HÉPATIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Morphologie

La classe des Hépatiques comprend des ordres et des sous-ordres distincts les uns des autres par de nombreux caractères du gamétophyte et du sporophyte. Deux exemples mettront en évidence les différences fondamentales entre les Marchantiales (Hépatiques à gamétophyte thalloïde) et les Jungermanniales (Hépatiques à gamétophyte le plus souvent feuillé, parfois thalloïde).

Le « Marchantia polymorpha »

Le Marchantia polymorpha, espèce distribuée à peu près dans le monde entier, vit dans les lieux humides, sur le sol frais et ombragé des jardins, dans les forêts aux endroits où l'on a fait du feu ; il se reconnaît facilement à son thalle vert, long de plusieurs centimètres, épais, portant des « chapeaux » dressés. Ce thalle se forme et s'accroît grâce au fonctionnement d'une cellule initiale, située à son extrémité. Il présente, de la face supérieure à la face inférieure, une succession de tissus bien distincts : un épiderme supérieur percé de pores qui, en section, apparaissent en forme de tonnelets ; sous cet épiderme, un tissu chlorophyllien qui entoure les chambres aérifères disposées sous les pores ; un tissu plus serré dont certaines cellules contiennent des mucilages ou des oléocorps ; un épiderme inférieur partiellement recouvert par des écailles et sur lequel s'insèrent des rhizoïdes unicellulaires, lisses ou ponctués, qui fixent le thalle au sol.

Marchantia polymorpha

Marchantia polymorpha

Diaporama

Marchantia-polymorpha 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Sur les thalles mâles se dressent des anthéridiophores formés d'un pédoncule long de 1 à 3 cm et surmonté d'un plateau à huit lobes à la face supérieure duquel naissent les anthéridies. Les thalles femelles portent des archégoniophores un peu différents des anthéridiophores : leur pédoncule, long de 2 à 6 cm, se termine par une sorte de chapeau à neuf rayons sous lesquels se développent les archégones protégés par un périanthe et enveloppés par groupes dans une écaille ou bractée périchétiale (fig 1). Anthéridiophores et archégoniophores sont seulement des prolongements un peu modifiés du thalle : ils ont, en effet, la même structure que lui. Chaque anthéridie, née d'une cellule du plateau qui s'est divisée e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Marchantia polymorpha

Marchantia polymorpha
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Hépatiques appartenant à divers ordres

Hépatiques appartenant à divers ordres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Lophocolea heterophylla

Lophocolea heterophylla
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur honoraire au Muséum national d'histoire naturelle

Classification


Autres références

«  HÉPATIQUES  » est également traité dans :

AUTO-IMMUNITAIRES MALADIES ou AUTO-IMMUNES MALADIES

  • Écrit par 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Troisième groupe de M.A.I. »  : […] Un troisième groupe, intermédiaire entre les types I et II, est à retenir : il concerne essentiellement des M.A.I. sanguines et hépatiques. Parmi les premières : les anémies hémolytiques auto-immunitaires les plus fréquentes à anticorps IgG « chauds » et opsonisants, anti-Rh, les autres à anticorps IgM « froids » anti-antigène I de surface ; les purpuras thrombopéniques (par manque de plaquettes) […] Lire la suite

BRYOPHYTES

  • Écrit par 
  • Suzanne JOVET
  •  • 5 098 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Classification des Bryophytes »  : […] L'embranchement des Bryophytes comprend cinq classes : classe I, Hepaticopsida  ; classe II, Anthocerotopsida  ; classe III, Sphagnopsida  ; classe IV, Andreaeopsida  ; classe V, Bryopsida. On désigne couramment par «  Hépatiques » l'ensemble des classes I et II, par «  Sphaignes » la classe III, par «  Mousses » les classes IV et V. Le choix de ces divisions et l'ordre dans lequel elles sont prés […] Lire la suite

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité morphologique des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes sont morphologiquement très diversifiées, avec un appareil végétatif allant du thalle (dépourvu de tige et de feuille) le plus simple au cormus complet (comprenant tige, feuille et racine) et à architecture complexe, avec une taille ne dépassant pas quelques millimètres (quelques Hépatiques, certaines lentilles d’eau…) ou formant des arbres dépassant les cent mètres de hauteur (c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Suzanne JOVET, « HÉPATIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hepatiques/