, chez les gros animaux et en indique la dose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-nocard/#i_24709

NOETHER MAX (1844-1921)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 768 mots

Mathématicien allemand, Max Noether a été un des meilleurs spécialistes en géométrie algébrique de la seconde moitié du xix e siècle. Élève de Rudolf Clebsch, il a poursuivi le programme de ce dernier, c'est-à-dire la recherche de démonstrations purement géométriques des applications de la théorie de Riemann à la géométrie projective des courbes ; mais si Clebsch était un homme de formules et d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-noether/#i_24709

NOTION D'HORMONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

À la fin du xix e  siècle apparut l'idée que certaines structures anatomiques friables et très vascularisées sécrétaient des substances d'une grande importance pour l'organisme, qu'on appela « sécrétions internes », reprenant une expression inventée par Claude Bernard. Après qu'on eut montré que, dans certains goitres, la glande thyroïde était détruite, George Murray réussit en 1891 à traiter ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-d-hormone/#i_24709

NUTRITION AZOTÉE DES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 255 mots

En recherchant si les plantes pouvaient absorber l'azote de l'air, Jean-Baptiste Boussingault (1802-1887), le « père de l'agronomie », posait la dernière question concernant l'alimentation exclusivement minérale des végétaux supérieurs. Les caractéristiques de la photosynthèse (alimentation en carbone, oxygène et hydrogène) avaient déjà été établies. La nécessité d'éléments minéraux, absorbés dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition-azotee-des-vegetaux/#i_24709

ŒRSTED ou ØRSTED HANS CHRISTIAN (1777-1851)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 325 mots

Physicien et chimiste danois, né à Rudkøbing et mort à Copenhague, auquel on doit la découverte de l'électromagnétisme. Après avoir achevé ses études de pharmacien à l'université de Copenhague (1797), Hans Christian Œrsted publie des essais d'esthétique et de médecine qui lui valent des distinctions honorifiques ; en 1799, il obtient un doctorat pour une thèse sur la philosophie de Kant. Après une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oersted-orsted/#i_24709

OHM GEORG SIMON (1789-1854)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 313 mots

Georg Simon Ohm fut un physicien allemand de la fin du xviii e  siècle et du début du xix e  siècle. Il étudia les phénomènes électriques de façon approfondie et en proposa une description théorique en 1827. Georg Simon Ohm naît le 16 mars 1789 à Erlangen en Bavière (Allemagne). Ce fils de serrurier entre à l'université à l'âge de quinze ans, mais il y mène une vie très peu studieuse. Dès 1806, so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-simon-ohm/#i_24709

OPTIQUE ONDULATOIRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 160 mots
  •  • 1 média

Augustin Fresnel (1788-1827) peut être considéré comme le fondateur de l'optique moderne. Dans son mémoire La Diffraction de la lumière , présenté en octobre 1815 à l'Académie des sciences, il écrit : « La théorie vibratoire se prête mieux à expliquer la marche complexe des phénomènes lumineux et comme alors réapparaît l'analogie avec le son et l'objection habituelle que les ondes tournent autour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-ondulatoire/#i_24709

ORBIGNY ALCIDE DESSALINES D' (1802-1857)

  • Écrit par 
  • Jacques PHILIPPON
  •  • 380 mots

Appartenant à une famille de scientifiques qui participa à la grande révolution scientifique du xix e  siècle, Alcide d'Orbigny est né à Couëron (Loire-Atlantique). Jeune, il voyage à travers l'Amérique du Sud, qu'il explore de 1826 à 1834. Il se lance alors dans l'étude des fossiles ; son activité dans ce domaine est immense, surtout dans la description et l'identification de milliers d'espèces. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orbigny-alcide-dessalines-d/#i_24709

ORGANISATION DISCONTINUE DU TISSU NERVEUX

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 249 mots

Les éléments qui composent le tissu nerveux sont-ils en continuité ou seulement en contiguïté ? La question oppose, à la fin du xix e  siècle, les « réticulistes », partisans d'un tissu nerveux constitué de cellules anastomosées par leurs dendrites et leurs axones en de véritables réseaux continus, et les « neuronistes », pour qui chaque cellule nerveuse est parfaitement individualisée, nommée neu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-discontinue-du-tissu-nerveux/#i_24709

OSCILLOSCOPE CATHODIQUE

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 336 mots

S'appuyant sur les travaux du Britannique William Crookes (1832-1919), qui inventa le tube à rayons cathodiques, le physicien allemand Karl Ferdinand Braun (1850-1918) conçoit en 1897 un montage qui lui permet de rendre visible la forme d'un signal électrique. dans un tube à vide, Braun dispose une électrode (la cathode) qui émet un faisceau d'électrons en direction d'un écran (relié à l'anode) re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscilloscope-cathodique/#i_24709

OSGOOD WILLIAM FOGG (1864-1943)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 503 mots

Mathématicien américain, né à Boston et mort à Belmont (Massachusetts), William Fogg Osgood a joué un rôle important dans le développement de la recherche aux États-Unis. Osgood est entré au collège de Harvard en 1882 et, à l'exception de quelques années passées dans les universités allemandes, il y fera toute sa carrière. Au départ, il fut surtout influencé par les professeurs de physique théoriq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-fogg-osgood/#i_24709

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 905 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’homme antédiluvien »  : […] Le rejet du catastrophisme de Cuvier et de Buckland, qui avait jusque-là entravé la reconnaissance de l'homme antédiluvien, fut essentiellement l’œuvre du géologue britannique Charles Lyell. En affirmant dans ses Principes de géologie publiés en 1833, que tous les processus géologiques et climatiques du passé étaient de même nature et de même intensité que ceux du présent, dont les effets sont vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoanthropologie-paleontologie-humaine/#i_24709

PALUDISME : DÉCOUVERTE DU PARASITE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 228 mots

Le Français Alphonse Laveran (1845-1922), issu d'une famille de médecins et d'officiers, lui-même médecin militaire en Algérie, à Bône puis à Constantine, s'intéresse aux causes « microbiennes » du paludisme alors très prévalent sur le pourtour du bassin méditerranéen. Il découvre en 1878, dans le sang de malades atteints de paludisme, un organisme microscopique particulier, qu'il nomme hématozoai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paludisme-decouverte-du-parasite/#i_24709

PANDER CHRISTIAN HEINRICH (1794-1865)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 045 mots
  •  • 1 média

Biologiste russe de culture allemande, Christian Heinrich Pander fut l’auteur d’une des plus importantes découvertes de l’embryologie moderne, celle des feuillets embryonnaires (ou germinatifs), structures membraneuses de l’embryon précoce à partir desquelles se développent tous les tissus et organes d’un organisme animal pluricellulaire. Il proposa également l’une des premières théories transfor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-heinrich-pander/#i_24709

PARASITISME ET SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Au xvi e  siècle, pour Hieronymus Bock (dit Tragus), les champignons, « enfants des dieux », sont des produits engendrés par l'humidité et la moisissure. Cependant, en 1729, Pier Antonio Micheli recueillait des spores et obtenait un développement du mycélium. Un siècle plus tard, Christian Gottfried Ehrenberg (1795-1876) et René Joachim Henri Dutrochet (1776-1847) analysèrent, respectivement en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme-et-symbiose/#i_24709

PARKINSON JAMES (1755-1824)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 745 mots

Médecin, mais aussi activiste politique et géologue, James Parkinson a décrit la « paralysie agitante » ( s haking palsy ) comme une entité nosographique en 1817. En 1876, le neurologue Jean-Martin Charcot la renommera « maladie de Parkinson », en hommage à celui qui la décrivit pour la première fois. James Parkinson est né le 11 avril 1755 à Londres. Ses études ont été classiques pour un futur m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-parkinson/#i_24709

PARSEVAL DES CHÊNES MARC-ANTOINE (1755-1836)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 402 mots

Né le 27 avril 1755 à Rosières aux Salines en Lorraine, Marc-Antoine Parseval des Chênes est issu d'une famille noble et fortunée. Il est le deuxième enfant d'Alexandre de Parseval, sieur des Chêsnes (1718-1786), et de Scholastique Françoise de Chaumont, et le frère aîné de l'académicien François-Auguste de Parseval-Grandmaison (1759-1834). On connaît peu les détails de sa vie. Ardent royaliste, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-antoine-parseval-des-chenes/#i_24709

PASTEUR LOUIS (1822-1895)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 6 425 mots
  •  • 2 médias

Pasteur est l'un des fondateurs de la biologie moderne, telle qu'elle s'est développée au xx e  siècle. Son œuvre scientifique est à l'origine de quelques-unes des disciplines majeures des sciences de la vie : biochimie métabolique, microbiologie générale, étude des virus et bactéries pathogènes, immunologie. Sa « théorie des germes », la pratique des vaccinations (qu'il a lancée) révolutionnèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pasteur/#i_24709

PAVLOV IVAN PETROVITCH (1849-1936)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 2 150 mots

Pavlov, dont le nom reste attaché à la découverte des réflexes conditionnels , a été véritablement l'initiateur des recherches sur ce qu'il a appelé la « physiologie de l'activité nerveuse supérieure », et, à ce titre, son influence a été grande chez les physiologistes. Au XV e Congrès international de physiologie qui s'est tenu à Rome en 1932, il a été proclamé princeps physiologorum mundi. Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-petrovitch-pavlov/#i_24709

PEANO GIUSEPPE (1858-1932)

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 1 832 mots
  •  • 1 média

Le mathématicien italien Peano s'est principalement intéressé aux fondements des mathématiques, ainsi qu'à la théorie des langages. Grâce à lui, on comprendra mieux aujourd'hui la fécondité des méthodes formelles et axiomatiques. L'actualité de son œuvre ne fait que croître. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-peano/#i_24709

PELLETIER PIERRE JOSEPH (1788-1842)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 237 mots

Le chimiste français Pierre Joseph Pelletier contribua à fonder la chimie des alcaloïdes. Né le 22 mars 1788 à Paris, Pierre Joseph Pelletier enseigne à l'École de pharmacie de Paris, qu'il dirigera à partir de 1832. Travaillant en collaboration avec le chimiste Joseph Bienaimé Caventou, il isole en 1817 la chlorophylle, pigment vert que contiennent les végétaux, essentiel à la photosynthèse. S'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-joseph-pelletier/#i_24709

PELTIER JEAN CHARLES ATHANASE (1785-1845)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 151 mots

Physicien français, Jean Charles Athanase Peltier est né à Ham (Somme) le 22 février 1785 et mort à Paris le 27 octobre 1845. Après avoir abandonné sa profession d'horloger à l'âge de trente ans, il se consacra à la recherche en physique ; il est connu pour sa découverte en 1834 de l'effet Peltier : lorsqu'un courant électrique passe à une jonction connectant deux conducteurs, on observe une augm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-charles-athanase-peltier/#i_24709

PERKIN sir WILLIAM HENRY (1838-1907)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 318 mots

Chimiste anglais né le 12 mars 1838 à Londres, mort le 14 juillet 1907 à Sudbury, près d'Harrow, dans le Middlesex. En 1853, William Perkin entre au Royal College of Chemistry, à Londres, où il étudie sous la direction d'August Wilhelm von Hofmann (1818-1893). Préparateur d'Hofmann à partir de 1856, Perkin tente de synthétiser la quinine. Il obtient à la place une substance bleuâtre présentant d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perkin-sir-william-henry/#i_24709

PÉRON FRANÇOIS (1775-1810)

  • Écrit par 
  • Jacqueline GOY
  •  • 561 mots

Zoologiste français ayant participé à l'expédition aux Terres australes (1800-1804) commandée par Nicolas Baudin. Né le 22 août 1775 à Cérilly (Allier), François Péron devait entrer au séminaire lorsque la Révolution éclate. En 1792, il est caporal dans les Volontaires de l'Allier et participe au blocus de l'Armée du Rhin à Landau. Prisonnier puis libéré, il revient à Cérilly en 1795 et occupe le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-peron/#i_24709

PERRIER EDMOND (1844-1921)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 266 mots

Zoologiste français qui se spécialisa dans l'étude de la faune marine. Reçu en 1864 à l'École normale supérieure et à Polytechnique, Edmond Perrier choisit cette dernière, mais Pasteur lui demande d'entrer dans son laboratoire de la rue d'Ulm. Docteur ès sciences en 1869, il enseigne quelque temps au lycée d'Agen, puis à Paris au Muséum d'histoire naturelle et, en 1872, à l'École normale supérieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-perrier/#i_24709

PERRIN JEAN (1870-1942)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 659 mots

Né le 30 septembre 1870 à Lille, Jean Perrin était le fils d'un capitaine d'infanterie d'origine modeste qui mourut prématurément en 1880. Après des études à Lyon et au lycée Janson-de-Sailly à Paris, il entra à l'École normale supérieure en 1891. Il y devint préparateur et se lia avec Paul Langevin, avec qui il réalisa en 1895 une expérience historique prouvant la nature corpusculaire des rayons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-perrin/#i_24709

