HEIDELBERG PEINTRE DE (2e quart VIe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès le moment où la production des vases attiques à figures noires connaît un sensible accroissement, c'est-à-dire dès le deuxième quart du ~ vie siècle, les peintres ont tendance à se spécialiser dans la décoration de telle ou telle forme de vase. C'est ainsi que certains d'entre eux, et non des moindres, préfèrent accorder leur soin à des récipients de petite taille, en particulier à cette catégorie nouvelle de vases à boire qu'est la coupe.

Le premier type de coupes attiques, appelé « coupe des comastes » (c'est-à-dire danseurs), d'après le sujet le plus fréquent du décor figuré, a fait son apparition dans le courant du premier quart du ~ vie siècle. La forme, d'inspiration nettement corinthienne, ne tarde pas à être modifiée dans le sens d'une plus grande élégance par l'élargissement de la vasque, l'établissement d'une meilleure proportion entre celle-ci et la lèvre, désormais moins petite et moins relevée, et le léger redressement du pied : on a alors ce qu'on appelle la « coupe de Siana », d'après le nom du lieu de trouvaille, à Rhodes, de deux exemplaires bien connus (British Museum, B 379 et B 380, Londres) de ce type de coupe, très populaire jusque vers le milieu du ~ vie siècle. Deux peintres deviennent vite les meilleurs spécialistes de la décoration de ces coupes : l'un, légèrement plus ancien, est nommé par convention Peintre C, d'après l'initiale du mot « corinthianisant » que l'on emploie volontiers pour caractériser son style ; on connaît de lui plus de cent cinquante coupes ou fragments de coupes. L'autre est le Peintre de Heidelberg, ainsi désigné d'après le lieu de conservation de deux de ses meilleures œuvres (université de Heidelberg, inv. S 61 et VI. 29 a) ; on lui attribue plus de soixante-dix coupes ou fragments.

Les sujets traités par les deux artistes sont très voisins, et souvent inspirés, comme dans certains vases corinthiens, par la vie quotidienne : files ou duels de guerriers, défilés de cavaliers, processions, banquets, danses, épreuves sportives ; les scènes d'inspiration épique ou mythologique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'archéologie d'Athènes, docteur ès lettres, professeur de civilisation grecque à la Sorbonne (Paris IV)

Classification

Pour citer l’article

Jean-Jacques MAFFRE, « HEIDELBERG PEINTRE DE (2e quart VIe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heidelberg-peintre-de/