SCIENCES HISTOIRE DES, Antiquité et Moyen Âge

ADÉLARD DE BATH (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • André CANTIN
  •  • 341 mots

Philosophe, mathématicien et naturaliste du début du xii e  siècle, Adélard de Bath, par les traductions qu'il rapporta d'Orient, augmenta singulièrement le savoir de l'Occident latin dans les sciences du nombre et de la nature. Sa naissance à Bath, sa formation à Laon et à Tours, et ses voyages en Sicile, Syrie, Palestine, Espagne, où sa connaiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adelard-de-bath/#i_29298

AETIUS D'AMIDE (502-575)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 205 mots

Né en Mésopotamie, Aetius étudie la médecine à Alexandrie avant de s'installer à Byzance où règne Justinien qui le fait comte de la cour impériale. Son traité de médecine en seize livres, le Tetrabiblos , est une vaste compilation, précieuse par les citations des auteurs grecs, qu'il commente en ajoutant à ses propres observations cliniques de nombreuses considérations magiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aetius-d-amide/#i_29298

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_29298

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Dans le chapitre « Le savant »  : […] Aux sciences de la nature, Albert consacre de nombreux ouvrages conçus sur le modèle de l'encyclopédie d'Aristote. Il y condense, soumis à un essai de critique, les apports des anciens, Grecs et Latins (surtout Aristote, Galien, Pline), complétés à l'aide des ouvrages arabes (d'astronomes, de mathématiciens, de médecins tel Avicenne) et surtout de multiples observations personnelles, fruit de cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-le-grand/#i_29298

ALBERT DE SAXE (1316 env.-1390)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 353 mots

Philosophe scolastique allemand né vers 1316, à Helmstedt en Saxe, mort le 8 juillet 1390 à Halberstadt en Allemagne. Albert de Saxe, aussi connu sous le nom d’Albert de Helmstedt, étudie à Prague, puis à l’université de Paris où il enseigne les arts de 1351 à 1362. Il est nommé recteur en 1353. Il s’agit vraisemblablement d’Albert de Ricmestorp ou de Rückmersdorf, recteur de l’université de Vien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-saxe/#i_29298

ALCMÉON DE CROTONE (env. 520-env. 450 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 487 mots

Philosophe grec né en Grande-Grèce, à Crotone, où il a pu suivre les leçons de Pythagore (Diogène Laërce, VIII, 83). Il écrit, comme presque tous les penseurs de son époque, un traité Sur la nature . La tradition reconstruit avec les six brefs fragments conservés et divers témoignages, dont ceux de Théophraste ( De sensibus , 25 sq.) et de Chalcidius ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcmeon-de-crotone/#i_29298

ALEXANDRE DE TRALLES (525-605)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 460 mots

Né près d'Éphèse, Alexandre de Tralles est le plus grand médecin byzantin du vi e siècle. Il étudia en Grèce et à Alexandrie puis, en qualité de médecin en chef des armées de l'empereur Justinien I er , il parcourut le pourtour du Bassin méditerranéen, au cours des campagnes de ce prince. Il s'établit ensuite à Byzance (o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-de-tralles/#i_29298

ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 764 mots
  •  • 1 média

Les débuts des travaux mathématiques des Alexandrins nous sont mal connus. Ils appartiennent à des mathématiciens déjà confirmés, recrutés par les deux premiers Ptolémées dans les divers centres scientifiques grecs. Ils sont donc directement rattachés aux travaux des savants du iv e  siècle avant J.-C., platoniciens, aristotéliciens, disciples d'E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-mathematique-d-alexandrie/#i_29298

ALHAZEN

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 183 mots

Le physicien, astronome et mathématicien Abu Ali al-Hasan ibn al-Haytham (connu dans l'Occident médiéval sous le nom d'Alhazen), né à Basra (Perse) et mort au Caire (Égypte), développe de façon originale l'optique théorique et expérimentale. Son traité d'optique, le Kitab al-manazir, aura une grande influence jusqu'au xvii e  siècle. En oppositio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alhazen/#i_29298

AL-KHWARIZMI

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 183 mots

Résident de la maison de la Sagesse à Bagdad, le mathématicien Abu Ja'far Muhammad ibn Musa al-Khwarizmi a participé à la traduction de nombreux manuscrits scientifiques grecs. Son traité intitulé Hisab al-jabr w'al-muqabala est considéré comme le premier manuel d'algèbre. Le terme « algèbre » vient ainsi du titre de cet ouvrage, tandis que le terme « algorithme » provient d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-khwarizmi/#i_29298

ALPHONSINES TABLES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 246 mots

Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, l'astronomie a pour but de prédire les positions du Soleil, de la Lune et des planètes. À cet effet, les astronomes élaborent des éphémérides, ou tables, fondées sur le système géocentrique de Ptolémée. Vers 900, par exemple, l'astronome arabe al-Battāni, établi en Mésopotamie, construit des tables relativement précises mais d'utilisation difficile. Le centre de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tables-alphonsines/#i_29298

ANAXIMANDRE (VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 530 mots
  •  • 1 média

De quelque quinze ou vingt ans le cadet de Thalès, et sans doute son élève : ce qui place sa maturité entre ~ 570 et ~ 565 environ. À la suite d'Aristote et de Théophraste, la doxographie ancienne lui attribue une place importante à l'origine des techniques, des sciences et de la philosophie. Il aurait dessiné les premières cartes de géographie et la première carte du ciel. Il aurait introduit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anaximandre/#i_29298

ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 793 mots
  •  • 1 média

Architecte lydien né à Tralles dans la seconde moitié du v e  siècle, Anthémios appartenait à une famille extrêmement cultivée. L'historien Agathias nous apprend que son père était un médecin réputé et que ses frères furent respectivement maître de rhétorique (Métrodore, qui s'installa à Constantinople), juriste et médecins (dont l'un exerça à Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthemios-de-tralles/#i_29298

APOLLONIOS DE PERGA (262 av. J.-C.?-? 190 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 412 mots

Mathématicien grec de l'école d'Alexandrie, Apollonios de Perga est né probablement vingt-cinq ans après Archimède (donc vers ~ 262) et est mort sous le règne de Ptolémée IV (~ 222-~ 205). La renommée de son ouvrage principal, le Traité des sections coniques , lui valut le surnom de Grand Géomètre. Le traité se compose de huit livres : les quatre premiers nous sont parvenus d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apollonios-de-perga/#i_29298

ARATOS DE SOLES (315-245 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 181 mots

Poète grec alexandrin, surtout connu pour son poème didactique sur l'astronomie, Les Phénomènes , adaptation très fidèle d'un texte en prose d'Eudoxe de Cnide (~ 390 env.-env. ~ 340) ; le second livre de l'ouvrage, consacré à la météorologie et intitulé Pronostics , traite des signes annonciateurs du temps, et offre beaucoup de ressemblance avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aratos-de-soles/#i_29298

