HEIJI MONOGATARI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Second volet de la trilogie des chroniques épiques du Japon (Hōgen monogatari, Heiji monogatari, Heike monogatari), le Heiji monogatari, anonyme lui aussi, est, comme le Hōgen monogatari, divisé en trois livres, et les parentés de structures sont si voisines entre ces deux ouvrages que l'on a longtemps supposé que l'auteur en était le même. Les deux textes ont d'ailleurs subi le même sort : comme le Hōgen, le Heiji a très tôt été récité par les biwahōshi, rhapsodes aveugles à qui l'on doit sans doute les nombreuses interpolations et les différences de style qui distinguent les onze tranches de la tradition manuscrite. À noter l'existence d'un Heiji monogatari emaki, manuscrit illustré qui compte parmi les chefs-d'œuvre de la peinture du xiiie siècle et dont s'inspira le film La Porte de l'Enfer.

Le Heiji monogarari relate le coup d'État manqué de Nobuyori, courtisan lâche et corrompu, qui, en la première année de l'ère Heiji (1159), profitant d'un pèlerinage de Taira no Kiyomori, s'assure de la personne de l'empereur régnant et de l'empereur retiré Go-Shirakawa pour soumettre à ses caprices une cour terrorisée. Kiyomori regagne la capitale en hâte et trouve le palais occupé par les troupes de Minamoto no Yoshitomo (cf. Hōgen monogatari). Les Taira, sous la conduite de Shigemori, fils aîné de Kiyomori, attaquent le palais, mais sont repoussés par Yoshitomo et son fils aîné Genda le Mauvais, qui joue dans cette bataille, dont le récit occupe la majeure partie du livre second, un rôle analogue à celui de l'archer Tametomo, son oncle, dans le Hōgen. Les Minamoto attaquent à leur tour le château de Kiyomori, mais sont battus cette fois. Yoshitomo se retire, rencontre en chemin Nobuyori, qui s'est enfui pendant la bataille, le cravache en l'appelant « le plus grand pleutre du Japon », et finit lâchement assassiné par un de ses propres vassaux. Genda et Nobuyori sont exécutés, les Minamoto sont pourchassés et massacrés, à l'exception des plus jeunes fils [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  HEIJI MONOGATARI  » est également traité dans :

HEIKE MONOGATARI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 595 mots

Dans le chapitre « Genèse et développement »  : […] Divers noms ont été avancés pour le ou les auteurs présumés du Heike . Mais ce sont autant d'affirmations gratuites qu'aucune preuve sérieuse n'étaie. L'étude de la tradition manuscrite montre du reste que, malgré la cohérence indéniable du dessein général, nombreux ont dû être ceux qui ont apporté leur pierre à l'édifice. Cent vingt-six manuscrits connus (chiffre provisoire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heike-monogatari/#i_23180

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « HEIJI MONOGATARI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heiji-monogatari/