HÉMOPHILIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symptomatologie clinique

La symptomatologie clinique se résume aux manifestations hémorragiques et à leurs séquelles. Les premières hémorragies surviennent rarement durant la période néo-natale, sauf parfois après circoncision. Dans les formes graves, c'est habituellement vers la fin de la première année, et surtout lors des premiers pas, que l'apparition d'ecchymoses et d'hématomes conduit au diagnostic. En revanche, dans les formes modérées, l'hémophilie peut n'être reconnue que vers l'adolescence, et parfois à l'occasion d'une intervention chirurgicale.

L'hémophilie se manifeste par des hémorragies apparemment spontanées ou provoquées par des traumatismes même minimes ; ces hémorragies peuvent être extériorisées ou se produire à l'intérieur des tissus.

Hémorragies extériorisées

Cutanées ou muqueuses, les hémorragies extériorisées peuvent, par leur abondance et leur répétition, entraîner une anémie aiguë, autrefois mortelle. Elles surviennent au niveau de plaies cutanées, même légères, de lésions buccales : morsures de la langue, plaie du frein de la langue (elles sont alors particulièrement difficiles à contrôler), de la muqueuse nasale, du tractus digestif ou rénal. Les hémorragies postopératoires sont la règle en l'absence d'un traitement substitutif efficace.

Hémorragies intratissulaires

L'hémorragie peut se produire dans le tissu cellulaire (hématome sous-cutané) et dans les muscles (hématomes intramusculaires). Ces hématomes intramusculaires, de localisation variée, entraînent par leur importance des troubles de compression vasculaire ou nerveuse et conduisent parfois à l'évacuation chirurgicale pour pallier les séquelles fonctionnelles.

Une localisation très particulière est constituée par les hémarthroses (hémorragies intra-articulaires). Rares dans les formes modérées, elles apparaissent régulièrement dans les formes graves ; elles se situent principalement au niveau des genoux, des chevilles et des coudes, atteignant plus rarement les hanches et les poignets. Après une phase [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-XI, chef du service d'hématologie à l'hôpital Antoine-Béclère, directeur de l'unité 143 de l'I.N.S.E.R.M.
  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, directeur adjoint du Centre de transfusion d'Angers

Classification


Autres références

«  HÉMOPHILIE  » est également traité dans :

HÉMORRAGIES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SOULIER
  • , Universalis
  •  • 4 292 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déficit congénital de la coagulation »  : […] L' hémophilie représente le type des syndromes hémorragiques constitutionnels par défaut congénital d'un facteur de coagulation. Tare récessive liée au sexe, elle frappe les sujets masculins et se transmet par les femmes qui sont cliniquement indemnes. Biologiquement, on distingue deux types d'hémophilie : l'hémophilie A (85 p. 100 des cas), due à un défaut de facteur VIII, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemorragies/#i_7526

TRANSFUSION SANGUINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SOULIER
  •  • 2 450 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fractions plasmatiques »  : […] Le plasma est fractionné en vue d'isoler et de concentrer ses constituants les plus précieux pour la thérapeutique : albumine, fractions coagulantes, gammaglobulines. L' albumine possède les mêmes propriétés que le plasma total pour traiter les « états de choc », en particulier ceux des brûlés. Les solutions concentrées d'albumine permettent de restaurer la masse liquidienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transfusion-sanguine/#i_7526

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique MEYER, Édith FRESSINAUD, « HÉMOPHILIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemophilie/