hCG (human chorionic gonadotropin) ou HORMONE GONADOTROPHINE CHORIONIQUE HUMAINE

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La stimulation de l’ovulation au cours de la F.I.V. »  : […] Elle est une adaptation au cas par cas de la stimulation ovarienne décrite précédemment. Certaines femmes n’ont pas d’ovulation régulière, voire ont une absence d’ovulation. La stimulation ovarienne est donc utile et doit être adaptée à chaque cas. Cependant, même en cas de cycles réguliers, il est classique de stimuler l’ovulation afin de recueillir plusieurs ovocytes. Une grande variété d’induc […] Lire la suite

CRYPTORCHIDIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 275 mots

La cryptorchidie est l'absence de descente spontanée de l'un ou des deux testicules dans leur position normale, dans le scrotum (les testicules descendent normalement chez le garçon en période néonatale). Cette affection concerne le plus souvent un seul des deux testicules ; l'autre, normalement descendu, suffit à assurer une fécondité masculine normale. Les cas où les deux testicules sont concern […] Lire la suite

FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon)

  • Écrit par 
  • Jean COHEN
  •  • 3 526 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Détermination du moment de l'ovulation »  : […] Peu de temps avant l'ovulation, l'ovocyte est le siège de transformations essentielles à la fécondation. Si l'ovocyte est recueilli trop tôt, il ne pourra être immédiatement fécondé in vitro. Le délai optimal du recueil est de quelques heures (de 1 à 6) avant l'ovulation spontanée. Après, il est trop tard, l'ovocyte est expulsé et, puisque les trompes sont imperméables chez les patientes, il se p […] Lire la suite

PROLANS ou GONADOTROPHINES CHORIONIQUES

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 371 mots

Substances gonadotropes découvertes en 1927 chez la souris par Aschheim et Zondek, et qui se retrouvent en quantités considérables chez les mammifères supérieurs, dans le sang et dans les urines, au décours de la grossesse. Leur origine est placentaire, mais elles sont très proches des gonadotrophines hypophysaires, tant par leur nature que par leurs actions. Pour cette raison, elles sont mainten […] Lire la suite