HEURISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers l'heuristique comme psychologie de la découverte

Ce que l'on pourrait à bon droit nommer la conception moderne de l'heuristique apparaît dans les grands traités de méthode du xviie siècle – conception qui va inéluctablement conduire à une interprétation psychologiste. On voit, en particulier chez Descartes, s'opérer une véritable transformation dans l'idée de méthode de découverte. Yvon Belaval a montré en quoi la méthode cartésienne, tout en se révélant plus que celles qui l'ont précédées une « propédeutique de créateur », bouleverse profondément le contenu et la nature même de l'ars inveniendi. Pas de règle mécanique, pas d'invention « en forme » partant de rien ou de notions communes. L'expression fondamentale est chez Descartes : fortunae auxilio potius quam artis – avec le secours de la fortune plutôt qu'avec le secours de l'art. C'est ainsi que la recherche commence et c'est là qu'à l'accoutumée les hommes s'arrêtent « dans des recherches faites à l'aventure et aveugles ». Certes l'exercice de l'art est nécessaire, mais il exige un point de départ : un ingenium ; « il ne rend pas apte, mais plus apte à découvrir de nouvelles vérités ». S'il y a bien une méthode heuristique chez Descartes, elle demeure un art sans plus être une technique (en considérant les sens aujourd'hui séparés de ces termes), et un art qui n'a qu'une portée en définitive indirecte, en cela qu'il perfectionne notre ingenium. « Il n'y a pas de procédés communicables pour aboutir à l'invention, traduit crûment Belaval, à chacun de forger ses propres instruments. » C'est la fréquentation de l'art plus que son exercice direct qui représente la valeur heuristique de la méthode ; elle n'est pas un instrument, mais un instrument à façonner des instruments. Et il faudra peut-être toujours concéder, avouera Descartes face à certains problèmes difficiles, que l'art ou la méthode se mêlent de bonheur ou de hasard.

En dehors de Leibniz, qui ouvrira dans ce domaine une perspective radicalement différente, comme on le verra, la plupart des conceptions de la méthode supposeront cette tendance spontanée de l'esprit à connaître les choses et à découvrir l'inconnu ; la seule justification de l'art se trouve dans ce que ce mouvement de l'esprit est interrompu, dévié, affaibli, et que l'âme est offusquée, aveuglée. La méthode, selon l'expression de Tschirnhaus, est une medicina mentis. Il s'agit bien d'amender l'esprit, de le purifier, de le guérir, de lui rendre sa spontanéité native, de le réformer, pour rappeler le traité de Spinoza. On comprend dès lors qu'il ne peut plus être question de techniques heuristiques comme instrument de dévoilement de l'inconnu et de constitution du nouveau. Il ne reste qu'à déterminer les conditions de conversion de l'esprit ; pas de mécanisme destiné à forger le nouveau, ou à accéder aux choses, mais plutôt des propositions d'entraînement, des règles d'hygiène et d'éducation de l'esprit, sans oublier l'examen des situations propices au ressurgissement de l'ingenium « empêché dans sa nature ». D'une certaine façon, les disciplines récentes comme la « créativité » se situent dans la droite ligne de cette tradition (brainstorming, synectique de Gordon, etc.). La théorie sous-jacente de la connaissance, qui était celle d'une nature voilée, devient ici celle d'un esprit gauchi et obscurci.

Si l'on veut que l'heuristique stricto sensu retrouve un sens, et si l'on entend conserver le cadre de référence de la subjectivité moderne au sein duquel la question de la méthode a été discuté, alors il est nécessaire de renoncer à la spontanéité de l'esprit. À moins que l'heuristique ne se réduise à une écologie de la découverte en spécifiant les conditions naturelles et les moyens de les réunir, il faut posséder une nouvelle théorie de l'esprit. C'est effectivement ce qui va se produire à partir du xixe siècle lorsque vont se développer différentes formes de psychologie qui réintroduiront, si l'on peut dire, une sorte d'épaisseur à l'esprit – qui deviendra ainsi le siège d'un ensemble de mécanismes cognitifs – voire une opacité constitutive avec la psychanalyse. Que l'heuristique soit alors devenue une psychologie de la découverte n'a été rendu possible qu'à l'issue de la transformation qu'elle subit au sein des traités de méthode du xviie siècle.

