HERMÉNEUTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Wilhelm Dilthey

Wilhelm Dilthey
Crédits : AKG

photographie

Martin Heidegger

Martin Heidegger
Crédits : G. Schütz/ AKG

photographie

Paul Ricœur

Paul Ricœur
Crédits : AGIP/ Bridgeman Images

photographie


Une pensée de la compréhension

Longtemps réduite à un simple catalogue de règles pragmatiques, l'herméneutique conquiert une dimension nettement plus philosophique au début de la modernité. Même si l'interprétation devient alors un objet d'intérêt et d'inquiétude pour la philosophie, elle est toujours vue comme une activité extra-philosophique. Un changement de paradigme décisif se produit au début du xixe siècle, lorsque l'art d'interpréter est rapporté au problème fondamental de la compréhension et de la mécompréhension.

Ce tournant rend possible l'élargissement progressif du champ d'investigation, incluant non seulement les textes, mais les échanges oraux, les témoignages historiques et les actions. En même temps, le problème herméneutique gagne en profondeur et dévoile ses enjeux philosophiques. Renonçant à se définir comme simple méthodologie générale des pratiques interprétatives et refusant d'élaborer un « canon » de règles, l'herméneutique conquiert ainsi un statut philosophique. Alors que Friedrich Schleiermacher (1768-1834) y voit encore une simple « science auxiliaire » de la philosophie, Wilhelm Dilthey (1833-1911) va lui accorder une dimension philosophique intrinsèque, en montrant le rôle central que les notions d'interprétation et de compréhension jouent dans l'édification du monde historique dans les sciences de l'esprit.

Wilhelm Dilthey

Wilhelm Dilthey

Photographie

Wilhelm Dilthey (1833-1911), philosophe allemand, est l'un des fondateurs de l'herméneutique en sciences sociales. 

Crédits : AKG

Afficher

C'est également à Dilthey qu'on doit la première étude sur les origines de l'herméneutique. Sa thèse, d'après laquelle l'histoire de l'herméneutique au sens moderne ne commence qu'au xvie siècle, avec les controverses théologiques qu'avait suscitées la crise de la Réforme, a longtemps fait autorité et elle influence en partie la vision que Hans Georg Gadamer et Paul Ricœur, au xxe siècle, se feront de l'histoire de la discipline. Cette vision de l'histoire de l'herméneutique n'a fait l'objet d'une révision critique qu'à partir des années 1960-1970, grâce notamment aux travaux de L. Geldsetzer, H.-E. Jaeger et A. Bü [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification


Autres références

«  HERMÉNEUTIQUE  » est également traité dans :

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

On définit généralement l'allégorie en la comparant au symbole , dont elle est le développement logique, systématique et détaillé. Ainsi, dans la poésie lyrique, l'image de la rose apparaît souvent comme le symbole de la beauté, de la pureté ou de l'amour ; Guillaume de Lorris en a fait une allégorie en racontant les aventures d'un jeune homme épris d'un bouton de rose. Il est évident qu'entre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_6258

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La postérité d'Aristote »  : […] L'école d'Aristote, le Lycée, ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Sans doute parce que la pensée d'Aristote avait ouvert à la philosophie des territoires nouveaux, mais en était restée à la phase de l'exploration, les disciples (à l'exception peut-être du premier d'entre eux, Théophraste, mort en 285 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_6258

BĀṬIN & BĀṬINIYYA

  • Écrit par 
  • Joseph CUOQ
  •  • 359 mots

Le mot arabe bāṭin signifie « caché », « ésotérique », par opposition à ẓāhir qui est traduit par « explicite », « obvie », « littéral ». La distinction entre bāṭin et ẓāhir intervient dans l'interprétation du Coran, lequel, au-dessus du sens explicite et littéral, possède un sens caché ( bāṭin ) qu'on atteint non par l'oreille mais par le cœur, grâce à l'assistance divine. Ce sens est dévoilé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/batin-et-batiniyya/#i_6258

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-inspiration-biblique/#i_6258

BOLLACK JEAN (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 198 mots

Dans le chapitre « L'art de lire »  : […] À partir des années 1980, Jean Bollack consacre une part importante de son activité à la tragédie antique avec des commentaires de l' Agamemnon d'Eschyle (avec Pierre Judet de La Combe, 3 vol., 1981), le monumental commentaire d' Œdipe roi ( L'Œdipe roi de Sophocle , 4 vol., 1990), des interprétations ( La Naissance d'Œdipe , 1995 ; La Mort d'Antigone. La tragédie de Créon , 1999 ; Dionysos et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bollack/#i_6258

