HÉMOCHROMATOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Autres surcharges en fer d'origine génétique

L'hémochromatose juvénile (dite HFE-2) est rare et touche l'homme et la femme jeunes avant 30 ans. La symptomatologie est nette. Le pronostic est dominé par l'atteinte cardiaque. Deux anomalies génétiques ont été identifiées : l'une porte sur le chromosome 1, l'autre est une mutation du gène de l'hepcidine (A. Roetto et al.).

La mutation du gène récepteur de la transferrine 2 (HFE-3) est une affection rare, décrite plus particulièrement en Sicile.

Les surcharges en fer liées à la ferroportine (HFE-4) représentent la majorité des hémochromatoses génétiques ne relevant pas la mutation HFE-1 (D. F. Wallace et al. 2004). Le gène impliqué code normalement une protéine de la membrane cellulaire, la ferroportine, exprimée chez l'entérocyte et le macrophage. Au niveau entérocytaire, la protéine transporte le fer du cytoplasme vers le sang en présence d'héphaestine (protéine proche de la céruloplasmine, ayant une activité ferroxidase). Au niveau du macrophage, elle favorise la sortie du fer et donc sa disponibilité dans le sang. Sont évocateurs : le caractère dominant de l'affection au cours des générations ; une très forte hyperferritinémie, contrastant avec une saturation de la transferrine normale ou peu élevée, et enfin une surcharge hépatique touchant autant les cellules de Kuppfer que les hépatocytes. Les patients ne supportent pas toujours très bien les saignées, d'où l'éventuel usage d'érythropoïétine.

L'acéruloplasménie congénitale se caractérise par une anémie (due à un défaut de libération du fer au niveau des cellules où il est entré), un diabète et des anomalies neurologiques, fréquentes et d'intensité variable consécutives au dépôt de fer au niveau du cerveau, anomalies qui dominent le pronostic.

On doit enfin signaler qu'une mutation du gène de la ferritine H, dans la région régulatrice IRE, maladie rare, décrite au Japon, semble pouvoir produire une surcharge en fer.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : chef du service de gastro-entérologie et hépatologie de l'hôpital intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye

Classification


Autres références

«  HÉMOCHROMATOSES  » est également traité dans :

FER - Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 717 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Régulation de l'hepcidine par le fer »  : […] Lorsqu'il y a une augmentation des réserves en fer, la synthèse d'hepcidine est augmentée par des mécanismes complexes. Le pourcentage de saturation de la transferrine joue un rôle important dans la signalisation entre l'absorption intestinale et le foie. Les protéines HFE et une isoforme du récepteur à la transferrine spécifiquement exprimée dans le foie (RTf2), toutes deux exposées à la surface […] Lire la suite

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 468 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La recherche sur l’édition du génome humain »  : […] Le premier essai de thérapie génique chez l’homme remonte à 1990 aux États-Unis sur des patients atteints de cancer. Dans les années 2000, les essais thérapeutiques se multiplient, y compris en Europe, mais il ne s’agit pas encore d’édition du génome, la thérapie consistant à insérer une copie fonctionnelle du gène déficient dans l’ADN du malade. Ce traitement par transfert de gène permet de stop […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude EUGÈNE, « HÉMOCHROMATOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemochromatoses/