INDIEN HISTOIRE DE L'OCÉAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Navigateurs grecs et phéniciens, chinois et arabes

Les Anciens avaient bien connu la partie septentrionale de l'océan Indien, notamment les environs de la péninsule arabique et de la corne de l'Afrique, la mer Érythrée et le golfe gangétique ou Grand Golfe. La région au sud de Ceylan, mer Prasode ou mer Verte, dont l'existence était soupçonnée par les hommes de l'Antiquité, est restée à peu près inexplorée (mis à part quelques incursions arabes ou chinoises vers la fin du premier millénaire de l'ère chrétienne) jusqu'au début du xvie siècle. Ainsi s'opposent, du point de vue historique, la région océanique au nord de l'équateur, région « ancienne », « monde du Cancer », bien connue des navigateurs méditerranéens et orientaux, et la région « moderne », « monde du Capricorne », explorée depuis un demi-millénaire à peine par des navigateurs européens venus de l'Atlantique. Entre ces deux mondes océaniques – l'un et l'autre d'une infinie diversité –, il existe des franges communes, des interpénétrations telles qu'elles frappent forcément d'inexactitude les catégories simplificatrices dans lesquelles on les enferme parfois de nos jours, qu'elles soient fondées sur l'idéologie (opposition Orient-Occident), la conjoncture politique ou stratégique. Cela dit, il reste que la partie de l'océan Indien la plus vivante dans l'histoire est située au nord de l'équateur. Plusieurs facteurs communs la définissent : les vents d'abord (moussons et alizé septentrional) qui, depuis toujours, ont servi la navigation favorisée en outre par la présence d'îles et d'archipels semés comme autant de relais heureux sur les grands espaces maritimes ; la présence dominante de l'Inde, d'autre part, qui fut pendant quatre mille ans un centre d'attraction et de rayonnement. Au sud de l'équateur, au contraire, exception faite pour l'extraordinaire équipée du peuplement de Madagascar, issu de l'Indonésie, il n'y eut guère de reconnaissances au-delà des franges côtières, l'immensité océanique restant, jusqu'à l'époque récente du développement des Mascareignes e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Paysage côtier dans le sud du Kenya

Paysage côtier dans le sud du Kenya
Crédits : Christopher Pillitz/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Vasco de Gama (vers 1469-1524)

Vasco de Gama (vers 1469-1524)
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants

1600 à 1700. Les nouveaux conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Provence, directeur de l'Institut d'art
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  INDIEN HISTOIRE DE L'OCÉAN  » est également traité dans :

AUSTRONÉSIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 915 mots

Pris dans un sens strict, les Austronésiens forment un groupe ethnolinguistique considérable dispersé de Madagascar aux îles Hawaii et recouvrant la totalité de l'Indonésie, de la Malaisie et des Philippines, la quasi-totalité de la Mélanésie et de Formose, et enfin la Micronésie et la Polynésie. Entité essentiellement linguistique, cet ensemble exclut les populations autochtones de l'Australie et […] Lire la suite

CHINOISES EXPÉDITIONS MARITIMES

  • Écrit par 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 610 mots
  •  • 1 média

La Chine a été la plus grande puissance maritime du xi e au xv e siècle. L'apogée est atteint, au xv e siècle, avec de grandes expéditions rendues possibles grâce au perfectionnement des techniques mises au point depuis le xi e siècle  : invention de la boussole, apparition de la jonque de haute mer avec gréement et voilures permettant de naviguer au plus près. De plus, les Song du Sud (1127-1 […] Lire la suite

COMORES

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise ROMBI
  • , Universalis
  •  • 4 926 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Comoriens : Africains et Orientaux »  : […] Il est difficile de dater avec précision l'arrivée des premiers habitants, mais il est vraisemblable que le peuplement d'origine africaine précéda la venue des Arabo-Shirazi et des Malgaches. Il semble probable que la vague de population africaine originaire de la côte orientale d'Afrique a atteint les Comores à l'âge du fer, entre le v e et le x e  siècle. Malheureusement, on ne sait que peu de […] Lire la suite

COMPAGNIES FRANÇAISES DES INDES

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 1 134 mots

Au temps de Colbert, la colonisation devient une affaire d'État ou de grandes compagnies favorisées par l'État. Colbert fonde la Compagnie française des Indes orientales et la Compagnie française des Indes occidentales (1664). Le but de cette dernière est la production de sucre, mais elle ne peut assurer son monopole et est dissoute en 1674. La Compagnie des Indes orientales reçoit le monopole du […] Lire la suite

NAVIGATION MARITIME

  • Écrit par 
  • Michel MOLLAT DU JOURDIN
  •  • 7 608 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Boutres arabes et jonques chinoises »  : […] Zone de contacts millénaires entre marins de Méditerranée, d'Afrique et d'Extrême-Orient, l'océan Indien avait livré aux Anciens, au temps d'Hippalos ( i er  s.), le « secret » du rythme saisonnier de la mousson. Sur leurs traces, les Arabes s'assuraient des marchés jusqu'en Chine ( ix e  s.), tandis que les marins chinois venaient à leur rencontre jusqu'à Ceylan et Zanzibar. Les voyages de Marco […] Lire la suite

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps des grandes compagnies »  : […] La V.O.C. hollandaise était à peu près contemporaine de la première Compagnie anglaise des Indes orientales fondée en 1600. Leurs ambitions se recoupaient. Les Anglais, depuis la circumnavigation de Drake (1577-1580) et de Lancaster (1590-1594), s'étaient lancés avec les mêmes préoccupations mercantiles sur les mêmes chemins qui les conduisirent d'abord à se heurter aux Portugais, puis à entrer e […] Lire la suite

GAMA VASCO DE (1469 env.-1524)

  • Écrit par 
  • Eila M.J. CAMPBELL
  •  • 1 749 mots

Le navigateur portugais Vasco de Gama a ouvert une route maritime entre l’Europe occidentale et l’Orient en passant par le cap de Bonne-Espérance, lors du premier de ses voyages (1497-1499, 1502-1503, 1524) vers l’Inde. […] Lire la suite

GONDWANA

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK, 
  • Michel WATERLOT
  •  • 2 441 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Reconstitutions et fragmentation du Gondwana »  : […] Dans l'esprit de nombreux géologues contemporains, le Gondwana était constitué d'un bloc compact autour du pôle (Sud) du Paléozoïque supérieur, rassemblant, comme on vient de le voir, Amérique du Sud, Afrique, Arabie, Madagascar, Inde, Australie et Antarctique. Cependant, à la suite des nombreux travaux réalisés notamment en Asie méridionale et autour du Pacifique, il s'avère que la réalité est be […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce dernier cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'empire de Vijayanagar, qui a grandi à l'extrême sud da […] Lire la suite

INDIEN OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 6 085 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire de l'exploration »  : […] Bordé au nord par des terres d'anciennes civilisations, l'océan Indien a été très tôt parcouru par des navigateurs égyptiens, phéniciens, romains, chinois et malais. Mais ce sont les navigateurs arabes qui ont donné les premières descriptions sérieuses du régime des vents et des courants dans le nord de l'océan, et les premiers renseignements plus ou moins déformés sur les terres méridionales. B […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André BOURDE, Jean-Louis MIÈGE, « INDIEN HISTOIRE DE L'OCÉAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-ocean-indien/