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les modèles « gnostiques » ou indéterminés »  : […] Faut-il ajouter un quatrième paradigme pour réunir certaines manières de la critique littéraire contemporaine ? Les trois précédents – explicatif, interprétatif, analytique – relèvent de conceptions du sujet et du langage – positiviste, phénoménologique, structurale – après lesquelles on n'a rien inventé. Toutefois, le modèle textuel ne se situe pas sur le même plan que les autres : il s'intéresse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_6258

DE L'ESSENCE DE LA VÉRITÉ et PLATON LE SOPHISTE (M. Heidegger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 602 mots

Il faut espérer que la traduction des tomes 19 et 34 de la Gesamtausgabe , qui rassemblent les cours des semestres d'hiver 1924-1925 et 1931-1932 : Platon « Le Sophiste » (Gallimard, 2001) et De l'essence de la vérité. Approche de l'« allégorie de la caverne » et du « Théétète » de Platon ( ibid. ), marqueront un nouveau point de départ dans la traduction des œuvres de Heidegger en français, tant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-l-essence-de-la-verite-et-platon-le-sophiste/#i_6258

DILTHEY WILHELM (1833-1911)

  • Écrit par 
  • Sylvie MESURE
  •  • 1 221 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la psychologie à l'herméneutique »  : […] Dilthey n'a cessé en fait de s'interroger sur la compréhension. Il l'avait d'abord conçue comme un effort pour retrouver, derrière les phénomènes à étudier, la signification que les acteurs eux-mêmes leur avaient attribuée. En ce sens, l'historien devrait pour ainsi dire revivre ce que d'autres ont vécu : la compréhension exigerait alors une mystérieuse et subjective participation, par « sympathie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-dilthey/#i_6258

ÉCRITURE LES SENS DE L'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 029 mots

La manière dont la pratique et la réflexion chrétiennes ont compris et comprennent les textes bibliques est un problème à la fois historique et théorique. Jusqu'à l'apparition de l'épistémologie contemporaine, qui marque une cassure par rapport à la problématique traditionnelle du (ou des) sens, et depuis l'âge patristique, pour ne pas dire depuis les origines synagogales de certains textes du Nou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sens-de-l-ecriture/#i_6258

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « La gnose cosmologique de la théosophie ismaélienne »  : […] Grâce aux recherches et aux travaux de Henri Corbin depuis la publication, en 1949, de la « Bibliothèque iranienne » et, en 1953, de l'édition princeps du Kitab-e Jāmi'al Hikmatain , le « Livre réunissant les deux sagesses », le grand dessein de mettre en harmonie la philosophie grecque et la théosophie ismaélienne, tel qu'il inspira son auteur, Nāsir-e Khosraw, s'est dégagé définitivement des in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_6258

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

L'exégèse allégorique consiste essentiellement à découvrir sous le sens obvie d'un texte une signification cachée, restée jusqu'alors inaperçue. Cette expérience peut être vécue et interprétée de bien des manières : comme une illumination divine, comme le fruit d'une investigation méthodique, comme la ruse instinctive de novateurs qui doivent s'accommoder de textes sacrés immuables. Sous des form […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_6258

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un art de l'interprétation »  : […] L' Interprétation des rêves traduit le rêve en récit avant de l'interpréter. Freud raconte ses propres rêves, en reprenant des notes prises sur le mode du journal, puis en propose l'auto-analyse. Ce qui lui permet de définir la méthode d'interprétation des récits de rêve de ses patients, mais aussi des textes littéraires et des œuvres d'art. Le rêve pourrait donc être défini comme le genre litté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_6258

GADAMER HANS-GEORG (1900-2002)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 851 mots

Hans-Georg Gadamer est né le 11 février 1900 à Breslau. Plus proche de la sensibilité esthétique et religieuse de sa mère que de la mentalité scientiste de son père qui ne cessait de le mettre en garde contre les « bavardages ineptes » des sciences de l'esprit, il débute ses années d'apprentissage philosophique en 1919 à l'université de Marbourg, où il suit les enseignements de Nicolaï Hartmann e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-georg-gadamer/#i_6258