ARCHIMÈDE (287-212 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 2 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le principe d'Archimède : démonstration et non expérience »  : […] La légende se plaît à représenter Archimède parcourant, dévêtu, les rues de Syracuse au cri de Eurêka ! Eurêka ! Il venait, dit-on, de trouver, à la requête de Hiéron, comment confondre un orfèvre indélicat. On peut remarquer, plus prosaïquement, que l'État battait monnaie, ce qui implique l'existence d'un service des fraudes sur les métaux précieux, service dont l'ingénieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archimede/#i_29298

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La physique, la biologie »  : […] Aristote fait de la nature elle-même le principe du mouvement, que ce soit dans le ciel (où le mouvement des astres est circulaire et uniforme) ou sur la Terre (où ont lieu le changement substantiel, et le changement selon le lieu, la qualité ou la quantité). D'où les deux compartiments de la nature : le ciel, dont les mouvements sont éternels et nécessaires ; la Terre, où les changements obéis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_29298

ARITHMÉTIQUES (Diophante)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 192 mots

Diophante d'Alexandrie, parfois appelé le « père de l'algèbre », est connu par son ouvrage les Arithmétiques , qui traite des solutions des équations algébriques. On ne sait pratiquement rien de sa vie et ses dates de naissance et de mort sont très controversées. Les Arithmétiques sont une collection de solutions numériques de 130 équations. La méthode […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arithmetiques/#i_29298

ARNAUD DE VILLENEUVE (1235-1311)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 337 mots

Le plus célèbre des médecins de l'école de Montpellier, au xiii e siècle. Né en Espagne, d'où son surnom de « Catalan », il étudia à Paris, à Montpellier et à Salerne, puis se fixa à Montpellier d'où il fit de fréquents voyages en Italie, en France et en Espagne pour remplir des missions tant diplomatiques que médicales. Diplômé de médecine, de t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnaud-de-villeneuve/#i_29298

ARYABHATIYA (Aryabhata)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 210 mots

Né à Kusumapura (proche de l'actuelle Patna) en Inde, Aryabhata (476-550) avait vingt-trois ans lorsqu'il termina son chef-d'œuvre : l' Aryabhatiya . Ce court traité d'astronomie, publié en 499, contient un résumé des mathématiques indiennes et en particulier 66 théorèmes d'arithmétique, d'algèbre, de trigonométrie plane et sphérique. Des résultats sur les fractions continues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aryabhatiya/#i_29298

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’astronomie »  : […] Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, d'Égypte et de Mésopotamie, mais c'est probablement en cette dernière , sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de place. Vers 3000 avant J.-C., les villes sumériennes du sud de la Mésopot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_29298

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les origines philosophiques de la notion d'atome »  : […] La notion d'atome a été formulée pour la première fois par les philosophes de la Grèce ancienne . On l'attribue à Empédocle, Démocrite, Leucippe, puis Épicure. Leurs conceptions d'une structure atomique de la matière ne procédaient pas d'observations ni d'expériences scientifiques au sens actuel, mais d'intuitions. Leur représentation de l'univers physique était fondée sur l'hypothèse que les corp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_29298

AVENZOAR (1090 env.-1160)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 496 mots

Fils et petit-fils de médecins arabes d'Andalousie, Avenzoar étudia d'abord la théologie avant de se tourner vers la médecine, et son renom lui valut d'être nommé vizir du sultan ‘Abd al-Mu'min ; il résida alors dans le Maghreb. Puis il revint à Séville et son enseignement est connu non seulement par les éloges qu'en fit le plus célèbre de ses élèves, Averroès, mais par ses écrits dans lesquels il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avenzoar/#i_29298

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

Dans le chapitre « Médecin et juriste »  : […] Abū l-Walīd Muḥammad ibn Aḥmad ibn Muḥammad ibn Rušd (dont le nom devint, pour l'Occident, Averroès , quand ses œuvres furent traduites en latin) naquit à Cordoue en l'an 520 de l'hégire, 1126 de l'ère chrétienne. Cordoue était le lieu d'une activité intellectuelle brillante ; la famille d'Averroès comptait des juristes célèbres (notamment son grand-père), et la philosophie c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/averroes/#i_29298

BĪRŪNĪ (973-1050)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 2 151 mots

Dans le chapitre « Le savant »  : […] En 995, Bīrūnī effectue des mesures astronomiques dans le sud du Khwārizm, sur la rive gauche de l'Amū Daryā, avec des instruments dont l'importance semble prouver qu'il travaillait dans un observatoire officiel. Il se rend auprès du sultan sāmānide Manṣūr II b. Nūḥ (997-999), qu'il a loué comme son premier bienfaiteur. Mais des troubles ont lieu dans le pays : le prince de Gurgandj, Ma'mūn b. Mu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biruni/#i_29298

BOTANIQUE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Lucien PLANTEFOL, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 4 845 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Antiquité »  : […] C'est seulement avec la pensée grecque que naît une science organisée, un savoir synthétique et désintéressé : il y a une botanique d'Aristote. Même si le Περ̀ι ϕυτ̃ων ( Des plantes ) qu'on lui a attribué n'est pas ce qu'il avait écrit, sa théorie des plantes transparaît dans ses œuvres zoologiques. Les deux grands ouvrages de son disciple Théophraste, le Περὶ ϕυτω̃ν ἱστορ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botanique-histoire-de-la/#i_29298

BOUSSOLE

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 210 mots

L'utilisation du magnétisme, qui permet d'orienter une aiguille aimantée, suit une évolution progressive imparfaitement connue : première mention d'une aiguille aimantée au ii e  siècle avant notre ère, utilisation attestée du magnétisme vers le vi e  siècle (géomancie ?), connaissance probable –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boussole/#i_29298

BRAHMAGUPTA (598-apr. 665)

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 1 167 mots
  •  • 1 média

L’astronome et mathématicien du sous-continent indien Brahmagupta nous est connu pour deux traités : le Brāhmasphu asiddhānta (« Traité théorique de la vraie école de Brahma », 628, abrégé BSS ) et un manuel plus pratique le Kha ṇḍ akādyaka […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmagupta/#i_29298

CANON (Avicenne)

  • Écrit par 
  • Danielle JACQUART
  •  • 223 mots

Né à Boukhara en 980, mort à Hamadan en 1037, Ibn Sīnā ou Avicenne est le modèle du philosophe médiéval, expert dans tous les domaines du savoir. Ajoutant à ses talents la qualité de médecin, il s'efforça d'embrasser dans un vaste ouvrage, auquel le titre de Canon de la médecine fut donné par la suite, toutes les connaissances médicales. Le but était de délivrer à la fois de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canon/#i_29298

