HÉPATITE C

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire naturelle de l'infection virale C : l'évolution de la maladie

Hépatotropisme du VHC

La multiplication du VHC dans les hépatocytes, selon un cycle réplicatif qui commence à être connu, est responsable de la maladie hépatique.

L'histoire naturelle de l'infection virale C est caractérisée par une hépatite aiguë survenant de 5 à 45 jours après la rencontre avec le virus. Le syndrome pré-ictérique (arthralgies, rash cutané ou fièvre) et l'ictère (jaunisse) sont observés chez moins de 20 p. 100 des patients. Ce caractère le plus souvent asymptomatique de l'hépatite aiguë explique que le diagnostic d'infection virale C est plus généralement fait au stade d'hépatite chronique ou de guérison qu'au stade aigu. La réalité d'hépatites fulminantes liées au VHC (hépatites graves, souvent mortelles et justifiant une transplantation hépatique en urgence) reste discutée : possible dans certaines études japonaises, elle est considérée comme improbable dans la plupart des études européennes.

Après l'hépatite aiguë, le risque principal de l'infection virale C est l'évolution vers la chronicité observée chez environ 70 p. 100 des patients. Cela signifie qu'environ 30 p. 100 des patients vont guérir spontanément : la guérison est affirmée par des transaminases durablement normales, la présence, habituellement prolongée, des anticorps anti-VHC contrastant avec l'impossibilité de détecter l'ARN du virus dans le sérum. De tels sujets peuvent être considérés comme guéris et ne relèvent d'aucune prise en charge diagnostique ou thérapeutique.

Un portage chronique du virus apparaît chez environ 70 p. 100 des patients ayant rencontré le VHC, quel que soit le mode de contamination. Les situations d'immunosuppression augmentent probablement cette fréquence. Il n'existe pas de phénomène d'extinction spontanée de la multiplication virale, comme cela est observé pour le VHB. Environ 15 p. 100 des sujets ayant des anticorps anti-VHC et une hépatite chronique histologiquement prouvée ont des transaminases normales ; il est donc recommandé, en cas de normalité des transaminases et de positivité d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Hépatite C: tests diagnostiques

Hépatite C: tests diagnostiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ribavirine : effets secondaires.

Ribavirine : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Interféron : effets secondaires.

Interféron : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, praticien hospitalier, unité d'hépathologie, I.N.S.E.R.M. U-370, hôpital Necker

Classification

Autres références

«  HÉPATITE C  » est également traité dans :

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 646 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Virus des hépatites B et C et cancers primitifs du foie »  : […] Deux virus sont susceptibles de provoquer des cancers du foie. Ils n'ont aucune parenté entre eux : le virus de l'hépatite B (HBV) est un virus à ADN et le virus de l'hépatite C (HCV), un virus à ARN. Pour ces deux virus, il existe un même processus de chronicité de l'inflammation qui se complique à long terme de cirrhose puis de carcinome. Ce premier mécanisme apparaît indirect et secondaire a […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant fait un séjour prolongé […] Lire la suite

PRIX LASKER 2016

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le prix Lasker-DeBakey pour la recherche clinique  »  : […] Ce prix revient à Ralf F. W. Bartenschlager, Charles M. Rice et Michael J. Sofia, « pour le développement d’un système d’étude de la réplication du virus de l’hépatite C et pour son utilisation pour révolutionner le traitement de cette maladie chronique, souvent mortelle ». Le petit virus à ARN responsable de l’hépatite C fut identifié en 1989. Cette dernière est une maladie grave qui, en se chro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Stanislas POL, « HÉPATITE C », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hepatite-c/