GUEMATRIA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 217 mots

Procédé d'herméneutique qui consiste à utiliser la valeur numérique des lettres constitutives d'un mot, ou d'un groupe de consonnes, pour l'interpréter moyennant le rapprochement avec un autre mot ayant la même valeur numérique. Par exemple le passage de la Genèse xxxii , 5 : « J'ai séjourné chez Laban » est expliqué par Bereshit Rabbati 145 de la manière suivante : la valeur numérique de « J'ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guematria/#i_6258

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Sortir de l'opposition entre histoire et littérature »  : […] Hayden White propose en effet d'analyser l'histoire comme un « artifice littéraire » et développe une « métahistoire » qui considère les récits historiques comme des « fictions verbales » ( verbal fictions ) dont le régime de vérité ne diffère pas de celui des récits de fiction du roman. Selon lui, préalablement à toute interprétation et à toute écriture, une opération poétique de « préfiguration  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_6258

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le problème des sciences humaines »  : […] L'ontologie grecque de la substance dominait encore très fortement la dialectique de l'idéalisme allemand et son concept du savoir absolu ; c'est ce qui apparut tout particulièrement dans le fait que même la critique de l'école historique contre le panlogisme spéculatif de Hegel ne put se soustraire entièrement à cette domination. Sans doute Dilthey a-t-il affirmé qu'il importait de caractériser l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_6258

INTERPRÉTATION

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 6 813 mots
  •  • 3 médias

Le terme d'interprétation semble être devenu plus complexe et plus problématique depuis qu'il est entré dans le champ d'une réflexion philosophique et épistémologique sur les sciences de l'homme. Celles-ci, en retour, ne manquent pas de rechercher dans son usage commun des significations qui en renforcent la valeur. Un tel phénomène attaché à l'usage de ce terme n'est donc pas simplement le fait d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation/#i_6258

JAUSS HANS ROBERT (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Karlheinz STIERLE
  •  • 829 mots

Né à Göppingen, Hans Robert Jauss est avec Wolfgang Iser le fondateur d'un groupe de recherche littéraire connu sous le nom d'école de Constance. À la théorie traditionnelle de la production et de l'imitation littéraires, celle-ci oppose une théorie de la réception qui, pour la première fois, fait du lecteur un protagoniste essentiel de la communication littéraire. Hans Robert Jauss, professeur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-robert-jauss/#i_6258

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les fondateurs »  : […] La période contemporaine a vu un développement important de la théorie de l'interprétation et d'abord une meilleure compréhension des intentions de ses fondateurs, Schleiermacher et Dilthey , grâce à la publication, par Kimmerle, en 1959, des premiers textes de Schleiermacher sur l'herméneutique, dans lesquels l'interprétation « grammaticale » équilibre l'interprétation « psychologique », et à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_6258

LE BUISSON ARDENT ET LES LUMIÈRES DE LA RAISON (J. Greisch)

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 997 mots

La philosophie de la religion a mauvaise presse. Remise en question par la théologie au nom de la distance qu'elle prend avec son objet, elle est soupçonnée par la science religieuse et, plus généralement, les sciences humaines, d'une trop grande proximité avec la foi. C'est sans doute ce qui explique le relatif abandon d'une telle approche au cours de ces dernières décennies du xx e siècle, et c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-buisson-ardent-et-les-lumieres-de-la-raison-j-greisch/#i_6258

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle herméneutique »  : […] Du point de vue des périodes de l'histoire, Luther est une figure inclassable. Situé « entre les temps », il est simultanément plus médiéval et plus moderne que beaucoup de ses contemporains. C. F. Meyer exprimera cette tension par ces vers : Dans son âme s'affrontent ce qui sera et ce qui fut , Deux lutteurs enlacés, essoufflés et fourbus. Son esprit est un champ de bataille entre deux [temps Qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_6258

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « L'homme qui lie »  : […] Comme on pouvait s'y attendre, l' herméneutique du Moyen Âge a repris l'essentiel des méthodes de travail des grammatici latins. Quel que soit le niveau de développement atteint par la ponctuation médiévale, le fondement de l'explication de texte, la lectio , est donc demeuré quasi inchangé : d'abord couper les mots, les membres et les périodes ( distinguere ), bref « marquer par des silences et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_6258

