GAUDIN HENRI (1933- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les écarts et les intervalles des constructions

Si Henri Gaudin rejette l'héritage moderne, ce n’est pas au nom du néo-classicisme, comme tant d'autres architectes au cours des mêmes années, mais parce qu’il est animé par une quête de la complexité. À l'espace moderne, fruit d'une conception des objets architecturaux séparés par du vide, de la distance inscrite dans les règlements, les techniques et l'esthétique, il oppose la compacité travaillée par le vide, les « poches » et la profondeur des lieux qui s'ouvrent, car l'architecture lui paraiît devoir d'abord être accueillante pour le corps.

Dans le centre d'Arcueil, l’ensemble de la Maison des gardes (1988), étiré le long d'une ruelle, massif, couronné d'une corniche arrondie, est en quelque sorte pour lui l'occasion d'entrer en ville par la banlieue. Enfin, c’est Paris, avec deux édifices modestes achevés en 1987 : un petit immeuble d'angle, rue de Ménilmontant, dans lequel il crée, derrière des façades relativement lisses, quelques accents cadencés, des déboîtements, des coursives et une ouverture en diagonale vers le centre confus de ce vieil îlot typique des quartiers ouvriers de l'Est parisien. Le collège de la rue Tandou, près du bassin de La Villette, avec des fractures qui s'ouvrent au coin d'une façade nacrée, des organisations de mouvements sinueux et d'angles aigus, et de minces verrières à l’articulation des formes.

Cette architecture de l'ombre et du mouvement de la lumière, assez nue, muette et blanche, animée de quelques accents, est nourrie de l'idée paradoxale qui court tout au long de l'œuvre d'Henri Gaudin : « le vide est ce qui relie ». Cette idée est approfondie au début des années 1980 pendant la rédaction de La Cabane et le labyrinthe, ouvrage qui explore l'espace médiéval, « refuge contre l'abstraction », pour y retrouver cette « science de l'agglomération » qu'ont pu mettre en œuvre au xxe siècle des architectes aussi différents qu’Alvar Aalto, Alvaro Siza ou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GAUDIN HENRI (1933- )  » est également traité dans :

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Un répertoire des formes »  : […] Christian de Portzamparc, auteur avec Georgia Benamo d'un ensemble de 208 logements répartis en plusieurs immeubles de part et d'autre de la rue des Hautes-Formes ( xiii e , 1975-1979), inaugure quant à lui un moment de renouvellement formel important, dont Jean Nouvel et Henri Gaudin seront également deux des principaux acteurs. Le premier se f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_98240

Voir aussi

Pour citer l’article

François CHASLIN, « GAUDIN HENRI (1933- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-gaudin/