PERSOZ JEAN-FRANÇOIS (1805-1868)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 282 mots

Chimiste français né en Suisse à Cortaillod (canton de Neuchâtel) et mort à Paris. Préparateur, en 1828, au cours de chimie de Louis J. Thenard au Collège de France, Jean-François Persoz est nommé professeur de chimie à la faculté des sciences de Strasbourg et, deux ans plus tard, directeur de l'école de pharmacie de cette ville, avec la charge d'inspecter les pharmacies du Bas-Rhin. Il revient à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-persoz/#i_24709

PETIT ALEXIS-THÉRÈSE (1791-1820)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 216 mots

Physicien français, Alexis-Thérèse Petit est né à Vesoul le 2 octobre 1791 et mort prématurément à Paris le 21 juin 1820. Après de brillantes études au lycée de Besançon, Petit entre major de sa promotion à l'École polytechnique en 1807. Répétiteur puis professeur à Polytechnique, il soutient sa thèse en 1811 et y effectue des recherches sur la thermométrie et les lois du refroidissement avec son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexis-therese-petit/#i_24709

PHAGOCYTOSE ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 234 mots
  •  • 1 média

On peut dire que, après la découverte de l'immunisation induite préventive (Jenner, 1796), la découverte de l'immunité cellulaire par le savant d'origine ukrainienne Ilia Metchnikov (1845-1916) a constitué la deuxième étape importante dans la mise en place de l'immunologie. Selon une logique toute darwinienne, Metchnikov pensait que les mécanismes d'ingestion que l'on peut observer chez de nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phagocytose-et-immunite-innee/#i_24709

PHILOSOPHIE ANATOMIQUE (É. Geoffroy Saint-Hilaire)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 710 mots
  •  • 1 média

Un titre tel que Philosophie a natomique est surprenant pour le lecteur d’aujourd’hui, qui peut trouver incongrue cette association de termes. Pourtant, lorsque Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), alors l’un des plus célèbres naturalistes français, professeur de zoologie au Muséum national d’histoire naturelle et membre de l’Académie des sciences, publie le premier volume de cet ouvrage e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-anatomique/#i_24709

PHILOSOPHIE ZOOLOGIQUE (J.-B. de Monet de Lamarck)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

Fondateur de la paléontologie des invertébrés, le naturaliste français Jean-Baptiste de Monet de Lamarck (1744-1829) se convainc que les êtres vivant actuellement sur Terre dérivent de formes plus anciennes par une transformation lente et irréversible. En se répandant à la surface du globe, les espèces vivantes ont été soumises aux diverses influences de leur environnement ; celles-ci, avec le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-zoologique/#i_24709

PHOTOSYNTHÈSE ET FIXATION DU CO2 - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 350 mots

1837 H. von Mohl signale la présence de grains d'amidon dans les chloroplastes. 1843 J. von Liebig propose que 1'incorporation du dioxyde de carbone (CO 2 ) se traduit par une formation d'acides organiques, précédant celle des sucres. 1862 J. von Sachs montre que les feuilles des plantes, quand elles sont éclairées, synthétisent de 1'amidon. 1870 A. Beyer propose que l'absorption de CO 2 se t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photosynthese-et-fixation-du-co2-reperes-chronologiques/#i_24709

PICARD ÉMILE (1856-1941)

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 1 907 mots

Le mathématicien français Charles Émile Picard fut un analyste profond et inspiré, un travailleur infatigable et un professeur captivant. Trois guerres le frappèrent durement, mais sa carrière ne compta que des succès rapides : agrégé et docteur la même année, à vingt et un ans ; professeur à la Sorbonne à vingt-cinq ans, membre de l'Académie des sciences à trente-trois ans ; secrétaire perpétuel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-picard/#i_24709

PICTET RAOUL PIERRE (1846-1929)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 371 mots

Physicien et industriel suisse, Raoul Pierre Pictet est né à Genève le 4 avril 1846. Après avoir suivi les cours de l'École polytechnique et du Collège de France, il dirigea une fabrique de dioxyde de soufre (appelé alors acide sulfureux anhydre) et s'intéressa rapidement, pour des problèmes industriels, à la liquéfaction des gaz. Les études de thermochimie entreprises par Pictet l'amenèrent à pub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raoul-pierre-pictet/#i_24709

PILE DE VOLTA

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 157 mots
  •  • 1 média

En 1800, le physicien italien Alessandro Volta (1745-1827) invente la première pile électrique. La découverte de l'électricité animale par Luigi Galvani (1737-1798) avait conduit Volta à étudier, dès 1792, les conditions d'excitation des muscles d'une grenouille et à mettre l'accent sur la nécessité d'un circuit électrique fermé constitué de métaux. En mars 1800, Volta publie, dans une lettre au p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pile-de-volta/#i_24709

PLANCK MAX (1858-1947)

  • Écrit par 
  • Josef SMOLKA
  •  • 1 960 mots
  •  • 1 média

L'œuvre que le physicien allemand Planck a accomplie au cours de sa longue vie est fondamentale. Einstein a salué en son auteur « un homme à qui il a été donné de doter le monde d'une grande idée créatrice » et dont la découverte « devint la base de toute la recherche en physique au xx e  siècle ». Louis de Broglie, parlant à son endroit de gloire immortelle, a profondément saisi le message de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-planck/#i_24709

PLÜCKER JULIUS (1801-1868)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 606 mots

Mathématicien et physicien allemand né le 16 juin 1801 à Elberfeld (duché de Berg, auj. Allemagne), mort le 22 mai 1868 à Bonn. Julius Plücker fréquente les universités de Heidelberg, Bonn, Berlin et Paris. En 1829, après avoir passé quatre années à donner des conférences sans être rémunéré, il est enfin nommé professeur à l'université de Bonn, où il écrit Analytisch-geometrische Entwicklungen (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-plucker/#i_24709

POINCARÉ HENRI (1854-1912)

  • Écrit par 
  • Gérard BESSON, 
  • Christian HOUZEL, 
  • Michel PATY
  •  • 6 143 mots
  •  • 2 médias

Considéré comme le plus grand mathématicien de son temps, Henri Poincaré est l'un des derniers représentants de cette science à en avoir eu une totale maîtrise dans l'ensemble des domaines, y compris dans ses applications en astronomie et en physique. Il y a apporté des contributions essentielles, ouvrant plusieurs champs nouveaux, insoupçonnés jusqu'alors, à partir de problèmes qu'il choisissait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-poincare/#i_24709

POISSON SIMÉON DENIS (1781-1840)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 381 mots

Mathématicien français dont les travaux portent sur les intégrales définies, la théorie électromagnétique et le calcul des probabilités. Siméon Denis Poisson est né à Pithiviers ; sa famille le força à faire des études de médecine qu'il abandonna, en 1798, pour aller étudier les mathématiques à l'École polytechnique, où il fut l'élève de P. Laplace et J. Lagrange, qui devinrent l'un et l'autre ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simeon-denis-poisson/#i_24709

PONCELET JEAN VICTOR (1788-1867)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 404 mots

Militaire et mathématicien français né à Metz et mort à Paris. Après avoir été l'élève de Gaspard Monge à l'École polytechnique, Jean Victor Poncelet commença une carrière militaire. Lieutenant du génie, il prit part à la campagne de Russie, où il fut fait prisonnier et relégué à Saratov sur la Volga. Durant son emprisonnement, privé de tout ouvrage scientifique et réduit à ses souvenirs des cours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-victor-poncelet/#i_24709

POPOV ALEKSANDR STEPANOVITCH (1859-1906)

  • Écrit par 
  • Reginald Leslie SMITH-ROSE
  • , Universalis
  •  • 636 mots

Physicien et ingénieur russe, né le 4 (16 dans le calendrier grégorien) mars 1859 à Tourinskie Roudniki (auj. Krasnotourinsk), près de Perm (Russie), mort le 31 décembre 1905 (13 janvier 1906 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg. Fils d'un prêtre orthodoxe, Aleksandr Stepanovich Popov commence son éducation au séminaire et pense entrer dans les ordres. Mais, attiré par les mathématiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aleksandr-stepanovitch-popov/#i_24709

POUCHET FÉLIX-ARCHIMÈDE (1800-1872)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 517 mots

Fils de Luis Ezechias Pouchet, révolutionnaire militant et réformateur local des prisons en y introduisant le travail, Félix-Archimède Pouchet mérite mieux que sa réputation d'avoir défendu contre Pasteur la théorie de la génération spontanée des êtres vivants à partir de la matière inorganique. Formé à la médecine à Paris auprès de Broussais et de Laennec il suit les cours du Muséum d'histoire n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-archimede-pouchet/#i_24709

POWELL JOHN WESLEY (1834-1902)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 362 mots

Géologue et ethnologue américain, né le 24 mars 1834 à Mount Morris (État de New York), mort le 23 septembre 1902 à Haven (Maine). Après avoir combattu comme volontaire au front durant la guerre de Sécession où il perdit son bras droit, John Wesley Powell devient professeur de géologie à l'université Wesleyan en Illinois. Chargé de cours au Normal College, dans le même État, en 1867, il lance une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-wesley-powell/#i_24709

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La résolution des énigmes »  : […] Épigenèse et préformation s’opposent et se combattent donc non seulement sur le problème spécifique de la génération, mais aussi sur toutes les questions, scientifiques et épistémologiques, qui lui sont associées. Ni l’une ni l’autre ne constitue un édifice théorique rigide et compact, s’adaptant aux découvertes et interagissant enfin avec les nouveautés scientifiques des Lumières. La guerre entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preformation-et-epigenese/#i_24709

PREMIÈRE DÉTERMINATION DE LA DISTANCE D'UNE ÉTOILE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 338 mots

Bien que l'on soit depuis longtemps convaincu que les étoiles sont très éloignées, toutes les tentatives pour évaluer leur distance vont demeurer vaines jusqu'au début du xix e  siècle. Le principe de cette mesure est pourtant simple : si l'on parvient à observer, au cours d'une année, le déplacement apparent d'une étoile proche par rapport à des étoiles supposées plus lointaines, déplacement qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-determination-de-la-distance-d-une-etoile/#i_24709

PREMIER RÉSEAU MÉTÉOROLOGIQUE FRANÇAIS

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 210 mots

C'est une tempête en mer Noire le 14 novembre 1854, pendant la guerre de Crimée, qui fit prendre conscience aux autorités françaises de l'importance de la prévision météorologique. Cette tempête détruisit une grande partie de la flotte française ainsi que trente-huit navires de commerce et causa la mort de 400 marins. Le ministre de la Guerre, le maréchal Vaillant, demanda alors à Urbain Le Verrie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premier-reseau-meteorologique-francais/#i_24709

PRINCIPE DE L'ISOSTASIE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 293 mots

Le géologue américain Clarence Edward Dutton (1841-1912) publie en 1889 un article intitulé On Some of Greater Problems of Physical Geology ( Sur certains des plus grands problèmes de géologie physique ). Il y développe notamment la théorie de l'isostasie (il est l'inventeur de ce terme). L'isostasie est définie aujourd'hui comme l'état d'équilibre hydrostatique de la croûte terrestre avec le ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-l-isostasie/#i_24709

PRINCIPLES OF GEOLOGY (C. Lyell)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 257 mots

Le géologue écossais Charles Lyell (1797-1875) est essentiellement connu pour son ouvrage en trois volumes Principles of Geology (1830-1833) qui fut, dès sa parution, un grand succès et qui constitue une belle synthèse des connaissances géologiques de son époque. Il y prône l'uniformitarisme, en lui prêtant néanmoins une omnipotence abusive. Selon cette théorie, les processus géologiques du passé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principles-of-geology/#i_24709

PROUST JOSEPH LOUIS (1754-1826)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 159 mots

Chimiste français né et mort à Angers. Fils de pharmacien, Proust étudie la chimie avec G. F. Rouelle. Diplômé pharmacien, il devient chef pharmacien à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris. Il enseigne la chimie à l'école d'artillerie de Ségovie (Espagne) et au laboratoire royal de Madrid qui était, à l'époque, l'un des laboratoires les mieux équipés. C'est au laboratoire de Madrid, entre 1799 et 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-louis-proust/#i_24709

PURKINJE JAN EVANGELISTA (1787-1869)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 174 mots

Né à Libochovice, en Bohême, en 1787, le physiologiste, Jan Evangelista Purkinje a enseigné à l'université de Prague avant d'accepter la chaire de physiologie et pathologie à Breslau, en Prusse (1823-1850). Il y créa le premier laboratoire de physiologie. C'est là qu'il devait entreprendre ses nombreux travaux d'histologie grâce à l'utilisation du microtome pour effectuer des coupes dans des tiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-evangelista-purkinje/#i_24709

QUANTIFICATION DE L'EFFET DE SERRE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 246 mots