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Classifications et espèces »  : […] Aristote est, au iv e  siècle avant notre ère, l'un des premiers à tenter de classer les quelque 500 animaux connus de lui. Il les sépare en deux grands ensembles : les animaux qui ont du sang, parmi lesquels il range l'homme, les quadrupèdes, les oiseaux, les cétacés et les poissons, et les animaux non sanguins, soit la plupart des mollusques et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_29298

CONSTANTIN L'AFRICAIN (1015-1087)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 689 mots

Lorsqu'il arriva à Salerne en 1076, Constantin était auréolé d'une légende facilement greffée sur une vie d'aventures : né à Carthage, il serait allé jusqu'aux Indes, mais séjourna réellement en Syrie, en Égypte, en Éthiopie et à Bagdad, apprenant le grec, l'hébreu, l'arabe, le latin, le syriaque, le persan, étudiant la grammaire, la géométrie, l'arithmétique, la musique, l'astronomie, la médecine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-l-africain/#i_29298

CONSTELLATIONS

  • Écrit par 
  • Owen GINGERICH, 
  • Warren Melvin YOUNG
  •  • 3 543 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Relation entre les étoiles brillantes et leurs constellations »  : […] Les anciennes civilisations nommaient parfois chaque étoile brillante. Il arrivait que le nom du groupe d'étoiles et celui de son astre le plus brillant soient synonymes, comme dans le cas de la constellation de l'Aigle ( Aquila ) et de l'étoile Altaïr (α   Aquilae), signifiant tous deux « aigles en vol », ou utilisés de manière interchangeable, comme da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constellations/#i_29298

DIOCLÈS (env. 240-env. 180 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 328 mots

Mathématicien grec, né vers l'an 240 avant J.-C. et mort vers l'an 180 avant J.-C., Dioclès est un contemporain d'Apollonius de Perga. On sait peu de choses de lui, sinon qu'il vécut en Arcadie. Son œuvre principale, Sur les miroirs chauffants , nous est parvenue à travers des extraits cités par le mathématicien byzantin du v e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diocles/#i_29298

DIOPHANTE D'ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • Roshdi RASHED
  •  • 2 918 mots

De la vie de Diophante, nous ne connaissons presque rien : Alexandrin, il vécut après Hypsiclès et avant Théon d'Alexandrie, c'est-à-dire après la première moitié du ii e  siècle avant notre ère, et avant la seconde moitié du iv e  siècle de notre ère. Nos certitudes s'arrêtent là, pour céder la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diophante-d-alexandrie/#i_29298

DIOSCORIDE PEDANIUS (40 env.-env. 90)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 277 mots

Né en Cilicie, à Anazarbe, ce Grec d'Asie Mineure étudia la médecine à Alexandrie puis à Athènes où il fut l'élève de Théophraste. Venu à Rome, il devint médecin militaire des légions sous Néron et parcourut, entre 54 et 68, une grande partie de l'Europe, mettant à profit ses voyages pour approfondir ses connaissances cliniques et botaniques ; il en tira les éléments d'un ouvrage qui est la premiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dioscoride-pedanius/#i_29298

LES ÉLÉMENTS (Euclide)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

Euclide d'Alexandrie (vers — 325-vers — 265) est peut-être le mathématicien le plus renommé de l'Antiquité ; pourtant, on ne sait presque rien de lui, sinon qu'il enseigna à Alexandrie et écrivit un traité, Les Éléments , qui rassemble en treize volumes tout le savoir mathématique de l'époque. L'ouvrage commence avec des définitions et cinq postulats : les trois premiers post […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-elements/#i_29298

EMPÉDOCLE (env. 490-env. 430 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fonctions physiologiques »  : […] Empédocle concevait toutes les fonctions physiologiques comme déterminées par le dynamisme des forces primaires : les quatre éléments. La médecine devait rester longtemps marquée par l'application de ce postulat philosophique. À la différence des appareils que l'on voit : œil, oreille, chair, etc., les vaisseaux se constituent dans l'embryon géant. L'antagonisme du feu et de l'eau creuse les orga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empedocle/#i_29298

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physique : atomes et agrégats »  : […] On ne peut exposer la physique épicurienne sans tenir compte de quelques données. En premier lieu, bien que pour Épicure la physique reste subordonnée à l'éthique, il ne l'élabora pas avec moins de soin et d'enthousiasme, précisément parce qu'elle constituait à ses yeux le fondement de l'éthique ; en second lieu, et en étroit rapport avec ce qui vient d'être dit, le choix de l' atomisme de Démocr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epicure/#i_29298

ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (275-195 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 414 mots

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode , sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de certaines de ses découvertes. Ératosthène, qui a sans doute suivi des études encyclopédiques à Cyrè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eratosthene-de-cyrene/#i_29298

EUCLIDE (IVe-IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 527 mots
  •  • 1 média

L'œuvre euclidienne est couronnée par les Éléments , traduits dans toutes les langues anciennes et modernes, monument mathématique qui a représenté, pendant plus de deux millénaires, un modèle d'exposition déductive d'une science exacte à partir de quelques définitions et propriétés admises sans démonstration. Certes, cette construction n'est pas parfaite, mais la notion de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euclide/#i_29298

EUDOXE DE CNIDE (env. 400-355 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 184 mots

Le Cnidien Eudoxe est sans doute le plus grand savant du iv e siècle avant notre ère, et l'un des mieux connus, bien qu'il ne reste de son œuvre que des fragments, la plupart du temps retrouvés à travers des commentateurs. Ses traités de mathématiques ont profondément influencé les Éléments d'Euclide, tandis que sa théorie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudoxe-de-cnide/#i_29298

FIBONACCI LEONARDO (1170 env.-env. 1250)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 450 mots

Mathématicien italien, né et mort à Pise. Connu aussi sous le nom de Léonard de Pise, Leonardo Fibonacci fut éduqué en Afrique du Nord, où son père, marchand de la ville de Pise (l'un des plus grands centres commerciaux d'Italie, à l'époque, au même rang que Venise et Gênes), dirigeait une sorte de comptoir ; c'est ainsi qu'il eut l'occasion d'étudier les travaux algébriques d'al-Khuwārizmī. Par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonardo-fibonacci/#i_29298

GALIEN CLAUDE (131 env.-env. 201)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 685 mots

Né à Pergame, fils de l'architecte grec Nicon, Claude Galien (en grec Klaudios Galenos ; en latin Claudius Galenus) commence dans cette cette ville ses études de philosophie et de médecine, qu'il poursuit à Alexandrie. Il voyage ensuite tout autour du Bassin méditerranéen pendant une douzaine d'années, recherchant les meilleurs médecins pour recueillir leurs leçons. De retour à Pergame, il est nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-galien/#i_29298