Il est impossible de donner ne serait-ce qu'un bref résumé de toute la littérature consacrée à la psychologie de l'invention. C'est à partir de la fin du xixe siècle et surtout au début du xxe siècle que la réflexion sur les mécanismes psychiques mis en œuvre lors du processus de découverte va se développer. Les textes les plus importants sur le sujet ont en général été produits par des savants ; la Psychologie de l'invention en mathématiques, publié en 1945 par Jacques Hadamard, connaîtra une diffusion relativement large. C'est cependant à partir des spéculations d'Henri Poincaré que s'est lentement élaboré ce qui va devenir le schéma type, ainsi que le fait observer Judith Schlanger, du processus psychologique de l'invention. Aux règles et formes conscientes de l'heuristique méthodologique vont succéder des séquences cognitives conscientes, et surtout inconscientes, qui vont tenter de décrire les étapes nécessaires à l'accomplissement du processus heuristique. On peut, à partir de la conférence de Poincaré en 1908 et des développements que ce schéma a connus dans la littérature ultérieure, identifier les moments suivants : 1. phase de préparation (examen logique, conscient, approche empirique, recueil des données, essais de solutions conventionnelles, d'hypothèses types) ; 2. phase d'incubation (le savant s'occupe d'autre chose, et « passe la main » à ce qui sera désigné comme un moi subliminal, quoi qu'on entende par là) ; 3. moment de l'illumination (apparition soudaine de la solution, de la découverte...) ; 4. vérification de la valeur de l'idée nouvelle (théorique ou expérimentale), de G. Wallas, 1926, à C. Patrick, 1955.

Un tel schéma soulève de nombreuses interrogations critiques. On peut d'abord faire observer que la phase cruciale du processus heuristique est précisément celle de l'« incubation » au cours de laquelle le matériau accumulé au cours de la phase diurne, si l'on peut dire, est élaboré, transformé afin de préparer le saut de l'illumination. Or rien de particulièrement décisif n'a jamais été, dans cette littérature savante, établ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Médias de l’article

Heuristique : l'espace d'un problème

Heuristique : l'espace d'un problème
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Karl Popper

Karl Popper
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Heuristiques de sélection en intelligence artificielle

Heuristiques de sélection en intelligence artificielle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : assistant au Conservatoire national des arts et métiers, membre du Laboratoire sur les sciences de la communication du C.N.R.S., secrétaire de rédaction de la revue Agora, éditions du C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  HEURISTIQUE  » est également traité dans :

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Les catégories comme heuristique : Charles Sanders Peirce »  : […] La sous-détermination des catégories fait que leur fonction est, au premier chef, heuristique. Cela est manifeste dans l'œuvre de C. S. Peirce , où les catégories se révèlent être, selon les mots de Peirce lui-même, « des idées si vastes qu'elles doivent être entendues comme des états ( moods ) ou des tonalités ( tones ) de la pensée, plutôt que comme des notions définies... Envisagées en tant que […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Logique et raisonnement »  : […] Pendant longtemps, la logique a été considérée comme fournissant les règles du raisonnement idéal : n'est-elle pas la science de l'inférence valide, c'est-à-dire de l'opération permettant de passer à coup sûr de prémisses vraies, ou supposées telles, à une conclusion vraie ? Si tel de nos raisonnements ne se conforme pas aux canons de la logique, la raison doit en être recherchée, pensait-on, da […] Lire la suite

CONTROVERSE

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 1 066 mots

À l'opposé de ce qui s'est passé en théologie, où l'on cultivait l'art de la controverse (le cardinal Bellarmin occupa, pour l'enseigner, une chaire à Louvain, puis, à partir de 1576, au Collège romain, et il écrivit un traité des Controverses ), l'existence de controverses a pu apparaître comme une sorte de péché originel et une honte secrète pour la philosophie et pour les sciences. Chez les Gre […] Lire la suite

INTELLIGENCE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 6 577 mots

Dans le chapitre « La solution de problèmes »  : […] Un problème peut être caractérisé de la façon suivante : – il existe une situation terminale qui constitue la situation à laquelle on doit aboutir, le but ; – on donne une situation de départ, faite d'un ensemble de contraintes, qui constituent les données du problème ; – il n'existe pas de moyen de passer directement de la situation initiale à la situation terminale, mais il faut engendrer à l'ai […] Lire la suite

INVENTION

  • Écrit par 
  • Abraham MOLES
  •  • 3 366 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Conditions d'une heuristique appliquée »  : […] L'invention apparaît comme une sorte de cheminement du chercheur dans un labyrinthe dont il discerne mal les couloirs ; il y est mû par une impulsion venant de son insatisfaction de voir le monde tel qu'il est et par la conscience d'une direction générale assez indécise. Il est permis de se demander si l'utilisation d'une psychologie de la forme ou de la création pourrait rendre quelques services […] Lire la suite

MÉTACOGNITION

  • Écrit par 
  • Joëlle PROUST
  •  • 1 924 mots

Dans le chapitre « Comment les sentiments métacognitifs sont-ils formés ? »  : […] Quoique les sujets n'en aient pas conscience, les sentiments noétiques sont eux-mêmes l'expression de multiples heuristiques qui sont construites par le cerveau au fil du temps. Une heuristique est un ensemble d'indices qui porte une information sur la probabilité du succès de l'action à engager (faisable/infaisable), ou déjà effectuée (correcte/incorrecte). Contrairement à ce que l'on pourrait p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI, « HEURISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/