Si la notion d' effet de serre remonte à Joseph Fourier (1827), la première tentative de calculer explicitement comment le climat dépend du dioxyde de carbone (CO 2 ) atmosphérique revient au Suédois Svante Arrhenius (1859-1927) dont le mémoire On the Influence of Carbonic Acid in the Air upon the Temperature of the Ground , présenté le 11 décembre 1895 à l'Académie royale des sciences de Suède, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quantification-de-l-effet-de-serre/#i_24709

QUANTIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude de CALAN
  •  • 5 277 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'état de la physique à la fin du XIXe siècle »  : […] Depuis toujours, l'homme s'efforce de comprendre et de prévoir les phénomènes naturels. À la fin du xix e  siècle, cet effort aboutit, en physique, à des succès impressionnants : presque tous les phénomènes physiques trouvent une explication et peuvent être prédits quantitativement par des lois fondamentales simples ; les diverses branches de la physique sont extraordinairement unifiées. À l'aube […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-quantique/#i_24709

RADIOLOGIE : ANTOINE BÉCLÈRE

  • Écrit par 
  • Guy PALLARDY
  •  • 216 mots
  •  • 1 média

Wilhelm Röntgen, physicien de Würtzburg (Allemagne), publie le 28 décembre 1895 sa découverte des rayons X. Deux médecins parisiens, Toussaint Barthélemy et Paul Oudin, réussissent les premières radiographies françaises, présentées à l'Académie des sciences le 20 janvier 1896. Aux séances de radioscopie qu'ils organisent pour en démontrer l'utilité, leur camarade d'internat Antoine Béclère (1856-1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radiologie-antoine-beclere/#i_24709

RANKINE WILLIAM JOHN MACQUORN (1820-1872)

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 143 mots

Ingénieur et physicien écossais né à Édimbourg et mort à Glasgow, William J. M. Rankine commence ses recherches par l'étude de la fatigue des métaux et son application aux essieux des locomotives (1843). S'intéressant ensuite aux propriétés thermodynamiques de la vapeur d'eau, il propose le cycle qui porte son nom et qui décrit les variations d'état de la vapeur dans une machine thermique. Ce cycl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-john-macquorn-rankine/#i_24709

RAOULT FRANÇOIS MARIE (1830-1901)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 300 mots

Chimiste et physicien français né à Fournes-en-Weppes, dans le Nord, et mort à Grenoble. Après avoir occupé plusieurs postes d'enseignement et été nommé professeur de chimie au lycée de Sens, François Marie Raoult fut chargé de cours à l'université de Grenoble (1867) ; en 1870, il accéda à la chaire de chimie de cette même université, poste qu'il conserva jusqu'à sa mort. Ayant soutenu sa thèse de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-marie-raoult/#i_24709

RAYLEIGH JOHN WILLIAM STRUTT lord (1842-1919)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 675 mots
  •  • 1 média

Physicien britannique, né le 12 novembre 1842 à Langford Grove (Essex). John William Strutt entra en 1861 au Trinity College de Cambridge et en sortit, brillamment diplômé, en 1865. En 1873, devenu troisième baron Rayleigh, il fut élu membre de la Royal Society. La mort de Maxwell (1879) laissa libre la chaire de physique expérimentale de l'université de Cambridge ; Rayleigh en accepta la successi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-william-rayleigh/#i_24709

RECHERCHES ARITHMÉTIQUES (C. F. Gauss)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 190 mots

Les Recherches arithmétiques ( Disquisitiones arithmeticae ) que Carl Friedrich Gauss (1777-1855) publie à Brunswick en 1801 marquent un progrès fondamental en théorie des nombres. Les quatre premières sections sont consacrées aux congruences et, selon la Préface même de l'auteur, contiennent peu de résultats originaux ; ils sont cependant le fruit des recherches propres de Gauss qui entreprit ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-arithmetiques/#i_24709

RECHERCHES SUR DES HYBRIDES VÉGÉTAUX (G. Mendel)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Au cours de deux conférences successives devant la Société des sciences naturelles de Brünn (selon l’appellation autrichienne, Brno en République tchèque), les 8 février et 8 mars 1865, Gregor Mendel rapporte les résultats qu’il a obtenus sur l’hybridation des végétaux et sur la manière dont les caractères des parents se répartissent dans la descendance. Ces travaux furent publiés en allemand l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-sur-des-hybrides-vegetaux/#i_24709

RECHERCHES SUR LES OSSEMENTS FOSSILES DE QUADRUPÈDES (G. Cuvier)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Avec la publication, en 1812, de Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l'on rétablit les caractères de plusieurs espèces d'animaux que les révolutions du globe paraissent avoir détruites , Georges Cuvier (1769-1832) établit les principes de la paléontologie, étude scientifique des fossiles. Dès 1796, il entreprend d'étudier les vertébrés fossiles – dont la signification était res […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-sur-les-ossements-fossiles-de-quadrupedes/#i_24709

RÉFLEXIONS SUR LA PUISSANCE MOTRICE DU FEU (S. Carnot)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 121 mots

Sadi Carnot (1796-1832) publie en 1824 ses Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance  ; le principe, dit de Carnot, qu'il y énonce constitue le deuxième principe de la thermodynamique. Le rendement maximal d'un moteur thermique apparaît comme dépendant uniquement des températures des sources et non pas de la nature de l'agent. Quasi ignorée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-la-puissance-motrice-du-feu/#i_24709

REGNAULT VICTOR (1810-1878)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 451 mots

Physicien et chimiste français, né le 21 juillet 1810 à Aix-la-Chapelle, Victor Regnault était issu d'une famille pauvre et dut commencer à travailler comme assistant d'un drapier. Admis en 1830 à l'École polytechnique, il fit un séjour à Giessen (Allemagne) où il travailla sous la direction du grand chimiste allemand Justus von Liebig qui y avait fondé le premier laboratoire-école d'Europe. De re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-regnault/#i_24709

RELATIVITÉ - Relativité restreinte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] La remarquable synthèse de l'électromagnétisme opérée à la fin du xix e  siècle, en particulier par Michael Faraday et James Clerk Maxwell, semblait imposer l'existence d'un « éther luminifère », hypothétique substance dans laquelle se propageraient les ondes lumineuses. Conçue pour détecter le mouvement de la Terre par rapport à cet éther, l'expérience (1887) des deux physiciens américains Alber […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-restreinte/#i_24709

REMAK ROBERT (1815-1865)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Embryologiste et neurologue prussien, né le 26 juillet 1815 à Posen, en Prusse (auj. Poznañ, Pologne), mort le 29 août 1865 à Bad Kissingen, en Bavière (Allemagne). Robert Remak fait ses études à l'université de Berlin sous la direction de l'éminent physiologiste Johannes Müller. Il obtient son doctorat en médecine en 1838 et découvre, dans le cadre de sa thèse sur la structure fine du tissu nerv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-remak/#i_24709

RESPIRATION CELLULAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 976 mots

1783 A. Lavoisier (1743-1794) compare la respiration d'un cobaye à la combustion d'une bougie. Il conclut que la chaleur animale résulte de la combustion combinant l'oxygène de l'air avec les aliments carbonés transportés par le sang. Comme la matière charbonneuse de la bougie, les aliments, en brûlant dans les poumons, donnent le gaz carbonique exhalé par la respiration. 1842 R. Mayer (1814-187 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiration-cellulaire-reperes-chronologiques/#i_24709

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le mouvement des idées »  : […] La Restauration fut une période d'intense activité intellectuelle. En 1825, l'édition française publie entre 13 et 14 millions de volumes, dans un pays où pourtant les trois quarts de la population sont illettrés. Les titres des journaux et périodiques, durables ou éphémères, catalogués, sont au nombre de 2 278. La censure ne frappait pas, en principe, les périodiques littéraires et il n'y a d'aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_24709

HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX SANS VERTÈBRES (J.-B. de Monet de Lamarck)

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 1 392 mots
  •  • 1 média

En 1815 paraissait le premier des sept volumes d’une des œuvres majeures du zoologiste français Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck (1744-1829) : l’ Histoire naturelle des animaux sans vertèbres . Celle-ci constitue la première synthèse de grande ampleur concernant le vaste monde des animaux dépourvus de colonne vertébrale, et que Lamarck , l’un des premiers, nommait « inv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-des-animaux-sans-vertebres/#i_24709

RICCI-CURBASTRO GREGORIO (1853-1925)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 292 mots

Mathématicien italien, né à Lugo (région de Ravenne) et mort à Bologne, créateur du calcul tensoriel (ainsi dénommé par A. Einstein en 1916). Ce « calcul » s'est révélé un outil fondamental dans cette fusion de l'analyse, de la géométrie et de la physique théorique qui caractérise le xx e  siècle. Comme l'a dit Albert Einstein, les équations de la gravitation en relativité générale constituent un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregorio-ricci-curbastro/#i_24709

RICHET CHARLES (1850-1935)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 747 mots
  •  • 1 média

Physiologiste français, apôtre du pacifisme et l'un des pionniers de l'aviation. Fils d'un chirurgien célèbre, interne en médecine en 1872, Charles Richet travaille dans le laboratoire de Berthelot et dans celui de Marey au Collège de France avant d'entrer dans celui de Vulpian. Agrégé de physiologie (1878) et docteur ès sciences, il obtient, en 1887, la chaire de physiologie à la faculté de méde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-richet/#i_24709

RIEMANN BERNHARD (1826-1866)

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 3 068 mots

Après la mort de Georg Friedrich Bernhard Riemann, son œuvre fut publiée en un seul volume, y compris les fragments posthumes, et cette brièveté ne tient pas seulement à la fin précoce du mathématicien : d'une part, ses démonstrations sont très intuitives, souvent incomplètes, sinon absentes ; d'autre part, il publiait, à de longs intervalles, des mémoires patiemment mûris. La nouveauté des notio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernhard-riemann/#i_24709

RÖNTGEN WILHELM CONRAD (1845-1923)

  • Écrit par 
  • Bernard CAGNAC
  •  • 356 mots
  •  • 2 médias

Physicien allemand, Wilhelm C. Röntgen reçut le premier prix Nobel de physique en 1901 pour sa découverte des rayons X en 1895. Röntgen est né le 27 mars 1845 à Lennep, en Rhénanie (Allemagne) et mort le 10 février 1923 à Munich. Son père était commerçant en textiles. Cependant, il vécut la plus grande partie de son enfance aux Pays-Bas, pays natal de sa mère. Il fit ses études au Polytechnicum de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-conrad-rontgen/#i_24709

ROSENBUSCH KARL HEINRICH FERDINAND dit HARRY (1836-1914)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 122 mots

Géologue allemand. Rosenbusch étudia la philosophie à Göttingen puis les sciences à Fribourg-en-Brisgau et à Heidelberg. Il obtint son doctorat, en 1868, avec une thèse sur la néphélinite de Katzenbuckel. Successivement professeur de pétrographie à Strasbourg en 1873 et de minéralogie à Heidelberg en 1878, il devient finalement directeur de l'Institut minéralogique d'Oslo. Son mérite est d'avoir j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosenbusch-karl-heinrich-ferdinand-dit-harry/#i_24709

ROUX ÉMILE (1853-1933)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 567 mots

Après avoir étudié la médecine à Clermont-Ferrand et à Paris et tenu un poste d'aide de clinique à l'Hôtel-Dieu, Émile Roux s'initie à la pratique médicale auprès des malades, et à la chimie biologique dans le laboratoire de l'hôpital. Collaborateur de Pasteur, le chimiste Émile Duclaux fait appel à Roux comme clinicien pour l'étude des maladies virulentes menée à l'École normale. Bientôt conquis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-roux/#i_24709

ROUX WILHELM (1850-1924)

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 356 mots

Zoologiste allemand qui, en s'efforçant de découvrir comment la structure et les fonctions des organes et des tissus se trouvaient déterminées dès la fécondation de la cellule-œuf, devint un fondateur de l'embryologie expérimentale. Élève du biologiste Ernst Haeckel, Roux étudia les sciences à Iéna, à Berlin et à Strasbourg. Il fut assistant à l'Institut d'hygiène de Leipzig (1879-1886) et profess […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-roux/#i_24709

RUBAN DE MÖBIUS (topologie)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 184 mots
  •  • 1 média

Dans un mémoire, présenté à l'Académie des sciences mais qui ne fut découvert qu'après sa mort, August Ferdinand Möbius (1790-1868) discute les propriétés de surfaces unilatères, c'est-à-dire n'ayant qu'une seule face et une seule frontière. Il cite en particulier le paradoxal ruban qui porte son nom et qu'il a étudié en 1858 alors qu'il répondait à une question posée par l'Académie sur la géométr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruban-de-mobius/#i_24709

RUFFINI PAOLO (1765-1822)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 408 mots

Mathématicien et médecin italien né le 22 septembre 1765 à Valentano, près de Viterbe, mort le 9 mai 1822 à Modène. Adolescent, Paolo Ruffini déménage à Reggio, près de Modène. Il entre à l'université de Modène en 1783 et, alors qu'il est encore étudiant, donne un cours sur les bases de l'analyse pendant l'année 1787-1788. Diplômé en philosophie, en médecine et mathématiques en 1788, Ruffini y obt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paolo-ruffini/#i_24709

RYDBERG JOHANNES ROBERT (1854-1919)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 198 mots

Physicien suédois né à Halmstad et mort à Lund. Johannes R. Rydberg effectue ses études à l'université de Lund, où il sera nommé professeur en 1901. Lauréat de mathématiques (1879), Rydberg s'oriente vers la physique et plus particulièrement vers l'étude des spectres optiques des éléments. En 1889, alors maître de conférences à Lund, examinant les raies spectrales des métaux alcalins et alcalino-t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-robert-rydberg/#i_24709

SACHS JULIUS VON (1832-1897)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 202 mots

Botaniste allemand. Né à Breslau dans une famille pauvre, Julius von Sachs suit l'enseignement de Jan Evangelista Purkinje (1787-1869) en physiologie à l'université de Prague où il obtient en 1856 son doctorat. Il devient en 1868 professeur de botanique à l'université de Würzbourg, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort en 1897. Sachs a étudié les modalités de la croissance des plantes en fonction d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-von-sachs/#i_24709

SAINTE-CLAIRE DEVILLE HENRI (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 271 mots

Chimiste français né à l'île Saint-Thomas (Antilles) et mort à Boulogne-sur-Seine. Fils d'un consul de France, Henri Étienne Sainte-Claire Deville obtient, en 1844, deux doctorats, en médecine et en sciences ; il est alors chargé de l'organisation de la nouvelle faculté des sciences de Besançon (1844), où il est aussi professeur de chimie puis doyen (1845-1851). En 1851, il succède à A. J. Balard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-sainte-claire-deville/#i_24709

SAUSSURE NICOLAS THÉODORE DE (1767-1845)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 429 mots

Chimiste et physiologiste suisse, d'origine française, qui appliqua le premier la méthode expérimentale à l'étude de la respiration et de la nutrition végétale. Nicolas de Saussure accompagne très jeune son père, Horace Bénédict de Saussure, dans ses voyages et participe à ses travaux. Nommé professeur de minéralogie et de zoologie à Genève en 1802, il s'occupe peu de l'enseignement pour se consac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-theodore-de-saussure/#i_24709

SAVART FÉLIX (1791-1841)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 175 mots

Physicien français né à Mézières et mort à Paris. Alors qu'il était chirurgien militaire, Félix Savart traduit le De arte medica du médecin romain du ~ i er siècle, Celse, puis, abandonnant la médecine, il se consacre exclusivement à l'acoustique. En 1819, Savart se rend à Paris, où son mémoire sur les instruments à cordes est présenté à l'Académie par Biot. Par la suite, il publie plusieurs tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-savart/#i_24709

SCHIAPARELLI GIOVANNI (1835-1910)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 297 mots

Astronome et sénateur du royaume d'Italie, attaché, de 1857 à 1860, aux observatoires de Berlin et de Pulkovo (Russie), Schiaparelli succède, en 1862, à Francesco Carlini comme directeur de l'observatoire milanais de Brera. Il découvre en 1861 l'astéroïde Hespérie. En 1866, il montre la relation qui existe entre les essaims météoriques et les orbites des comètes, identifiant l'orbite des Perséides […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-schiaparelli/#i_24709

SCHIMPER WILHELM PHILIPP (1808-1880)

  • Écrit par 
  • Monique DESHAIRES
  •  • 204 mots

Né à Dossenheim (Bas-Rhin), Wilhelm Philipp Schimper étudia d'abord la théologie protestante, puis se tourna vers les sciences naturelles. Nommé auxiliaire au musée d'Histoire naturelle de Strasbourg, en 1835, conservateur en 1838 et directeur en 1839, il opta pour la nationalité allemande et fut professeur de géologie et de minéralogie à l'université de Strasbourg. À la suite d'une thèse de docto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-philipp-schimper/#i_24709

SCHÖNFLIES ARTHUR MORITZ (1853-1928)

  • Écrit par 
  • Zdenek JOHAN
  •  • 431 mots

Mathématicien et cristallographe allemand, né le 17 avril 1853 à Landsberg an der Warthe (aujourd'hui Gorzow en Pologne). Après avoir étudié les mathématiques à l'université de Berlin de 1870 à 1875, Arthur Schönflies, élève de Kummer, obtient en 1877 le grade de docteur en philosophie. Il enseigne comme professeur de lycée tout d'abord à Berlin, et pendant les années 1880-1884 au lycée de Colmar. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-moritz-schonflies/#i_24709

SCHWANN THEODOR (1810-1882)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 350 mots

Physiologiste allemand qu'on peut considérer comme l'un des fondateurs de l'histologie moderne. On lui doit en effet la définition de la cellule comme unité de base du vivant, tant végétal qu'animal. Après avoir étudié la médecine à Berlin, il assiste le physiologiste Johannes Peter Müller (1834-1838). En 1836, alors qu'il étudie les processus digestifs, Schwann isole une substance responsable d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-schwann/#i_24709

SÉGUIN EDOUARD (1812-1880)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 307 mots

Psychiatre américain d'origine française, pionnier en matière d'éducation d'enfants attardés mentaux. Né le 28 janvier 1812 à Clamecy (Yonne), dans une famille de médecins, Séguin fit ses études au collège à Auxerre puis au lycée Saint-Louis à Paris, avant d'étudier la médecine et la chirurgie. Très tôt, il s'intéressa aux maladies mentales et, jeune médecin, il assistait les psychothérapeutes Jea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-seguin/#i_24709

SEMMELWEIS IGNÁC FÜLÖP (1818-1865)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 785 mots
  •  • 1 média

Médecin hongrois connu pour avoir défini les premières règles d’hygiène hospitalière, en particulier le lavage des mains, permettant de réduire considérablement la mortalité par fièvre puerpérale dans les maternités, Semmelweis est également connu pour avoir échoué à faire appliquer cette pratique en dehors de son propre service hospitalier, par ses attitudes caractérielles qui ont provoqué le re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignac-fulop-semmelweis/#i_24709

SEXUALITÉ DES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 284 mots

Rudolph Jacob Camerarius avait démontré dans De Sexu plantarum epistola , publiée en 1694, que les étamines et le pistil étaient les organes sexuels mâles et femelles des plantes à fleurs. Pourtant, le rôle exact de ces structures, et notamment du pollen, ne fut pas élucidé pendant un siècle et demi. Il revenait à un botaniste de vocation, quoique sans formation universitaire, l'Allemand Wilhelm F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-des-vegetaux/#i_24709

SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 280 mots

Le 17 mars 1830 est fondée la Société géologique de France (S.G.F.), qui a pour objet « de concourir à l'avancement de la géologie en général et particulièrement de faire connaître le sol de la France tant en lui-même que dans ses rapports avec les arts industriels et l'agriculture ». Les instigateurs en sont Ami Boué et Constant Prévost, tous deux membres de la Société d'histoire naturelle de Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-geologique-de-france/#i_24709

SORBY HENRY CLIFTON (1826-1908)

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 260 mots

Géologue anglais, né à Woodbourne et mort à Sheffield, qui, par ses études sur les roches en lames minces, a mérité le nom de père de la pétrographie microscopique. Les premières recherches de Henry Clifton Sorby concernent l'agriculture, et, en 1847, il publie un article sur l'utilisation du soufre et du phosphore dans les engrais. Puis, il s'intéresse à la géologie, et son premier article sur l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-clifton-sorby/#i_24709

STEFAN JOSEF (1835-1893)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 225 mots

Physicien autrichien né à Sankt Peter près de Klagenfurt et mort à Vienne. Les travaux originaux de Josef Stefan, intéressant des domaines importants de la physique, comprennent la théorie cinétique des gaz, l'hydrodynamique et surtout la théorie du rayonnement. Après des études à l'université de Vienne où il obtient son doctorat en 1858, nommé Privatdozent de physique mathématique, il devient pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-stefan/#i_24709

STEINER JAKOB (1796-1863)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 479 mots

Mathématicien suisse né à Utzenstorf et mort à Berne. Jakob Steiner est un des créateurs de la géométrie synthétique moderne, appelée aussi géométrie projective, branche de la géométrie étudiant les propriétés qui sont conservées quand une figure est projetée sur un plan. Étant enfant, il n'eut pas de formation scolaire et n'apprit à lire et à écrire qu'à l'âge de quatorze ans. Contre le désir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-steiner/#i_24709

STIELTJES THOMAS-JEAN (1856-1894)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 497 mots

Mathématicien né le 29 décembre 1856 à Zwolle (Pays-Bas), mort le 31 décembre 1894 à Toulouse. Sentant une profonde vocation pour les travaux théoriques, Thomas Stieltjes fit le tour de toute l'analyse de son époque. Sa méthode de recherche s'apparentait à celle de Gauss : découvrir les lois générales à travers les particularités de l'exemple. Fils d'ingénieur, Stieltjes fit ses études à l'École p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-jean-stieltjes/#i_24709

STOKES sir GEORGE GABRIEL (1819-1903)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 330 mots
  •  • 1 média

Physicien et mathématicien britannique né à Skreen et mort à Cambridge. Nommé professeur de mathématiques à l'université de Cambridge en 1849, George Gabriel Stokes fut élu en 1851 à la Royal Society, où il assura pendant trente ans les fonctions de secrétaire, avant d'en devenir président. Isaac Newton est le seul à avoir cumulé ces fonctions avant lui. Stokes est célèbre pour ses travaux sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stokes-sir-george-gabriel/#i_24709

STRUVE FRIEDRICH GEORG WILHELM (1793-1864)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 333 mots

L'astronome Friedrich Georg Wilhelm Struve naît le 15 avril 1793, à Altona, dans le Holstein (alors au Danemark, aujourd'hui en Allemagne). Pour éviter d'être enrôlé dans les armées napoléoniennes, il quitte le Holstein en 1808 et gagne la Russie. En 1813, il devient professeur d'astronomie et de mathématiques à l'université de Dorpat, en Russie (auj. Tartu, en Estonie) ; quatre ans plus tard, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-georg-wilhelm-struve/#i_24709

SUESS EDUARD (1831-1914)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 230 mots
  •  • 1 média

Géologue autrichien. Professeur de géologie à l'université de Vienne jusqu'en 1901, Eduard Suess a laissé de nombreuses notes sur l'anatomie et la classification des brachiopodes et des ammonites, entre autres travaux paléontologiques. En 1857, il publie un petit traité sur la formation de la chaîne alpine où il expose sa théorie sur la formation des chaînes de montagnes. Il dénigre le rôle essent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-suess/#i_24709

SWAN JOSEPH WILSON (1828-1914)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 387 mots
  •  • 1 média

Physicien et chimiste britannique qui fit des découvertes importantes dans les domaines de l'électricité et de la photographie. Né le 31 octobre 1828 à Sunderland, Joseph Wilson Swan débute comme apprenti dans une pharmacie du Sunderland, avant de codiriger une fabrique de produits chimiques à Newcastle-upon-Tyne. Dès 1850, il travaille à la réalisation d'une ampoule lumineuse à partir de filamen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-wilson-swan/#i_24709

SYLVESTER JAMES JOSEPH (1814-1897)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 412 mots

Mathématicien anglais, né et mort à Londres, qui a créé avec Arthur Cayley la théorie des invariants algébriques. En 1838, James Joseph Sylvester devint professeur de philosophie naturelle au collège de l'université de Londres. En 1841, il accepta la chaire de mathématiques de l'université de Virginie (Charlottesville), mais donna sa démission au bout de trois mois. Quatre ans plus tard, il revint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-joseph-sylvester/#i_24709

SYNTHÈSE DE L'URÉE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 192 mots

En 1828, le jeune chimiste allemand Friedrich Wöhler (1800-1882) réussit à obtenir de l'urée, une molécule « organique », terme qui, à l'époque, définissait une molécule produite par le monde vivant (ici, le monde animal). Pour cela, il utilise un composé minéral, le cyanate de plomb, de l'ammoniac et de l'eau : Pb(OCN) 2 [cyanate de plomb] + 2H 2 O [eau] + 2NH 3 [ammoniac] → 2H 2 N-CO-NH 2 [ur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synthese-de-l-uree/#i_24709

SYSTÈME INTERNATIONAL D'UNITÉS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Céline FELLAG ARIOUET
  •  • 719 mots

1795 La loi du 18 germinal an III – 7 avril 1795 – institue le système métrique en France. 1799 Deux prototypes en platine, fixant la longueur du mètre et le poids du kilogramme, sont déposés le 22 juin aux Archives nationales de France. 1832 Carl Friedrich Gauss introduit un système d’unités « absolues » fondé sur le millimètre, le milligramme et la seconde. 1874 La British Association for th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-international-d-unites-reperes-chronologiques/#i_24709

