HISTOIRE ATLANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Traite des Noirs

Traite des Noirs
Crédits : Rischgitz/ Getty Images

photographie

Révolte des esclaves noirs de Saint-Domingue, XVIIIe siècle

Révolte des esclaves noirs de Saint-Domingue, XVIIIe siècle
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie


Naissance et affirmation de l'histoire atlantique

Alors que l'essentiel des études atlanticistes s'intéressent avant tout aux sphères du social et de l'économique, les premiers travaux relevaient plutôt de l'histoire politique consacrée aux grandes révolutions de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle.

C'est Jacques Godechot, grand spécialiste de la Révolution française, qui a, le premier, en 1947, introduit l'idée d'une histoire de l'Atlantique. Quelques années plus tard, cet historien français crée le concept de « révolution atlantique » qui est ensuite repris par l'historien américain Robert Palmer (Age of Democratic Revolutions, 2 vol., 1959-1964). Pour ces deux auteurs, il convient d'étudier les révolutions qui bâtirent les cadres des systèmes démocratiques en dépassant le cadre national. Ils étudient les révolutions américaine et française comme une seule et unique séquence historique. Godechot et Palmer montrent que les sociétés des deux rives de l'océan Atlantique ont connu des évolutions économiques et sociales comparables qui débouchèrent sur l'avènement d'une nouvelle légitimité démocratique. Dans le contexte de la guerre froide, cette première approche apparaît excessivement atlantiste : certains y voient un cheval de Troie historiographique destiné en sous-main à défendre les seuls intérêts du camp occidental. Aujourd'hui, on leur reproche plutôt d'avoir oublié, ou minoré, l'importance de la révolution haïtienne (1791-1804) et des indépendances ibéro-américaines au xixe siècle. Malgré tout, ces travaux constituent un jalon déterminant pour l'émergence de la nouvelle histoire atlantique.

Dans l'effervescence des campus américains à la fin des années 1960, marquée par la guerre du Vietnam, des historiens procèdent à la révision des mythes fondateurs de la nation. Trois historiens – les Américains Bernard Bailyn et Gordon Wood et le Néo-Zélandais John Greville Agard Pocock – bouleversent le grand récit lib [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Nantes

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Clément THIBAUD, « HISTOIRE ATLANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-atlantique/