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des théories de l'Antiquité aux découvertes arabes »  : […] Le bilan de la géographie antique n'est pas négligeable, et son influence s'est étendue jusqu'au xvi e  siècle ; trois courants s'y sont formés. Le premier, représenté par Ératosthène, est une géographie mathématique et astronomique. Ératosthène (284 env.-192 env. avant J.-C.) calcula la circonférence de la sphère terrestre, mettant en évidence u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/#i_29298

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité classique »  : […] Il n'a pas existé de « geôlogia » gréco-romaine. Le legs très influent des auteurs grecs et latins se limite à des domaines particuliers, principalement du ressort de la géodynamique. Ils ont ignoré toute étude du sous-sol rocheux (mais l'Italie et la Grèce, avec leur structure tectonique extrêmement complexe, ne s'y prêtaient pas). Leurs explications des volcans et des tremblements de terre sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_29298

GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 2 388 mots

Dans le chapitre « L'écriture, imitation de Dieu »  : […] Toute l'œuvre de Dieu tend à octroyer à l'homme la plus grande perfection possible ; quiconque a reçu une part de perfection doit, pour imiter Dieu, en faire profiter son prochain en écrivant des livres. Ainsi pense Gersonide. Son histoire est celle de ses œuvres ; aussi bien croit-il, d'ailleurs, que la pensée d'un individu est infiniment plus importante que les « accidents » d'une existence éphé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gersonide-levi-ben-gershom-dit-1288-1344/#i_29298

GUY DE CHAULIAC (1300-1368)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 567 mots
  •  • 1 média

Né dans le diocèse de Mende, cet humble paysan fut remarqué par l'Église qui le fit étudier. Devenu clerc de la cathédrale de Mende, Guy de Chauliac alla suivre à Montpellier les cours de l'école de médecine (la chirurgie n'était pas encore enseignée) et il y obtint les grades de maître en médecine de cette ville. Il séjourna ensuite à l'université de Bologne et à Paris. Dans ces deux écoles, il s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-de-chauliac/#i_29298

HELLÉNISTIQUE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 8 767 mots

Dans le chapitre « Le piétinement de la science hellénistique »  : […] On célèbre à juste titre les progrès accomplis en trois siècles par les savants grecs. Les grands mathématiciens, Euclide, Archimède, continuèrent sur la lancée de leurs prédécesseurs. Leurs travaux, en particulier ceux portant sur la sphère et le cône, permirent l'avancée de la géographie mathématique : avec Ératosthène, on se représenta de façon moins inexacte le monde connu ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-hellenistique/#i_29298

HERMANN VON REICHENAU (1013-1054)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 392 mots

Hermann von Reichenau naît le 18 juillet 1013 à Saulgau, en Souabe, dans une famille noble : son père est le comte Wolfrad II von Altshausen Voringen. Paralysé des deux jambes dès l'enfance (d'où ses surnoms d'Hermannus Contractus ou d'Hermann der Lahme : « le Paralytique »), il étudie dès l'âge de sept ans dans la célèbre abbaye bénédictine de Reichenau (située dans une île du lac de Constance), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-von-reichenau/#i_29298

HÉRON D'ALEXANDRIE (Ier s.?)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 848 mots

Géomètre grec et inventeur, actif au i er  siècle après J.-C. à Alexandrie (Égypte), Héron a transmis à la postérité les connaissances mathématiques et techniques de Babylone et du monde gréco-romain. Le travail de géométrie le plus important de Héron, les Metrica , n'a été découvert qu'en 1896. C'est un manuel, en trois vol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heron-d-alexandrie/#i_29298

HÉROPHILE (env. 340-300 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 429 mots

Bien que né en Chalcédoine, Hérophile passa sa vie à Alexandrie, alors au sommet de l'épanouissement artistique et scientifique que suscitèrent les Ptolémées, après la mort d'Alexandre le Grand, en encourageant la fusion des cultures grecque et orientale. Il étudia la médecine avec Praxagoras de Cos (le premier anatomiste qui différencia les veines des artères). Hérophile approfondit ces recherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herophile/#i_29298

HIPPARQUE DÉCOUVRE LA PRÉCESSION DES ÉQUINOXES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 239 mots

Hipparque de Nicée (ou Hipparque de Rhodes, premier quart du ii e  siècle-après 127 avant J.-C.) est sans conteste le plus grand astronome de l'Antiquité. Parmi ses nombreuses découvertes, la plus importante est celle de la précession des équinoxes (déjà entrevue par les Chaldéens), c'est-à-dire de la dérive lente – d'est en ouest par rapport aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hipparque-decouvre-la-precession-des-equinoxes/#i_29298

HIPPOCRATE DE CHIOS (actif vers 460 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 285 mots

Géomètre grec qui réunit le premier ouvrage connu d'éléments de géométrie , près d'un siècle avant Euclide. Bien qu'à l'heure actuelle nous ne possédions pas l'ouvrage dans son intégralité, il est possible qu'Euclide l'ait utilisé comme modèle pour écrire ses Éléments.  Selon la tradition, Hippocrate était un marchand dont les biens avaient été dérobés par des pirates. Il all […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippocrate-de-chios/#i_29298

HIPPOCRATE DE COS (460-env. 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUANNA
  •  • 6 889 mots
  •  • 1 média

Les médecins grecs de l'époque classique ont beaucoup écrit, comme le remarque Xénophon dans ses Mémorables . De cette littérature médicale, il subsiste une collection d'une soixantaine de traités médicaux attribués à Hippocrate. Bien qu'elle soit importante par son volume et par sa qualité, cette collection ne représente vraisemblablement qu'une faible partie de la littératu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippocrate-de-cos/#i_29298

HIPPOCRATE DE COS, en bref

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 145 mots

Père de la médecine occidentale, Hippocrate est né en — 460, dans l'île grecque de Cos. Il appartenait à une longue lignée de médecins remontant, selon la légende, à Asclépios (l'Esculape des Latins) et, par lui, au dieu Apollon. On connaît ses principes et son enseignement par les aphorismes dont lui-même ou ses disciples ont encadré le savoir médical grec antique, aphorismes regroupés dans les s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippocrate-de-cos-en-bref/#i_29298

HISTOIRE DES ANIMAUX (Aristote)

  • Écrit par 
  • Pierre LOUIS
  •  • 324 mots

La date de 335 avant notre ère est très importante dans l'histoire de la science grecque et de la science en général. Elle correspond pourtant à une période assez sombre de l'histoire de la Grèce ancienne. Trois années plus tôt, en — 338, la défaite des Athéniens et des Thébains, battus par Philippe de Macédoine à Chéronée, a signifié la fin de l'hégémonie athénienne. Cependant, Athènes en — 335 d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-animaux/#i_29298

