HIMMLER HEINRICH (1900-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de professeur, filleul du prince Heinrich de Bavière, Heinrich Himmler a été élevé, selon les méthodes de l'époque, dans une famille catholique très pratiquante, qui ne plaisantait pas avec la morale et les convenances bourgeoises, et dans l'amour et le respect de la patrie allemande. Docile, affectueux, respectueux, il fit de solides études et se destina à la carrière d'officier. La Première Guerre mondiale n'interrompt pas ses études. Il doit attendre 1917 avant d'être admis à s'engager et fait ses classes dans le 11e régiment d'infanterie de Bavière ; il suit ensuite un cours d'élève officier à Freising, puis un cours de canonnier à Bayreuth. Deux mois après il est démobilisé avant même son arrivée au front. Plus tard, il prétendra avoir conduit les hommes au combat pendant la Première Guerre mondiale. Himmler décide alors de se tourner vers l'agronomie. Après avoir travaillé dans une ferme-école aux environs d'Ingolstadt, il s'inscrit à l'université de Munich pour poursuivre ses études d'agronomie et devient ingénieur à vingt et un ans. Cette année-là, il rencontre le capitaine Röhm qui fait sur lui une grande impression et le convertit à ses vues politiques. En août 1923, il adhère à la N.S.D.A.P. d'Adolf Hitler. En novembre, il participe au putsch de Munich aux côtés de Röhm, mais il n'est pas poursuivi par la justice.

C'est alors qu'il rencontre Gregor Strasser, qui le prend en qualité de secrétaire du Mouvement national-socialiste pour la liberté, qui remplace la N.S.D.A.P. interdite. En 1925, Himmler travaille pour Gregor Strasser en collaboration avec Joseph Goebbels. Cette même année, Himmler entre à la SS (sous le numéro matricule 168) que Hitler vient de fonder. Dès ce moment, Himmler va vouer à Hitler une admiration, une soumission et une fidélité qui ne se [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HIMMLER HEINRICH (1900-1945)  » est également traité dans :

AUSCHWITZ

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 1 219 mots
  •  • 3 médias

Auschwitz, également appelé Auschwitz-Birkenau, fut le plus grand des camps de concentration et d'extermination construits par l'Allemagne nazie . Situé près de la ville industrielle d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne, Auschwitz était à la fois un camp de concentration, un camp d'extermination et un camp de travail forcé. Parce qu'il fut le camp d'extermination nazi où le plus de victimes s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auschwitz/#i_16888

BERNADOTTE FOLKE (1895-1948)

  • Écrit par 
  • Laurent BARCELO
  •  • 1 041 mots

Le 17 septembre 1948, deux hommes en uniforme israélien abattent à bout portant le comte Folke Bernadotte, médiateur de l'organisation des Nations unies, et son adjoint le colonel français Sérot, alors qu'ils traversent la localité de Katamon pour se rendre à Jérusalem. Soldat, humaniste et diplomate suédois né à Stockholm le 2 janvier 1895, Folke Bernadotte est le neveu du roi Gustave V de Suède. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folke-bernadotte/#i_16888

BLOMBERG WERNER baron von (1878-1946)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 345 mots

Officier d'état-major de la Reichswehr, Blomberg est, à partir de 1925, chef du département de l'instruction puis, en 1927, du département des troupes. À ces titres, il collabore avec l'Armée rouge et se lie de sympathie avec le futur maréchal soviétique Toukhatchevski. En 1929, il est nommé commandant en chef de l'importante circonscription militaire de Königsberg. À partir de 1930, Blomberg — sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-blomberg/#i_16888

GESTAPO (Geheime Staatspolizei)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 482 mots

Police secrète de l'État nazi, contraction du mot allemand Geheime Staatspolizei. Ce nom générique de Gestapo a été utilisé par les Français occupés pour désigner à tort des organismes aussi différents que l'Abwehr (service de contre-espionnage de l'armée allemande, dirigé par l'amiral Canaris) ; la Kriminalpolizei, ou Kripo (police criminelle) ; le Sicherheitsdienst ou SD (Service de renseignemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestapo/#i_16888

HEYDRICH REINHARD (1904-1942)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 756 mots