TCHEBYCHEV PAFNOUTIÏ LVOVITCH (1821-1894)

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 1 319 mots
  •  • 1 média

De grands mathématiciens se sont illustrés en concevant de vastes synthèses insérant dans une même théorie un faisceau de faits connus et en ouvrant de larges avenues à la recherche (New ton, Leibniz, Grassmann, Galois...). D'autres se sont acharnés sur de difficiles problèmes spéciaux, laissant à la postérité le soin de dégager les idées générales et les méthodes que dissimulent leurs découvertes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pafnoutii-lvovitch-tchebychev/#i_24709

TEISSERENC DE BORT LÉON (1855-1913)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 647 mots

Léon Teisserenc de Bort est un météorologue français, né à Paris le 5 novembre 1855 et mort à Cannes le 2 janvier 1913. Son nom reste dans l'histoire de la météorologie grâce à ses travaux sur la haute atmosphère, la stratosphère. Cependant, ses études sur les variations physiques et dynamiques de la basse atmosphère ont été déterminantes car il avait compris que leur compréhension était la base […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-teisserenc-de-bort/#i_24709

ALGÈBRE THÉORÈME FONDAMENTAL DE L' ou THÉORÈME DE D'ALEMBERT

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 353 mots

Jean Robert Argand, comptable à Paris, était un mathématicien amateur qui avait gagné une solide réputation scientifique en publiant en 1806 (à ses frais et sans que son nom apparaisse sur la couverture) un petit livre où il développait une représentation géométrique des nombres complexes. Huit ans plus tard, il en tire une preuve remarquable de simplicité (mais néanmoins entachée de quelques im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algebre-theoreme-de-d-alembert/#i_24709

THÉORIE ANALYTIQUE DE LA CHALEUR (J. Fourier)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 194 mots

Les travaux de Joseph Fourier (1768-1830) sur la propagation de la chaleur, entrepris dès 1804 alors qu'il occupait le poste de préfet de l'Isère, présentés en 1811 dans un mémoire à l'Académie des sciences et rassemblés en 1822 dans le livre Théorie analytique de la chaleur , ont joué un rôle fondamental dans le développement de l'analyse mathématique. Fourier insistait sur le fait que « les équa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-analytique-de-la-chaleur/#i_24709

THÉORIE ANALYTIQUE DES PROBABILITÉS (P. S. de Laplace)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL, 
  • Universalis
  •  • 359 mots

La Théorie analytique des probabilités , commencé en 1795, publié en 1812 et réédité deux fois du vivant de l'auteur, Pierre Simon de Laplace (1749-1827), représente la pierre angulaire de l'œuvre de celui-ci. Ce traité répond parfaitement à son titre. Il définit de manière précise la probabilité en considérant d'abord, pour un événement simple, le rapport des cas favorables aux cas possibles et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-analytique-des-probabilites/#i_24709

CELLULAIRE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 248 mots

Les Recherches microscopiques sur la conformité de structure et de croissance des animaux et des plantes ( Mikroskopische Untersuchungen über die Übereinstimmung in der Struktur und dem Wachstum der Tiere und Pflanzen ) publiées en 1839 par Theodor Schwann (1810-1882) constituent l'acte de naissance de la théorie cellulaire. Le physiologiste allemand montre que la cellule est la structure élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-cellulaire/#i_24709

PLASMA GERMINATIF THÉORIE DU

  • Écrit par 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 329 mots

La théorie du plasma germinatif, élaborée expérimentalement, indépendamment, par les biologistes allemands August Weismann (1883) et Wilhelm Roux (1888), a été formalisée dans l'ouvrage de Weismann publié en 1892 et intitulé Das Keimplasma. Eine Theorie der Vererbung (traduit en anglais en 1915, Germ Plasm : a Theory of Heredity ). C'est une théorie du développement embryonnaire qui postule que, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-du-plasma-germinatif/#i_24709

THÉORIE ÉLECTRIQUE DES COMBINAISONS CHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 420 mots

L'invention par Alessandro Volta (1745-1827) de la pile électrique (1800) féconda la chimie. Humphry Davy (1778-1829) la mit à profit pour découvrir et isoler de nouveaux éléments, sodium, potassium, calcium et magnésium. Jöns Jacob Berzelius (1779-1848), professeur de chimie à l'Institut Karolinska (1807), membre de l'Académie suédoise des sciences (1808), correspondant assidu de Davy, suivit pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-electrique-des-combinaisons-chimiques/#i_24709

THERMODYNAMIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 6 108 mots

Dans le chapitre «  La formulation du problème »  : […] Les propriétés et l'évolution d'un objet macroscopique découlent directement et uniquement des propriétés et de l'évolution de ses constituants microscopiques. Or la mécanique microscopique s'appuie sur les concepts de force et d'énergie, de vitesse et d'accélération. D'où pourraient émerger, dans un cadre aussi strict, les notions de température et de chaleur ? À l'inverse, comment un corps macro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-notions-de-base/#i_24709

THOMPSON sir BENJAMIN comte de Rumford (1753-1814)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 441 mots

Physicien britannique, né le 26 mars 1753 à Woburn (Massachusetts), mort le 21 août 1814 à Auteuil (France). Sujet britannique né dans l’une des treize colonies américaines, Benjamin Thompson épouse en 1772 une veuve fortunée, Sarah Walker, et s’installe à Rumford (auj. Concord), dans le New Hampshire. Fidèle à la Couronne britannique, il devient espion lorsque la révolution américaine éclate, mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thompson-sir-benjamin-comte-de-rumford/#i_24709

THOMSON sir JOSEPH JOHN (1856-1940)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 454 mots
  •  • 1 média

Né à Cheetham Hill, dans la banlieue de Manchester, le 18 décembre 1856, John Joseph Thomson entra au Trinity College de Cambridge en 1876 et y fit toute sa carrière. En 1884, il succéda à lord Rayleigh à la prestigieuse chaire Cavendish de physique expérimentale. Marié en 1890, il eut deux enfants dont George Paget Thomson, Prix Nobel de physique en 1937 pour ses travaux sur la diffraction des él […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomson-sir-joseph-john/#i_24709

TIMIRIAZEV KLIMENT ARKADIEVITCH (1843-1920)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 429 mots

Biologiste et physiologiste russe né à Saint-Pétersbourg, Timiriazev entre en 1861 à la Faculté de droit de cette ville, puis s'oriente vers la physique, les mathématiques et les sciences naturelles. Ses premières publications socio-politiques, Garibaldi à Caprera (1862) et La Faim dans le Lancashire (1863), précèdent ses nombreux travaux sur l'origine des espèces dans lesquels il adopte et répa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kliment-arkadievitch-timiriazev/#i_24709

TRAITÉ DE CALCUL DIFFERENTIEL ET DE CALCUL INTÉGRAL

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 371 mots

Le mathématicien français Joseph Bertrand, après avoir été un étudiant très précoce – il a soutenu sa thèse à l'âge de dix-sept ans – et publié de nombreux travaux en théorie des nombres et en théorie des groupes, est devenu en 1862 professeur d'analyse au Collège de France. Il rédige de nombreux livres destinés à des lycéens puis s'engage dans la rédaction d'un cours en trois volumes, le Traité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-calcul-differentiel-et-de-calcul-integral/#i_24709

UNIFICATION DE L'ÉLECTRICITÉ ET DU MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 170 mots
  •  • 1 média

Dans une expérience devenue historique, le Danois Hans Christian Œrsted (1777-1851) démontre en 1820 les rapports entre l'électricité et le magnétisme. Il « tend une portion rectiligne d'un fil parcouru par un courant au-dessus d'une aiguille aimantée » et observe que l'aiguille « quitte sa position »... Publié le 21 juillet en latin à Copenhague, ce résultat est immédiatement apprécié des physici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unification-de-l-electricite-et-du-magnetisme/#i_24709

URÉTHROSCOPE

  • Écrit par 
  • Alain SÉGAL
  •  • 333 mots

Le 23 novembre 1853 voit la présentation à l'Académie de médecine par Antonin-Jean Desormeaux (1815- 1894) du contenu de son pli cacheté déposé à la fin de l'année 1852, la « Description de l'Uréthroscope ou spéculum uréthral, instrument qui permet d'appliquer la vue au diagnostic et au traitement des affections de l'uréthre ». Notons que, pour la dernière fois, est utilisé encore le terme de spéc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urethroscope/#i_24709

UTILISATION BIOLOGIQUE DE L'AZOTE DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 603 mots

1563 B. Palissy propose que les sels (éléments minéraux) présents dans les plantes proviennent du sol ou des engrais qu'on y apporte afin d'éviter l'épuisement du sol. l804 N. T. de Saussure établit la nécessité d'une alimentation minérale pour la croissance des végétaux. 1838 J. B. Boussingault publie le résultat de recherches entreprises « dans le but d'examiner si les plantes prennent de l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utilisation-biologique-de-l-azote-de-l-air-reperes-chronologiques/#i_24709

VACCINATION ANTI-CHARBONNEUSE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 278 mots
  •  • 1 média

La maladie du charbon était un fléau endémique chez le bétail et les contaminations graves voire mortelles de l'homme étaient fréquentes. L'existence d'un micro-organisme dans le sang des animaux atteints de charbon avait été reconnue vers 1860. Mais le rôle de celui-ci dans la maladie n'était pas établi bien qu'il ait été cultivé par Robert Koch en 1874. Il revint à Charles Chamberland (1851-190 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaccination-anti-charbonneuse/#i_24709

VAN BENEDEN EDOUARD (1846-1910)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 334 mots

Embryologiste et cytologiste belge, né le 5 mars 1846 à Louvain, mort le 28 avril 1910 à Liège. Durant sa jeunesse, Edouard van Beneden travaille avec son père, P. J. van Beneden. Professeur de zoologie à l'université catholique de Louvain, ce dernier est connu pour ses travaux sur les protozoaires, les nématodes et diverses espèces animales. Edouard van Beneden étend ses recherches aux dicyémide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-van-beneden/#i_24709

VAN DER WAALS JOHANNES DIDERIK (1837-1923)

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 566 mots

Physicien néerlandais né à Leyde le 23 novembre 1837 et mort à Amsterdam le 8 mars 1923, Van der Waals fut tout d'abord instituteur avant de devenir, à la suite d'efforts solitaires, professeur dans l'enseignement moyen (1863). Il fréquenta les cours de l'université de Leyde de 1862 à 1865 et enseigna la physique à Deventer et à La Haye (1866). En 1873, il fut reçu docteur par l'université de Leyd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-diderik-van-der-waals/#i_24709

VAUQUELIN NICOLAS LOUIS (1763-1829)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 157 mots

Chimiste français, né et mort à Saint-André-d'Hébertot près de Pont-l'Évêque, qui a découvert les éléments chrome et béryllium (1797). Vauquelin travailla d'abord dans une pharmacie où il fut apprécié par Antoine-François Fourcroy qui fit de lui son assistant (1783-1791). Il commença à publier sous son nom en 1790 ; on lui doit quelque trois cent soixante-seize articles scientifiques. Il enseigna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-louis-vauquelin/#i_24709

VIRCHOW RUDOLF (1821-1902)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 562 mots
  •  • 1 média

Né en Poméranie, Rudolf Virchow vient à Berlin, en 1839, étudier la médecine (la physiologie lui est enseignée par J. Müller). Sa thèse de doctorat soutenue en 1843 ( De rheumate praesertim corneae ), Virchow entre à l'hôpital de la Charité dans le service de Froriep qui le charge des examens chimiques et microscopiques. En 1847, il fonde avec son ami Reinhardt les Archiv für pathologische Anato […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-virchow/#i_24709

VIRCHOW : NOTION DE PATHOLOGIE CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 186 mots
  •  • 1 média

Rudolph Ludwig Carl Virchow (1821-1902), médecin d'origine poméranienne, eut une activité médicale scientifique et politique étonnante et foisonnante, quelque peu masquée par l'ouvrage célèbre Die Cellular-Pathologie qu'il publia en 1858 et qui fonde la pathologie cellulaire. Virchow y énonce d'abord que la cellule est l'élément fondamental de l'organisme, et pose en principe que toute cellule dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virchow-notion-de-pathologie-cellulaire/#i_24709

VIRUS ET VIROLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 458 mots

1883 Louis Pasteur cultive le virus rabique dans le tissu nerveux du lapin. Le terme virus n’a alors pas de sens précis et désigne tout agent pathogène. 1892 Dimitri Ivanovski démontre que, contrairement aux bactéries, un virus peut traverser les filtres de porcelaine poreuse, d’où le nom de virus filtrant. Ce critère permet de distinguer les deux catégories d’organismes. 1902 Walter Reed et James […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-et-virologie-reperes-chronologiques/#i_24709