HYPATIE (370 env.-415)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 236 mots

Fille du mathématicien Théon d'Alexandrie, elle est peut-être la seule femme versée dans les sciences exactes qu'ait connue l'Antiquité. Elle commente, dans des ouvrages malheureusement perdus, les écrits mathématiques de Diophante et d'Apollonius ; elle écrit un « canon astronomique » et sait fabriquer des appareils scientifiques (planisphère, hydroscope), ainsi qu'en témoignent les lettres et ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypatie/#i_29298

IBN ṬUFAYL ABŪ BAKR MUḤAMMAD (déb. XIIe s.-1185/86)

  • Écrit par 
  • Abdelkader BEN CHEHIDA
  •  • 1 378 mots

Né à Wādi Ash (Guadix) et mort à Marrakech, Abū Bakr Muḥammad Ibn Ṭufayl, contemporain et disciple indirect d'Ibn Bādjdja (Avempace), appartient, selon les historiens, à la génération qui précède celle d'Ibn Rushd (Averroès). Descendant de la célèbre famille arabe de Kays, il s'est illustré par ses talents d'homme politique, de savant et de philosophe. Il exerça auprès du souverain almohade Abū Ya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-tufayl-abu-bakr-muhammad/#i_29298

ISIDORE DE MILET (mort av. 558)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 501 mots

Associé à Anthémios de Tralles pour la construction de Sainte-Sophie, Isidore de Milet était, comme ce dernier, méchanopoios . C'est lui qui après la mort d'Anthémios de Tralles eut à achever seul la construction de Sainte-Sophie et à ériger la partie la plus délicate de l'édifice, la coupole. Il avait reçu, tout autant qu'Anthémios, une formation théorique poussée. Il paraît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isidore-de-milet/#i_29298

ISRAELI ISAAC BEN SALOMON (850 env.-950)

  • Écrit par 
  • André NEHER
  •  • 1 037 mots

Contemporain du grand penseur et homme politique juif Saadia Gaon (892-942) et éclipsé par sa gloire, Isaac Israeli (en arabe : Isḥāq ben Sulaymān al-Isrā‘īlī) n'en a pas moins exercé une influence remarquable et durable aussi bien à l'intérieur de la communauté juive qu'au sein de l'islam et du christianisme. Ses traités de médecine sont cités avec respect et admiration et ont fait autorité jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-ben-salomon-israeli/#i_29298

KARAJĪ ABŪ BAKR IBN MUḤAMMAD IBN AL-ḤUSAYN AL- (IXe-Xe s.)

  • Écrit par 
  • Jacques SESIANO
  • , Universalis
  •  • 369 mots

Mathématicien né vers 980, probablement à Karadj, en Perse, et mort vers 1030. Ab̄u Bakr ibn Muḥammad ibn al-Ḥusayn al-Karaj̄i mêle tradition et nouveauté dans ses exposés mathématiques. Comme ses prédécesseurs arabes, il n'utilise aucun symbole et va même jusqu'à écrire les nombres en lettres plutôt qu'à l'aide des chiffres indiens (sauf pour les grands nombres et dans les tables numériques). Av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karaji-abu-bakr-ibn-muhammad-ibn-al-husayn-al/#i_29298

KĀSHĪ ou KACHI GHIYĀTH AL-DĪN JAMSHĪD MAS‘ŪD AL- (mort en 1429)

  • Écrit par 
  • Yvonne DOLD-SAMPLONIUS, 
  • Universalis
  •  • 776 mots

Mathématicien et astronome persan, né vers 1380 à Kāshān (Perse, auj. Iran), mort le 22 juin 1429 à Samarcande (Ouzbékistan). Le premier événement connu de la vie de Ghiyāth al-Dīn Jamshīd Masūd al-Kāshī est l'observation d'une éclipse de lune le 2 juin 1406 à Kāshān. Son plus ancien ouvrage qui nous soit parvenu est Sullam al-samâ’ (1407, « la Voie du Paradis »), traité d'as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kashi-kachi/#i_29298

KHAYYĀM ‘UMAR (1021 env.-env. 1122)

  • Écrit par 
  • Mohammad Hassan REZVANIAN
  •  • 1 675 mots

Dans le chapitre « Un esprit encyclopédique »  : […] Ghiyāth al-Dīn Abū l-Fat'h Ibn-i Ibrāhīm al-Khayyāmī, plus connu sous le nom patronymique de Khayyām, qui signifie « fabricant de tentes », est né à Nīshāpūr, ville située en Khurassān, province du nord-est de l'Iran. Comme c'est également le cas de quelques autres grands auteurs classiques persans, on ignore les événements et les détails de sa vie, notamment ceux de sa jeunesse. Même les dates pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/umar-khayyam/#i_29298

KHUWĀRIZMĪ ou KHWĀRIZMĪ AL- (IXe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Mathématicien arabe, al-Khuwārizmī fut l'un des membres les plus importants du Bayt al-ḥikma, sorte d'institut où le calife ‘abbāside al-Ma'mūn avait regroupé hommes et moyens en vue du développement des sciences. Le Bayt al-ḥikma, renommé pour divers travaux, notamment des observations astronomiques et la mesure d'un degré du méridien terrestre, reste néanmoins avant tout, aux yeux de la postérit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khuwarizmi-khwarizmi/#i_29298

LYCÉE, Antiquité

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 357 mots

Dans le chapitre « Épistémologie »  : […] Dans les sciences expérimentales, Théophraste n'entend pas seulement « sauver les phénomènes », selon l'expression d'Aristote, mais plus exactement partir des découvertes et y harmoniser ou y faire concorder l'explication. La sensation permet une appréhension directe non seulement des principes, comme chez Aristote, mais de l'individualité. L'exactitude et l'acribie sont à rechercher dans l'enquêt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lycee-antiquite/#i_29298

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Primauté de la magie et de la religion »  : […] Contre les affections dont les causes matérielles étaient indiscernables, toutes les médecines dites « archaïques » ont fait appel à la magie, à la prière et à la divination. La maladie était considérée comme une sanction surnaturelle infligée à l'individu par une puissance démoniaque ou divine, étrangère à lui : seuls les sorciers, les prêtres, les devins – ceux que les ethnographes contemporain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_29298

MÉDECINE ANTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 180 mots

— 460 Naissance d'Hippocrate. — 340 -— 300 Hérophile décrit l'anatomie du cerveau et étudie le pouls. — 320-— 250 Érasistrate montre le rôle des nerfs, celui des vaisseaux sanguins ; il étudie des lésions anatomiques résultant des maladies. Environ 30 Celse ( De medecina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-antique-reperes-chronologiques/#i_29298

