BAYARD HIPPOLYTE (1801-1887)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre photographique

En se photographiant en noyé, Bayard fixe son image d'inventeur maudit. Mais d'un autre côté, il inaugure son œuvre de photographe primitif. Il s'agit en effet de la première mise en scène avec personnage de l'histoire de la photographie. Avec cet autoportrait morbide, Bayard n'est plus dans l'expérimentation d'un procédé mais dans la production d'une œuvre. Jusqu'au début des années 1840, il continue à produire des positifs directs. Les statuettes en plâtre utilisées pour ses premiers essais se font de plus en plus nombreuses ; il les assemble en de véritables sujets, toujours équilibrés autour d'un axe central de la composition. Bayard, qui explore le genre de l'autoportrait, inscrit parfois son corps dans ces arrangements. Il délaisse bientôt le positif direct pour le procédé négatif-positif de Talbot. Trouvant ses sujets à proximité de chez lui, dans son jardin ou son quartier des Batignolles, Bayard joue des variations, ajoutant ou modifiant la place des objets dans ses natures mortes, habillant ou disposant différemment ses personnages, ou encore passant de la vue horizontale à la vue verticale, comme l'a si bien montré l'historien Michel Frizot dans son essai Bayard en son jardin. Variations sans thème (1986).

Autoportrait, H. Bayard

Photographie : Autoportrait, H. Bayard

Hippolyte Bayard, Autoportrait, vers 1850. L'un des pionniers de la photographie, tant dans le domaine des techniques que dans celui des recherches artistiques, Hippolyte Bayard laisse nombre d'images de lui-même, dont la plus saisissante demeure l'Autoportrait en noyé mis en scène en... 

Crédits : Hippolyte Bayard/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

De 1842 à 1845 environ, Bayard pratique parallèlement le daguerréotype. Outre les vues du château de Blois réalisées avec son élève François-Auguste Renard à la demande de l'architecte Duban, on lui connaît également une vue du château de Dampierre (Yvelines) aménagé par Duban toujours, de nombreux autoportraits et portraits de ses proches, dont le peintre Jules Ziegler. À partir de 1847, il profite des améliorations apportées par le Lillois Blanquart-Evrard au procédé de Talbot pour photographier de nombreux monuments parisiens : la place de la Concorde, l'arc de Triomphe, la cathédrale Notre-Dame. Il est un des premiers à abandonner le négatif papier au profit du négatif verre à l'albumine mis au point par Niépce de Saint-Victor, un procédé loué pour sa finesse mais peu pratiqué à cause de la longueur des temps de pose. En 1849, les vues d'architecture de cet inventeur-photographe sont justement remarquées à l'Exposition des produits de l'industrie où il remporte une médaille d'argent : « Jamais aucun opérateur, en aucun pays, n'a produit sur papier des vues aussi détaillées, aussi pures de contours, aussi fraîches et vigoureuses d'effet », écrit dans son rapport Léon de Laborde. Les vues d'architecture présentées à l'Exposition universelle de Londres, en 1851, remportent un succès équivalent. 1851 est d'ailleurs une année riche pour la photographie. Elle correspond à la naissance de la Société héliographique, première société de photographie composée d'amateurs, artistes, scientifiques et écrivains. Bayard, qui fait partie du comité, se montre intéressé au cours des différentes séances par les procédés de tirages, visant notamment à réduire leur temps de fabrication par des réactifs chimiques. À une époque où les épreuves s'obtiennent à la lumière du soleil, il invite plusieurs membres de la société à une séance de tirage à la lumière électrique.

En juin 1851, en même temps que quatre jeunes photographes – Edouard Baldus, Henri Le Secq, Gustave Le Gray et Auguste Mestral – Bayard est sélectionné par la commission des Monuments historiques, pour photographier un certain nombre de monuments français. L'enjeu est de taille puisqu'il s'agit de la première commande publique de photographie, aujourd'hui connue et célébrée sous le nom de Mission héliographique. Bayard doit accomplir sa mission en Normandie. Mais pas plus qu'il n'a honoré une commande de six vues passée par cette institution en août 1849, il n'honorera celle de la Mission héliographique. Il n'a remis aucun tirage, aucun négatif à l'administration alors qu'il a bien réalisé des images. Une dizaine ont pu être récemment rattachées à cette commande et quelques-unes ont même été diffusées par Blanquart-Évrard dans l'album Souvenirs photographiques (1853). Bayard qui était reconnu pour la qualité de ses vues d'architecture, à la veille de la commande, semble avoir refusé de se mesurer à ses jeunes confrères dont la plupart deviendront des figures réputées.

C'est d'ailleurs en 1851 que le manipulateur habile reprend le pas sur le photographe. Il sait obtenir des ciels aux nuages bien dessinés grâce à l'utilisation d'un second négatif sup [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Façades, H. Bayard

Façades, H. Bayard
Crédits : Hippolyte Bayard/ Getty Images

photographie

Autoportrait, H. Bayard

Autoportrait, H. Bayard
Crédits : Hippolyte Bayard/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : diplôme de l'École Louis-Lumière, diplôme de recherche de l'École du Louvre, responsable du fonds de photographie à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Paris

Classification

Autres références

«  BAYARD HIPPOLYTE (1801-1887)  » est également traité dans :

CALOTYPE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 016 mots
  •  • 3 médias

Le calotype (du grec kalos , beau) est le nom forgé par W. H. F. Talbot pour désigner le procédé de photographie sur papier qu'il achève de mettre au point en 1840. Talbot en découvre le principe fondamental — le système négatif-positif toujours actuel — en 1835, bien avant que Daguerre ne fasse connaître, quatre ans plus tard, le procédé de photographie sur cuivre qui porte son nom, le daguerréo […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 276 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le procédé autopositif sur papier »  : […] Hippolyte Bayard reste l'inventeur malheureux d'un procédé dont il fut le seul utilisateur, mais qui lui permit de produire des images remarquables, autant par la démarche d'auteur qu'elles expriment que par l'originalité des techniques mises en œuvre. Modeste fonctionnaire du ministère des Finances, il parvient à mettre au point un procédé lui permettant d'obtenir des positifs directs à la prise […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne de MONDENARD, « BAYARD HIPPOLYTE - (1801-1887) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hippolyte-bayard/