SPENCER HERBERT (1820-1903)

La genèse de la philosophie synthétique

Tour à tour instituteur dans l'école que dirigeait son père à Derby, où il naquit, ingénieur des chemins de fer, journaliste libéral au temps de l'agitation chartiste, Herbert Spencer, dont toute la carrière s'est déroulée en marge de l'Université, fait figure d'amateur de génie. Ses goûts, qui très tôt l'amenèrent à s'intéresser aux sciences exactes, plus particulièrement à la mécanique et à l'algèbre qu'il étudia au détriment de l'histoire et de la philosophie, le portèrent également vers la botanique, la géologie, la peinture, la musique, l'astronomie, la phrénologie même, pour laquelle il se passionna. De bonne heure cependant, l'idée lamarckienne d'un développement progressif de l'humanité orienta d'une façon décisive les recherches qu'il poursuivit très éclectiquement en les nourrissant de lectures abondantes, mais toujours fragmentaires. Dès 1852, date à laquelle il eut connaissance de la loi de Baer formulant le passage de l'homogène à l'hétérogène, la perspective évolutionniste où devait s'intégrer la série des Principes était en effet dégagée. La souscription organisée par ses amis, Tyndall, Huxley, Lubbock, Mill..., à la sollicitude desquels il doit la publication de ses œuvres, sans le libérer entièrement des soucis matériels, lui permit de se consacrer à une tâche qui fut soutenue par une grande partie de l'intelligentsia de son époque. À sa mort à Brighton, Spencer laissait une œuvre considérable intéressant à la fois la biologie, la psychologie, la sociologie et l'anthropologie, qui le range aux côtés de L. H. Morgan et E. B. Tylor parmi les fondateurs de l'évolutionnisme culturel et social du xixe siècle.

Esquissé dans ses grandes lignes en janvier 1858, puis définitivement établi et publié en janvier 1860, le plan de la philosophie synthétique que Spencer devait suivre sans y apporter de retouches notables jusqu'au terme de son entreprise (1896) est issu d'une méditation sur les travaux qu'il avait donnés à partir de 1842 à différentes revues et don[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  SPENCER HERBERT (1820-1903)  » est également traité dans :

ANCÊTRES CULTE DES

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Universalis
  •  • 3 192 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie de Spencer »  : […] C'est Herbert Spencer (1820-1903) qui, le premier parmi les modernes, a fortement souligné l'importance des ancêtres dans l'histoire des religions. En effet, pour le philosophe anglais, le culte des ancêtres serait à l'origine même de la religion. Le « sauvage » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culte-des-ancetres/#i_8619

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La complexité des structures »  : […] de la formation des collectivités primitives, qui sur certains points reprenait celle de Spencer, est restée classique, mais n'a pas réussi beaucoup mieux que celle de Spencer à se dégager d'une hypothèse évolutionniste particulière. Pour Spencer, l'archaïsme se caractérisait par la simplicité et l'homogénéité de l'organisation. Pour Durkheim, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalite-archaique/#i_8619

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 165 mots
  •  • 2 médias

la réaction à une stimulation, dépendait de certaines dispositions mentales. Déjà, H. Spencer écrivait que « la formulation des jugements corrects sur des questions controversées dépend beaucoup de l'attitude mentale (the attitude of mind) que nous manifestons en écoutant ou en prenant part à la discussion ». La notion d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attitude/#i_8619

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] font également l’objet d’application à la sphère sociale (darwinisme social) sous des plumes influentes. Les théories d’Herbert Spencer, qui font de la lutte pour l’existence et la sélection naturelle le moteur des sociétés humaines, ou encore celles d’Ernst Haeckel, trouvent de nombreux émules. Les lois de l’évolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/#i_8619

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expliquer et déduire »  : […] quand on indique une loi ou d'autres lois, dont elle est une conséquence », et de H. Spencer : « On explique un fait en le ramenant à une loi, celle-ci à une autre loi plus générale, et ainsi de suite jusqu'à une première loi qui ne peut être expliquée. » Cette conception logique des empiristes, qui met dans la déduction le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_8619

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démarche néo-évolutionniste »  : […] affecte d'une manière encore plus directe la sociologie du développement. Déjà H. Spencer, dans ses Principles of Sociology, évaluait le « progrès » des sociétés en fonction de trois critères : la complexité de la division du travail économique et social, la complexité de l'organisation sociale, la taille de la société globale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-economique-et-social-sociologie/#i_8619

ÉVOLUTIONNISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 252 mots

Dans le chapitre « De la biologie à la philosophie de l'histoire »  : […] concept même d'évolution au développement d'un individu vivant. Spencer, le philosophe qui dégage le plus explicitement les principes généraux de l'évolutionnisme, reconnaît s'inspirer des travaux de certains biologistes, en particulier ceux de l'embryologiste K. E. von Baer (1792-1876). À l'origine, le terme « évolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme/#i_8619

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dans la sociologie et l'anthropologie. Ce sont ceux de H. Spencer et de L. H. Morgan qui ont structuré cet évolutionnisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/#i_8619

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondateurs de l'organicisme »  : […] C'est pourtant Herbert Spencer qui fait figure de véritable fondateur de l'organicisme. Après avoir démontré dans Les Premiers Principes (First Principles, 1862) la réalité de la loi de l'évolution selon laquelle la société […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organicisme/#i_8619

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 635 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Énoncés et démonstrations »  : […] loi cosmologique, dont il est banal de dire qu'elle a été l'arme idéologique de la bourgeoisie conquérante. L'article de Spencer, Le Progrès : loi et cause du progrès (1857), en résume les aspects essentiels. Mais il n'est, de l'aveu même de l'auteur, qu'une grossière esquisse (a rude sketch), comparé à la richesse des développements contenus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progres/#i_8619

SOCIOLOGIE HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire au cœur du raisonnement sociologique »  : […] en effet, que la perspective évolutionniste des premiers sociologues du xixe siècle. Ainsi l'Anglais Herbert Spencer explique comment les sociétés passent des formes les plus simples, qu'il appelle « les sociétés militaires », aux plus complexes, qui sont marquées par la division des fonctions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-historique/#i_8619

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « SPENCER HERBERT - (1820-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-spencer/