HÉPATITE C

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hépatite C: tests diagnostiques

Hépatite C: tests diagnostiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ribavirine : effets secondaires.

Ribavirine : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Interféron : effets secondaires.

Interféron : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Traitement de l'hépatite chronique C

Objectifs

La physiopathogénie des infections virales hépatotropes et leurs conséquences (hépatite ou vascularite immunomédiées) étant principalement liées à la réplication virale, il est logique d'avoir comme premier objectif un arrêt durable de la réplication virale ; chez des patients dits répondeurs vis-à-vis du traitement, la conséquence est une guérison virologique qui améliore la situation hépatique (et les atteintes associées).

Il est légitime d'envisager un traitement antiviral : en premier lieu, chez les patients ayant une maladie hépatique significative (fibrose F ≥ 2) ; en second lieu, chez un sous-groupe de patients ayant soit une maladie hépatique minime mais un risque de détérioration rapide (situation immuno-virologique moyenne, stéatose), soit une prédiction d'efficacité thérapeutique très élevée (situation immuno-virologique spontanément favorable, infection par un génotype 2 ou 3 et faible charge virale VHC) ; au cours des hépatites aiguës qui ne guérissent pas spontanément après douze semaines ; en cas de maladie extra-hépatique.

La bithérapie interféron pégylé-ribavirine

La combinaison de l'interféron pégylé et de la ribavirine est le traitement de référence de l'hépatite C avec des durées de traitement de 48 semaines et des posologies de ribavirine de 1 000-1 200 mg/j pour les infections liées à un génotype 1 ou 4 et de 24 semaines avec des posologies de ribavirine de 800 mg/j pour les infections liées à un génotype 2 ou 3. L'efficacité thérapeutique est principalement dépendante du génotype et est peu modifiée par le grade de fibrose

Les effets secondaires du traitement de l'hépatite C

Les effets secondaires de la ribavirine sont principalement des effets tératogènes et des fœtopathies ont été décrits dans les modèles expérimentaux. Chez l'homme, dans les essais cliniques, les effets secondaires usuels sont habituellement minimes et réversibles et dominés par : un inconfort abdominal spontanément résolutif malgré la poursuite du traitement ; une hyperuricémie ; une anémie hémolytique souvent modérée (avec une dim [...]

Ribavirine : effets secondaires.

Ribavirine : effets secondaires.

Tableau

Effets secondaires de la ribavirine utilisée en bithérapie avec l'interféron dans le traitement de l'hépatite. Ce médicament ne peut être prescrit sans évaluation préalable des risques encourus. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, praticien hospitalier, unité d'hépathologie, I.N.S.E.R.M. U-370, hôpital Necker

Classification


Autres références

«  HÉPATITE C  » est également traité dans :

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 646 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Virus des hépatites B et C et cancers primitifs du foie »  : […] Deux virus sont susceptibles de provoquer des cancers du foie. Ils n'ont aucune parenté entre eux : le virus de l'hépatite B (HBV) est un virus à ADN et le virus de l'hépatite C (HCV), un virus à ARN. Pour ces deux virus, il existe un même processus de chronicité de l'inflammation qui se complique à long terme de cirrhose puis de carcinome. Ce premier mécanisme apparaît indirect et secondaire a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancers-et-virus/#i_10971

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_10971

PRIX LASKER 2016

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le prix Lasker-DeBakey pour la recherche clinique  »  : […] Ce prix revient à Ralf F. W. Bartenschlager, Charles M. Rice et Michael J. Sofia, « pour le développement d’un système d’étude de la réplication du virus de l’hépatite C et pour son utilisation pour révolutionner le traitement de cette maladie chronique, souvent mortelle ». Le petit virus à ARN responsable de l’hépatite C fut identifié en 1989. Cette dernière est une maladie grave qui, en se chro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-lasker-2016/#i_10971

Voir aussi

Pour citer l’article

Stanislas POL, « HÉPATITE C », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hepatite-c/