VITALISME

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 3 757 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La naissance du vitalisme »  : […] Le vitalisme s'est donc affirmé contre le mécanisme cartésien qui était fondé sur le principe d'inertie (inertie de la matière). Or l'inertie (du latin iners , inertis  : inhabile à, sans capacité, sans énergie, inactif) est exactement le contraire du vivant. Au xviii e  siècle, Paul Joseph Barthez (1734-1806) attribue les phénomènes de la vie à un « principe vital », distinct des forces physico- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitalisme/#i_24709

VITAMINES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 191 mots

1897 C. Eijkman prouve que le béri-béri est un syndrome carentiel. 1909 F. G. Hopkins et W. Stepp découvrent la vitamine A (rétinol). 1910 C. Funk isole le facteur antibéribérique et l’appelle vitamine en raison de la présence d’un radical aminé dans cette molécule organique. 1922 E. V. McCollum découvre un facteur antirachitique, la vitamine D. 1922 H. Evans et K. Bishop trouvent la vitamine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines-reperes-chronologiques/#i_24709

VOLTA ALESSANDRO (1745-1827)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 419 mots
  •  • 1 média

Physicien italien connu pour ses travaux fondamentaux sur l'électricité et son invention de la pile électrique, Alessandro Volta est né le 18 février 1745 à Côme. Nommé professeur de physique au lycée de Côme en 1774, il y met au point l'électrophore, première machine électrique à influence, qui lui permet d'accomplir de nombreuses expériences. Il étudie par ailleurs la composition du gaz des mar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alessandro-volta/#i_24709

VOLTERRA VITO (1860-1940)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 225 mots

Mathématicien italien, né à Ancône et mort à Rome, dont les travaux portent sur l'analyse mathématique et ses applications à la mécanique, la physique et la biologie. Vito Volterra fit ses études à Florence, puis à Pise et enseigna successivement à Pise, Turin et, enfin, Rome, où il succéda à E. Beltrami, en 1900. Volterra est le créateur de l'analyse fonctionnelle : sous le nom de fonctions de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vito-volterra/#i_24709

WALLACE ALFRED RUSSEL (1823-1913)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 501 mots
  •  • 1 média

Naturaliste anglais, l'un des fondateurs de la zoogéographie. Wallace accompagne son maître, l'entomologiste H. W. Bates, dans son exploration de l'Amazonie (1848), puis s'en sépare et demeure au Brésil jusqu'en 1852. À son retour en Angleterre, il publie Palm Trees of the Amazon and Their Uses et A Narrative of Travels on the Amazon and Rio Negro (1853). En 1854, il s'embarque pour la Malaisie  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-russel-wallace/#i_24709

WATT JAMES (1736-1819)

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 1 209 mots
  •  • 1 média

James Watt est généralement reconnu comme l’homme qui a fait de la machine à vapeur le véritable moteur de la civilisation industrielle, en apportant à la machine de Thomas Newcomen (appelée alors « pompe à feu ») des perfectionnements fondamentaux. Mais cet ingénieur écossais est un personnage plus complexe que le simple inventeur qu’on voit généralement en lui. Il a construit une carrière origi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-watt/#i_24709

WEBER ERNST HEINRICH (1795-1878)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 184 mots

Anatomiste et physiologiste allemand, dont le nom reste attaché au problème du seuil différentiel, Weber fut professeur à l'Université de Leipzig, de 1818 jusqu'à sa mort. Il publia, en 1851, un ouvrage sur le sens du toucher et la sensibilité générale ( Der Tastsinn und das Gemeingefühl ). Les recherches de Weber, qui fut un expérimentateur très minutieux, ont porté sur la circulation sanguine et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-heinrich-weber/#i_24709

WEBER HEINRICH MARTIN (1842-1913)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 804 mots

Universalité. C'est le mot qui caractérise peut-être le mieux le mathématicien allemand Heinrich Weber. Esprit souple, il était capable de travailler dans des domaines très divers des mathématiques. Mais il concentra surtout ses recherches sur l'analyse et ses applications à la physique mathématique et obtint ses résultats les plus profonds en algèbre et en théorie des nombres. Né le 5 mai 1842 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-martin-weber/#i_24709

WEIERSTRASS KARL THEODOR WILHELM (1815-1897)

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  •  • 2 273 mots

La longue vie de Weierstrass fut entièrement consacrée à l'analyse mathématique et peu de savants exercèrent sur leur science une influence aussi profonde, durable et bienfaisante. D'abord professeur à l'Institut militaire prussien, Weierstrass passera en 1856 à l'université de Berlin, où il donnera régulièrement deux cours par an, hiver et été, jusqu'en 1890. La rédaction de ces cours par quelqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-theodor-wilhelm-weierstrass/#i_24709

WEISMANN AUGUST (1834-1914)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 837 mots
  •  • 1 média

Friedrich Leopold August Weismann, plus connu sous le nom d'August Weismann , fut un médecin allemand à l'origine de la distinction entre le soma (le corps) et le germen (les cellules de la lignée germinale à l'origine des cellules sexuelles). Les cellules germinales sont les seules à transmettre l'identité génétique d'un sujet à sa descendance. Elles sont donc responsables de l'hérédité. Les c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/august-weismann/#i_24709

WEISS PIERRE (1865-1940)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 327 mots

Physicien français, né le 25 mars 1865 à Mulhouse, mort le 24 octobre 1940 à Lyon. Pierre Weiss obtient son diplôme de génie mécanique à l'école polytechnique de Zurich en 1887 puis entre à l'École normale supérieure de Paris en 1888. Il est ensuite nommé maître de conférences à l'université de Rennes en 1895, puis de Lyon en 1899. En 1902, il devient professeur à l'École polytechnique de Zurich, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-weiss/#i_24709

WHEATSTONE sir CHARLES (1802-1875)

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 185 mots
  •  • 1 média

Physicien anglais né à Gloucester et mort à Paris. Wheatstone publie ses premiers travaux en acoustique alors qu'il était employé chez un marchand d'instruments de musique (1823). En 1837, après avoir étudié la vitesse d'un courant électrique dans un conducteur grâce à un système de miroirs tournants, il met au point avec W. F. Cooke un télégraphe électrique. Wheatstone s'occupe aussi d'optique, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wheatstone-sir-charles/#i_24709

WIDAL FERNAND (1862-1929)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 456 mots

Médecin et bactériologiste français, l'un des fondateurs du sérodiagnostic (application du phénomène d'agglutination des microbes au diagnostic de certaines maladies). Interne à vingt-deux ans, puis médecin des Hôpitaux de Paris et professeur agrégé (1895), Widal succède à son maître Dieulafoy à la chaire de pathologie interne (1911). En 1918, élu à l'une des chaires de clinique médicale, il l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-widal/#i_24709

WIEN WILHELM (1864-1928)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 373 mots

Né le 13 janvier 1864 à Fischhausen (Prusse-Orientale, aujourd'hui en Pologne), Wilhelm Wien était le fils d'un propriétaire terrien. Après des études universitaires à Göttingen et à Berlin, il consacra sa thèse (soutenue en 1886) à l'étude expérimentale de la diffraction de la lumière et à l'influence des matériaux sur la couleur de la lumière réfractée, dans le laboratoire de Hermann von Helmhol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-wien/#i_24709

WILSON CHARLES THOMSON REES (1869-1959)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 325 mots

Né le 14 février 1869 à Glencorse, près d'Édimbourg (Écosse), dans une famille de fermiers, Charles Thomson Rees Wilson devint orphelin à l'âge de quatre ans. Il fit ses études à Manchester grâce à la générosité d'un demi-frère qui avait fait fortune à Calcutta. Il se destinait à la médecine. Cependant, admis en 1888 à l'université de Cambridge, il opta pour les sciences physiques. Dès 1895, Wilso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-thomson-rees-wilson/#i_24709

WOLLASTON WILLIAM HYDE (1766-1828)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 459 mots

Savant anglais que ses nombreuses contributions à la chimie et à la physique, sur le plan théorique comme sur celui des applications, placent au premier rang des hommes de science de son temps. Né à East Dereham (Norfolk), William Hyde Wollaston obtient à Cambridge son doctorat en médecine (1793) et pratique durant plusieurs années. Élu membre de la Royal Society en 1793, il en devient plus tard l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-hyde-wollaston/#i_24709

WURTZ CHARLES ADOLPHE (1817-1884)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 210 mots

Chimiste et professeur français, célèbre par ses recherches sur les composés organiques. Après des études de médecine, il enseigna à Giessen (Allemagne), puis à Strasbourg (1843), sa ville natale. En 1845, il devint assistant de Jean-Baptiste Dumas auquel il succédera à l'École de médecine en 1852. En 1875, il sera le premier à occuper la chaire de chimie organique à la Sorbonne. Wurtz se consacra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-adolphe-wurtz/#i_24709

YERSIN ALEXANDRE (1863-1943)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 771 mots
  •  • 1 média

Né à Lavaux, lycéen à Lausanne, Alexandre Yersin fait à Marburg en 1884 sa première année d'études médicales, qu'il préfère poursuivre à Paris. En 1885, il entre à l'Hôtel-Dieu dans le service de Cornil, puis devient en 1887 externe à l'hôpital des Enfants-Malades et soutient en 1888 sa thèse sur le développement du tubercule expérimental, devenu classique sous le nom de « tuberculose type Yersin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-yersin/#i_24709

YOUNG THOMAS (1773-1829)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 488 mots
  •  • 1 média

Médecin et physicien anglais. Il apprend le grec, le latin, l'hébreu, le français, l'italien, le persan et l'arabe. Il rédige une analyse des systèmes philosophiques connus en Grèce et se passionne pour la botanique et les mathématiques, puis il étudie la médecine à Londres, à Édimbourg et à Göttingen, où il obtient son diplôme de docteur en médecine en 1795. Young s'installe à Londres en 1799, ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-young/#i_24709

YOUNG WILLIAM HENRY (1863-1942)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 392 mots

Mathématicien britannique, spécialiste de l'analyse. Né le 20 octobre 1863 à Londres, William Henry Young était le fils aîné d'un épicier baptiste. Admis à l'université de Cambridge en 1881, il s'y révèle extrêmement doué en mathématiques. Il se convertit à l'Église anglicane et se consacre à la théologie tout en gagnant sa vie en donnant des cours particuliers de mathématiques aux étudiants de Ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-henry-young/#i_24709

ZEEMAN PIETER (1865-1943)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 412 mots

Né le 25 mai 1865 dans le petit village de Zonnemaire, sur l’île de Schouwen, en Zélande (Pays-Bas), Pieter Zeeman était le fils d’un pasteur protestant. Ses études à l’université de Leyde le firent côtoyer Heike Kamerlingh Onnes (Prix Nobel en 1913) et Hendrik Antoon Lorentz avec qui il partagera le prix Nobel en 1902. Après son doctorat en 1893, il passa six mois à Strasbourg, puis retourna à Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-zeeman/#i_24709

ZIRKEL FERDINAND (1838-1912)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MENDIBURU
  •  • 190 mots

Géologue allemand, précurseur en pétrographie microscopique grâce à l'observation en lame mince et à la mesure des caractères optiques des minéraux, Zirkel publie en 1866 la première édition de son Lehrbuch der Petrographie ( Manuel de pétrographie ), ignorant l'application du microscope à la pétrographie que H. C. Sorby met au point à ce moment-là en Angleterre. Un voyage dans les îles Britanniq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-zirkel/#i_24709

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 222 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De la classification linnéenne à l'anatomie comparée »  : […] La zoologie est profondément marquée par le système de classification des plantes mis au point par le Suédois Carl von Linné (1707-1778) . Cette méthode est jugée très vite révolutionnaire, car elle permet de caractériser facilement n'importe quel organisme grâce à quelques critères parfaitement définis. Selon le naturaliste britannique Oliver Goldsmith (1730 ?-1774), « un système d'histoire natur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoologie-histoire-de-la/#i_24709


Affichage 

Alessandro Volta

photographie

Le physicien italien Alessandro Volta (1745-1827) présentant sa «colonne», mise au point en 1800, dans laquelle il empile des disques de cuivre et de zinc en alternance, chaque paire étant séparée de sa voisine par un tissu imbibé d'eau salée : Volta invente ainsi la première pile... 

