ROUSSEAU HENRI (1844-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un naïf consacré par l'avant-garde

Contemporain des impressionnistes, Rousseau aime à peindre des paysages observés sur le vif. Mais, loin de posséder leur science, il improvise, et, dans cette improvisation totale du métier, ses dons de coloriste chaque fois l'emportent. Parallèlement, une certaine maladresse perce, due à son désir d'inscrire dans son tableau la réalité telle qu'il la voit sans recourir à des formes conventionnelles. Cette invention plastique constante, jointe à la justesse chromatique, confère à sa peinture une fraîcheur particulière, et aussi son caractère inimitable. Un exemple caractéristique de la première période de son œuvre serait un paysage comme L'Octroi (Courtauld Institute, Londres), peint autour de 1890, très harmonieusement construit à partir de quelques formes simples, si bien que la maladresse graphique propre à l'autodidacte disparaît en entier. En revanche, elle émerge dès que Rousseau s'attache à faire un portrait. Il suffit pour s'en convaincre de regarder son célèbre autoportrait : Moi-même. Portrait-paysage (Musée national de Prague), daté de 1890. La difficulté de camper le personnage dans l'espace est pour Rousseau insurmontable : il ignore les règles de la perspective, que n'importe quel élève des Beaux-Arts connaît, et là aussi il improvise. Mais l'absence de rigueur dans la structure de l'espace rend bizarre son réalisme. Elle introduit, tout au long de sa carrière, une différence irréductible entre lui et les autres peintres.

Jeune Fille à la poupée, H. Rousseau

Photographie : Jeune Fille à la poupée, H. Rousseau

Photographie

Henri Rousseau, «Jeune Fille à la poupée», 1905. Huile sur toile, 67 cm × 52 cm. Collection Jean Walter-Paul Guillaume, Bruxelles. 

Crédits : AKG

Afficher

Moi-même. Portrait-paysage, H. Rousseau

Diaporama : Moi-même. Portrait-paysage, H. Rousseau

Diaporama

Henri Rousseau dit le Douanier Rousseau (1844-1910), Moi-même. Portrait-paysage. Autoportrait. 1890. Musée national de Prague. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

C'est sans doute ce côté bizarre de sa peinture qui a provoqué l'intérêt d'Alfred Jarry. On situe leur rencontre en 1893, l'année où Rousseau a pris sa retraite. Originaires de Laval l'un et l'autre, ils se lient d'amitié malgré la différence d'âge. Jarry fait connaître la peinture de Rousseau dans les milieux du Mercure de France, et c'est dans Le Mercure (mars 1895) que paraîtra le premier article important sur lui, faisant les éloges de La Guerre, exposée aux Indépendants de 1894. Cet étrange tableau, un des plus ambitieux de son œuvre, révèle en effet [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

La Guerre, H. Rousseau

La Guerre, H. Rousseau
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La liberté, H. Rousseau

La liberté, H. Rousseau
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Forêt tropicale avec singes et serpent, H. Rousseau

Forêt tropicale avec singes et serpent, H. Rousseau
Crédits : AKG

photographie

Jeune Fille à la poupée, H. Rousseau

Jeune Fille à la poupée, H. Rousseau
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROUSSEAU HENRI (1844-1910)  » est également traité dans :

NAÏF ART

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 2 887 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La retraite des vieux travailleurs »  : […] À des âges impossibles, les peintres naïfs sont encore de jeunes peintres : on les voit prendre le pinceau pour la première fois à soixante-douze ans, ou parce qu'ils se sont cassé la jambe, ou qu'ils sont au chômage, ou à la retraite. Car le travail est l'ennemi de l'art, comme il est l'ennemi de l'amour. Du moins pour les simples gens, qui ne peuvent penser à l'art, pour la plupart, que du jour […] Lire la suite

BATEAU-LAVOIR LE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 706 mots

Situé sur une petite place, au niveau du numéro 13 de la rue de Ravignan à Paris, constitué par un amas hétéroclite de poutres, de planches et de verrières, qu'aucune compagnie ne consentit jamais à assurer contre les risques d'incendie, cet étrange ensemble d'ateliers vétustes et obscurs appartient à l'histoire de l'art moderne. En effet, à partir de 1904, Picasso, Van Dongen, Juan Gris, Constant […] Lire la suite

UHDE WILHELM (1874-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 309 mots

Il n'est sans doute pas un collectionneur qui aujourd'hui ne rêve d'avoir la chance et le flair de cet « autodidacte ». D'origine allemande, fixé en France en 1903, Wilhelm Uhde découvre immédiatement le Douanier Rousseau, sur lequel il sera le premier à écrire un livre : Henri Rousseau, le Douanier (1911). Il s'intéresse en même temps à Braque et à Picasso, qu'il encourage et dont il achète les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dora VALLIER, « ROUSSEAU HENRI - (1844-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-rousseau/