MÉDECINE MÉDIÉVALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 231 mots

Vers 850 Hunayn ibn Ishaq, à Bagdad, traduit du grec en arabe les œuvres de Galien. 865-923 Rhazès (al-Razi), remarquable clinicien, inscrit la médecine dans une vaste fresque encyclopédique. 1000 Avicenne, esprit universel, fait dans le Canon une synthèse des connaissances médicales. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-medievale-reperes-chronologiques/#i_29298

MENELAÜS D'ALEXANDRIE (70 env.-env. 120)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 362 mots

Né vers l'an 70, sans doute à Alexandrie (Égypte), Menelaüs vécut une partie de sa vie à Rome, comme l'atteste le témoignage de Ptolémée qui cite l'observation par Menelaüs de l'occultation par la Lune de l'étoile Bêta du Scorpion, le 14 janvier 98, à Rome. Le seul livre de Menelaüs qui nous soit accessible est Sphericae , qui traite des triangles sphériques et de leurs appli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menelaus-d-alexandrie/#i_29298

MONDINO DEI LUZZI (1275-1326)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 271 mots

Fils d'un pharmacien bolonais, Mondino étudia la médecine puis l'enseigna à Bologne où il acquit une très grande réputation, non seulement comme anatomiste, mais comme homme politique : des missions diplomatiques lui furent confiées ; il fut ambassadeur auprès de Jean, fils du roi de Naples. Professeur d'anatomie, il disséqua, à partir de 1315, de nombreux cadavres humains, et consigna l'année su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondino-dei-luzzi/#i_29298

MYTHE - Mythos et logos

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 3 293 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la généalogie cosmogonique aux protophysiques »  : […] Il ne s'agit visiblement pas de mythe au sens que M. Leenhardt et B. Malinowski, par exemple, donnent aux coutumes et récits associés où s'exprime le champ culturel des Mélanésiens. Il s'agit d'une composition hautement artificielle, coulant dans le moule traditionnel des généalogies des réponses méditées aux problèmes d'une société composite, en pleine crise d'auto-acculturation : une société, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-mythos-et-logos/#i_29298

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la neurologie »  : […] Au xvii e  siècle avant J.-C., le papyrus d'Edwin Smith révèle l'existence, chez les Égyptiens, de connaissances neurologiques précises. Par exemple, l'hémiplégie spasmodique est décrite avec concision : « L'œil de ce côté louche [...] ; les ongles sont au milieu de la paume [...]  ; il marche en traînant la plante du pied » (M. Laignel-Lavastine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_29298

OBSERVATION ASTRONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 839 mots
  •  • 5 médias

L 'astronome est celui qui observe les astres. Autrefois à l'œil nu, aujourd'hui en s'aidant d'instruments de plus en plus élaborés ; à tel point que, bien souvent, l'observation est devenue un processus automatisé où l'intervention humaine se réduit à la préparation de l'observation et à l'extraction de l'information pertinente à partir de résultats fournis automatiquement. Le ciel n'est pas vide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/observation-astronomique/#i_29298

ORIBASE (325 env.-403)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 466 mots

Né dans une famille patricienne de Pergame et venu à Alexandrie apprendre la médecine, Oribase fut appelé en 355 à Constantinople, et devint le médecin de l'empereur Julien l'Apostat qui le nomma questeur de la ville. Exilé par les successeurs de Julien, il dut à sa renommée d'être rappelé dans la capitale où il se consacra alors à la médecine. Julien, qu'il avait suivi lors de ses campagnes en Ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oribase/#i_29298

PAPPUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 412 mots

Né probablement à Alexandrie vers 320, Pappus fut le dernier grand mathématicien de l'école d'Alexandrie. Son œuvre, moins considérable que celles d'Euclide, d'Archimède et d'Apollonios (écrites plus de cinq cents ans auparavant), mais venant après une longue période où les recherches s'étaient limitées à l'astronomie, à la trigonométrie et à l'algèbre, sut donner un nouvel essor à la géométrie. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pappus/#i_29298

PAUL D'ÉGINE (625 env.-690)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 516 mots

La médecine et surtout la chirurgie byzantines du vii e siècle sont dominées par Paul d'Égine dont le seul ouvrage qui nous soit parvenu est l' Épitomê de la médecine. On sait cependant que son œuvre fut plus considérable et qu'elle fut traduite, de son vivant, par les Arabes. Il étudia à Alexandrie toutes les sciences ense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-d-egine/#i_29298

PÈLERIN DE MARICOURT PIERRE (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Patricia RADELET DE GRAVE
  •  • 1 468 mots
  •  • 1 média

Ayant vécu au xiii e  siècle, Pierre le Pèlerin de Maricourt, de son nom latin Petrus Perigrinus, est un savant connu pour avoir rédigé une lettre dans laquelle il décrit les principales propriétés de l'aimant. Il y donne, à partir du peu de connaissance de son époque et de ses propres expériences et observations, les premières explications scien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerin-de-maricourt-pierre-xiiie-s/#i_29298

POMPÉI, NATURE, SCIENCES ET TECHNIQUES (exposition)

  • Écrit par 
  • Hélène ERISTOV
  •  • 1 071 mots

Hors des sentiers battus, l'exposition Pompéi, nature, sciences et techniques , présentée à Paris au palais de la Découverte du 3 avril au 22 juillet 2001, donnait à voir un matériel inattendu : les objets d'art étaient conviés à titre de témoins et comme illustrations d'un propos scientifique et technique. Présentée en 1999 au Musée archéologique de Naples sous le titre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pompei-nature-sciences-et-techniques/#i_29298

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 744 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la spéculation à l’observation scientifique des embryons »  : […] De tout temps, science et philosophie ont repéré dans l’origine de la vie un enjeu crucial, où convergent et se combattent théories, croyances et idéologies, étayées de traditions historiques et d’appareils observationnels. Au xvi e  siècle, presque toutes les connaissances sur la reproduction, les organes sexuels, les rôles du mâle et de la femel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preformation-et-epigenese/#i_29298

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Le terme de psychiatrie semble attesté en français depuis 1842, formé par dérivation à partir du mot psychiatre, lui-même connu vers 1802 et emprunté aux langues germaniques. Il est à peu près synonyme de pathologie mentale, mais ne s'y substitue que vers la fin du xix e  siècle et désigne alors une branche particulière de la médecine, celle qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_29298

PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 729 mots
  •  • 3 médias

Le nom de Ptolémée n'est guère connu aujourd'hui qu'en tant qu'il désigne un système : le système astronomique qui plaçait la Terre immobile au centre du monde et dont la mise en question, de Copernic à Newton, a commandé la révolution scientifique. Ce fut pourtant le nom d'une œuvre considérable, dont l' Almageste et ses élaborations astronomiques ne sont qu'une part. Œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-ptolemee/#i_29298