Crédits : Photos.com/ Thinkstock

Afficher

Alfred Nobel

photographie

Le chimiste suédois Alfred Nobel (1833-1896), inventeur de la dynamite, brevetée en 1867 Il a créé le prix qui porte son nom 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Alfred Wallace

photographie

Le naturaliste britannique Alfred Russel Wallace (1823-1913), ici vers 1910 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Amedeo Avogadro

photographie

Lorenzo Romano Amedeo Carlo Avogadro, chimiste et physicien italien, connu pour le nombre d'Avogadro (nombre de molécules contenues dans une molécule-gramme) et la loi d'Avogadro, qui établit une relation entre la masse moléculaire et la densité d'un gaz 

Crédits : DeAgostini/ Chomon/ Getty images

Afficher

André-Marie Ampère

photographie

Le mathématicien et physicien français André-Marie Ampère (1775-1836), fondateur de l'électromagnétisme 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Antoine Béclère

photographie

Antoine Béclère (1856-1939), photographié à quarante ans, âge où il s'est intéressé aux rayons X et à leurs applications médicales, devenant ainsi l'un des pionniers de la radiologie et de la radiothérapie en France 

Crédits : Guy Pallardy

Afficher

August Weismann

photographie

L'Allemand August Weismann, en formulant la théorie de la distinction du soma et du germen, ruina la théorie de l'hérédité des caractères acquis et fournit la première base biologique à la théorie darwiniennne de l'évolution 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Augustin Fresnel

photographie

Le physicien français Augustin Fresnel (1788-1827) se consacra essentiellement à l'étude de l'optique Sculpture de Pierre-Jean David d'Angers, 1828 Galerie David d'Angers, Angers 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Bactériologie : découvertes de 1848 à 1905

tableau

Les cinquante années triomphales de la bactériologie (1848-1905) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Charles Darwin

photographie

Le naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882), auteur de L'Origine des espèces, a développé les théories de la sélection naturelle et de l'évolution 

Crédits : Spencer Arnold/ Getty Images

Afficher

Charles Richet

photographie

Le physiologiste français Charles Richet (1850-1935) découvre, avec Paul Portier (1866-1962), l'anaphylaxie, découverte qui lui vaut le prix Nobel de médecine en 1913 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Charles Wheatstone

photographie

Le physicien britannique Charles Wheatstone (1802-1875), ici vers 1870, fut un spécialiste de l'acoustique 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Crânes de bovidés

photographie

Crânes de bovidés figurés par Georges Cuvier dans ses Recherches sur les ossements fossiles (1812), permettant des comparaisons anatomiques entre diverses espèces actuelles ou disparues 

Crédits : Coll. Eric Buffetaut

Afficher

Dmitri Mendeleïev

photographie

Le chimiste russe Dmitri Mendeleïev (1834 - 1907) qui réalise, en 1869, la classification périodique des éléments chimiques 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Eduard Suess

photographie

Le géologue autrichien Eduard Suess (1831-1914), vers 1890 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Edward C. Kendall

photographie

Présente chez tous les mammifères, l'hormone thyroïdienne peut être extraite de tissus animaux en vue de traiter des maladies humaines (opothérapie), ce qui a permis à l'Américain Edward C Kendall d'isoler la thyroxine 

Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone / Getty

Afficher

Élie de Beaumont

photographie

Jean-Baptiste Armand Louis Léonce Élie de Beaumont (1798-1874), Inspecteur général des mines, cofondateur de la Société géologique de France, en 1830, avec Pierre Armand Petit-Dufrénoy (1792-1857) 

Crédits : Archives Société géologique de France

Afficher

Élie Metchnikov (1845-1916)

photographie

Biologiste d'origine ukrainienne, il a découvert la phagocytose et le rôle que ce mécanisme possède dans la défense immunitaire de l'organisme C'est au titre de cette découverte qu'il partage avec Paul Ehrlich le prix Nobel de physiologie ou médecine 1908 Metchnikov a travaillé dans de... 

Crédits : F. Nadar/ Wellcome Library, London

Afficher

Emil Fischer

photographie

Le chimiste allemand Emil Fischer (1852-1919) obtint le prix Nobel de chimie en 1902 pour la synthèse de molécules organiques (sucres, acides aminés et peptides) Il a largement contribué à l'essor de la chimie thérapeutique en Allemagne 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ernst Haeckel

photographie

En diffusant et en popularisant la théorie darwinienne et en énonçant la « loi de la récapitulation » (selon laquelle le développement embryonnaire serait une répétition de l'histoire évolutive), le zoologiste Ernst Haeckel (1834-1919) a joué un rôle important dans l'histoire des... 

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Eugène Michel Chevreul

photographie

Le chimiste français Eugène Michel Chevreul (1786-1889), le jour de son centième anniversaire 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Évariste Gallois

photographie

Portrait d'Évariste Gallois, « enfant terrible » et génial des mathématiques 

Crédits : Archives de la ville de Bourg-la-Reine

Afficher

Friedrich Wöhler

photographie

Le chimiste allemand Friedrich Wöhler (1800 - 1882) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Gazomètre

photographie

Un modèle de gazomètre utilisé en chimie, en 1800 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

George Stokes

photographie

Le physicien et mathématicien britannique George Gabriel Stokes (1819-1903), vers 1890 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Georges Cuvier

photographie

Georges Cuvier (1769-1832) a mené l'essentiel de sa carrière scientifique au Muséum d'histoire naturelle Après avoir établi les fondements de la paléontologie des vertébrés, en appliquant les principes de l'anatomie comparée, il démontre l'existence d'extinctions d'espèces au cours du... 

Crédits : Courtesy of the Musée National d'Histoire Naturelle, Paris

Afficher

Georges Cuvier

photographie

Le Français Georges Cuvier (1769-1832) fit accéder l'anatomie comparée et la paléontologie au rang des disciplines véritablement scientifiques 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Georges Cuvier et la paléontologie

vidéo

Georges Cuvier, né en 1769 à Montbéliard, est un des grands naturalistes du début du XIXe siècle Il commence ses travaux au Muséum national d'histoire naturelle de Paris en 1795 Sa carrière scientifique se double d'une carrière administrative qui lui fait occuper de hautes positions sous... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Gregor Johann Mendel

photographie

L'Autrichien Gregor Johann Mendel (1822-1884) Prêtre mais aussi botaniste, il fut l'un des fondateurs de la Société des naturalistes (Naturforschender Verein) de Brünn et découvrit les lois de l'hérédité qui portent son nom 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Groupe de girafes

photographie

Dans sa Philosophie zoologique (1809), Lamarck consacre un chapitre à « l'influence des circonstances sur les actions et les habitudes des Animaux » Il y donne en exemple la girafe, dont le long cou et les jambes de devant plus longues que celles de derrière résultent, selon lui, de l'habitude... 

Crédits : Photos.com/ Thinkstock

Afficher

Henri Poincaré

photographie

Le physicien et mathématicien français Henri Poincaré 

Crédits : AKG

Afficher

Hermann Ludwig Ferdinand von Helmholtz

photographie

L'Allemand Hermann Ludwig Ferdinand von Helmholtz (1821-1894) Physicien, il s'est préoccupé de toutes les sciences de la nature connues à son époque 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

HMS Challenger, corvette britannique

photographie

L'expédition scientifique autour du monde du navire britannique HMS Challenger, qui eut lieu de décembre 1872 à mai 1876, qui marqué les débuts de l’océanographie Transformé pour accueillir les scientifiques (dont Charles Wyville Thomson – qui dirige l’expédition –, John Murray et... 

Crédits : Courtesy of NOAA Photo Library

Afficher

Invention de la vaccination

photographie

Le médecin chirurgien anglais Edward Jenner (1749-1823) vaccine son fils contre la variole, vers 1815 Ses recherches avaient duré vingt années avant qu'il n'osât expérimenter son vaccin sur un jeune garçon, en 1796 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

James Clerk Maxwell

photographie

Le physicien écossais James Clerk Maxwell Ses travaux ont été capitaux pour la physique théorique, et ses découvertes ont ouvert la voie à Albert Einstein et à Max Planck 

Crédits : Nicku/ Shutterstock

Afficher

James Maxwell

photographie

Le physicien écossais James Clerk Maxwell (1831-1879) dont les travaux ont été capitaux pour la physique théorique Ses découvertes ont ouvert la voie à Albert Einstein et à Max Planck 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

James Prescott Joule

photographie

Le physicien britannique James Prescott Joule (1818-1889) compte parmi les plus importants fondateurs de la thermodynamique 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck

photographie

Le naturaliste Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck, est le fondateur de la paléontologie des invertébrés Considérant qu'une espèce peut se transformer en une autre espèce sous l'influence de son environnement, il est l'un des premiers à envisager l'évolution du vivant Cette... 

Crédits : AKG

Afficher

Jean-Henri Fabre (1823-1915)

photographie

Jean-Henri Fabre, à la fin de sa vie, dans son laboratoire attenant à sa maison de Sérignan-du-Comtat (Vaucluse) Il est assis à la petite table sur laquelle il a écrit la plupart de ses ouvrages de vulgarisation ainsi que les dix volumes des Souvenirs entomologiques 

Crédits : Universal History Archive/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

John Dalton

photographie

Le chimiste et physicien britannique John Dalton (1766 - 1844) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

John Murray

photographie

L’Écossais John Murray participa à l'émergence de l’océanographie pour laquelle il joua un grand rôle, devenant, entre autres, le spécialiste mondial des dépôts sous-marins Il dirigea, de 1882 à 1895, la publication du volumineux rapport de l'expédition du HMS Challenger, et il publia... 

Crédits : Courtesy of NOAA Photo Library

Afficher

Jöns Jacob Berzelius

photographie

Le chimiste suédois Jöns Jacob Berzelius (1779-1848) 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Joseph Lister et Louis Pasteur

photographie

Le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912), inventeur de méthodes antiseptiques, et le savant français Louis Pasteur (1822-1895) sont reçus à la Sorbonne, à Paris, en 1882 Cette image fixe ainsi pour l'opinion l'image de deux gloires nationales collaborant pour le bien de l'humanité 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Joseph Thomson

photographie

Le Britannique Joseph Thomson (1856-1940), Prix Nobel de physique, en 1906, pour ses recherches sur la conduction de l'électricité par les gaz 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Josiah Willars Gibbs

photographie

Le physicien et mathématicien américain Josiah Willard Gibbs (1839-1903), professeur de physique mathématique au Yale College, est considéré comme le fondateur de la mécanique statistique 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Julius von Mayer

photographie

Le physicien et médecin allemand Julius Robert von Mayer (1814-1878) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Justus Liebig

photographie

Le chimiste allemand Justus Liebig (1803-1873) Il découvrit le chloroforme 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Kekulé

photographie

Le chimiste allemand Friedrich August Kekulé von Stradonitz (1829-1896) créa en 1857 la théorie de la tétravalence du carbone et distingua en 1862 les composés à chaîne ouverte et les composés cycliques, ce qui le conduisit, en 1865, à proposer la formule hexagonale du benzène 

Crédits : AKG

Afficher

Lampes de sécurité pour les mineurs

photographie

C'est le chimiste et physicien britannique Humphry Davy (1778-1829) qui conçut la première lampe de sécurité pour les mineurs en 1816 Divers modèles furent ensuite fabriqués : à droite, une lampe Davy et, à gauche, trois modèles conçus par George Stephenson  

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Lazare Carnot

photographie

Le Français Lazare Nicolas Marguerite Carnot (1753-1823), homme politique et scientifique français, est l'initiateur des victoires de l'an II, sous la Révolution française Il étudia et précisa de nombreuses lois physiques 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le laboratoire de Pasteur

photographie

Le laboratoire du Français Louis Pasteur (1822-1895), vers 1890 L'Institut Pasteur avait été fondé, à Paris, en 1888 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le premier flacon d'aspirine

photographie

L'aspirine a été commercialisée pour la première fois par la firme allemande Bayer à la toute fin du XIXe siècle Cette photographie est celle d'un des premiers flacons Médicament presque universel dans un premier temps, son usage a diminué devant l'importance prise par ses effets... 

Crédits : Bayer Corporation

Afficher

Leopold Kronecker

photographie

Mathématicien allemand, Leopold Kronecker a réalisé de remarquables travaux en arithmétique et en théorie des nombres algébriques 

Crédits : Courtesy of Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz BPK, Berlin

Afficher

Lord Kelvin

photographie

William Thomson, plus connu sous son titre de lord Kelvin (1824-1907), est l'un des plus célèbres physiciens britanniques du XIXe siècle 

Crédits : Herbert Barraud/ Getty Images

Afficher

Lord Rayleigh

photographie

Le Britannique John William Strutt Rayleigh (1842-1919) reçut le prix Nobel de physique en 1904 pour sa découverte de l'argon, le plus abondant des gaz inertes contenus dans l'air 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Louis Agassiz

photographie

Le naturaliste suisse Louis Agassiz (1807-1873) En 1846, il émigre aux États-Unis et, en 1848, il est à Harvard où il crée un musée de zoologie comparée 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Louis Pasteur

photographie

Le laboratoire du Français Louis Pasteur (1822-1895), vers 1890 L'Institut Pasteur a été fondé, à Paris, en 1888 

Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY

Afficher

Ludwig Boltzmann

photographie

Physicien et philosophe des sciences, Ludwig Boltzmann (1844-1906) a laissé de nombreux théorèmes, lois et équations qui portent son nom 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Marcellin Berthelot

photographie

Le chimiste et homme politique français Marcellin Berthelot (1827-1907) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Michael Faraday

photographie

Le chimiste et physicien anglais Michael Faraday avec une partie du matériel grâce auquel il découvrit l'induction électromagnétique 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Michael Faraday

photographie

Le savant britannique Michael Faraday (1791-1867), qui découvrit l'induction électromagnétique Il débuta sa carrière de chimiste, en 1815, auprès de Humphry Davy (1778-1829), dans le laboratoire de la Royal Institution of Great Britain 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Musée Claude-Bernard, Saint-Julien-en-Beaujolais, Rhône

photographie

Le musée Claude-Bernard présente un historique des travaux du grand physiologiste En dépit de ce qu'on écrit souvent, ce n'est pas sa maison natale Celle-ci est un petit corps de bâtiment situé derrière le musée Claude Bernard a acquis cette maison de notable après sa nomination au... 

