HÉMOCHROMATOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hémochromatose génétique HFE-1

Déterminisme

Due à une anomalie d'un chromosome masquée en présence de son homologue sain, c'est une atteinte chromosomique dite récessive. L'hémochromatose HFE-1 est la plus fréquente des maladies héréditaires en Europe occidentale (90 p. 100 des cas d'hémochromatose en France). Dans les populations d'origine caucasienne, on retrouve une mutation hétérozygote (dans le couple chromosomique, un seul des deux chromosomes est atteint, ce qui est insuffisant pour rendre le sujet malade) chez un individu sur dix et une mutation homozygote (les deux chromosomes portent la mutation, ce qui peut entraîner la maladie) chez un sujet sur deux cents. Cependant, l'homozygotie n'entraîne une expression phénotypique (apparition des signes de la maladie) que dans un pourcentage variable de cas. Chez les sujets d'origine européenne, la maladie s'observe donc avec une prévalence d'environ 1 à 4 p. 1 000.

Dès 1975, le gène responsable avait été localisé sur un autosome (chromosome non sexuel), le chromosome 6, en raison d'une forte association de la maladie avec un facteur d'histocompatibilité l'antigène HLA-A3, découvert à cette époque. Ce gène, nommé HFE-1, a été identifié et cloné en 1996, ce qui a permis de mettre en place un test de dépistage.

Les principales mutations entraînent un remplacement d'un acide aminé sur la protéine (HFE) régulatrice de l'absorption ferrique. La mutation C282Y rend la protéine non fonctionnelle en remplaçant sur la chaîne polypeptidique en position 282 un acide aminé, la cystéine, par une tyrosine. La mutation H63D entraîne la substitution d'une histidine par un acide aspartique. Il existe d'autres mutations, S65C par exemple, dont le rôle est controversé.

Physiopathologie

La surcharge en fer est consécutive à une hyperabsorption intestinale du fer alimentaire. En effet, dans l'hémochromatose génétique, l'absorption est comparable à celle qui est observée au cours des anémies par carence martiale (carence en fer). Le fer en excès es [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : chef du service de gastro-entérologie et hépatologie de l'hôpital intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye

Classification


Autres références

«  HÉMOCHROMATOSES  » est également traité dans :

FER - Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 717 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Régulation de l'hepcidine par le fer »  : […] Lorsqu'il y a une augmentation des réserves en fer, la synthèse d'hepcidine est augmentée par des mécanismes complexes. Le pourcentage de saturation de la transferrine joue un rôle important dans la signalisation entre l'absorption intestinale et le foie. Les protéines HFE et une isoforme du récepteur à la transferrine spécifiquement exprimée dans le foie (RTf2), toutes deux exposées à la surface […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fer-role-biologique-du-fer/#i_3536

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 468 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La recherche sur l’édition du génome humain »  : […] Le premier essai de thérapie génique chez l’homme remonte à 1990 aux États-Unis sur des patients atteints de cancer. Dans les années 2000, les essais thérapeutiques se multiplient, y compris en Europe, mais il ne s’agit pas encore d’édition du génome, la thérapie consistant à insérer une copie fonctionnelle du gène déficient dans l’ADN du malade. Ce traitement par transfert de gène permet de stop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-du-genome-humain/#i_3536

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude EUGÈNE, « HÉMOCHROMATOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemochromatoses/