LORENTZ HENDRIK ANTOON (1853-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Électromagnétisme

Les équations du champ électromagnétique

Peu d'années avant que Hendrik Antoon Lorentz commençât ses travaux scientifiques, James Clerk Maxwell avait synthétisé la connaissance des phénomènes électriques et magnétiques connus au moyen d'un système d'équations valable pour tout milieu matériel.

Maxwell définissait quatre champs, deux de nature électrique et deux de nature magnétique, fonctions de l'espace et du temps, et caractéristiques de l'état de tension de la matière dite pondérable. Comme les phénomènes électromagnétiques se présentent aussi dans le vide, on s'imaginait que le vide était rempli par une sorte de matière impondérable et mystérieuse, qu'on appelait l'éther lumineux. L'expérience montrait que, dans la matière pondérable, il existait entre les deux champs électriques une relation qui dépendait du milieu considéré ; dans le vide, ces deux champs étaient proportionnels. Les deux champs magnétiques étaient liés entre eux d'une manière analogue.

Lorentz réussit à simplifier et à clarifier cette théorie, en postulant que la matière n'est pas continue, mais formée d'une collection de particules électriquement chargées qui se trouvent dans le vide. Lorentz appelle ces particules microscopiques des électrons, d'où le nom, qu'on utilise toujours, de théorie des électrons ; mais il désigne indifféremment ainsi toutes les particules porteuses de charges positives ou négatives (dans la terminologie moderne : noyaux et électrons). Celles-ci produisent dans le vide qui les sépare un champ électromagnétique « microscopique », constitué d'un seul champ électrique et d'un seul champ magnétique. Lorentz décrit ces champs au moyen d'équations « microscopiques » élémentaires, puis il en déduit, par un procédé mathématique qui permet d'effectuer des moyennes statistiques sur un très grand nombre de particules, les équations de Maxwell, qui sont valables pour la matière considérée globalement et, donc, appelées souvent « macrosco [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LORENTZ HENDRIK ANTOON (1853-1928)  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'atome de Thomson-Lorentz »  : […] Ce ne fut qu'à la fin du xix e siècle que la notion d'atome comme particule indivisible fut mise en doute. Les expériences sur les décharges électriques dans les gaz raréfiés et l'étude des rayons cathodiques ont amené à la découverte de très légères particules, chargées électriquement, les électrons . Dotés d'une charge né […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_3295

DIPOLAIRES MOMENTS

  • Écrit par 
  • Jean BARRIOL
  •  • 4 811 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cas des liquides »  : […] Une difficulté essentielle dans le cas des liquides réside dans le fait que le champ effectif R agissant sur une molécule donnée – et qui intervient dans l'évaluation de μ – est distinct du champ électrostatique E qui figure dans la relation (1). Cet important problème du champ effectif, qui apparaît dans de nombreuses théories d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moments-dipolaires/#i_3295

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La théorie de Lorentz »  : […] Par ses publications de 1892 et 1895, Henrik Antoon Lorentz (1853-1928) édifia une théorie des électrons en associant à chacune des charges un champ électrique et un champ magnétique, et ce à une échelle microscopique où peuvent s'appliquer les conceptions de Maxwell. Quand Stoney avait proposé le mot «   électron », il désignait seulement une quantité d'électricité élémentaire sans y associer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_3295

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérimentation en échec »  : […] Malheureusement, les résultats des très nombreuses expériences similaires effectuées au cours du xix e  siècle furent tous négatifs. Autrement dit, les effets d'un vent d'éther ne se manifestaient par aucun effet du premier ordre. Bientôt, on devait montrer que l'expression de l'entraînement partiel de l'éther, prévue par Fresnel, constituait la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ether/#i_3295

FITZGERALD GEORGE FRANCIS (1851-1901)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 330 mots

Physicien théoricien irlandais. Son père, pasteur protestant à Dublin au moment de sa naissance le 3 août 1851, deviendra évêque de Cork puis de Killaloe. À l'âge de seize ans, Fitzgerald commence de brillantes études supérieures en mathématiques et en sciences expérimentales au Trinity College de Dublin. Impressionné par la publication en 1873 du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-francis-fitzgerald/#i_3295

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'électron classique »  : […] La mesure du rapport  e / m du « corpuscule cathodique » ou de l'« ion oscillant », effectuée respectivement par J. J. Thomson et par P. Zeeman, est fondée sur l'une des lois de H. A. Lorentz mise au point lors de l'élaboration d'une interprétation de l'électromagnétisme de Maxwell (cf.  électricité  - Histoire de l'électricité) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_3295

RELATIVITÉ - Relativité restreinte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] La remarquable synthèse de l'électromagnétisme opérée à la fin du xix e  siècle, en particulier par Michael Faraday et James Clerk Maxwell, semblait imposer l'existence d'un « éther luminifère », hypothétique substance dans laquelle se propageraient les ondes lumineuses. Conçue pour détecter le mouvement de la Terre par rapport à cet éther, l'exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-restreinte/#i_3295

ZEEMAN EFFET

  • Écrit par 
  • Jean MARGERIE
  •  • 5 760 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie quantique »  : […] Aussitôt après la découverte de Zeeman, Lorentz en a donné une interprétation dans le cadre de la mécanique et de l'électromagnétisme classiques. La théorie de Lorentz ne rend compte que d'une partie des phénomènes observés (effet Zeeman dit normal , cf. chap. 2, Effet Zeeman linéaire ) et elle est complètement abandonnée de nos jours au profit d'une in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-zeeman/#i_3295

Voir aussi

Pour citer l’article

Sybren R. de GROOT, Christiaan G. VAN WEERT, Leendert G. SUTTORP, « LORENTZ HENDRIK ANTOON - (1853-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hendrik-antoon-lorentz/