HISTOCOMPATIBILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

HLA : organisation génétique

HLA : organisation génétique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Protéines des classes 1 et 2

Protéines des classes 1 et 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Antigène peptidique par molécules HLA de classes 1 et 2

Antigène peptidique par molécules HLA de classes 1 et 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

HLA et maladies

HLA et maladies
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Fonctions des classes I et II du complexe HLA

Le point de départ provient de l'observation suivante : les leucocytes d'un sujet peuvent être soit agglutinés par le sérum (anticorps) d'un receveur, soit réagir avec – et/ou faire réagir (c'est-à-dire proliférer et/ou faire proliférer in vitro après co-incubation et culture) – les leucocytes du receveur, dits incompatibles. Les déterminants spécifiques de cette réaction d'incompatibilité sont des structures protéiques codées par les loci des classes I et II du complexe HLA.

Classe I

Les gènes des loci A, B et C produisent des protéines ubiquitaires (cf. infra, Structure), présentes à la surface de la quasi-totalité des cellules nucléées, protéines que l'on nomme antigènes de transplantation pour indiquer le rôle qu'elles détiennent dans le rejet des greffes. Les protéines produites par les loci E, F, G et H sont semblables, mais elles sont moins polymorphes, ne sont pas ubiquitaires et n'apparaissent qu'à la surface de cellules particulières, comme les cellules hépatiques et rénales. Elles sont détectables, en cas d'incompatibilité, soit par réaction sérique, soit par réaction lymphocytotoxique. Un sérum réactif agglutinera les leucocytes qui possèdent les antigènes A, B ou C du sous-type correspondant, l'allotype. Un tel sérum proviendrait par exemple d'un individu immunisé : une femme multipare sera immunisée à la suite de gestations d'enfants possédant les antigènes A, B ou C, différents de ceux de la mère. La réaction lymphocytotoxique interviendra quand les leucocytes cibles seront mélangés à un sérum réactif, ce qui entraînera la mort des lymphocytes porteurs de l'antigène sensibilisant.

Classe II

Codée par les gènes DR, DP et DQ, ces protéines sont seulement présentes à la surface de certains types cellulaires, surtout les macrophages, les lymphocytes B et une minorité de lymphocytes T, les Th2 (cf. infra). Leur existence a été démontrée par une réaction entre lymphocytes, dite cellulaire. Bien que les antigènes de classe II puissen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, président de la fondation Jean Dausset-C.E.P.H.
  • : biologiste moléculaire

Classification


Autres références

«  HISTOCOMPATIBILITÉ  » est également traité dans :

CANCER - Immunothérapie

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 4 699 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’environnement tumoral est hostile aux lymphocytes T »  : […] Les lymphocytes T cytotoxiques et les macrophages devraient donc, en principe, être capables d’empêcher la croissance de tumeurs dès l’apparition des premières anomalies. D’ailleurs, la présence de nombreux lymphocytes T cytotoxiques dans les tumeurs est généralement associée à un bon pronostic. Mais, en pratique, ce n’est pas toujours le cas et bien souvent les tumeurs échappent au contrôle du sy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-immunotherapie/#i_16028

DAUSSET JEAN (1916-2009)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 949 mots

Le Français Jean Dausset, né à Toulouse en 1916 et décédé à Palma de Majorque (Espagne) le 6 juin 2009, a révolutionné le monde de l'immunologie avec sa découverte des molécules du « complexe majeur d'histocompatibilité », une contribution essentielle pour comprendre les règles de la compatibilité tissulaire entre les donneurs et les receveurs de greffe d'organes, et les mécanismes présidant au d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-dausset/#i_16028

GREFFE MÉDULLAIRE

  • Écrit par 
  • Laurent DEGOS
  •  • 763 mots
  •  • 1 média

On définit la greffe médullaire comme la transplantation de moelle osseuse. On distingue l'autogreffe (le donneur et le receveur de la moelle osseuse sont la même personne) et l'allogreffe (donneur et receveur sont deux personnes distinctes). La greffe apporte les éléments hématopoïétiques qui vont produire les globules rouges, les polynucléaires et les plaquettes, ainsi que des éléments lymphoïd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffe-medullaire/#i_16028

