HÉPATITE VIRALE C

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Détection et transmission du VHC 

Avant l’identification du virus, peu de signes pouvaient distinguer une hépatite C d’une autre hépatite virale. On a appris depuis que le VHC est à l’origine d’hépatites aiguës spontanément résolutives dans un tiers des cas. Le taux de chronicité est élevé, à environ 70 %, et explique qu’en 1999 environ 170 millions d’individus dans le monde étaient infectés de manière chronique. Le VHC est, au moins dans les pays industrialisés, l’une des causes principales de transplantation hépatique et de carcinome hépatocellulaire dont l’augmentation est prévue jusqu’à environ 2020 par modélisation, tendance confirmée par les données en vie réelle.

Les outils de détection et de suivi

Ces chiffres sont liés à la mise au point d’outils fiables de détection du virus. L’isolement, en 1988, par l’équipe de Michael Houghton, de l’ARN viral C complet à partir d’un fragment d’ADNc (complémentaire), a permis le développement rapide de tests diagnostiques reposant sur la détection d’anticorps anti-VHC et sur la détection de l’ARN viral.

Du côté de la sérologie, la sensibilité et la spécificité des tests sérologiques Elisa a été croissante avec aujourd’hui une acuité diagnostique de près de 100 %. La seule limite est le délai de séroconversion du sujet (apparition des anticorps anti-VHC) après la contamination. Lors de l'infection VHC aiguë, la séroconversion est en effet le plus souvent retardée. Elle est détectée environ dix semaines après la contamination, mais peut être plus tardive encore chez les personnes immunodéprimées. La présence des anticorps anti-VHC témoigne d'une rencontre antérieure avec le virus, mais ne peut permettre de distinguer une guérison d’une infection active. Après guérison spontanée d'une hépatite aiguë C, les anticorps anti-VHC restent le plus souvent détectables en tant que cicatrice sérologique, mais pourront parfois disparaître avec le temps. Au contraire, la persistance de l'infection par le VHC, observée dans plus de 70 % des cas, est toujours associée à la persistance d'anti-VHC et au développement d'une hépatite chroniqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Histoire naturelle de l’hépatite C

Histoire naturelle de l’hépatite C
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Virus de l’hépatite C

Virus de l’hépatite C
Crédits : BSIP/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Biologie moléculaire du virus de l’hépatite C

Biologie moléculaire du virus de l’hépatite C
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Distribution géographique de la prévalence du VHC

Distribution géographique de la prévalence du VHC
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, praticien hospitalier, département d'hépatologie et d'addictologie, hôpital Cochin
  • : médecin, praticienne hospitalière, service d'hépatologie, hôpital Cochin

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Stanislas POL, Anaïs VALLET-PICHARD, « HÉPATITE VIRALE C », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hepatite-virale-c/