PYTHAGORE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Fils d'un marchand de Tyr établi à Samos, Pythagore de Samos est considéré comme le premier pur mathématicien ; ses premiers biographes le présentaient comme un être pourvu d'attributs divins. Il rencontra Thalès et suivit à Milet l'enseignement de son élève Anaximandre. Il quitte Samos en — 535 pour l'Égypte dont il adopte de nombreuses croyances. Emmené prisonnier à Babylone par les Perses qui e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagore/#i_29298

PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE, 
  • Daniel SAINTILLAN
  •  • 3 175 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La « science » de Pythagore »  : […] C'est dans cette perspective théologico-politique que doit être abordée la « science » de Pythagore, à laquelle la tradition veut qu'il ait donné, le premier, le nom de « philosophie ». Accueillant en elle les connaissances les plus diverses (si l'on en croit Héraclite, qui accusa Pythagore de « polymathie »), elle accordait vraisemblablement une place importante à ce qui recevra plus tard le nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagore-et-pythagorisme/#i_29298

RHAZÈS, arabe ABŪ BAKR MUḤAMMAD IBN ZAKARĪYĀ AL-RĀZĪ (865 env.-env. 925)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

Médecin, alchimiste et philosophe persan, né vers 865 à Ray, près de Téhéran, mort vers 925 à Ray. Selon certaines sources, Rhazès (en arabe Abū Bakr Muḥammad ibn Zakar̄iyyā’ al-r̄az̄i), serait déjà alchimiste lorsqu'il acquiert ses connaissances médicales. Après avoir été médecin en chef dans un hôpital de Ray, il occupe un poste similaire à Bagdad pendant quelque temps. Comme de nombreux savants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhazes-arabe-abu-bakr-muhammad-ibn-zakariya-al-razi/#i_29298

STRATON DE LAMPSAQUE (env. 330-env. 270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 941 mots

Philosophe péripatéticien. Également surnommé le Physicien. Disciple de Théophraste, Straton succéda à ce dernier comme chef de file du Lycée, position qu'il occupa pendant dix-huit ans. Il fut sans doute, pendant un temps, le précepteur de Ptolémée II Philadelphe et jouit de la protection d'Arsinoé, sœur et épouse du souverain. Il joua un rôle important dans l'implantation de la science grecque à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/straton-de-lampsaque/#i_29298

SYSTÈME GÉOCENTRIQUE DE PTOLÉMÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 211 mots
  •  • 2 médias

Dans sa Syntaxe mathématique , plus connue sous le titre d' Almageste , et dans laquelle la dernière observation consignée date de 141, Claude Ptolémée ( ii e  siècle) expose l'ensemble des connaissances astronomiques de son époque. Il décrit en particulier le mouvement du Soleil, de la Lune et des planè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-geocentrique-de-ptolemee/#i_29298

SYSTÈMES DU MONDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 426 mots

Fin du vi e  siècle - début du v e  siècle avant J.-C. Philolaos propose que la Terre, la Lune, le Soleil et les cinq planètes connues dans l'Antiquité – Vénus, Mercure, Mars, Jupiter et Saturne – tournent autour d'un Feu central. iv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-du-monde-reperes-chronologiques/#i_29298

TERRE - La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 049 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Histoire de la Terre »  : […] L'histoire de la Terre ressortit à la géologie, dont elle représente le cœur, bien que cette discipline concerne tous les aspects (nature, structure et dynamique) de la croûte terrestre. La géologie ne s'est constituée en science autonome qu'au début du xix e  siècle, avec une très grande rapidité, succédant à la minéralogie, déjà objet de l'intér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terre-la-planete-terre/#i_29298

THĀBIT IBN QURRA AL-ḤARRĀNĪ AL-ṢĀBI' (836-901)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 309 mots

Mathématicien, astronome, médecin et philosophe arabe, né en 836 en Syrie, mort en 901 à Bagdad. Al-Ṣābi’ Thābit ibn Qurra al-Ḥarrānī descend d'une riche famille d'Harrān, ville réputée être le siège d'un culte astronomique sémitique hellénisé dont Thābit serait membre. En prenant le nom de Sabéens, mentionné dans le Coran, ces adorateurs du dieu Lune se présentent comme appartenant au « peuple du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-sabi-thabit-ibn-qurra-al-harrani/#i_29298

THALÈS

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 202 mots

On considère généralement que Thalès de Milet fut le premier philosophe et mathématicien grec. Sa renommée est telle qu'il fait partie des sept sages de l'Antiquité honorés par Diogène Laërce. Il voyagea en Égypte, où il détermina la hauteur d'une pyramide à partir de son ombre et de celle d'un bâton, ce qui est une illustration du célèbre théorème de Thalès sur la proportionnalité des longueurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thales/#i_29298

THALÈS DE MILET (env. 625-env. 547 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

Thalès avait environ quarante ans lors de l'éclipse du Soleil dont la prédiction lui a valu de rester célèbre (585 av. J.-C.). Il possédait des connaissances en astronomie assez positives et assez avancées pour faire des prévisions rationnelles. Il habitait la cité ionienne de Milet, port et centre d'un commerce étendu aux deux bassins de la Méditerranée : il a vraisemblablement développé ses conn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thales-de-milet/#i_29298

THÉÉTÈTE (env. 415-env. 369 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 340 mots

Mathématicien grec, élève de Théodore de Cyrène. Le dialogue de Platon qui porte le nom de Théétète permet de situer approximativement sa naissance en ~ 415 et sa mort (à la suite d'une blessure de guerre et d'une dysenterie) vers ~ 369. Théodore le présente à Socrate comme un élève d'une nature exceptionnelle, à l'esprit à la fois aigu et pondéré (143 e-144 b) ; physiquement, il ressemble à Socra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theetete/#i_29298

THÉODORE DE CYRÈNE (fin Ve-déb. IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 202 mots

Mathématicien grec, qui enseignait à Cyrène (on ne doit pas le confondre avec Théodore l'Athée, dit aussi Théodore de Cyrène). D'après Diogène Laërce (III, vi ), Théodore de Cyrène aurait connu et même instruit Platon, lors de son passage dans cette ville. Platon fait d'ailleurs de lui un des personnages de la trilogie du Théétète , en le présentant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-cyrene/#i_29298

THÉORIE DE L'ARC-EN-CIEL

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 194 mots

Né à Ilchester (Angleterre) et mort à Oxford, le moine franciscain philosophe et théologien Roger Bacon (vers 1220-1292) appartient à l'école d'Oxford où il fut le disciple de Robert Grosseteste (vers 1175-1253), après avoir été étudiant à Paris. Dans l' Opus maius envoyé en 1267 au pape Clément VI, il développe sa vision de la quête de la sagesse, insistant sur le fait que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-arc-en-ciel/#i_29298

