WÖLFFLIN HEINRICH (1864-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un professeur et un théoricien

Né à Winterthur, en Suisse, dans un milieu de haute culture (son père était philologue et fonda le Thesaurus linguae latinae), Heinrich Wölfflin étudia l'histoire et la théorie de l'art à Bâle, à Berlin et à Munich où il soutint à vingt-deux ans une thèse de doctorat : Prolegomena zu einer Psychologie der Architektur. C'est encore de l'architecture, domaine privilégié pour l'étude des formes, qu'il traite à vingt-quatre ans dans Renaissance et Baroque (Renaissance und Barock, 1888), essai qui vise à définir les valeurs formelles propres au baroque en les opposant au classicisme de la Renaissance. À l'encontre de ses prédécesseurs, Wölfflin renonce à interpréter le baroque comme un prolongement aberrant du style antérieur, mais le comprend comme une totalité esthétique neuve qui ne relève que de son propre critère du goût.

Sa pensée évolue au contact de celle de Jacob Burckhardt, avec qui il entretient une importante correspondance (éditée), sans pour autant faire sien le projet d'une histoire culturelle de l'art. Il rencontre en 1889 le sculpteur et théoricien Adolf Hildebrand ainsi que son ami C. Fiedler et leur doit une attention à la « visualité pure » (reine Sichtbarkeit), qui détermine pour une bonne part son orientation « formaliste ».

Professeur, Wölfflin enseigne à Bâle, où il succède à Burckhardt en 1893, puis à Berlin (1905), à Munich (1914) et à Zurich où il retourne en 1924 et où il mourra. Ses cours à Bâle et les voyages en Italie qui leur sont contemporains aboutissent à la publication, en 1899, de L'Art classique (Die klassische Kunst), analyse rigoureusement interne de l'art de la Renaissance à son apogée classique. En 1905 paraît Die Kunst Albrecht Dürers, la plus formelle sans doute des études consacrées à ce peintre. La b [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  WÖLFFLIN HEINRICH (1864-1945)  » est également traité dans :

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L'HISTOIRE DE L'ART. LE PROBLÈME DE L'ÉVOLUTION DU STYLE DANS L'ART MODERNE, Heinrich Wölfflin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 331 mots

Dans le courant que l'on nomme « formaliste » en histoire de l'art, Heinrich Wölfflin (1864-1945) occupe, avec Gottfried Semper ou Aloïs Riegl, une place essentielle. Peu d'œuvres auront exercé une influence aussi durable que la sienne, au-delà même de sa disciplin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principes-fondamentaux-de-l-histoire-de-l-art-le-probleme-de-l-evolution-du-style-dans-l-art-moderne/#i_10159

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une discipline spécifique »  : […] Le premier ouvrage d'histoire de l'art assortie d'une illustration méthodique avait été l' Histoire de l'art par les monuments ( xv e - xvi e  s.) par Séroux d'Agincourt (Paris, 1811-1829). L'illustration au trait occupe une place remarquable dans le Handbuch der Kunstwissenschaft de F. Kugler (Berlin, 1842). Le dessin au trait et le schéma explicatif continuent d'être en usage, mais, dès le troi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-le-discours-sur-l-art-l-histoire-de-l-art/#i_10159

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'élaboration du concept : approche formelle et approche historique »  : […] Le mot « baroque » a eu sa période préhistorique : utilisé comme terme technique de joaillerie, d'origine portugaise, il a dérivé, dans certains pays, notamment en France, dans le sens de l'irrégularité, de l'insolite ou du barbarisme. Il n'en a pas été de même dans d'autres pays, notamment en Allemagne ou en Espagne, où le terme a défini l'art d'une période historique, sans jugement de valeur. Po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_10159

BONY JEAN (1909-1995)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 944 mots

Historien français de l'art et de l'architecture du Moyen Âge. Pour le public cultivé, Jean Bony restera l'auteur de la synthèse magistrale sur l' Architecture gothique en France aux XII e et XIII e  siècles , qu'il écrivit en anglais et que publia l'université de Berkeley en 1983. Jean Bony est né à Paris. Après avoir suivi les cours de Henri Focillon, il continue une carrière à l'étranger, d'ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bony/#i_10159

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Petite rétrospective sémantique »  : […] Chef-d'œuvre de l'architecture classique pour Anthony Blunt, le château de Maisons par François Mansart est considéré par Emil Kaufmann comme exemplaire du système de composition baroque. Par extensions successives et inverses, le champ sémantique des deux adjectifs a fini par interférer, s'emboîter, voire se recouvrir. Aussi pour contrôler cette polysémie foisonnante, il convient d'abord, comme p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-classique/#i_10159

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description , 1998), ou, encore, les actes du colloqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-esthetique/#i_10159

