HÊTRAIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Fossiles Fagus et Nothofagus : répartition actuelle

Fossiles Fagus et Nothofagus : répartition actuelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Hêtres et mélèzes : répartition dans les Alpes occidentales

Hêtres et mélèzes : répartition dans les Alpes occidentales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cordillère des Andes : essences forestières

Cordillère des Andes : essences forestières
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Houx

Houx
Crédits : Val Corbett/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Les divers types de hêtraies en fonction du sol

La hêtraie européenne, bien limitée du point de vue climatique, permet d'aborder l'étude des autres problèmes écologiques relatifs à ces forêts.

Hêtraies de plaine

Les grands massifs de hêtres du nord et de l'ouest du Bassin parisien ont au premier abord un aspect uniforme. Sous la futaie régulière, due en réalité à l'action du forestier, les arbustes sont rares ou absents, à l'exception parfois de quelques houx ou même de l'if, sempervirents. La strate herbacée, rare ou dispersée dans les hêtraies sèches (parfois presque nues), dense quand elle dispose de plus d'humidité édaphique ou atmosphérique, dépend pour une bonne part de la lumière qui franchit la voûte. Aussi comprend-elle, d'une part, quelques espèces toujours vertes, à floraison hivernale ou prévernale (Helleborus fœtidus, Daphne laureola, lierre) ; d'autre part, des espèces accomplissant l'essentiel de leur cycle aérien au premier printemps, avant la feuillaison, parant le sous-bois d'une éphémère splendeur (ce sont surtout des géophytes, dont les réserves souterraines permettent un développement rapide : narcisses, Anemone nemorosa, primevères) ; enfin, dans la lumière verte de la fin de printemps, les vraies plantes d'ombre (géophytes comme les précédentes : Endymion, Phyteuma, méliques, nombreuses autres graminées, mêlées de divers hémicryptophytes : Dryopteris, luzules, Elymus).

Houx

Houx

Photographie

Un houx (Ilex sp.) saupoudré de givre et ses fruits. 

Crédits : Val Corbett/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

En fait, ces espèces ne s'observent pas dans toutes les hêtraies, mais constituent divers groupements, révélateurs des propriétés du sol. Ainsi, dans le Bassin parisien et sur ses marges, on distingue parmi les hêtraies naturelles, ou Fagions  :

– le Cephalanthero-Fagion, sur sols calcaires, dont la strate basse contient spécialement Helleborus fœtidus, Carex digitata, Elymus europaeus, Melica nutans, les daphnés, de nombreuses orchidées (céphalanthères...) ;

– l'Asperulo-Fagion, sur sols bruns non ou modérément acides, à humus doux, où abondent Asperula odor [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HÊTRAIES  » est également traité dans :

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Évolution cyclique naturelle »  : […] Toute trouée dans la forêt dense tend à se combler ; cette reconstitution de la forêt par étapes (évolution) est dite cyclique si le peuplement final est indiscernable de l'état initial. Ainsi, dans la hêtraie du Bassin parisien, sur rendzine, on observe à la suite de la chute d'un arbre (chablis, attaque de l'amadouvier...) la succession suivante : dès la seconde année, des plantes herbacées, r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_39149

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel BOURNÉRIAS, « HÊTRAIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hetraies/