GREFFES

  • Écrit par 
  • Jean PAUPE
  •  • 3 725 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les antigènes impliqués : histocompatibilité »  : […] Tout phénomène immunologique implique une stimulation antigénique. On parlera d' histocompatibilité lorsque les constituants antigéniques du donneur et du receveur seront tels que ce dernier ne pourra pas se sensibiliser contre le greffon, et d'histo-incompatibilité lorsque la sensibilisation se produit. Les antigènes responsables de ce phénomène sont cellulaires ; ce sont des glycoprotéines local […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffes/#i_16028

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'unicité du soi : des applications inattendues et imprévisibles »  : […] L'unicité de chaque être est liée à une redistribution des caractères génétiques parentaux, opérée lors de la fabrication des cellules germinales, à l'image d'un jeu de cartes dont chaque donne diffère de la précédente. Cette situation permet de mettre au point des techniques d'identification individuelle à partir de l'ADN (sang, sperme, peau etc.). Les applications judiciaires sont aujourd'hui ro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_16028

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Manifestation de la réponse à médiation cellulaire »  : […] Mise en œuvre dans l'immunité contre de nombreux virus, la manifestation de la réponse à médiation cellulaire l'est également vis-à-vis d'un certain nombre de bactéries (bacille tuberculeux et autres mycobactéries, certaines corynebactéries, Brucella , Listeria , Legionella , Chlamydiae , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_16028

SANG - Identité et hérédité

  • Écrit par 
  • Jacques RUFFIÉ, 
  • Jean-Pierre SOULIER
  •  • 5 526 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les groupes leuco-plaquettaires »  : […] Tous les tissus du corps humain sont porteurs d'antigènes particuliers, les antigènes d' histocompatibilité, qui sont à l'origine des rejets de greffes ou de transplantations d'organes. À la suite des travaux de J. Dausset en 1952, on sait que les antigènes tissulaires sont portés également par les leucocytes et par les plaquettes ; c'est donc par le groupage leucocytaire que l'on pourra établir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sang-identite-et-heredite/#i_16028

SNELL GEORGE DAVIS (1903-1966)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 323 mots

Immuno-généticien américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1980, conjointement à Jean Dausset et Baruj Benacerraf, pour leurs travaux sur l'histocompatibilité (compatibilité entre certaines caractéristiques génétiques du donneur et du receveur, qui permet au tissu greffé d'être accepté par le receveur). George Davis Snell est né le 19 décembre 1903, à Bradford (Massachusetts). Il est di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-davis-snell/#i_16028

THÉRAPEUTIQUE - Thérapies substitutives et régénératives

  • Écrit par 
  • Didier HOUSSIN
  •  • 4 332 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes »  : […] Les organes, masses fonctionnantes vitales pour l'organisme, qu'il s'agisse du rein, du foie, du cœur, du poumon, du pancréas ou de l'intestin, sont irrigués en permanence par le sang. La greffe d'organes imposait de résoudre trois grands types de difficultés : le rétablissement de la circulation sanguine à l'intérieur du greffon ; la maîtrise des conséquences biologique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-therapies-substitutives-et-regeneratives/#i_16028

TRANSPLANTATION D'ORGANES

  • Écrit par 
  • Henri BISMUTH, 
  • Jean-François DELFRAISSY, 
  • Jean DORMONT, 
  • Jean HAMBURGER, 
  • Didier SAMUEL
  •  • 5 602 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choix du donneur »  : […] L' organe ne peut être prélevé sur un donneur vivant que dans le cas d'organes doubles tels que le rein : l'ablation d'un des deux reins à un sujet sain n'entraîne, en effet, aucune conséquence sur sa santé ; l'intervention comporte néanmoins un risque, faible, mais non nul, risque post-opératoire immédiat (0,05 p. 100) et risque d'accident ultérieur sur un rein restant désormais unique (0,07 p. 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transplantation-d-organes/#i_16028

XÉNOGREFFES

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 2 048 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le phénomène de rejet »  : […] L'allogreffe a pendant longtemps été impossible ou en tout cas accompagnée de nombreux échecs jusqu'à ce que la découverte du système HLA et la mise au point de médicaments immunosuppresseurs aient rendu possible cette pratique. On sait maintenant que nos cellules ont à leur surface des protéines qui sont caractéristiques de chaque individu, et qui résultent de la recombinaison de gènes qui peuve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xenogreffes/#i_16028

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DAUSSET, David GRAUSZ, « HISTOCOMPATIBILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/histocompatibilite/