HÉPATITE C

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hépatite C: tests diagnostiques

Hépatite C: tests diagnostiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ribavirine : effets secondaires.

Ribavirine : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Interféron : effets secondaires.

Interféron : effets secondaires.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Suivi biologique de l'infection virale C

Méthodes

Des anticorps anti-VHC peuvent aisément être détectés par des tests Elisa de troisième génération, sensibles et spécifiques. La présence des anticorps anti-VHC témoigne d'une rencontre antérieure avec le virus, mais ne peut permettre de distinguer entre guérison ou persistance. Le diagnostic d'une infection active par le VHC repose donc sur la seule identification de l'ARN viral par PCR dans le sérum.

Hépatite C: tests diagnostiques

Hépatite C: tests diagnostiques

Tableau

Tests diagnostiques utilisés au cours de l'infection virale C (source: Centers for Disease Control and Prevention, « MMWR », 1998). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au stade aigu de l'infection VHC, la séroconversion (apparition des anticorps anti-VHC) est le plus souvent retardée. Elle est détectée environ dix semaines après la contamination, mais peut être plus tardive chez les immunodéprimés. Après guérison spontanée d'une hépatite aiguë C, les anticorps anti-VHC restent le plus souvent détectables en tant que cicatrice sérologique, mais pourront parfois disparaître avec le temps. Au contraire, la persistance de l'infection VHC, observée dans plus de 70 p. 100 des cas, est toujours associée à la persistance d'anti-VHC et au développement d'une hépatite chronique.

La virémie VHC (c'est-à-dire la quantité de virus ou charge virale du sang) est généralement basse (environ 6 log UI/ml).

La polymerase chain reaction (PCR) ou amplification génomique est donc la technique de choix pour la détection de l'ARN du VHC.

Elle a permis le clonage et l'analyse de la séquence en nucléotides de nombreux isolats du VHC permettant des études phylogénétiques, le développement de techniques de génotypages de routine et l'analyse des contaminations interhumaines, notamment nosocomiales ou materno-fœtales. Enfin, différentes PCR quantitatives ont été développées permettant une mesure de la charge virale qui en fait n'influe que peu sur le pronostic et sur les espoirs thérapeutiques dans le cadre des nouveaux traitements.

Prévalence du VHC

Le VHC a une transmission principalement parentérale. Elle explique la prévalence des anticorps anti-VHC, de l'ordre de 90 p. 100 chez les hémophiles avant le traitement des fractions par solvant/d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, praticien hospitalier, unité d'hépathologie, I.N.S.E.R.M. U-370, hôpital Necker

Classification


Autres références

«  HÉPATITE C  » est également traité dans :

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 646 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Virus des hépatites B et C et cancers primitifs du foie »  : […] Deux virus sont susceptibles de provoquer des cancers du foie. Ils n'ont aucune parenté entre eux : le virus de l'hépatite B (HBV) est un virus à ADN et le virus de l'hépatite C (HCV), un virus à ARN. Pour ces deux virus, il existe un même processus de chronicité de l'inflammation qui se complique à long terme de cirrhose puis de carcinome. Ce premier mécanisme apparaît indirect et secondaire a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancers-et-virus/#i_10971

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_10971

PRIX LASKER 2016

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le prix Lasker-DeBakey pour la recherche clinique  »  : […] Ce prix revient à Ralf F. W. Bartenschlager, Charles M. Rice et Michael J. Sofia, « pour le développement d’un système d’étude de la réplication du virus de l’hépatite C et pour son utilisation pour révolutionner le traitement de cette maladie chronique, souvent mortelle ». Le petit virus à ARN responsable de l’hépatite C fut identifié en 1989. Cette dernière est une maladie grave qui, en se chro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-lasker-2016/#i_10971

Voir aussi

Pour citer l’article

Stanislas POL, « HÉPATITE C », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hepatite-c/