Fils du directeur du conservatoire de musique de Halle, Reinhard Heydrich est considéré par ses maîtres et ses camarades comme un sujet extraordinairement brillant. La défaite de 1918 bouleverse Heydrich, élevé par ses parents et ses maîtres dans un esprit farouchement nationaliste. En 1922, il quitte Halle pour se présenter à Kiel en qualité d'aspirant de marine. Il passe aisément les grades : en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reinhard-heydrich/#i_16888

HITLER ADOLF (1889-1945)

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 4 747 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le chef de régime »  : […] La nomination de Hitler au poste de chancelier, le 30 janvier 1933, ne fut pas la conséquence d'une victoire électorale . Aux élections de novembre 1932, le Parti nazi avait perdu des voix par rapport à celles de juillet, passant de 37,3 à 33,1 p. 100 des suffrages (196 sièges). Cette nomination fut le résultat des intrigues d'une poignée de conservateurs, menés par Franz von Papen ; désireux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-hitler/#i_16888

NAZISME

  • Écrit par 
  • Johann CHAPOUTOT
  •  • 4 758 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abandon de la voie insurrectionnelle »  : […] Après une tentative ratée de prise de pouvoir par la force à Munich (« Putsch de la Brasserie », des 8 et 9 novembre 1923, coup d’État à l’imitation de la « marche sur Rome » lancée par Mussolini un an plus tôt), le N.S.D.A.P. adopte une stratégie électoraliste. Échaudé par l’échec, ainsi que par les risques encourus – il est condamné à une peine de cinq ans de prison et son parti est interdit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nazisme/#i_16888

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le pays martyr de l'Europe (1939-1945) »  : […] Surprise avant d'avoir achevé sa mobilisation et très inférieure en potentiel militaire et en nombre, l'armée polonaise fut écrasée, malgré sa bravoure, par le Blitzkrieg des envahisseurs. Ceux-ci arrivèrent le 8 septembre devant Varsovie ; d'abord repoussés, ils revinrent et Varsovie fut complètement investie et capitula le 27 ; les derniers combats cessèrent le 5 octobre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_16888

RIBBENTROP JOACHIM VON (1893-1946)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 706 mots
  •  • 4 médias

Employé de banque en Angleterre, officier allemand pendant la Première Guerre mondiale, Joachim von Ribbentrop, devient ensuite voyageur de commerce international comme représentant du champagne Pommery. Il fait de fréquents et longs séjours en Grande-Bretagne où il approche de nombreuses personnalités. Il épouse la fille du fabricant allemand de vins mousseux, Henkell, et n'adhère au national-soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-von-ribbentrop/#i_16888

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 884 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La genèse de l'extermination »  : […] Comment une entreprise criminelle aussi gigantesque vint-elle au jour ? Sur ce point, nos connaissances sont relativement moins assurées, faute de documents qui puissent nous éclairer sur la date de la décision et sur les arrière-plans de celle-ci. Les historiens ne s'accordent pas sur la datation, les uns situant la décision fatale au printemps de 1941, les autres à l'automne, voire à la fin de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shoah/#i_16888

SS (Schutzstaffel)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 1 012 mots

En mars 1923, Göring crée une garde spéciale pour protéger le Führer : quelques fidèles de la première heure prêtent serment à Hitler et se nomment la Stabswache (corps de garde), puis la Stosstruppe Adolf Hitler . Ils portent un uniforme : casquette noire, brassière à bords noirs avec croix gammée, emblème à tête de mort. C'est à leur propos qu'apparaî […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ss/#i_16888

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le système concentrationnaire et l'antisémitisme »  : […] Créés en 1933 pour accueillir les opposants au régime, les camps de concentration, qui s'étaient sensiblement vidés en 1939, à la mobilisation, virent leur importance s'accroître avec la guerre. On y rassembla, outre les Allemands, les antifascistes et les Juifs des territoires occupés : en même temps, les camps changèrent de fonction. Baptisés d'abord camps de rééducation, ils devinrent des camp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_16888

WAFFEN SS

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Le corps numériquement le plus important de la SS fut la Waffen SS, c'est-à-dire la section purement militaire de l'Ordre noir, dont cinq cent mille Européens non allemands portèrent l'uniforme. L'origine de la Waffen SS remonte à la prise du pouvoir par Hitler en 1933. Poursuivant la reconstitution d'une véritable armée allemande, celui-ci crée, dès mars 1933, un bataillon d'infanterie affecté à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/waffen-ss/#i_16888

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « HIMMLER HEINRICH - (1900-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-himmler/