DÜRER ALBRECHT (1471-1528)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 4 517 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Entre la tradition gothique et l'exemple italien »  : […] Dürer reçut une formation traditionnelle. Il commença par apprendre le métier d'orfèvre, apprentissage qui explique certainement son habileté à manier le burin. Ayant manifesté très tôt le désir de devenir peintre, il fut placé dans l'atelier de Wolgemut, artiste médiocre et tourné vers le passé. En 1490, il part pour Colmar avec l'intention de travailler auprès de Martin Schongauer, que ses grav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-durer/#i_10159

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'architecture comme art de l'espace »  : […] Faisant écho aux travaux de langue allemande, Henri Focillon donnait, dès la Vie des formes (1943), une formulation simplifiée mais éloquente de l'espace : « L'espace est le lieu de l'œuvre d'art ; [celle-ci] le définit et [...] le crée tel qu'il lui est nécessaire », et le privilège de l'architecture tient à ce que « les trois dimensions ne sont pas seulement [son] lieu [...] , [mais aussi sa] […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_10159

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

Dans le chapitre « Des lois du changement à l'établissement des possibles »  : […] Cette hypothèque matérialiste levée, il restait à fonder une méthode d'analyse rigoureuse des formes et de leur évolution, scientifique, c'est-à-dire aussi exigeante d'un point de vue empirique que théorique. Tel sera le dessein de Riegl. Ainsi, dans L'Industrie artistique du Bas-Empire romain ( Die spätrömische Kunstindustrie, nach den Funden in Österreich-Ungarn dargestellt , 1901), l'historien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme-arts/#i_10159

FRIEDLÄNDER WALTER (1873-1966)

  • Écrit par 
  • Henri ZERNER
  •  • 496 mots
  •  • 1 média

Après des études de droit, Walter Friedländer ne vient à l'histoire de l'art qu'assez tard dans la vie, vers l'âge de trente ans. Ses premiers travaux se situent au moment où la pensée de Wölfflin atteint son plein développement, et la problématique du Zurichois a profondément marqué son cadet. Le premier ouvrage de Friedländer, une étude minutieuse de l'architecture et de la décoration du Casino […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-friedlander/#i_10159

GÉNÉALOGIES DU BAROQUE (A. Mérot)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 237 mots

Avec Généalogies du baroque (Le Promeneur, Paris, 2007), une synthèse consacrée à l'histoire de la notion de « baroque » dans les arts visuels, Alain Mérot, professeur d'histoire de l'art moderne à la Sorbonne, spécialiste reconnu de la peinture française du xvii e  siècle et plus spécifiquement de Poussin, n'invite pas seulement le lecteur à revisiter un concept aujourd'hui très étendu, en mêla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogies-du-baroque/#i_10159

HAUSER ARNOLD (1892-1978)

  • Écrit par 
  • Renée MOLL
  •  • 916 mots

Sociologue et théoricien de l'art, né en Hongrie, Arnold Hauser étudia la littérature et l'histoire de l'art aux universités de Budapest, Berlin, Paris, assistant aux cours de Georg Simmel et Henri Bergson. Après un séjour en Italie, au sortir de la Première Guerre mondiale, pour étudier l'art classique et l'art de la Renaissance, il revint dans le Berlin troublé de 1921, où il fut initié à l'écon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-hauser/#i_10159

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Classicisme et baroque »  : […] De l'ensemble des définitions communément admises du mot « classicisme », il semble que l'on puisse tirer une énumération à peu près satisfaisante des attributs du classicisme au sens le plus large : la notion de perfection, celle d'un modèle tiré de l'Antiquité, celle enfin d'une conformité à établir avec cette perfection – tout classicisme est essentiellement normatif et suppose des règles. L'ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme/#i_10159

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Maniérisme et baroque »  : […] Au début du xix e  siècle, on considérait encore généralement le maniérisme comme un style sans importance historique : c'est ainsi que Heinrich Wölfflin (1888) croyait à une évolution ininterrompue du classicisme de la Renaissance au baroque du xvii e  siècle, termes qui s'opposaient, pour lui, de façon antinomique, comme le classicisme et le romantisme. Cependant C. Gurlitt (1887) avait déjà déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_10159

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Théories et problèmes »  : […] Le rococo n'a pas eu ses théoriciens propres. L'enseignement artistique au xviii e  siècle repose apparemment sur les mêmes principes qu'au siècle précédent, et les institutions ne changent pas. En France, l'Académie de peinture et de sculpture et celle d'architecture continuent à fonctionner dans la forme que leur ont donnée Louis XIV et Colbert. L'étude de l'Antiquité et des maîtres de la Renai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_10159

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean WIRTH, « WÖLFFLIN HEINRICH - (1864-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-wolfflin/