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hegel et les représentations religieuses »  : […] Hegel ouvre une autre possibilité. Les représentations religieuses ne sont pas pour lui au-delà de la limite prescrite par une raison qui se censure elle-même ; elles sont, au contraire, en deçà d'un achèvement du savoir, dans la conscience de soi de l'esprit absolu. Les représentations religieuses ne sont pas alors aux confins de la frontière ; elles appartiennent à l'étape avant-dernière d'un i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_6258

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

Dans le chapitre « Le « terminisme » et le problème des universaux »  : […] Ockham, instaurateur, tant pour ses adversaires que pour ses disciples, de la voie moderne, considère pourtant comme des novateurs ceux qui professent le réalisme des universaux et des relations ; pour l'essentiel, il se croit et se veut fidèle à la théorie aristotélicienne de la connaissance, mais en la libérant des dernières traces de platonisme. Son univers est fait de « choses » ( res ) singul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_6258

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « La greffe herméneutique (Paul Ricœur) »  : […] La greffe du problème herméneutique sur la méthode phénoménologique, dont Paul Ricœur postule la nécessité dès 1965, équivaut à une véritable refondation. Le renoncement aux prétentions fondationnelles de l'idéalisme transcendantal de Husserl entraîne un rapport singulièrement complexe à l'héritage husserlien. Tout en maintenant la phénoménologie comme présupposition indispensable de l'herméneutiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_6258

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Différence et sens »  : […] Le lent effritement des modèles marxistes et freudiens après 1968 amène la philosophie spéculative française à privilégier de nouvelles références, d'origine allemande encore : Friedrich Nietzsche, pour sa critique de la vérité métaphysique à partir de la puissance affirmative de la vie, Edmund Husserl, pour sa méthode phénoménologique d'analyse des intentionnalités de conscience, Martin Heidegger […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_6258

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « Poétique, rhétorique, herméneutique »  : […] La Poétique d' Aristote, vieille de deux mille cinq cents ans, est à la fois le premier ouvrage entièrement consacré à la « théorie littéraire » (les guillemets sont indispensables ici pour prévenir l'anachronisme) et l'un des plus importants qui soit. La présence simultanée de ces deux traits n'est pas sans paradoxe : c'est comme si un homme à la moustache déjà grisonnante sortait du ventre de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_6258

RICŒUR PAUL (1913-2005)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 2 371 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Le symbole donne à penser » »  : […] Au plan d'une anthropologie transcendantale, l'idée de faillibilité représente la figure initiale du «  cogito blessé ». La percée qu'effectuent L ' homme faillible (1960) et La Symbolique du mal (1963) en direction d'une philosophie herméneutique est liée à la tentative d'introduire, dans le cercle de la réflexion, un long détour par les symboles et les mythes véhiculés par les grandes cultur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ricoeur/#i_6258

SCHILLEBEECKX EDWARD (1914-2009)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 130 mots

Théologien catholique dominicain dont les travaux ont souvent inquiété le Vatican, Edward Schillebeeckx est mort à Nimègue (Pays-Bas), le 23 décembre 2009. Né en 1914 à Anvers, il avait été admis à la maison des dominicains de Gand à l'âge de dix-neuf ans. Ordonné prêtre en 1941, licencié en théologie de l'université de Louvain, il approfondit sa formation au centre d'études dominicain du Saulchoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-schillebeeckx/#i_6258

SCIENCES - Sciences et discours rationnel

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 6 601 mots

Dans le chapitre « Le type herméneutique »  : […] Les sciences humaines posent un problème particulier, car elles s'intéressent aux systèmes de comportement et d'action, individuels et collectifs, dans lesquels la signification (des situations et des conduites) paraît jouer un rôle important, sinon capital. Deux positions peuvent être et sont effectivement défendues. On peut décider de mettre entre parenthèses les significations et de prendre po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sciences-et-discours-rationnel/#i_6258

LA BEAUTÉ DU MONDE (J. Starobinski) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 043 mots

Dans le chapitre « Poésie et vérité »  : […] L’introduction, à partir d’une page de Marcel Proust, définit sa conception des rapports entre « la littérature et la beauté du monde » en accordant la seule dimension esthétique à l’impératif éthique et au désir de vérité. Viennent ensuite, dans l’ordre chronologique, une centaine d’études articulées en deux grands ensembles, le premier traitant de la littérature et le second de la peinture et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-beaute-du-monde/#i_6258

STEINER GEORGE (1929- )

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 2 179 mots

Dans le chapitre « Le langage »  : […] Si Steiner est philosophe, c'est par amour du langage — un amour dont témoigne Après Babel , qui n'est pas seulement une défense et illustration de la traduction, inter- et intralinguale, ni une remarquable synthèse des conceptions philosophiques et linguistiques contemporaines, mais aussi une réflexion personnelle sur la situation du plurilingue. Et c'est cette préoccupation pour le langage qui l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-steiner/#i_6258

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structuralisme et néo-kantisme : Ernst Cassirer »  : […] Il faudrait également, pour rendre compte des rapports de la philosophie au structuralisme, distinguer les appréciations globales du structuralisme en philosophie selon les époques où elles sont portées. Par exemple, en 1963, Paul Ricœur prend acte de la pensée structurale (celle de Lévi-Strauss) et de son incidence sur la philosophie : c'est l'alternative entre structuralisme et herméneutique qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_6258

TAYLOR CHARLES (1931- )

  • Écrit par 
  • Ruth ABBEY
  •  • 1 495 mots

Dans le chapitre « Signification et moralité »  : […] Il est difficile de rattacher Charles Taylor à une école philosophique particulière. Il est en effet souvent présenté comme faisant le lien entre la philosophie analytique anglo-américaine et la philosophie continentale. Influencé par Martin Heidegger et Hans-Georg Gadamer, il étudie la société selon une approche herméneutique : les sciences sociales doivent prendre en compte la signification que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-taylor/#i_6258

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théologie dogmatique et herméneutique »  : […] Il semble tout d'abord que la théologie tende aujourd'hui à être plus une herméneutique qu'une dogmatique. Cela ne tient pas seulement à la fortune actuelle d'un mot qui ne désigne plus uniquement la science des règles d'interprétation des textes bibliques, mais à une double prise de conscience : d'une part, du fait que la Parole de Dieu révélée en Jésus-Christ ne s'identifie ni à la lettre de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_6258

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Herméneutique théosophique et discours mythique »  : […] Revenons à notre propos initial sur le sens du mot « théosophie » et sur la place de la théosophie dans ce qu'on appelle l'ésotérisme. Par « théosophie », de même que par « ésotérisme », on entend donc d'abord une herméneutique ( ta'wīl , en Iran), c'est-à-dire une interprétation de l'enseignement divin – par exemple, du Livre révélé – fondée à la fois sur une démarche intellectuelle, spéculative […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_6258

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Comparatisme, influence, transfert culturel »  : […] Dans l’analyse de ce qui constitue un transfert culturel, il importe d’éviter un certain nombre d’écueils. Le premier d’entre eux est celui de la comparaison et du comparatisme. La comparaison implique la mise en parallèle de deux entités dont on se limite à observer les ressemblances et les différences. Les deux éléments ainsi opposés sont définis par le sujet qui les compare. Le découpage du ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transferts-culturels/#i_6258

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] Du Cratyle au Sophiste , Platon procède en quelque sorte à la mise en place du concept de vérité dans son rapport au discours. Il ne suffit pas en effet de débattre, comme dans le Cratyle , de la « justesse des noms » pour répondre à la question de la vérité. Une fois libérée d'une illusoire confiance dans les mots, reste encore à s'assurer de la façon dont il faut « partir de la vérité » des «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_6258

VÉRITÉ ET MÉTHODE, Hans Georg Gadamer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 818 mots

Ouvrage fondamental de l'herméneutique contemporaine, paru en 1960 (réédité et augmenté en 1965 et 1972), traduit partiellement en français en 1976, intégralement en 1996, Vérité et méthode , de Hans-Georg Gadamer (1900-2002) a profondément marqué le renouveau de la réflexion sur la notion de compréhension. Traité d'épistémologie qui tente de délivrer l'interprétation à l'œuvre dans les sciences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-et-methode/#i_6258

WAELHENS ALPHONSE DE (1911-1981)

  • Écrit par 
  • Jeanne DELHOMME
  •  • 770 mots

Docteur en droit de l'université de Louvain en 1934, docteur en philosophie en 1936 avec une thèse sur Octave Hamelin, coopérant au Fonds national de la recherche scientifique (F.N.R.S.) de 1937 à 1942, Alphonse De Waelhens fut, après un séjour d'études à Paris, agrégé de l'Institut supérieur de philosophie de l'université catholique de Louvain avec son ouvrage La Philosophie de Martin Heidegger […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-de-waelhens/#i_6258

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GREISCH, « HERMÉNEUTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/