Crédits : Musée Claude Bernard

Afficher

Osborne Reynolds

photographie

Le physicien anglais Osborne Reynolds (1842-1912) a réalisé de nombreuses études en hydrodynamique, notamment sur les divers régimes d'écoulement des liquides et des fluides visqueux 

Crédits : D.R.

Afficher

Palaeotherium

photographie

Le Palaeotherium est un mammifère fossile, proche des ancêtres du cheval, dont Georges Cuvier parvint à reconstituer le squelette, puis l'aspect à l'état vivant, à partir d'ossements trouvés dans le gypse de Montmartre 

Crédits : Coll. Eric Buffetaut

Afficher

Paul Bert

photographie

Le Français Paul Bert (1833-1886), homme politique et médecin Il fut ministre de l'Instruction publique dans le cabinet Gambetta et il étudia les conséquences physiologiques de l'altitude et de la plongée en caisson 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Paul Ehrlich

photographie

Le savant allemand Paul Ehrlich (1854-1915), Prix Nobel de médecine en 1908 Bactériologiste et physiologiste, il est considéré comme le père de la chimiothérapie 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Physique quantique

vidéo

La description de l'atome et de ses constituants a nécessité l'élaboration d'une nouvelle physique, appelée physique quantiqueEn décembre 1900, Max Planck propose de décrire la matière chauffée comme un ensemble d'oscillateurs vibrants dont les échanges d'énergie sont « composés d'un... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pierre Louis Dulong

photographie

Pierre Louis Dulong, chimiste et physicien français Gravure d'Ambroise Tardieu, 1825 

Crédits : Welcomme Collection, CC-BY

Afficher

Premier tableau

tableau

Premier tableau de Mendeleïev 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ptérodactyle

photographie

Squelette de ptérodactyle provenant des calcaires lithographiques du Jurassique de Bavière, figuré par Cuvier dans ses Recherches sur les ossements fossiles (1812) Ce naturaliste fut le premier, en 1801, à reconnaître en cet animal un reptile volant disparu 

Crédits : Coll. Eric Buffetaut

Afficher

Radiographie

photographie

En 1896, l'une des premières images obtenues par l'Allemand Wilhelm Conrad Röntgen (1845-1923) par exposition aux rayons X Il s'agit de la main de son épouse 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Radiologie : son fondateur, Antoine Béclère (1856-1939)

photographie

Une émission postale a rendu hommage à Antoine Béclère Le timbre montre, à côté de son portrait, un dispositif de radioscopie comportant le générateur de rayons X (au centre) et l'écran de visualisation (à droite), derrière lequel on devine le patient irradié 

Crédits : Collection Guy Pallardy

Afficher

Radiomètre de Crookes

photographie

Inventé en 1875 par le Britannique William Crookes (1832-1919), ce dispositif, appelé radiomètre de Crookes, utilise le rayonnement lumineux pour faire tourner quatre fines ailettes (noircies sur l'une de leurs faces) qui sont montées sur pivot à l'intérieur d'une ampoule de verre où un vide... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Rayons X : l'alimentation du tube cathodique

photographie

Il était nécessaire, pour que le tube à rayons X (ampoule visible à gauche) puisse fonctionner, de le soumettre à une haute tension électrique Les premiers appareils capables de la fournir fonctionnaient manuellement : celui-ci a été utilisé dès 1897, à l'hôpital Tenon (Paris), par le... 

Crédits : Collection Guy Pallardy

Afficher

Rayons X : le laboratoire de Wilhelm Röntgen

photographie

À l'université de Würzburg, en Bavière, Wilhelm Röntgen travaillait dans un laboratoire où rien ne pouvait le distraire des recherches passionnantes qu'il poursuivait sur le rayonnement mystérieux, appelé X, qu'il avait découvert en 1895 

Crédits : Collection Guy Pallardy

Afficher

Rayons X : l'expérience de Röntgen est étudiée

photographie

Dans un laboratoire universitaire, des étudiants apprennent à maîtriser le rayonnement X découvert en 1895 par Wilhelm Röntgen On leur présente un tube à vide, où l'émission de rayons aura lieu, ainsi que deux types de générateurs à haute tension, qui fourniront l'énergie nécessaire 

Crédits : Collection Guy Pallardy

Afficher

Rayons X et transparence du corps humain

photographie

Dès la fin du XIXe siècle, la découverte du professeur Röntgen a fait sensation : le corps humain devenait transparent sous l'irradiation par les rayons X Les journaux reproduisent des illustrations dans lesquelles l'artiste montre comment le générateur de rayons permet de recueillir, sur le... 

Crédits : Collection Guy Pallardy

Afficher

Robert Bunsen

photographie

Le chimiste et physicien allemand Robert Wilhelm Bunsen (1811-1899) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Sir William Henry Perkin

photographie

Sir William Henry Perkin (1838-1907), chimiste anglais qui, en tentant en 1856 de synthétiser la quinine, découvrit la mauvéine 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Svante Arrhenius

photographie

Le Suédois Svante Arrhenius (1859-1927) obtint le prix Nobel de chimie en 1903 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Thomas Henry Huxley

photographie

Le médecin biologiste et zoologiste britannique Thomas Henry Huxley (1825-1895) 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Tri de dépôts sous-marins à bord du Challenger

photographie

Gravure représentant le tri des dépôts sous-marins à bord de la corvette HMS Challenger lors de l’expédition scientifique du même nom qui a eu lieu de 1872 à 1876 

Crédits : Courtesy of NOAA Photo Library

Afficher

Wilhelm Conrad Röntgen

photographie

Le physicien allemand Wilhelm Conrad Röntgen (1845-1923) est célèbre pour sa découverte des rayons X, en 1895 Il reçut le premier prix Nobel de physique, en 1901 

Crédits : SSPL/ Getty Images

Afficher

Wilhelm Ostwald

photographie

Le chimiste allemand Wilhelm Ostwald (1853 - 1932) Il obtint le prix Nobel en 1909 pour ses travaux sur la catalyse 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

William Crookes

photographie

Le chimiste et physicien britannique William Crookes (1832-1919), ici vers 1905, a découvert le thallium par l'analyse spectroscopique et inventé des dispositifs (tube de Crookes, radiomètre de Crookes…) pour l'analyse des rayonnements, assurant sa notoriété dans le domaine de la chimie... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

William Gowers

photographie

Portrait de sir William Gowers, illustre neurologue britannique de la fin du xixe et du début du XXe siècle 

Crédits : Wellcome Library, Londres

Afficher

« Des expériences sur des hybrides végétaux » de Mendel

photographie

L'article sur l'hybridation des végétaux de Mendel, qui reprend ses conférences de 1865, est un modèle d'utilisation de la logique mathématique pour une expérience de biologie On note ici l'introduction des codes (A,a, B, b, etc) qui définissent l'origine (pollen et ovule) et la nature du... 

Crédits : DTA, 2014

Afficher

Alessandro Volta
Crédits : Photos.com/ Thinkstock

photographie

Alfred Nobel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Alfred Wallace
Crédits : Hulton Getty

photographie

Amedeo Avogadro
Crédits : DeAgostini/ Chomon/ Getty images

photographie

André-Marie Ampère
Crédits : Hulton Getty

photographie

Antoine Béclère
Crédits : Guy Pallardy

photographie

August Weismann
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Augustin Fresnel
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Bactériologie : découvertes de 1848 à 1905
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Charles Darwin
Crédits : Spencer Arnold/ Getty Images

photographie

Charles Richet
Crédits : Hulton Getty

photographie

Charles Wheatstone
Crédits : Hulton Getty

photographie

Crânes de bovidés
Crédits : Coll. Eric Buffetaut

photographie

Dmitri Mendeleïev
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Eduard Suess
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Edward C. Kendall
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone / Getty

photographie

Élie de Beaumont
Crédits : Archives Société géologique de France

photographie

Élie Metchnikov (1845-1916)
Crédits : F. Nadar/ Wellcome Library, London

photographie

Emil Fischer
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Ernst Haeckel
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Eugène Michel Chevreul
Crédits : Hulton Getty

photographie

Évariste Gallois
Crédits : Archives de la ville de Bourg-la-Reine

photographie

Friedrich Wöhler
Crédits : Hulton Getty

photographie

Gazomètre
Crédits : Hulton Getty

photographie

George Stokes
Crédits : Hulton Getty

photographie

Georges Cuvier
Crédits : Courtesy of the Musée National d'Histoire Naturelle, Paris

photographie

Georges Cuvier
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Georges Cuvier et la paléontologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Gregor Johann Mendel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Groupe de girafes
Crédits : Photos.com/ Thinkstock

photographie

Henri Poincaré
Crédits : AKG

photographie

Hermann Ludwig Ferdinand von Helmholtz
Crédits : Hulton Getty

photographie

HMS Challenger, corvette britannique
Crédits : Courtesy of NOAA Photo Library

photographie

Invention de la vaccination
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

James Clerk Maxwell
Crédits : Nicku/ Shutterstock

photographie

James Maxwell
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

James Prescott Joule
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck
Crédits : AKG

photographie

Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Crédits : Universal History Archive/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

John Dalton
Crédits : Hulton Getty

photographie

John Murray
Crédits : Courtesy of NOAA Photo Library

photographie

Jöns Jacob Berzelius
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Joseph Lister et Louis Pasteur
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Joseph Thomson
Crédits : Hulton Getty

photographie

Josiah Willars Gibbs
Crédits : Hulton Getty

photographie

Julius von Mayer
Crédits : Hulton Getty

photographie

Justus Liebig
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Kekulé
Crédits : AKG

photographie

Lampes de sécurité pour les mineurs
Crédits : Hulton Getty

photographie

Lazare Carnot
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le laboratoire de Pasteur
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le premier flacon d'aspirine
Crédits : Bayer Corporation

photographie

Leopold Kronecker
Crédits : Courtesy of Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz BPK, Berlin

photographie

Lord Kelvin
Crédits : Herbert Barraud/ Getty Images

photographie

Lord Rayleigh
Crédits : Hulton Getty

photographie

Louis Agassiz
Crédits : Hulton Getty

photographie

Louis Pasteur
Crédits : Wellcome Collection ; CC-BY

photographie

Ludwig Boltzmann
Crédits : Hulton Getty

photographie

Marcellin Berthelot
Crédits : Hulton Getty

photographie

Michael Faraday
Crédits : Hulton Getty

photographie

Michael Faraday
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Musée Claude-Bernard, Saint-Julien-en-Beaujolais, Rhône
Crédits : Musée Claude Bernard

photographie

Osborne Reynolds
Crédits : D.R.

photographie

Palaeotherium
Crédits : Coll. Eric Buffetaut

photographie

Paul Bert
Crédits : Hulton Getty

photographie

Paul Ehrlich
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Physique quantique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Pierre Louis Dulong
Crédits : Welcomme Collection, CC-BY

photographie

Premier tableau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ptérodactyle
Crédits : Coll. Eric Buffetaut

photographie

Radiographie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Radiologie : son fondateur, Antoine Béclère (1856-1939)
Crédits : Collection Guy Pallardy

photographie

Radiomètre de Crookes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Rayons X : l'alimentation du tube cathodique
Crédits : Collection Guy Pallardy

photographie

Rayons X : le laboratoire de Wilhelm Röntgen
Crédits : Collection Guy Pallardy

photographie

Rayons X : l'expérience de Röntgen est étudiée
Crédits : Collection Guy Pallardy

photographie

Rayons X et transparence du corps humain
Crédits : Collection Guy Pallardy

photographie

Robert Bunsen
Crédits : Hulton Getty

photographie

Sir William Henry Perkin
Crédits : Hulton Getty

photographie

Svante Arrhenius
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Thomas Henry Huxley
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tri de dépôts sous-marins à bord du Challenger
Crédits : Courtesy of NOAA Photo Library

photographie

Wilhelm Conrad Röntgen
Crédits : SSPL/ Getty Images

photographie

Wilhelm Ostwald
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

William Crookes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

William Gowers
Crédits : Wellcome Library, Londres

photographie

« Des expériences sur des hybrides végétaux » de Mendel
Crédits : DTA, 2014

photographie