THÉORIE HÉLIOCENTRIQUE D'ARISTARQUE DE SAMOS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 220 mots

L'observation du ciel conduit tout naturellement à penser que c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre : c'était l'opinion d'Aristote (385 env.-322 avant J.-C.) et de ses contemporains. Un siècle après Aristote, Aristarque de Samos (310 env.-env. 230 avant J.-C.) émet l'hypothèse que c'est en fait la Terre qui tourne autour du Soleil. En étudiant les phases lunaires et les éclipses, il avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-heliocentrique-d-aristarque-de-samos/#i_29298

TRAITÉ DES CORPS FLOTTANTS (Archimède)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 119 mots
  •  • 1 média

Archimède (— 287-— 212) est sans aucun doute un des plus importants personnages de la science antique. Ses travaux sont encore mal connus et l'on a parfois du mal à distinguer les faits historiques d'éléments quasi légendaires qui les accompagnent depuis plusieurs siècles. Dans le Traité des corps flottants , il traduit en termes mathématiques une connaissance expérimentale a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-corps-flottants/#i_29298

ṬŪSĪ MUḤAMMAD IBN MUḤAMMAD NAṢĪR AL-DĪN AL- (1201-1274)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 791 mots

Philosophe, scientifique et mathématicien persan, né le 18 février 1201 à Ṭūs (Khūrāsān), mort le 26 juin 1274 à Bagdad. Naṣīr al-Dīn al-Ṭūsī, de son vrai nom Muḥammad ibn Muḥammad ibn al-Ḥasan al-Ṭūsī, commence son apprentissage à Ṭūs, où son père est juriste à l'école du douzième Imām, principale secte shī‘ite. Il termine cependant son éducation à Nīshāpūr, environ 80 kilomètres à l'est de la vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-ibn-muhammad-nasir-al-din-al-tusi/#i_29298

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 222 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Aristote et les origines de la science des animaux »  : […] L'être humain a, depuis toujours, observé les animaux ; les connaissances qui en résultent se trouvent dans toutes les cultures humaines et ont principalement une vocation utilitariste lorsqu'il s'agit de connaître les mœurs des animaux chassés, des prédateurs, des commensaux, des parasites ou des espèces domestiques... C'est Aristote (384-322 av. J.-C.) qui est l'auteur de l'œuvre zoologique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoologie-histoire-de-la/#i_29298


Affichage 

Anaximandre - Milet (Asie mineure) 

photographie

Philosophe et astronome grec du VIe siècle av J-C, Anaximandre occupe une place centrale dans la définition des techniques, des sciences et de la philosophie Il aurait dessiné les premières cartes de géographie et la première carte du ciel, introduit en Grèce le cadran solaire (gnômôn) et... 

Crédits : Courtesy of the Landesmuseum, Trier, Allemagne

Afficher

Archimède

photographie

Le savant grec Archimède (287 av J-C-212 av J-C) 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Archimède - Syracuse (Sicile)

photographie

Archimède est né à Syracuse (Sicile), en 287 avant J-C Son œuvre scientifique (mathématique, géométrie, physique) est considérable (principe d’Archimède sur la poussée subie par tout corps immergé, fixation de la valeur du nombre pi à 3,141 6, etc) Il est aussi célèbre pour ses... 

Crédits : AKG

Afficher

Éléments fondamentaux de la matière pour les Grecs

tableau

tabl3 - Les éléments fondamentaux de la matière d'après les philosophes grecs 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Épicycles de Ptolémée

dessin

Les épicycles de Ptolémée 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Euclide - Alexandrie (Égypte)

photographie

Euclide (env IVe-IIIe s av J-C) enseignait la géométrie à Alexandrie Son œuvre a représenté, pendant plus de deux millénaires, un modèle d'exposition déductive d'une science exacte à partir de quelques définitions et propriétés admises sans démonstration Son effort conscient pour... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Excentriques et équants, déférents et épicycles

dessin

Excentriques et équants, déférents et épicycles 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Hippocrate - Cos

photographie

Hippocrate de Cos appartient à une prestigieuse lignée de médecins issue du nord de l’Asie mineure Contemporain de Platon, il vécut au IVe siècle Une soixantaine d'écrits lui sont attribués, qui privilégient l'observation détaillée du corps malade Il est aussi célèbre pour avoir... 

Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

Afficher

Médecine grecque

photographie

Sur ce bas-relief grec (vers 350 av J-C), un médecin examine un patient sous le regard du demi-dieu Esculape, le père de la médecine Ce dernier porte son attribut habituel, un bâton autour duquel s'enroule un serpent 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Monde : système basé sur des sphères solides homocentriques

dessin

Système du monde basé sur des sphères solides homocentriques 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pythagore

photographie

Le Grec Pythagore (580 av J-C env-env 500 av J-C), philosophe et mathématicien, n'a laissé aucun écrit et n'est connu que par la tradition orale 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Pythagore - Samos (Asie mineure)

photographie

Né vers 580 avant J-C à Samos, en Asie mineure, Pythagore quitte sa ville natale pour s’établir à Crotone, colonie grecque d'Italie du Sud Il y fonde des communautés aux règles de vie ascétiques Son enseignement, à la fois ésotérique et mathématique, qui voyait dans les nombres la... 

Crédits : Dagli Orti/ Museo Capitolino Rome/ The Art Archive/ Picture Desk

Afficher

Système de Ptolémée

dessin

Système de Ptolémée Mouvements circulaires avec épicycles et déférents Les centres des déférents sont eux-mêmes mobiles 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Thalès - Milet (Asie mineure)

photographie

Thalès de Milet vécut en Asie mineure de 625 à 547 avant J-C environ Selon la tradition, il serait le premier mathématicien grec Un théorème de la théorie des triangles porte son nom Il aurait appliqué les principes géométriques à la mesure de la hauteur des pyramides et des distances en... 

Crédits : Bettmann/ Corbis

Afficher

Anaximandre - Milet (Asie mineure) 
Crédits : Courtesy of the Landesmuseum, Trier, Allemagne

photographie

Archimède
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Archimède - Syracuse (Sicile)
Crédits : AKG

photographie

Éléments fondamentaux de la matière pour les Grecs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Épicycles de Ptolémée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Euclide - Alexandrie (Égypte)
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Excentriques et équants, déférents et épicycles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hippocrate - Cos
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Médecine grecque
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Monde : système basé sur des sphères solides homocentriques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pythagore
Crédits : Hulton Getty

photographie

Pythagore - Samos (Asie mineure)
Crédits : Dagli Orti/ Museo Capitolino Rome/ The Art Archive/ Picture Desk

photographie

Système de Ptolémée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Thalès - Milet (Asie mineure)
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie